« Avez-vous déjà lu des contes dans leur version d’origine, avant qu’ils ne soient vidés de leur substance sanguinolente, de leurs chairs mutilées et de leurs atroces conclusions ? Vestige aura conservé de ces récits originels un puissant pouvoir évocateur. Une sophistication non exempte de sauvagerie qui sied parfaitement au style de PENITENCE ONIRIQUE. Ses six mystérieuses créatures ont affûté le(s) fil(s) de leurs instruments avec une magnifique brutalité, tailladant leurs morceaux dans les veines de leur black atmosphérique cruel et éclatant. Un opus aussi dangereusement fascinant que les monstres les plus nobles. »

J’ai quitté les PENITENCE ONIRIQUE il y a trois ans, après l’écoute fabuleuse de leur introductif V.I.T.R.I.O.L, « Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem », crédo des alchimistes qui cherchent la vérité dans les profondeurs de la terre. A l’époque, le groupe n’était qu’un duo formé de Bellovesos et Diviciacos. Aujourd’hui, en 2019, ce duo s’est triplé pour se présenter sous la forme d’un sextet (Bellovesos: composition/guitare lead/samples, Dimiourgos : basse/composition, Vorace : guitare rythmique, Noktûrnos : guitare d’ambiance, Cathbad: batterie et Ebrietas : textes et voix), sans vraiment changer ses objectifs. Proposer un Black Metal de grande classe, ésotérique, et fasciné par les mondes cachés qu’il révèle par touches fugaces sur ses compositions toujours aussi grandiloquentes. Lorsqu’un groupe émerge avec des idées porteuses, et se tait ensuite pendant quelques années, la crainte de le voir se perdre sur les chemins de l’illusion est grande. On a toujours peur qu’il ne préfère l’exagération à l’efficience, spécialement lorsque son entame de carrière laisse présager de très grandes choses. Mais c’était évidemment sans compter sur le potentiel créatif de Bellovesos qui depuis 2015 travaille à son rythme, sans faire aucune concession. Et c’est une fois encore les Acteurs de l’Ombre qui soutiennent le projet, gardant foi en cette musique d’apparence simple, mais beaucoup plus complexe pour qui sait écouter de près.

La fascination de PENITENCE ONIRIQUE pour le BM le plus formel n’a pas dérivé pour un voyeurisme opportuniste, et c’est avec plaisir que l’on constate très rapidement que Vestige est assez proche de son prédécesseur, sans qu’il n’en reprenne les recettes à la lettre près. Nous nous voyons donc offrir une continuité dans le changement, et une logique dans la progression, qui rapproche Vestige de ces fameux livres anciens contant des histoires et des légendes avant que le grand public ne s’en empare et n’en fasse des histoires d’Halloween pour effrayer les enfants. Non que le but avoué du groupe soit de vous faire peur, mais plutôt de rester collé à une éthique fondamentale de création traditionnelle, amplifiée d’une ambition orchestrale indéniable.

Conscients des risques que cela implique, le groupe a choisi d’entamer son deuxième LP avec ses morceaux les plus longs, atteignant une somme globale de vingt-quatre minutes en trois titres. Pourtant, pas de flagornerie dans cette tactique, mais un réel désir d’instaurer une ambiance qui décrira les grandes lignes des orientations suivantes. Et avec une très intelligente césure à l’hémistiche, PENITENCE ONIRIQUE présente Vestige comme un long poème, une ode dédié au caché, aux vérités ancestrales, et surtout, à un formalisme transcendé qui adapte les standards des années 90 aux exigences des années 2000. De fait, « Le Corps Gelé de Lyse », « La Cité des Larmes » et « Les Sirènes Misérables » peuvent être appréhendés comme un triumvirat classique, mur de son de guitares figées, d’une rythmique en poumon, et d’un chant exhorté qui en appelle aux plus sacrés dogmes nordiques des nineties. On sent immédiatement que le groupe sous commandement de Bellovesos n’a pas l’intention de dévier de sa ligne de conduite, même si les inserts et breaks mélodiques prouvent que l’instrumental est tout sauf une simple déflagration assourdissante. Les chœurs, en arrière-plan se veulent majestueux et inquiétants, mais la musique, violente et cruelle rappelle que le Black Metal n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il se souvient de ses racines. En poussant à leur paroxysme les méthodes de V.I.T.R.I.O.L, Vestige offre une logique dans la continuité, uniquement voilée d’une touche d’exagération dans les orchestrations pour bien marquer la progression.

L’intelligence du groupe se trouve dans les accommodations, les aménagements, qui privilégient parfois les tempi lourds et pesants, comme sur « Les Sirènes Misérables », qui se déchaîne d’un maelstrom de hurlements sur fond de guitares concentriques et acides. Mais dès « Hespéros », et sa rythmique martiale et synthétique, la coupure est évidente. Loin d’un simple insert Ambient et harmonique, cet interlude est un morceau à part entière, qui nous guide vers la seconde moitié de l’album, dont tous les morceaux dépassent les six minutes. 6, 6 et 6, un chiffre bien connu, plus utilisé inconsciemment comme référence au mal absolu et non à un satanisme de pacotille que le groupe conchie. Et « Extase Exquise » de bien marquer la scission de son plan d’intro gigantesque et corrosif, qui place en avant une avancée plus posée, mais toujours interrompue de blasts qui créent le marasme. Je le disais, ce sont les détails divergents qui instaurent le malaise, comme ce chant scandé d’une voix théâtrale, ou ce tempo qui monte d’un cran dans la bousculade sur « Souveraineté Suprême » que le groupe avait lâché comme signe avant-coureur. Sans bousculer l’ordre mondial, sans rivaliser de culot avec les formations les plus téméraires, PENITENCE ONIRIQUE impose l’ultraviolence raisonnée comme argument majeur, teintant de mélodies ses attaques sans pitié qui rappellent l’EMPEROR le plus écrasant et emphatique, sans en emprunter les astuces. Il est pourtant difficile de composer un album en se basant sur des principes fondamentaux, mais la façon qu’ont ces musiciens de moduler sur des thématiques classiques en y insufflant leur patte a quelque chose de vraiment hypnotique. Pas d’hésitation au moment d’utiliser un son clair presque hors contexte, pas de tergiversation lorsqu’il s’agit de tout écraser sur son passage (« Vestige »), et une force de caractère qui induit le respect le plus absolu.

Hors du temps, PENITENCE ONIRIQUE reste sur des sentiers balisés pour affirmer sa personnalité. Plus extrême que V.I.T.R.I.O.L, plus efficace aussi dans les gimmicks accrocheurs (« Vestige » distille des riffs mémorisables sans tomber dans la facilité), Vestige est plus qu’une trace, il est la seconde pierre posée pour construire la cité de demain, une cité à moitié immergée dans la terre du passé, mais qui émergera comme le mausolée le plus respectée de la scène BM traditionnelle. Un culte est né, il conviendra de l’honorer pour sa sincérité et non pour de fallacieuses promesses vendues comme des dogmes inaliénables.             

   

Titres de l’album :

                        01. Le Corps Gelé de Lyse

                        02. La Cité des Larmes

                        03. Les Sirènes Misérables

                        04. Hespéros

                        05. Extase Exquise

                        06. Souveraineté Suprême

                        07. Vestige

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/12/2019 à 17:34
85 %    205

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'avais découvert le groupe avec cet album et grace à M6 oui oui !!! Avec la diffusion du clip de lands of tears le dimanche soir après ou avant le film coquin


Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...