« Avez-vous déjà lu des contes dans leur version d’origine, avant qu’ils ne soient vidés de leur substance sanguinolente, de leurs chairs mutilées et de leurs atroces conclusions ? Vestige aura conservé de ces récits originels un puissant pouvoir évocateur. Une sophistication non exempte de sauvagerie qui sied parfaitement au style de PENITENCE ONIRIQUE. Ses six mystérieuses créatures ont affûté le(s) fil(s) de leurs instruments avec une magnifique brutalité, tailladant leurs morceaux dans les veines de leur black atmosphérique cruel et éclatant. Un opus aussi dangereusement fascinant que les monstres les plus nobles. »

J’ai quitté les PENITENCE ONIRIQUE il y a trois ans, après l’écoute fabuleuse de leur introductif V.I.T.R.I.O.L, « Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem », crédo des alchimistes qui cherchent la vérité dans les profondeurs de la terre. A l’époque, le groupe n’était qu’un duo formé de Bellovesos et Diviciacos. Aujourd’hui, en 2019, ce duo s’est triplé pour se présenter sous la forme d’un sextet (Bellovesos: composition/guitare lead/samples, Dimiourgos : basse/composition, Vorace : guitare rythmique, Noktûrnos : guitare d’ambiance, Cathbad: batterie et Ebrietas : textes et voix), sans vraiment changer ses objectifs. Proposer un Black Metal de grande classe, ésotérique, et fasciné par les mondes cachés qu’il révèle par touches fugaces sur ses compositions toujours aussi grandiloquentes. Lorsqu’un groupe émerge avec des idées porteuses, et se tait ensuite pendant quelques années, la crainte de le voir se perdre sur les chemins de l’illusion est grande. On a toujours peur qu’il ne préfère l’exagération à l’efficience, spécialement lorsque son entame de carrière laisse présager de très grandes choses. Mais c’était évidemment sans compter sur le potentiel créatif de Bellovesos qui depuis 2015 travaille à son rythme, sans faire aucune concession. Et c’est une fois encore les Acteurs de l’Ombre qui soutiennent le projet, gardant foi en cette musique d’apparence simple, mais beaucoup plus complexe pour qui sait écouter de près.

La fascination de PENITENCE ONIRIQUE pour le BM le plus formel n’a pas dérivé pour un voyeurisme opportuniste, et c’est avec plaisir que l’on constate très rapidement que Vestige est assez proche de son prédécesseur, sans qu’il n’en reprenne les recettes à la lettre près. Nous nous voyons donc offrir une continuité dans le changement, et une logique dans la progression, qui rapproche Vestige de ces fameux livres anciens contant des histoires et des légendes avant que le grand public ne s’en empare et n’en fasse des histoires d’Halloween pour effrayer les enfants. Non que le but avoué du groupe soit de vous faire peur, mais plutôt de rester collé à une éthique fondamentale de création traditionnelle, amplifiée d’une ambition orchestrale indéniable.

Conscients des risques que cela implique, le groupe a choisi d’entamer son deuxième LP avec ses morceaux les plus longs, atteignant une somme globale de vingt-quatre minutes en trois titres. Pourtant, pas de flagornerie dans cette tactique, mais un réel désir d’instaurer une ambiance qui décrira les grandes lignes des orientations suivantes. Et avec une très intelligente césure à l’hémistiche, PENITENCE ONIRIQUE présente Vestige comme un long poème, une ode dédié au caché, aux vérités ancestrales, et surtout, à un formalisme transcendé qui adapte les standards des années 90 aux exigences des années 2000. De fait, « Le Corps Gelé de Lyse », « La Cité des Larmes » et « Les Sirènes Misérables » peuvent être appréhendés comme un triumvirat classique, mur de son de guitares figées, d’une rythmique en poumon, et d’un chant exhorté qui en appelle aux plus sacrés dogmes nordiques des nineties. On sent immédiatement que le groupe sous commandement de Bellovesos n’a pas l’intention de dévier de sa ligne de conduite, même si les inserts et breaks mélodiques prouvent que l’instrumental est tout sauf une simple déflagration assourdissante. Les chœurs, en arrière-plan se veulent majestueux et inquiétants, mais la musique, violente et cruelle rappelle que le Black Metal n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il se souvient de ses racines. En poussant à leur paroxysme les méthodes de V.I.T.R.I.O.L, Vestige offre une logique dans la continuité, uniquement voilée d’une touche d’exagération dans les orchestrations pour bien marquer la progression.

L’intelligence du groupe se trouve dans les accommodations, les aménagements, qui privilégient parfois les tempi lourds et pesants, comme sur « Les Sirènes Misérables », qui se déchaîne d’un maelstrom de hurlements sur fond de guitares concentriques et acides. Mais dès « Hespéros », et sa rythmique martiale et synthétique, la coupure est évidente. Loin d’un simple insert Ambient et harmonique, cet interlude est un morceau à part entière, qui nous guide vers la seconde moitié de l’album, dont tous les morceaux dépassent les six minutes. 6, 6 et 6, un chiffre bien connu, plus utilisé inconsciemment comme référence au mal absolu et non à un satanisme de pacotille que le groupe conchie. Et « Extase Exquise » de bien marquer la scission de son plan d’intro gigantesque et corrosif, qui place en avant une avancée plus posée, mais toujours interrompue de blasts qui créent le marasme. Je le disais, ce sont les détails divergents qui instaurent le malaise, comme ce chant scandé d’une voix théâtrale, ou ce tempo qui monte d’un cran dans la bousculade sur « Souveraineté Suprême » que le groupe avait lâché comme signe avant-coureur. Sans bousculer l’ordre mondial, sans rivaliser de culot avec les formations les plus téméraires, PENITENCE ONIRIQUE impose l’ultraviolence raisonnée comme argument majeur, teintant de mélodies ses attaques sans pitié qui rappellent l’EMPEROR le plus écrasant et emphatique, sans en emprunter les astuces. Il est pourtant difficile de composer un album en se basant sur des principes fondamentaux, mais la façon qu’ont ces musiciens de moduler sur des thématiques classiques en y insufflant leur patte a quelque chose de vraiment hypnotique. Pas d’hésitation au moment d’utiliser un son clair presque hors contexte, pas de tergiversation lorsqu’il s’agit de tout écraser sur son passage (« Vestige »), et une force de caractère qui induit le respect le plus absolu.

Hors du temps, PENITENCE ONIRIQUE reste sur des sentiers balisés pour affirmer sa personnalité. Plus extrême que V.I.T.R.I.O.L, plus efficace aussi dans les gimmicks accrocheurs (« Vestige » distille des riffs mémorisables sans tomber dans la facilité), Vestige est plus qu’une trace, il est la seconde pierre posée pour construire la cité de demain, une cité à moitié immergée dans la terre du passé, mais qui émergera comme le mausolée le plus respectée de la scène BM traditionnelle. Un culte est né, il conviendra de l’honorer pour sa sincérité et non pour de fallacieuses promesses vendues comme des dogmes inaliénables.             

   

Titres de l’album :

                        01. Le Corps Gelé de Lyse

                        02. La Cité des Larmes

                        03. Les Sirènes Misérables

                        04. Hespéros

                        05. Extase Exquise

                        06. Souveraineté Suprême

                        07. Vestige

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/12/2019 à 17:34
85 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

Michael Bormann's Jaded Hard

Feels Like Yesterday

Khymera

Master of Illusions

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !


La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !


"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...


Pour le Graspop, c'est pour l'instant maintenu : https://www.graspop.be/fr/actualite/gmm-2020-aura-bien-lieu-comme-prevu/238/

Je cite : "Graspop Metal Meeting 2020 aura bien lieu comme prévu. Nous sommes d’ores et déjà impatient de vous accueillir cet été! Nous surveillons l’é(...)


Et pour ce qui est du GRASPOP, quelqu'un a des news ?


Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.


Cover Magnifique de Nona Limmen