Hatred

Friendship

25/10/2017

Sentient Ruin Laboratories

FRIENDSHIP, Hatred. Voilà qui résume assez bien ma vision de « l’amitié », qui n’en est plus que de nom. Ou qui se confond avec l’intérêt, l’égoïsme, le manque d’empathie, la fugacité, l’éphémère, enfin bref, une antinomie qui réfute ses principes de base pour coller au repli sur soi ambiant. Qui sont ceux d’entre vous qui peuvent se targuer d’avoir encore des amis, ceux connus au lycée, à l’école primaire, à la fac, ou aux premiers rangs d’un premier concert ? Si vous êtes plus nombreux que je ne le croyais, alors tant mieux pour vous, mais je ne fais certainement pas partie de votre caste. Alors, mon amitié à moi, je vais la chercher ailleurs, dans l’art, celui de la déconstruction de la musique moderne qui n’a de cesse de se renouveler dans l’horreur, pour mieux nous faire comprendre vers quelle impasse nous nous dirigeons. Pourtant, à la base, le Grind est plutôt une affaire de potes, un truc limite consanguin qui voit des musiciens de la même famille se mélanger les uns au travers des autres pour multiplier les projets, et donner naissance à des excroissances bâtardes qui bavent et savent à peine parler. Ou gueuler, hurler, vomir, c’est selon. Le Grind, c’est le non-sens initial, ce genre qui dès ses origines a nié tout principe de musicalité pour se consacrer à la vitesse et à l’intensité. Une manipulation de vélocité condamnée très tôt à se répéter, mais à toujours faire l’effort ultime pour satisfaire ses fans. Et qui continue aujourd’hui de tenter d’aller plus loin, malgré la distance de départ assez éloignée. Et donc, de fait, parlons des japonais de FRIENDSHIP qui avec Hatred font encore avancer les choses, alors qu’on les croyait inamovibles du fond de leur statisme.

Sentient Ruin et Southern Lord n’étant pas du genre à signer des contrats de distribution pour faire plaisir, on pouvait leur faire confiance quant à la qualité de ce produit qu’ils se sont partagé en tape et vinyle. Et cette confiance se trouve confortée par les premières « mesures » de « Rejected », qui en effet semble rejeter tout rapprochement un peu trop poussé. Nul n’ignore que les japonais ne sont pas les derniers à friser les bords du chaos pour mieux y sombrer, mais de temps à autres, ils parviennent à garder cet équilibre instable qui les transforme en machines de guerre bruitistes qui pourtant, gardent un lien ténu avec la réalité. On ne sait pas grand-chose à propos de leur identité, les musiciens préférant se dissimuler derrière un anonymat relatif parfaitement adapté à leur conception d’un Hardcore qui ne se veut pas totalement Grind dans les faits. Certes, les blasts à la THE KILL/FULL OF HELL sont bien là, les accélérations de folie aussi mais on trouve beaucoup plus qu’un simple tir de barrage ininterrompu dans les sillons de Hatred. On y trouve sans avoir à creuser du diamant des éléments de Beatdown, de Crust, de Harsh, et aussi quelques traces infimes de Loudcore, pour une symphonie de brutalité outrancière qui redonne ses lettres de noblesse au style le plus extrême qui soit. Dès lors, inutile d’en savoir plus, de chercher des noms, d’y coller des visages, puisque l’essentiel est là. Une fois encore, le Hardcore s’est trouvé un digne représentant de brutalité, qui ne conçoit la musique que sous son aspect le plus repoussant, et pourtant séduisant. Amitié, haine ? Nous y voilà donc, en plein dans cette dualité qui nous pousse à aller vers les sentiments nous blessant le plus. Et Hatred, en tant que EP de vingt-cinq minutes en représente en quelque sorte un sommet, piquant au vif l’école Néo Crust scandinave et les enseignements Modern Core US.         

Un son à faire pâlir les élèves usant leur fond de short sur les bancs de la NOLA, à rendre fous de jalousie tous les adeptes d’un Core lourd et poisseux, un truc qui rend malade dès les premières secondes. Qui mélange la lourdeur, la vitesse, l’agressivité, l’irritation au point d’aboutir à une mixture étrange, mais revigorante, et surtout, pleine d’espoir, malgré le côté nihiliste de son élaboration. Des sons graves qui s’entrechoquent, des hurlements, de brusques arrêts sur la case de la stridence, et des coups de boutoir qui vous brisent la nuque en moins de temps qu’il n’en faut pour hurler « Scum ». Ne cherchez pas ici l’héritage de la scène de Birmingham, il a depuis trop longtemps été galvaudé pour être encore capitalisé. Ici, on adopte les us et coutumes asiatiques pour les transposer dans un mimétisme nord européen et américain, histoire d’occidentaliser sa musique pour la faire adopter. Mais en termes d’exagération, les nippons n’ont pas grand-chose à envier à leur maître MERZBOW, sans avoir recours à des subterfuges d’opacité synthétique pour nous provoquer et nous défier. L’efficacité règne en maîtresse, et des morceaux comme le tétanisant « Dirtbags », parvient à réconcilier les fans de NAILS, BOTCH, FETISH 69, FULL OF HELL, THE KILL sans forcer son talent de conteur dément.

Et avec une mise en jambes comme « Rejected », qui unit dans un même combat les blasts les plus impitoyables, les dissonances les plus palpables et les riffs les moins malléables, tout en écrasant la rythmique pour qu’elle souffre d’une anémie de BPM, tout est dit, en à peine une minute et quatorze secondes. C’est noir comme cette pochette anonyme, insondable comme les pensées les plus morbides des CONVERGE, et surtout efficace, et original, alors même qu’on se croyait perdu sur une route déjà derrière nous depuis longtemps. « Regiside » enfonce encore un peu plus le clou, et dépasse toute raison pour coucher sur sillons les débordements les plus déments d’un Grind à tendance BM, tandis que « Corrupt », sans diluer le ton, opte pour une oppression vraiment malsaine, à base de guitares en saignements et d’un beat suffocant. Doomcore ? Beatdown maladif aux accents de mort ? La question est pertinente, mais le plus important reste les émotions suggérées, qui dépassent de loin le simple cadre d’un Hardcore tuméfié. Les musiciens ont voulu transposer la violence et la laideur dans leurs aspects les plus fidèles, et nous ont donc brossé un tableau d’une époque gangrénée par l’égoïsme et la violence ses sentiments usurpés. Qui pourrait croire à l’amitié en écoutant ces chansons qui n’ont de cesse de nous prouver que la lucidité nous fait voir les rapports humains en l’état ? Cet état est catastrophique, et des crises de conscience comme « Tortures », ou mieux, l’ambivalent et instable « Compton » nous le font réaliser de pulsions dantesques, de changements de cap grotesques, tant l’outrance s’est voulue érigée en tant que principe de vie non négocié.

L’ironie est d’ailleurs poussée dans ses derniers retranchements, alors même qu’une des compositions les plus abrasives ose l’intitulé en douceur « Blue Berry »…Ironie du sort ? Ironie d’un Hardcore qui tente le coup de l’extrême à chaque seconde, et qui finalement, synthétise tout ce que le genre peut proposer de plus sale, de plus sombre et de plus repoussant. Oui, il s’agit bien de Hardcore, puisque qu’il soit Grind, Beatdown, Crust, ou quoi que ce soit d’autre, il reste du Hardcore. Mais l’un des plus violents qui soit. Alors vous comprendrez qu’après avoir écouté ça, on reste sur ses positions. L’amitié, à quoi bon ? Tant que la solitude sera accompagnée de telles déflagrations, autant rester sur son propre perron.

Misery loves company paraît-il. La misère affective et la colère intérieure n’ont en tout cas jamais trouvé si fidèle illustration.


Titres de l'album:

  1. Rejected
  2. Regiside
  3. Corrupt
  4. Tortures
  5. Compton
  6. Grief
  7. Life Sentence
  8. Blue Berry
  9. Execution
  10. Dirtbags
  11. El Chapo
  12. Treason

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/11/2017 à 17:33
80 %    416

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Et Cult of Luna c'est du poulet peut-être?

06/07/2020, 14:23

Oliv

C’est sûr que la , ils ont voulu assuré le coup avec des groupes français , anglais , italien et suisse entre autre . J’aurai pas dit non pour de la scène norvégienne , hollandaise et suédoise !
Je vais pas faire 500 bornes pour si peu . Ma préférence irai au Lyon metal fest en (...)

06/07/2020, 12:06

Simony

Visiblement si !
Après, dans le contexte actuel, il faut bien garder en mémoire que les groupes qui peuvent se déplacer à travers le monde est plus restreint. Comme personne ne sait comment va évoluer la situation, ils sont obligés de prendre en compte la situation actuelle pour booker e(...)

06/07/2020, 11:51

Oliv

Ce n’est pas l’affiche finale quand même ?

06/07/2020, 11:27

steelvore666

???

05/07/2020, 14:28

Gargan

Vachement inspiré par Necrolord l'artwork, un peu à la blood on ice.

05/07/2020, 12:26

wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43