Si je me base sur mes connaissances latines, PIAH, dérivé de PIA, désigne une personne pieuse, mais aussi la forme féminine du nom papal Pius, de même racine. Mater, comme son nom l’indique fait référence à la mère, et le nom de ce groupe selon interprétation pourrait incarner la mère pieuse, ou la mère du pape…Ce qui est certain par contre, c’est que les PIAH MATER est un groupe constitué de musiciens qui ont foi en leur musique, et en une certaine forme de complexité instrumentale. Evoluant dans un créneau en jonction, empruntant des codes aux vocables du Death technique, du Post Metal, mais aussi à une certaine forme de Post BM progressif, ce trio unique nous offre donc une vision de la préciosité musicale, doublée d’une densité de propos fort appréciable. Loin d’une stérile démonstration, ces sud-américains se situent plus volontiers du côté des très habiles orfèvres que des simples faiseurs et autres amateurs d’esbroufe, et leur second album représente une sorte de pinacle créatif pour les amoureux de brutalité maîtrisée mais non étouffée dans l’œuf. Formé en 2010 à Rio de Janeiro, les PIAH MATER sont donc trois aux commandes de leur navire (Luiz Felipe Netto - chant/guitare, Igor Meira - guitare et Kalki Avatara - batterie), que secondent quelques lieutenants dont Luan Moura (basse) et Ronaldo Rodrigues (claviers), ainsi qu’Helga, venu prêter main forte dans les rangs des chœurs sur un morceau. Loin des débordements egocentriques du Death progressif actuel, rongé par des querelles d’intérêts individuels, les brésiliens jouent donc collectif, et nous offrent avec leur second LP un petit bijou de virtuosité, qui ajoute une grosse dose d’émotion à la puissance, et qui se permet même de toiser en plus d’une occasion les plus grandes réussites d’OPETH et autres AKERCOCKE ou LEPROUS. Des noms fameux pour baliser le terrain, et offrir aux originaires de Rio le contexte parfait pour dérouler le tapis rouge qu’ils méritent, mais surtout, un LP aux accents ambitieux, qui parvient à unir dans une même envie des velléités progressives et des accès de fièvre extrêmes.

Death progressif donc, créneau choisi par facilité puisqu’il est très difficile de cerner la bête avec précision, tant elle s’échine à échapper à toute restriction. Quatre ans après leur premier effort, le déjà fort estimable Memories of Inexistence, les PIAH MATER décident donc de pousser les choses à leur paroxysme, en signant des morceaux à rallonge, qui pourtant ne présentent aucune baisse de régime ou de créativité. Disposant d’un véritable arsenal de motifs et de thèmes, les lusophones osent donc la juxtaposition et le grand écart, évoquant parfois les rivages lointains de THE OCEAN, et par intermittence le désert aride d’un PARADISE LOST de la grande époque, confronté à la réalité abrupte d’un NOCTURNUS ou d’un BLACK CROWN INITIATE. Six morceaux seulement pour près d’une heure de musique, l’effort est notable, et le résultat impeccable. En alternant les climats sans souffrir de transitions trop brutes, les brésiliens jouent leur va-tout, et nous font passer par une multitude de sentiments opposés, suggérant la colère pour provoquer le dégoût, et caressant la nostalgie pour toucher la solitude de l’âme du bout des doigts. En tant que principal compositeur, Luiz Felipe Netto se pose en leader naturel, signant seul quatre des six segments, et rappelle les éclairs de génie de Chuck Schuldiner, lui empruntant parfois des théories que l’illustre floridien avait prônées en fin de carrière avec les œuvres les plus abouties de son groupe. Mais loin d’un succédané, The Wandering Daughter est un pur original, dont la pochette retranscrit à merveille l’ambivalence, sans en trahir le contenu. Ce contenu se partage entre séquences très intenses, animées par une rythmique en rouleau-compresseur, qui souligne avec force et fracas des soli de toute beauté, utilisant la mélodie pour mieux la moduler, sans tomber dans l’excès interventionniste pénible. En gros, des notes, beaucoup parfois, mais jamais inutiles, et pas de bavardage, malgré le quart d’heure approché par la dernière piste en forme de conclusion.

Il serait facile de voir en ce second tome une extension des travaux Post Metal déjà entrepris par l’école américaine, et pourtant, le travail reste dans un cadre purement agressif, n’abusant jamais des harmonies pour les étirer à l’infini. Dès lors, et puisque les pistes respectent une logique de cohérence globale, il devient très difficile d’en mettre une en avant, tout étant dit sur le magnifique « Solace In Oblivion », que « Sprung from Weakness » et  « The Sky is Our Shelter » reproduisent avec une volonté synthétique, sans en trahir la richesse. Et richesse est le mot adapté aux PIAH MATER, qui accumulent les parties de basse serpentines, les arpèges alambiqués, pour mieux les faire souffrir de riffs cruels et graves vous prenant de plein fouet. On se demande même parfois si une certaine passion pour les 70’s n’est pas venue chatouiller l’inspiration des créateurs, tant « The Sky is Our Shelter » titille la corde sensible de l’école de Canterburry, avec ses arrangements aérés et sa délicatesse de cordes. C’est évidemment très beau, mais aussi pertinent, puisqu’on se laisse dériver au gré des images musicales dessinées par le groupe, qui nous entraînent d’un panorama de quiétude en orage d’inquiétude, passant du Rock progressif d’esthète à un Death technique de tueurs à gages, sans nous perdre en route ni exiger un pourboire à la sortie. Agrémenté d’une production un peu rêche mais parfaitement adaptée aux passages les plus atmosphériques, The Wandering Daughter suggère parfois des déambulations bucoliques d’une silhouette féminine perdue dans ses propres limbes, l’esprit vagabondant du côté des PORCUPINE TREE, avant d’être soudainement et brutalement ramené à la réalité d’un Metal mordant et presque traditionnel dans les faits.  

Car outre leur désir de faire tomber les barrières de genre, les brésiliens savent aussi mettre en place des thèmes accrocheurs, comme le prouve le monumental « Earthbound Ruins », qui aurait tout à fait eu sa place sur une anthologie de VOÏVOD. Disharmonie, décadence, stridences et dissonances, pour des mélodies mises à mal par une guitare volubile, soutenue par un chant convaincant, en son clair comme en growls. Les morceaux ont beau laisser couler le sablier, nul ne sera tenté de regarder sa montre tant l’odyssée reste passionnante et logique dans son évolution, et « The Meek's Inheritance », le final en apothéose ne se contenant d’ailleurs pas de reprendre les idées précédentes à son compte pour les recycler, mais proposant une véritable projection vers un avenir qu’on pressent passionnant. Gorge qui hurle son mal être sur fond de notes harmonieuses qui s’écoulent, breaks à la limite du psychédélique, Death distordu et remodelé, Black assimilé mais pas totalement assumé, et une dernière limite à franchir pour rejoindre la caste très fermée des groupes essentiels, et injustement méconnus. Mais gageons que cette cuvée 2018 sera exceptionnelle pour les PIAH MATER, qui ont formidablement bien compris à l’instar d’un Steven Wilson qu’une musique progressive ne devait pas nécessairement se vouloir absconse ou élitiste, sans sombrer dans le populisme outrancier. De la complexité dans la simplicité, telle est la devise des brésiliens, et  The Wandering Daughter sa plus belle maxime.  


Titres de l'album :

                         1.Hyster  

                         2.Solace in Oblivion

                         3.Sprung from Weakness

                         4.The Sky is Our Shelter

                         5.Earthbound Ruins

                         6.The Meek's Inheritance

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/10/2018 à 14:48
88 %    199

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.