Commencer une journée maussade avec un bon EP de gros Hardcore/Fastcore/Powerviolence, ça donne une putain d’énergie et puis…ça réveille en pas douceur, et moi, j’aime ça.

Faisons quand même les présentations pour rester civilisés, et précisons d’emblée que les SHORT TEMPER ! viennent de Los Angeles, CA, qu’ils évoluent en quatuor (Devlin – basse, Chantz – chant, Doug – batterie et Willie – guitare), qu’ils ont déjà sorti un précédent EP (Integrity, en 2015), qu’ils aimeraient bien avoir un label mais que pour le moment, ils se débrouillent seuls, et se débrouillent même très bien.

Ah, et j’ajouterai que si vous cherchez un excellent combo Core made in California, ne cherchez pas plus loin, puisque vous l’avez trouvé.

Die Already frappe fort à tous les étages, indéniablement. De sa pochette choc aux poignets ensanglantés à sa musique coup de poing en coup fourré, tout est bon chez eux, et il est certain qu’ils perpétuent une certaine tradition du Hardcore Californien à forte connotation Metal, sans pour autant trahir leurs origines.

Pas vraiment perché sur la branche d’un Core joueur et rieur, les SHORT TEMPER ! font honneur à leur patronyme ainsi qu’à la pochette qu’ils ont choisie pour illustrer Die Already, qui contrairement à son nom, est bien vivant, et saura vous donner l’impulsion nécessaire pour affronter un quotidien morne et prévisible.

Clairement scindé en deux types d’influences, avec d’un côté un énorme Hardcore Metal joué tambour battant et percussions en avant, et de l’autre un Fastcore vraiment teigneux et rapide, cet EP est une bonne claque aux petites mauvaises humeurs, et restitue l’ambiance des plus grandes années de la scène SoCal, avec ses rythmiques engagées et enragées, ses riffs pugnaces et son chant endiablé.

Un bilan positif ? Mieux que ça, un bilan hystérique, et un des meilleurs pamphlets format court de ce début d’année.

C’est d’ailleurs la seule chose qu’on puisse lui reprocher, cette brièveté empêchant de s’extasier plus longtemps, alors même qu’on aurait définitivement souhaité que les minutes soient largement rallongées.

Pour faire simple, et en huit morceaux pour huit minutes, Die Already aligne les uppercuts et vous sonne d’entrée, vous laissant au tapis, un large sourire éclairant votre faciès défoncé.

Entre l’attaque radicale de « Insecurity », nouvel hymne de la scène au refrain explicite et sans ambages mis en exergue par un riff gigantesque et un up tempo dantesque, et l’outro « Pathétic », qui se vautre dans un Fastcore épileptique digne d’un Thrashcore électrique, qui se pose soudain sur une rythmique heurtée et posée, les huit minutes passées en compagnie des SHORT TEMPER ! prouvent en effet qu’ils perdent leur sang-froid en un claquement de doigt, et qu’ils manifestent leur mauvaise humeur au travers d’un Hardcore frondeur et fonceur. Enregistré, mixé et masterisé par John Haddad aux Trench Studios, et enveloppé dans un artwork signé Marco Sandoval, distribué par Bloody Scythe Records en version tape, Die Already est une véritable synthèse de tous les courants modernes et impitoyables du Hardcore, et se permet de pouvoir toiser bien des références du genre de sa rage non contenue et de son efficacité soutenue.

Rarement EP de Core aura été si ténu en étant si versatile, un peu comme une version apoplectique des EXPIRE déformée par un prisme YOUTH OF TODAY.

Les références alignées par le quatuor sont honnêtes et multiples, de SLAYER à DOOM en passant par les plus classiques DISCHARGE, CRASS, CONFLICT, BROKEN BONES ou MINOR THREAT, soit un joli panorama de violence qu’ils prennent un malin plaisir à observer.

Naviguant entre morceaux abrupts et immédiats comme le terrassant « Lying To Myself », et des choses plus développées et Heavy malmené comme « You Should Have Killed Me When You Had the Chance », qui toutefois n’oublie pas de verser dans le Thrashcore le plus radical, ce second EP des Californiens est appelé à vite devenir une référence du genre tant sa violence débridée est un cas d’école enseigné par des musiciens qui connaissent leur boulot et leurs références.

Un gros brulot qui se déguste chaud, à vif, et qui ose même quelques « longueurs » très bien construites (« Wasted Efforts », genre d’AGNOSTIC FRONT du passé qui se confronte à un LACK OF INTEREST d’aujourd’hui), mais qui une fois fini, pousse inconsciemment à appuyer sur la touche « repeat » du lecteur pour s’en reprendre une bonne dose à n’importe quelle heure.

Un groupe au sang chaud, qui en deux EP prouve qu’il fait maintenant partie des combos sur lesquels il faut miser. Et rassurez-vous, malgré une pochette un peu glauque au message déprimant, Die Already vous donnera plutôt l’allant suffisant pour mettre un poing devant l’autre, sans penser à mettre fin à vos jours.

 Ne serait-ce que pour attendre une suite qu’on pressent bien violente. Et peut-être en longue durée cette fois-ci ? Appel du pied aux labels qui cherchent sans trouver, alors qu’ils ont une petite perle sous le nez…


Titres de l'album:

  1. Insecurity
  2. I Don't Need
  3. Cut Off
  4. Wasted Efforts
  5. Die Already
  6. Lying to Myself
  7. You Should Have Killed Me When You Had the Chance
  8. Pathetic

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/03/2017 à 15:33
88 %    269

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.