Si je me base sur mes connaissances latines, PIAH, dérivé de PIA, désigne une personne pieuse, mais aussi la forme féminine du nom papal Pius, de même racine. Mater, comme son nom l’indique fait référence à la mère, et le nom de ce groupe selon interprétation pourrait incarner la mère pieuse, ou la mère du pape…Ce qui est certain par contre, c’est que les PIAH MATER est un groupe constitué de musiciens qui ont foi en leur musique, et en une certaine forme de complexité instrumentale. Evoluant dans un créneau en jonction, empruntant des codes aux vocables du Death technique, du Post Metal, mais aussi à une certaine forme de Post BM progressif, ce trio unique nous offre donc une vision de la préciosité musicale, doublée d’une densité de propos fort appréciable. Loin d’une stérile démonstration, ces sud-américains se situent plus volontiers du côté des très habiles orfèvres que des simples faiseurs et autres amateurs d’esbroufe, et leur second album représente une sorte de pinacle créatif pour les amoureux de brutalité maîtrisée mais non étouffée dans l’œuf. Formé en 2010 à Rio de Janeiro, les PIAH MATER sont donc trois aux commandes de leur navire (Luiz Felipe Netto - chant/guitare, Igor Meira - guitare et Kalki Avatara - batterie), que secondent quelques lieutenants dont Luan Moura (basse) et Ronaldo Rodrigues (claviers), ainsi qu’Helga, venu prêter main forte dans les rangs des chœurs sur un morceau. Loin des débordements egocentriques du Death progressif actuel, rongé par des querelles d’intérêts individuels, les brésiliens jouent donc collectif, et nous offrent avec leur second LP un petit bijou de virtuosité, qui ajoute une grosse dose d’émotion à la puissance, et qui se permet même de toiser en plus d’une occasion les plus grandes réussites d’OPETH et autres AKERCOCKE ou LEPROUS. Des noms fameux pour baliser le terrain, et offrir aux originaires de Rio le contexte parfait pour dérouler le tapis rouge qu’ils méritent, mais surtout, un LP aux accents ambitieux, qui parvient à unir dans une même envie des velléités progressives et des accès de fièvre extrêmes.

Death progressif donc, créneau choisi par facilité puisqu’il est très difficile de cerner la bête avec précision, tant elle s’échine à échapper à toute restriction. Quatre ans après leur premier effort, le déjà fort estimable Memories of Inexistence, les PIAH MATER décident donc de pousser les choses à leur paroxysme, en signant des morceaux à rallonge, qui pourtant ne présentent aucune baisse de régime ou de créativité. Disposant d’un véritable arsenal de motifs et de thèmes, les lusophones osent donc la juxtaposition et le grand écart, évoquant parfois les rivages lointains de THE OCEAN, et par intermittence le désert aride d’un PARADISE LOST de la grande époque, confronté à la réalité abrupte d’un NOCTURNUS ou d’un BLACK CROWN INITIATE. Six morceaux seulement pour près d’une heure de musique, l’effort est notable, et le résultat impeccable. En alternant les climats sans souffrir de transitions trop brutes, les brésiliens jouent leur va-tout, et nous font passer par une multitude de sentiments opposés, suggérant la colère pour provoquer le dégoût, et caressant la nostalgie pour toucher la solitude de l’âme du bout des doigts. En tant que principal compositeur, Luiz Felipe Netto se pose en leader naturel, signant seul quatre des six segments, et rappelle les éclairs de génie de Chuck Schuldiner, lui empruntant parfois des théories que l’illustre floridien avait prônées en fin de carrière avec les œuvres les plus abouties de son groupe. Mais loin d’un succédané, The Wandering Daughter est un pur original, dont la pochette retranscrit à merveille l’ambivalence, sans en trahir le contenu. Ce contenu se partage entre séquences très intenses, animées par une rythmique en rouleau-compresseur, qui souligne avec force et fracas des soli de toute beauté, utilisant la mélodie pour mieux la moduler, sans tomber dans l’excès interventionniste pénible. En gros, des notes, beaucoup parfois, mais jamais inutiles, et pas de bavardage, malgré le quart d’heure approché par la dernière piste en forme de conclusion.

Il serait facile de voir en ce second tome une extension des travaux Post Metal déjà entrepris par l’école américaine, et pourtant, le travail reste dans un cadre purement agressif, n’abusant jamais des harmonies pour les étirer à l’infini. Dès lors, et puisque les pistes respectent une logique de cohérence globale, il devient très difficile d’en mettre une en avant, tout étant dit sur le magnifique « Solace In Oblivion », que « Sprung from Weakness » et  « The Sky is Our Shelter » reproduisent avec une volonté synthétique, sans en trahir la richesse. Et richesse est le mot adapté aux PIAH MATER, qui accumulent les parties de basse serpentines, les arpèges alambiqués, pour mieux les faire souffrir de riffs cruels et graves vous prenant de plein fouet. On se demande même parfois si une certaine passion pour les 70’s n’est pas venue chatouiller l’inspiration des créateurs, tant « The Sky is Our Shelter » titille la corde sensible de l’école de Canterburry, avec ses arrangements aérés et sa délicatesse de cordes. C’est évidemment très beau, mais aussi pertinent, puisqu’on se laisse dériver au gré des images musicales dessinées par le groupe, qui nous entraînent d’un panorama de quiétude en orage d’inquiétude, passant du Rock progressif d’esthète à un Death technique de tueurs à gages, sans nous perdre en route ni exiger un pourboire à la sortie. Agrémenté d’une production un peu rêche mais parfaitement adaptée aux passages les plus atmosphériques, The Wandering Daughter suggère parfois des déambulations bucoliques d’une silhouette féminine perdue dans ses propres limbes, l’esprit vagabondant du côté des PORCUPINE TREE, avant d’être soudainement et brutalement ramené à la réalité d’un Metal mordant et presque traditionnel dans les faits.  

Car outre leur désir de faire tomber les barrières de genre, les brésiliens savent aussi mettre en place des thèmes accrocheurs, comme le prouve le monumental « Earthbound Ruins », qui aurait tout à fait eu sa place sur une anthologie de VOÏVOD. Disharmonie, décadence, stridences et dissonances, pour des mélodies mises à mal par une guitare volubile, soutenue par un chant convaincant, en son clair comme en growls. Les morceaux ont beau laisser couler le sablier, nul ne sera tenté de regarder sa montre tant l’odyssée reste passionnante et logique dans son évolution, et « The Meek's Inheritance », le final en apothéose ne se contenant d’ailleurs pas de reprendre les idées précédentes à son compte pour les recycler, mais proposant une véritable projection vers un avenir qu’on pressent passionnant. Gorge qui hurle son mal être sur fond de notes harmonieuses qui s’écoulent, breaks à la limite du psychédélique, Death distordu et remodelé, Black assimilé mais pas totalement assumé, et une dernière limite à franchir pour rejoindre la caste très fermée des groupes essentiels, et injustement méconnus. Mais gageons que cette cuvée 2018 sera exceptionnelle pour les PIAH MATER, qui ont formidablement bien compris à l’instar d’un Steven Wilson qu’une musique progressive ne devait pas nécessairement se vouloir absconse ou élitiste, sans sombrer dans le populisme outrancier. De la complexité dans la simplicité, telle est la devise des brésiliens, et  The Wandering Daughter sa plus belle maxime.  


Titres de l'album :

                         1.Hyster  

                         2.Solace in Oblivion

                         3.Sprung from Weakness

                         4.The Sky is Our Shelter

                         5.Earthbound Ruins

                         6.The Meek's Inheritance

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/10/2018 à 14:48
88 %    318

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)