Autant le dire, l’Aberdeen de Kurt Cobain n’avait pas l’air bien gaie. Et pour avoir lu quelques road trips de ses fans, c’est une ville plutôt morne, à dominante industrielle, pas folichonne pour deux sous, et qui aurait de quoi déprimer un assureur en plein séminaire. Après tout, on ne choisit pas forcément sa ville d’enfance, mais on s’en souvient parfois avec nostalgie, une fois les années et les mauvais souvenirs d’ennui passés. Mais l’Aberdeen de CLOVER n’est pas non plus follement joyeuse. Elle pourrait même incarner la plus parfaite illustration musicale de cette ville, assombrie de la rage de sa jeunesse résignée, mais aussi plombée de désespoir typique de ces villes où rien ne se passe, mis à part le temps. Je glose évidemment, puisque je n’y ai jamais mis les pieds, mais j’ai par contre écouté le nouvel EP des originaires de Kingston, New York, faisant suite à l’excellent Exile publié en 2016. S’il est évident qu’un groupe évoqué dans les colonnes du webzine The Sludgelord a de grandes chances d’évoluer en style homonyme, ce trio (Michael Guthaus - chant/basse, Anthony Mackey - guitare et Steve Pasqua - batterie) n’en est pas pour autant un combo de Sludge de plus, puisque leur recherche musicale et sonore les pousse bien au-delà des frontières conventionnelles. Après quelques écoutes, on dégage d’ailleurs plusieurs composantes essentielles, qui se greffent sur une lourdeur omniprésente, mais aussi assez étouffante. A cheval entre plusieurs influences, les CLOVER parviennent avec The Voyager à nous entraîner dans un périple assez fascinant, à base de guitares lourdes et dissonantes, d’une rythmique compacte mais évolutive, et d’un chant maladif au possible. De là, inutile d’attendre une lueur d’espoir autre que créative, puisque les américains ne sont pas forcément là pour vous remonter le moral…

Il serait assez tentant d’ailleurs d’illustrer leur démarche en se focalisant sur ce fameux premier titre, « Aberdeen ». Intro délicate et mélodique, soudaine poussée de fièvre, chant nauséeux et exhorté, et variations assez perceptibles pour ce qui ressemble de loin à une communion entres les esprits d’HYPNO5E et NEUROSIS. Ces derniers sont d’ailleurs l’influence la plus patente de ce second EP, qui reprend des recettes déjà utilisées sur des albums comme Through Silver In Blood ou The Sun That Never Sets (le chant de Michael est d’ailleurs assez proche du grain de Scott Kelly), et dont l’analogie est poussée jusqu’à juxtaposer la surimpression de Hardcore sur la lourdeur du Sludge, technique familière aux deux combos. Mais ne pensez pas pour autant que les CLOVER ne soient qu’une pâle copie de l’éternelle référence, puisqu’on trouve aussi dans leur musique des accroches beaucoup plus personnelles, âpres, progressives, mais aussi directes, qui permettent au cinq morceaux de se montrer intéressants de bout en bout. En vingt-cinq minutes, The Voyager nous tient donc en haleine avec son journal de bord, et traverse sa destinée en multipliant les hurlements, mais aussi les riffs accrocheurs, les montées en puissance et autres silences soudains qui mettent parfaitement en image ce spectre sonore.

Au menu de ce petit pavé, une prise en sandwich entre deux gros morceaux, garnis de plus courtes interventions tout aussi pertinentes. Outre l’introduction de plus de sept minutes déjà évoquée, on retrouve en clôture une autre suite, « The Gatekeeper », qui s’emploie à merveille à signifier son titre, et qui nous harcèle d’un feedback vengeur, avant de se caler sur une ligne rythmique suffocante de claustrophobie. Une fois encore, la guitare gravissime s’évertue à retrouver les valeurs drues du Doom originel, et adapte un lick à la BLACK SABBATH sur un canevas NEUROSIS, pour accentuer cette sensation de pâleur musicale et de rachitisme harmonique. Brisure en trompe l’œil, acidité des mélodies, ossature décharnée mais soudainement renforcée d’arrangements cauchemardesques en couches vocales agonisantes, pour une longue introspection qu’on prédit funeste et terminale. Classique dans le fond, mais diablement intelligent dans la forme, ce morceau est assez symptomatique de la démarche des CLOVER, qui s’amusent de leur classicisme pour en détourner les codes, et parfois se rapprocher d’une version létale des MELVINS, sans l’humour gras sous-jacent, judicieusement remplacé par une noirceur absolue. C’est d’ailleurs peu ou prou cette sensation et ce schéma qu’on retrouve sur le tétanisant « Fortress », qui glisse en chausse-pied quelques accélérations inattendues, histoire de ne pas enfoncer l’auditeur dans un marigot inextricable. Dans son rôle de trublion, « Vessel » est impeccable, et se veut plus Hardcore que le Pain In Mind de NEUROSIS, juxtaposant la brutalité d’un PRIMITIVE MAN à la méchanceté d’un EYEHATEGOD, le tout agrémenté de quelques arabesques de guitares assez festives. Dualité ? Pas vraiment, plutôt un désir d’agrémenter, et de ne pas rester vouté sur un riff monolithique et pénible.

Belle performance donc pour les américains, qui signent là un EP digne d’intérêt, mais à l’atmosphère déliquescente propice aux renoncements personnels les plus cloîtrés. Une façon de voir la vie comme les touristes visitent Aberdeen, la joie en berne et le sourire aux abonnés absents. Ce qui n’empêche nullement d’éprouver une sorte de joie non coupable à l’écoute de The Voyager, qui arpente les méandres de l’humanité avec un sadisme assez réaliste.   

 

Titres de l'album :

                       1.Aberdeen

                       2.Fortress

                       3.Vessel

                       4.Adrift

                       5.The Gatekeeper

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/09/2018 à 16:51
80 %    77

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !