Les blackeux aiment bien se regrouper en groupuscules. On se souvient de l’Inner Circle norvégien de triste mémoire, entre églises brûlées et homosexuels poignardés, mais parfois, le côté artistique prend heureusement le pas sur les exactions puériles et impardonnables…Le débat est-il pour autant d’importance ? Pour situer le contexte oui, puisque le groupe/projet du jour fait lui-même partie d’un ensemble encore plus grand que lui, le Black Plague Circle, qui compte dans ses rangs NIGRUM IGNIS CIRCULI, DEATHCIRCLE, NITERIS, CAVE RITUAL et OBSKURITATEM, et bien sûr, VOID PRAYER, nos sujets du jour.

Ce trio (K – chant/basse/mixage/mastering, H – guitares et O – batterie et artwork) nous vient de la contrée éloignée de Bosnie-Herzégovine, territoire peu connu pour ses digressions métalliques, mais qui pourrait bien trouver aujourd’hui une exposition qu’il mérite amplement.

Via ce premier album assez étrange en soi, ce groupe plus ou moins obscur (plutôt plus que moins d’ailleurs) nous propose ses vues sur un BM très cru et pourtant ambiancé, assez proche d’un Raw Black étudié, mais ayant gardé prise sur des structures légèrement « progressives », malgré un aspect très brut et lancinant.

Fasciné par les pathologies mentales et surtout les psychoses, VOID PRAYER explore les tenants et aboutissants des maladies mentales au travers d’une musique hautement abrasive, qui ne rechigne toutefois pas à incorporer quelques mélodies décharnées pour matérialiser une désolation de l’âme que la solitude ne saurait expliquer complètement.

Si leur style les rapproche de leurs frères d’armes, ils possèdent néanmoins une identité assez affirmée, s’inscrivant dans un contexte artistique d’ensemble, que la crudité domine de ce son si sec et décharné qu’on penserait parfois émaner d’une vieille crypte abandonnée ou d’une caverne isolée.

Pour autant, inutile de vous attendre à une énième variation sur un même riff faisandé et répété jusqu’à l’écœurement, puisque ce LP initial ose des changements de ton et des breaks pas forcément prévisibles, qui permettent une écoute attentive et absolument pas roborative. Certes, la violence est omniprésente, et le BM des bosniaques se veut traditionnel dans le rendu, avec cette petite touche excentrée qui leur permet de se différencier de la masse. Pas mal de grésillements, du feedback plus ou moins sous contrôle, et une ondulation de rythmiques qui oscillent entre procession lente et cavalcade épidermique, pour passer d’un BM doomy à un BM creepy, dont l’horreur latente est accentuée par les grognements sourds et lointains de K, qui se veulent réminiscences d’ABRUPTUM, de DARKTHRONE, et des premiers BATHORY.

On sent même sur certains morceaux l’influence d’albums comme Panzerfaust, notamment sur le disharmonique « Stillbirth From The Psychotic Void », qui emprunte les divagations hors de gamme des guitares qui geignent leur douleur sur un tapis rythmique pas forcément toujours calé sur le beat. Mais cette atmosphère sied admirablement à des morceaux qui se veulent malaises illustrés en chaos, et admettons que dans le rôle de patients d’un hôpital psychiatrique imaginaire, les trois membres de VOID PRAYER sont particulièrement crédibles.

Et après une intro au piano sépulcral très bien troussée, les portes s’ouvrent devant vous, vous laissant pénétrer un monde maladif, ou tout espoir de guérison semble proscrit à jamais… 

« A Portal Into Nothingness » vous prévient d’ailleurs que vos prochains pas pourraient très bien vous emmener un peu trop loin, de son maelstrom de sons horrifiques qui une fois assemblés prennent des airs de symphonie maudite à base d’électrochocs et autres traitements douloureux, qui laissent l’esprit en miettes d’un BM très scandinave dans l’esprit, mais surtout attaché à ses racines de nihilisme et de solitude choisie.

Un BM aussi très abimé par les prescriptions massives, à l’image sonore d’un traumatique « Semblance of The Abyss », qui propose des thèmes parallèles ne se recoupant que par intermittence. Une fois de plus, la batterie semble se détacher des débats pour avancer comme bon lui semble, alors que la basse peine à se faire entendre au-delà des fréquences d’une guitare irrémédiablement acide.

Mais en termes de créativité, les bosniaques ont pris soin de nous ménager des alternances assez intéressantes et très éloignées des turpitudes obsessionnelles et habituelles d’un créneau fort peu réputé pour son ouverture d’esprit.

Et si les morceaux sont longs, voire très parfois, les idées ne manquent pas, mais sont plus tordues les unes que les autres. Et de fil en aiguille de chirurgien, Stillbirth From The Psychotic Void prend des airs de voyage intérieur et d’introspection dans une psyché maladive, frisant parfois le point de non-retour absolu («Maelstrom Of Dismay », qui mérite amplement son nom, et qui nous étourdit d’un fast BM limite dérangeant, mais bizarrement envoutant de son absence de balises).

L’apogée de ressentiment est sans conteste atteinte lors du final « Lost Within The Walls Of Broken Dreams », où l’on sent l’âme se perdre définitivement dans l’incurable pathologie d’un esprit à la dérive, qui ne compte et ne pourra sans doute jamais revenir à la réalité. Rythme oppressant, litanie de guitare déprimée et éprouvante, et voix qui cherche son dernier souffle dans un râle en écho. Pas forcément réjouissant ni euphorisant, mais terriblement concret dans son approche d’une concrétisation de maladie mentale en « musique ».

« Musique » oui, car celle des VOID PRAYER garde prise avec une certaine réalité, comme un fil ténu reliant à la vie tout en menaçant de céder à la moindre pression. Nous quittons alors ce monde via le passage « The Book of The Mind », qui de ses volutes synthétiques délicates nous assure un transfert sans douleur vers un temps différent, où les mots n’ont plus cours…

Malgré son Black terriblement agressif, Stillbirth From The Psychotic Void ne tombe jamais dans le piège du minimalisme facile excusant la pauvreté d’inspiration. Cette inspiration est palpable et indéniable, et permet à ce premier album d’acquérir un statut enviable, et une stature respectable. Un disque qui s’inscrit dans la logique de son appartenance au Black Plague Circle, et qui ne renie en rien la parenté avec les autres ensembles de la congrégation.


Titres de l'album:

  1. The Key (Intro)
  2. A Portal Into Nothingness
  3. Stillbirth From The Psychotic Void
  4. Semblance Of The Abyss
  5. Maelstrom Of Dismay
  6. Lost Within The Walls Of Broken Dreams
  7. The Book of the Mind (Outro)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/08/2017 à 14:08
72 %    262

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).