As Spoken

Knoll

26/01/2024

Autoproduction

Funeral Grind ??

J’avoue que celle-là, on ne me l’avait jamais faite. D’ailleurs, il y a quelque chose d’improbable dans cette formulation, comme si l’opposition entre le désespoir du Funeral Doom et la furie orgiaque du Grind pouvaient s’unir dans un ballet frénétique et statique à la fois. Mais après tout, pourquoi pas, j’ai bien grandi dans les nineties avec les appellations improbables des catalogues de VPC qui nous balançaient du Progressive Gothic Doom Alternatif et autre Epic True Metal of Death on Monday.

Alors, Funeral Doom ?

J’achète.

Sans vraiment savoir ce que mes deniers de confiance vont me rapporter. Mais les américains de KNOLL ne sont pas les premiers guignols venus. Avec sept ans d’existence et déjà deux longue-durée à leur actif, les originaires de Memphis et transfuges de Murfreesboro ont été très clairs quant à leurs options, développées sur Hymns from the Chasm, Interstice et Metempiric.  

Mais alors, quid de cette tambouille plus glaireuse qu’un tuberculeux asphyxié par ses propres remugles ?  Parce que sortir du chapeau un style incongru est une chose, le mettre en pratique est une autre. Disons que les KNOLL prennent un malin plaisir à alterner les séquences contradictoires, jonglant avec les blasts pour mieux plaquer des blanches interminables, et ainsi faire le lien entre Mories, FULL OF HELL et SKEPTICISM. Un ragoût ouvert à tout ingrédient épicé tout, et surtout, une nouvelle approche d’un Death/Grind encore plus bruyant qu’une répète de GNAW THEIR TONGUES à ciel ouvert.

Lukas Quartermaine (basse), James Eubanks (chant/électronique), Ryan Cook (guitare/trompette), Jack Anderson (batterie) et Cameron Giarraputo (guitare) ont donc décidé d’aller jusqu’au bout d’une démarche gnostique, leur idole étant accrochée à la croix de la musicalité la plus élémentaire. Difficile en effet d’assimiler un machin aussi bruyant que « Revile Of Light » à une quelconque forme d’art mélodique, ce pamphlet bruitiste de plus de six minutes s’apparentant plus à du Dark Ambient joué par des musiciens de Death très énervés qu’à une véritable chanson structurée et agencée.

Osons le dire, ce troisième album est une révélation. Mieux, un choc gigantesque qui fait glisser les plaques tectoniques, et qui nous plonge dans les abysses d’un monde fait de dissonances, de riffs imperceptibles et d’effets glauques au possible. Ne lésinant pas sur les sons oppressants, le quintet américain hésite entre déprime matinale au pas lourd et stimulation hystérique aux foulées immenses, et traîne son spleen le long de quarante-et-une minutes de pression sans palier.

Regardez bien cette pochette, elle en dit plus long que bien des discours. Ce miroir en monochrome qui reflète du vide, est la métaphore la plus viable sur l’importance de l’humanité depuis les analyses des scientifiques des années 70. On sent que ce qu’on risque d’y voir va nous traumatiser à jamais, mais aussi nous ouvrir les yeux sur les possibilités qui nous restent.

Aucune.

Le monde étant promis à une fin terrible, autant l’accepter immédiatement. KNOLL nous aide en ce sens, développant des arguments massue à base de feedback et de stridences irritantes, de cris rauques et agonisant, et d’une rythmique versatile ne comptant pas ses coups. « Mereward » est à ce titre l’un des meilleurs exemples de la méthode américaine. Une redondance extrême, des sons qui se percutent et arrachent nos tympans, une gravité de noyau terrestre, pour un dernier appel avant extinction. Alors, Funeral Grind ou autre chose, le résultat est le même : le cortège n’avance pas d’un pas régulier, mais sa destination reste la même. Le charnier, la fosse commune, et le cimetière des utopies massacrées.

Les oreilles les plus sensibles auront du mal à s’accoutumer à cette débauche de décibels. Les fans de Grind ne comprendront pas forcément l’épaisseur du son, et les accros au Death putride verront éventuellement d’un mauvais œil le recours systématique aux effets les plus dérangeants. Mais lorsqu’on souhaite s’extirper de la masse pour proposer quelque chose d’un tant soit peu original, il faut y aller à fond et mettre le paquet.

Construit comme des montagnes russes dangereuses, As Spoken est un manège à sensations ultime. Un discours long mais concis, hurlant ses arguments jusqu’à l’apoplexie. Le genre même de disque qu’on découvre hagard, et qui laisse un gout amer dans les oreilles pendant des semaines. Un acouphène musical. Un traumatisme bruitiste.

Donc en gros...

…du Funeral Grind.

Pas si stupide que ça finalement.   


  

Titres de l’album:

01. As Spoken

02. Offering

03. Wept Fountain

04. Revile Of Light

05. Mereward

06. Guardian Bind

07. Unto Viewing

08. Portrait

09. Utterance

10. Fettered Oath

11. Shall It Be


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/04/2024 à 17:03
80 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35