The Voyager

Clover

11/08/2018

Autoproduction

Autant le dire, l’Aberdeen de Kurt Cobain n’avait pas l’air bien gaie. Et pour avoir lu quelques road trips de ses fans, c’est une ville plutôt morne, à dominante industrielle, pas folichonne pour deux sous, et qui aurait de quoi déprimer un assureur en plein séminaire. Après tout, on ne choisit pas forcément sa ville d’enfance, mais on s’en souvient parfois avec nostalgie, une fois les années et les mauvais souvenirs d’ennui passés. Mais l’Aberdeen de CLOVER n’est pas non plus follement joyeuse. Elle pourrait même incarner la plus parfaite illustration musicale de cette ville, assombrie de la rage de sa jeunesse résignée, mais aussi plombée de désespoir typique de ces villes où rien ne se passe, mis à part le temps. Je glose évidemment, puisque je n’y ai jamais mis les pieds, mais j’ai par contre écouté le nouvel EP des originaires de Kingston, New York, faisant suite à l’excellent Exile publié en 2016. S’il est évident qu’un groupe évoqué dans les colonnes du webzine The Sludgelord a de grandes chances d’évoluer en style homonyme, ce trio (Michael Guthaus - chant/basse, Anthony Mackey - guitare et Steve Pasqua - batterie) n’en est pas pour autant un combo de Sludge de plus, puisque leur recherche musicale et sonore les pousse bien au-delà des frontières conventionnelles. Après quelques écoutes, on dégage d’ailleurs plusieurs composantes essentielles, qui se greffent sur une lourdeur omniprésente, mais aussi assez étouffante. A cheval entre plusieurs influences, les CLOVER parviennent avec The Voyager à nous entraîner dans un périple assez fascinant, à base de guitares lourdes et dissonantes, d’une rythmique compacte mais évolutive, et d’un chant maladif au possible. De là, inutile d’attendre une lueur d’espoir autre que créative, puisque les américains ne sont pas forcément là pour vous remonter le moral…

Il serait assez tentant d’ailleurs d’illustrer leur démarche en se focalisant sur ce fameux premier titre, « Aberdeen ». Intro délicate et mélodique, soudaine poussée de fièvre, chant nauséeux et exhorté, et variations assez perceptibles pour ce qui ressemble de loin à une communion entres les esprits d’HYPNO5E et NEUROSIS. Ces derniers sont d’ailleurs l’influence la plus patente de ce second EP, qui reprend des recettes déjà utilisées sur des albums comme Through Silver In Blood ou The Sun That Never Sets (le chant de Michael est d’ailleurs assez proche du grain de Scott Kelly), et dont l’analogie est poussée jusqu’à juxtaposer la surimpression de Hardcore sur la lourdeur du Sludge, technique familière aux deux combos. Mais ne pensez pas pour autant que les CLOVER ne soient qu’une pâle copie de l’éternelle référence, puisqu’on trouve aussi dans leur musique des accroches beaucoup plus personnelles, âpres, progressives, mais aussi directes, qui permettent au cinq morceaux de se montrer intéressants de bout en bout. En vingt-cinq minutes, The Voyager nous tient donc en haleine avec son journal de bord, et traverse sa destinée en multipliant les hurlements, mais aussi les riffs accrocheurs, les montées en puissance et autres silences soudains qui mettent parfaitement en image ce spectre sonore.

Au menu de ce petit pavé, une prise en sandwich entre deux gros morceaux, garnis de plus courtes interventions tout aussi pertinentes. Outre l’introduction de plus de sept minutes déjà évoquée, on retrouve en clôture une autre suite, « The Gatekeeper », qui s’emploie à merveille à signifier son titre, et qui nous harcèle d’un feedback vengeur, avant de se caler sur une ligne rythmique suffocante de claustrophobie. Une fois encore, la guitare gravissime s’évertue à retrouver les valeurs drues du Doom originel, et adapte un lick à la BLACK SABBATH sur un canevas NEUROSIS, pour accentuer cette sensation de pâleur musicale et de rachitisme harmonique. Brisure en trompe l’œil, acidité des mélodies, ossature décharnée mais soudainement renforcée d’arrangements cauchemardesques en couches vocales agonisantes, pour une longue introspection qu’on prédit funeste et terminale. Classique dans le fond, mais diablement intelligent dans la forme, ce morceau est assez symptomatique de la démarche des CLOVER, qui s’amusent de leur classicisme pour en détourner les codes, et parfois se rapprocher d’une version létale des MELVINS, sans l’humour gras sous-jacent, judicieusement remplacé par une noirceur absolue. C’est d’ailleurs peu ou prou cette sensation et ce schéma qu’on retrouve sur le tétanisant « Fortress », qui glisse en chausse-pied quelques accélérations inattendues, histoire de ne pas enfoncer l’auditeur dans un marigot inextricable. Dans son rôle de trublion, « Vessel » est impeccable, et se veut plus Hardcore que le Pain In Mind de NEUROSIS, juxtaposant la brutalité d’un PRIMITIVE MAN à la méchanceté d’un EYEHATEGOD, le tout agrémenté de quelques arabesques de guitares assez festives. Dualité ? Pas vraiment, plutôt un désir d’agrémenter, et de ne pas rester vouté sur un riff monolithique et pénible.

Belle performance donc pour les américains, qui signent là un EP digne d’intérêt, mais à l’atmosphère déliquescente propice aux renoncements personnels les plus cloîtrés. Une façon de voir la vie comme les touristes visitent Aberdeen, la joie en berne et le sourire aux abonnés absents. Ce qui n’empêche nullement d’éprouver une sorte de joie non coupable à l’écoute de The Voyager, qui arpente les méandres de l’humanité avec un sadisme assez réaliste.   

 

Titres de l'album :

                       1.Aberdeen

                       2.Fortress

                       3.Vessel

                       4.Adrift

                       5.The Gatekeeper

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/09/2018 à 16:51
80 %    492

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11