Beyond Torment

Harsh Realm

07/06/2019

Hand Of Death Records

Quand c’est moche, c’est pas beau. Quand ça pue, c’est pas bon. Quoique, selon Zezette épouse X, le mou, qu’est-ce que ça schlingue, mais c’est bon. En raisonnant sous ce point de vue, le premier EP des américains de HARSH REALM n’est pas beau, il pue, mais il est excellent. Paradoxe éternel de la beauté dans la laideur, ce premier effort dont la pochette ne cache en rien les intentions malfaisantes rayonne d’un attrait certain alors même qu’il stimule les plus bas instincts. Et cinq tranches de mort pour à peine un quart d’heure nauséabond, autant dire que ce groupe n’avait pas vraiment le temps de fournir les pince-nez, et qu’il lui fallait frapper très fort pour s’incruster dans les narines les plus solides. Fondé en (mettre une date restée inconnue ici), dans la ville d’Asheville, Caroline du Nord, ce trio de timbrés (Nathan Landolt, Alex Farrar et Justin Hunt) n’a pas tardé à intéresser un label du coin, désireux de publier ses exactions en tape édition ultra-limitée à cent exemplaires, et autant dire que le label ne s’est pas fourvoyé dans une opération peu lucrative artistiquement parlant. A mi-chemin entre le Death le plus putride de nos années de jeunesse, et celui plus mature mais tout aussi affreux des années 90, Beyond Torment est en effet au-delà du tourment, et nous en cause beaucoup, de sa lourdeur, de sa moiteur pourrissante, de ses réflexes immondes et de son odeur musicale pestilentielle, qui rappelle les pires sévices infligés par les INCANTATION et DISEMBOWELMENT. Mais comme le Death n’est visiblement pas un style assez poussé pour nos équarisseurs américains, ils l’ont agrémenté de quelques inflexions Doom assez prononcées, qui rendent leur art encore plus putréfié, mais terriblement jouissif. Il est même parfois possible de penser à une union sale et incestueuse entre BOLT THROWER et AUTOPSY, mais en tout cas, il n’y a pas trente-six manières différentes d’appréhender cet EP introductif, autrement qu’en imaginant des néanderthaliens découvrant les joies de l’apprentissage du solfège le plus rudimentaire.  

Dans les faits, ces cinq morceaux (enfin quatre et une transition) se passent de tout commentaire, puisque tout ou presque est dit dès l’ignoble « Void », qui pue la merde oubliée dans des chiottes turcs, et qui a tout d’un cadavre découvert dans des eaux portuaires après avoir été immergé pendant une semaine. En trois minutes, les malandrins distillent une bonne humeur à base de pesanteur extrême, de riffs pourrissant, de lignes vocales captées avec un vieux Revox fatigué, et de rythmiques qui jouent le coup du lapin entre blanches appuyées et soudaines doubles croches enlevées. C’est relativement classique dans le fond, mais tellement suintant dans la forme qu’on n’a aucun problème à s’imaginer dans un vieux terrain du fin fond de la campagne US, près d’une vieille ferme abandonnée avec encore à l’intérieur le cadavre de l’ancien propriétaire terrien ayant mis fin à ses jours après deux ou trois récoltes gâchées, un gros trou dans le crane et l’oubli comme seul linceul. Et si d’aventure, vous souhaitiez un bon résumé de cette aventure moribonde et désespérée, alors jetez-vous immédiatement sur « Death Dream », qui combine le meilleur du Death US le plus repoussant, et le pire du Doom UK le plus angoissant. Avec des riffs qui circulent, et qui appuient sur les plaies purulentes, un chant qui reste en arrière-plan, comme une menace qui gronde, et un batteur à la frappe adaptée et efficace, la combinaison est parfaite, et le rendu bien dégobillé sur les pompes. Mais outre cette envie de choquer et de paraître encore plus glauque que son voisin, on trouve dans ces morceaux une sorte de groove hypnotique, comme si ces trois sadiques voulaient séduire avant de faire très mal. Alors, ça pulse, ça rebondit, ça chante et ça déchante, mais ça n’est en aucun cas un barouf gratuit qui repousse les limites gratuitement. Un genre de version très emphatique et exagérée d’un cocktail entre un ACID BATH décrépi et à la limite de l’agonie et un SEMPITERNAL DEATHREIGN encore plus abimé par le soleil, et surtout, de très bon réflexes (ces accélérations qui arrivent comme un cheveu sur la soupe moisie, et qui vont même jusqu’aux blasts, c’est dire), pour un « Fetching Madness » qui relève encore plus le niveau en laissant les espoirs s’enterrer d’eux-mêmes.

Tout ou presque est dit sur cette pochette fameuse, au noir et blanc en malaise, avec ce graphisme grotesque qui illustre à merveille cette démarche excessive, mais jubilatoire. Il y a très longtemps que je n’avais entendu Death/Doom aussi efficace et contagieux, et je suis ravi d’avoir fait la connaissance des malades de HARSH REALM, dont j’espère le plus grand bien dans l’horreur pour un futur proche. Ils sont moches, pas beaux, ils puent, mais ils sont savoureux. Comme la morue.    

 

   

Titres de l’album :

                      1.Void

                      2.Death Dream

                      3.Passage

                      4.Fetching Madness

                      5.Portal

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/05/2021 à 17:40
80 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35