Il n’y a pas si longtemps que ça, l’année dernière plus précisément, je m’attardais quelques heures sur le long d’un groupe bien de chez nous, découvrant ainsi un univers moite, glauque, aux tonalités aussi sombres que l’humeur. J’en constatais la vilénie, et assimilais le tout à une scène nationale underground aussi fertile qu’un corps en décomposition dans une vieille fosse commune, et savourait avec joie les ambitions drastiquement négatives à notre égard. Je suis très heureux de constater aujourd’hui, plus d’un an après que ces dites ambitions ne sont pas devenues plus complaisantes, et retrouve donc ces héros de la misanthropie harmonique dans leurs nouvelles aventures asociales, via leur dernier long, Slaves & Snakes. Et puisqu’il faut bien les nommer, citons donc les immondes NUISIBLE qui nous en reviennent d’Evreux, Normandie, avec de nouvelles histoires d’amour dans la musette, qu’ils ont évidemment pris soin d’oublier chez eux. Dans la plus droite lignée de leur précédent effort,  Inter Feces et Urinam Nascimur, déjà distribué par Deadlight Entertainment, Slaves & Snakes continue l’ignoble travail de perversion de l’extrême, pour soumettre à notre jugement imparable et impartial une nouvelle conclusion en nihilisme, mais cette fois, sévèrement teintée de notions Death scandinaves mâtinées d’impulsions Crust typiquement anglaises. En gros, croisez le chemin le même jour d’ENTOMBED, DISMEMBER, DISCHARGE et SIEGE, et vous obtiendrez des roustes verbales approchant de près les vérités émises sur ce nouvel LP. Pas vraiment décidés à se montrer plus abordables, les normands enfoncent le clou encore plus profond dans le cercueil des illusions mélodiques, et se montrent - pas si étonnamment - que ça encore plus efficaces et grognons qu’avant. Sous le couvert de la dérision, il ne faut pas voir une quelconque ironie dans mes propos, juste une gêne occasionnée par la puissance dévastatrice de ce disque, qui m’a laissé coi sans me demander pourquoi.

Inter Feces et Urinam Nascimurn en l’état, n’était déjà pas vraiment un concentré de bienveillance et de joie de vivre. Mais il multipliait les pistes, en traçant Hardcore entre des chemins Crust, sans se départir d’une gigantesque énergie sourde et diffuse. Mais après l’étape de la naissance dans les déjections, les NUISIBLE abordent aujourd’hui le cas des esclaves et des serpents, du diable, des bigots, de la lumière et des ténèbres. La vie donc, sous ses aspects les moins plaisants, pour une musique qui prend un malin plaisir à emprunter au Death scandinave ses réflexes les plus douloureux, pour les assimiler à une gestuelle Crust/Grind à la lisière d’un BM pas forcément assumé, mais partiellement restitué. Et dès l’intro maousse de « Slaves… », on comprend que l’on ne va pas beaucoup s’amuser, mais qu’on risque de prendre du plaisir dans la souffrance, par procuration. Digne d’une adaptation libre du séminal Left Hand Path d’ENTOMBED, dans une édition revue et corrigée par les NAILS ou DEAFHEAVEN, Slaves & Snakes s’apparente à un contrat tacite passé entre le proverbial serpent et Adam, le transformant en esclave de ses désirs sordides, incapable d’empathie, et bien décidé à guider l’homme dans ses pas pervers. Il n’est pas forcément aisé de décrire une musique qui ne cherche que les approches les plus frontales et repoussantes pour souiller ce qui nous reste de pureté, et les mots peinent à se coucher sur une musique parfaitement vomitive, qui n’utilise la lourdeur que pour écœurer, et la vitesse pour étourdir sans respirer. Mais l’un dans l’autre, et avec les quelques références citées, on parvient quand même à cerner le but de musiciens qui sont parvenus à extirper le Black Crust de son carcan paillard pour le transformer en art consommé du contrepied Death sadique.

Bourreaux les NUISIBLE?  Oui, mais sadiques, puisqu’ils ne font pas tomber la lame rapidement. Ils prennent leur temps pour nous caresser la nuque du métal aiguisé, baladant la lame sur notre peau, avant d’attendre une grosse demi-heure pour nous étêter. Pendant ces trente minutes, ils passent en revue toutes leurs névroses les moins avouables, cédant un pouce de terrain Grind pour mieux avancer des arguments scandinaves, sans perdre leur identité propre en route. Disposant d’une énorme production aux graves ronflants, mettant pour une fois le chant agressif en avant, ce nouvel effort est un champ de mines qu’on traverse la mine grise, balayé d’un vent puissant qui risque de nous faire chanceler à tout moment. D’ailleurs, on sent la brise puissante dès « …And Snakes », qui développe un riff épais comme un brouillard d’hiver pendant la guerre, se lancinant d’une rythmique poussive, avant de nous bousculer d’un geste vif pour nous faire choir. Blackened Death ? Non, l’appellation est décidément trop vulgaire pour leur être appliquée, même si on a à ce moment-là, le sentiment que Lars Goran Petrov a déposé ses valises chez les DARKTHRONE pour un séjour en pension complète.

Malgré des morceaux qui osent passer la rampe des quatre minutes, les idées ne manquent pas pour vous en filer des noires, et l’énergie du désespoir s’amplifie avec le temps qui passe, et les espoirs qui trépassent. Jamais avares d’un break typiquement Hardcore, les normands capitalisent sur leur passé pour se projeter vers un avenir noir comme le jais, et étouffant comme la poix. Aucune concession n’est faite, tout en évitant la redite de plans s’entremêlant en linéarité, et chaque morceau possédant son propre poison, votre organisme se tétanise progressivement pour vous laisser dans un état catatonique. Si les plus pointilleux argueront du fait que l’ombre d’ENTOMBED plane un peu bas au-dessus des cieux ténébreux des NUISIBLE, les plus pertinents penseront que le groupe a justement réussi à adapter des standards d’autrefois dans un vocable occulte actuel, sans perdre de son réalisme moribond. En inventant une sorte de Hardcore laxatif et diurétique par l’adjonction d’éléments Death, mais sans verser dans le Deathcore ni le Blackened Core, nos musiciens/thérapeutes gagnent le pari haut la main, sans abuser du feedback et des effets de manche à deux sous. Et si « Death Legacy », traîne la patte comme un inédit de HELLHAMMER repris par les NAILS, si « Swarm As Kings » nous écrase de sa double grosse caisse aux résonances du FROST et de DARKTHRONE, et si « Blur The Light » termine façon pachyderme qui cherche le cimetière des éléphants sans défenses, le bilan global est éprouvant, mais judicieux. Créatifs dans l’horreur, fidèles et persévérants, les NUISIBLE nous offrent avec ce Slaves & Snakes une démonstration de méchanceté absolue,  et se posent en représentants de leur propre chapelle. Il est certain que de nouveaux fidèles risquent d’y affluer, en acceptant de perdre leur libre arbitre. Mais si vous cherchez un album qui ne vous propose qu’une réalité blafarde et une violence déprimante,  Slaves & Snakes est le maître dont vous deviendrez l’esclave.   

      

Titres de l'album :

                          1.Slaves...

                          2.... And Snakes

                          3.Evil Still

                          4.Death Legacy

                          5.Vengeful Blood

                          6.Pervert Biggot

                          7.Swarm As King

                          8.Two-sided Integrity

                          9.Burning Embers

                         10.Blind Paradox

                         11.Blur The Light

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/09/2018 à 15:49
85 %    359

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
28/09/2018 à 16:38:19
Un très bon groupe sur scène également ! Sombre et bien violent !

Ajouter un commentaire


Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

Freehowling

A Frightful Piece Of Hate

Bad Fantasy

Age Of Morons

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...


Malheureusement même "critique" que la dernière fois Mold_Putrefaction...
Quoi qu'il en soit merci pour tout ce temps pris.


Ecoutez Chiens, ce groupe est vraiment excellent dans le grindcore, il en vaut vraiment la peine !


De toute façon, les "antifas" sont des "fascistes", y a pas vraiment besoin d'aller plus loin... bon courage à UADA !