Presque trente ans de carrière, un parcours mélodique impeccable, et un chemin musical tracé dans une ligne d’or et d’argent, quelques millions de disques vendus, mais surtout, une réputation sans tâche et une auréole au-dessus de leurs têtes.

C’est sans doute la façon la plus honnête de présenter l’histoire d’un des groupes Canadiens les plus attachants, mais aussi le meilleur sans conteste possible dans son créneau. HAREM SCAREM a alimenté tous les fantasmes ces trois dernières décennies, que ses membres aient tenté l’escapade en solo avec brio, qu’ils aient changé de nom, ou qu’ils se soient simplement réunis sous leur bannière d’origine, et il y a une raison simple à cela. Il semblerait qu’aux alentours de la fin des années 80, les quatre canadiens aient trouvé la formule magique pour composer des hymnes Hard-Rock mélodiques imparables, leur apportant une patte très personnelle, et les plaçant dans les rangs très enviés des orfèvres du genre, avec un savoir-faire qui n’a jamais été démenti depuis.

Suite à l’album Hope, ils nous avaient avertis que l’aventure était peut-être finie, mais tout le monde savait que d’une façon ou d’une autre, nous allions les retrouver sur notre chemin, toujours aussi faciles en termes de composition et séduisants dans l’interprétation. Leur classe naturelle les avait poussés à ramener les meubles dans la maison pour un comeback aussi prévisible qu’espéré, et Thirteen avait confirmé que leurs liens ne pouvaient être défaits, même inconsciemment.

Comeback donc, qui se devait d’être entériné par un quatorzième album studio ne reniant en rien leur passé, mais louchant quand même salement dessus. Car après tout…

Après tout, trente ans de carrière, ça se fête, et dignement. Alors Harry Hess (chant, claviers), Pete Lesperance (guitare), Stan Miczek (basse) et Creighton Doane (batterie) ont mis les petits plats Heavy dans les grands AOR pour nous revenir plus en forme que jamais, avec dans leur besace un des albums les plus probants de leur longue carrière, qui a une fois de plus réussi à rester dans l’air du temps sans rien renier du chemin accompli pendant ces trente longues années. Ce sont une fois de plus les Italiens de Frontiers qui se voient confiés le destin d’un disque qui va réconcilier les fans de Heavy mélodique avec leur groupe fétiche, et admettons après plusieurs écoutes que les quatre Canadiens ont fait fort et Heavy cette fois-ci, puisqu’on peut affirmer sans aucune hésitation que United porte admirablement bien son titre et se rapproche des plus grands classiques du groupe, Mood Swings y compris.

Pourtant, rien n’a changé, ils sont toujours les mêmes. Pete tisse toujours des riffs salement accrocheurs et mémorisables, et se veut aussi mordant dans son jeu qu’il n’est attachant, Harry chante toujours fabuleusement bien, avec ce timbre voilé qui lui confère une puissance incroyable sur les couplets et de la douceur sur les refrains, fédérateurs évidemment, et la section rythmique de Creighton et Stan n’a plus qu’à suivre, pilonné ou chaloupé, histoire de donner aux morceaux la couleur nécessaire. Du travail de pros qui ont su rester spontanés tout en soignant aux petits oignons chaque détail d’un disque qui fera date dans leur mythologie.

Si certains de leurs efforts le paraissaient parfois un peu trop, United sonne aussi frais et naturel qu’un premier LP sanctionnant des années de jeune existence, et les hits s’accumulent comme s’il était aussi facile pour eux de signer un tube qu’une simple improvisation bluesy sur scène. Alors, inutile de faire le compte des chansons qui vont casser les baraques (les vôtres évidemment), sur les douze que compte cet album, il y a autant de morceaux imparables, qui ne cèdent jamais la puissance à l’émotion, la véritable trademark magique du groupe.

Et même si les réminiscences des BEATLES se font parfois plus présentes (« One Of Life’s Mysteries », que Paul, George et Ringo auraient pu signer sur Anthology en compagnie de Jeff « ELO » Lynne), le Heavy claquant et fouettant se taille la part du lion, comme le démontre les high on energy « Bite The Bullet », ou ce « Gravity » qu’on imagine très bien sorti de l’imagination conjointe des EXTREME et de DANGER DANGER.

La production qui pêchait un peu sur Hope et Thirteen est cette fois-ci impeccable, et la dynamique est ronflante, tout comme cette basse élastique qui rebondit de coups de caisse claire en crash sur les cymbales, sans oublier cette guitare qui rugit pour soudain émettre un feulement de séduction irrésistible. Et pour cause, puisque l’intégralité de l’album l’est. Impossible de ne pas craquer pour cette nouvelle bordée d’hymnes qui transforment United en best-of déguisé, et qui pourrait se vouloir relecture des moments les plus héroïques de HAREM SCAREM.

Vous pensez que j’en fais trop, que j’exagère ? Ecoutez le disque, et vous vous rendrez vite compte que la vérité n’est pas ailleurs.

Si « Here Today, Gone Tomorrow » sonne comme le single brillant qui crève les yeux (à tel point qu’ils nous refont le coup de la version acoustique placée en fin de disque), il se permet de défier les DEF LEPPARD sur leur propre terrain, et de leur damer le pion en trois minutes et quelques, format simple Pop par excellence. Mais l’excellence, c’est justement cette marque de fabrique qui a transformé les Canadiens en prophètes dans leur pays et ailleurs, ce pays qui à n’en point douter va méchamment craquer en écoutant des perles comme « The Sky Is Falling » et son tempo up and down qui donne la pêche alors même que son refrain magique vous donne le sourire pour la journée.

Les locaux ne manqueront pas non plus de souligner la pertinence de « No Regrets », qui en dit long bien sûr, mais qui se veut surtout énorme burner Hard-Rock qui a dû rajeunir les musiciens en studio, plus efficacement qu’un lifting leur tirant la peau. Riff qui plaque ses motifs, chœurs à la QUEEN/DEF LEP qui scintillent, et refrain une fois de plus en apothéose de couplets qui fédèrent massivement. Trente ans de carrière ? Vous pensez bien que même si ça laisse des traces, l’énergie et l’enthousiasme pansent vite les plaies et cachent les rides…      

Comme souvent, pas de temps à perdre avec des ballades mièvres et inconsistantes, et même si les harmonies gagnent du terrain, c’est la puissance qui se veut dominante, même quand l’ambiance se veut aussi sincérité que romance (« Heaven And Earth »). Mais le secret de ce quatuor qui ne fut jamais hors sujet, c’est peut être cette osmose qui les unit, et qui trouve son pinacle sur « Indestructible », qui en dit long sur leur complicité, et qui joue de ses arpèges pour suggérer une fusion amicale que personne n’oserait questionner. Et quand soudain le feu d’artifices électrique embrase le ciel de nos souvenirs, on s’imaginerait presque suffisamment proche du groupe pour pouvoir le toucher…Vous avez dit magie ? C’est un mot qui revient en effet très souvent lorsque l’on parle de nos Canadiens chéris…

 

Avec United, HAREM SCAREM gagné un triple pari. Celui de se montrer sous un jour encore plus uni, celui de valider une carrière qui finalement ressemble à une vie, et celui de signer leur quasi meilleur album depuis Mood Swings. Regain d’énergie, magnifiques harmonies pour un quatorzième album qui ravit, les oreilles et les cœurs, dans une fusion entre les créateurs et leur public qu’ils mettent à l’honneur.


Titres de l'album:

  1. United
  2. Here Today Gone Tomorrow
  3. Gravity
  4. Sinking Ship
  5. One of Life's Mysteries
  6. No Regrets
  7. Bite The Bullet
  8. Things I Know
  9. The Sky Is Falling
  10. Heaven and Earth
  11. Indestructible
  12. Here Today, Gone Tomorrow [Acoustic Version]

Site officiel


par mortne2001 le 09/06/2017 à 17:16
95 %    343

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?