Cobrakill

Cobrakill

17/09/2020

Autoproduction

Ils sont deux, ils sont allemands, l’un ressemble au guitariste de TIGERTAILZ en version anorexique, et l’autre, au fils de Blackie Lawless qui aurait un peu trop forcé sur la Häagen Dazs. Je sais, on a toujours dit « pas le physique », mais il faut dire que Logan Lexi (chant) et Randy White (guitare) ont tout fait pour qu’on les remarque, remettant au goût du jour le cuir de l’orée des années 80 et les fanfreluches plus symptomatiques de la vague Glam californienne de 87. Et avec un nom et une pochette pareils on ne peut pas dire que le duo ait choisi de faire profil bas, ce qui correspond assez bien à la musique qu’ils ont choisi de pratiquer. Dès le départ, les choses se corsent et les informations se contredisent. Si le Bandcamp du groupe ne mentionne que les deux marsouins en question, la page Facebook s’enorgueillit d’un line-up plus complet en quintet, qui ajoute au chanteur et au guitariste trois sidekicks (Tommy Gun - guitare/chœurs, Struja - basse/chœurs et John Teller - batterie). Alors, duo/quintet ou quintet/duo ? Peu importe, puisque les deux leaders n’ont pu enregistrer ce premier EP sans l’aide d’une section rythmique.  

Mais ces trois titres sont d’importance, une importance relative pour certains, mais cruciale pour les nostalgique des eighties. Pan, dans le mille Emile, les COBRAKILL et leur sublime pochette signée Timon Kokott Art-Work (qui a bien retenu les leçons des traits grossiers des groupes allemands et belges des 80’s) se vautrent donc dans la luxure de la nostalgie, mais ont le mérite de le faire avec des sels de bain humant bon la Californie. Pas question de tremper un orteil pour voir si l’eau old-school est encore tiède, ici, on plonge la tête la première dans les souvenirs, et on cite des influences marquantes sans en avoir honte.

C’est ainsi que les musiciens avouent une certaine passion pour les héros de l’époque, en évoquant les immanquables MÖTLEY CRÜE, JUDAS PRIEST, ALICE COOPER, KISS, TWISTED SISTER, LIZZY BORDEN, ARMORED SAINT ou MANOWAR. Evidemment, toutes ces références ne sont pas pertinentes, et je cherche encore des traces de MANOWAR dans cette musique chamarrée et hyper vitaminée. Occultons aussi les légendaires ARMORED SAINT, hors sujet, et concentrons-nous sur les trois ou quatre noms les plus pertinents dans cette affaire. En découvrant « Arena of Sin », il est évident que Logan et Randy ont beaucoup écouté MÖTLEY CRÜE, ALICE COOPER, KISS et TWISTED SISTER dans leur jeunesse, puisque ce premier titre à tout d’un hymne combinant les qualités des artistes susmentionnés.

Entrée en matière tonitruante, avec percussions en avant, riff simplissime et rythmique turbocompressée, on se croirait revenu au temps de « Live Wire » et de « Fast as a Shark », soit le meilleur du Hard ricain et du Heavy allemand. Les COBRAKILL sont donc des forts en gueule et en look, mais ont les arguments de leur morgue, et on est immédiatement convaincu par cette énergie débridée qui n’est pas sans rappeler les WRATHCHILD anglais. Le tout respire l’adolescence tardive qui peine à céder sa place à l’âge adulte, et le hit « CobraKill » renforce cette impression de jeunesse éternelle. Sur un up-tempo énorme, les allemands nous torchent un hymne à la Too Fast for Love, et signent leur allégeance à la scène de Los Angeles. Un peu punky sur les bords, ce premier EP n’en est pas moins dégoulinant de Hard et de Heavy, et sonne comme une invitation permanente à une fête perpétuelle, avec boissons offertes (parce que piquées à la superette du coin) et groupies affolantes et affalées.

Le son est gigantesque, au gros grain mais aux graves qui rebondissent et l’affaire se termine bien trop vite à mon goût. Alors que les premiers effets de l’enivrement se font à peine sentir, le groupe nous lâche après « Amber Eyes ». Mid-tempo plus posé, mais riff purement Rock qui se souvient des DOLLS, moue lippue au chant, basse qui roule, et l’affaire est emballée, comme cette blonde un peu vulgaire qui squattait sous l’abat-jour. COBRAKILL se présente donc comme un duo effronté qui n’a peur de rien, et pour cause. Sa musique est rebelle à souhait, mais de qualité, et on attend avec impatience un premier LP qui pourrait lui valoir une signature intéressante sur un label.

 

                                                                                             

Titres de l’album:

01. Arena of Sin

02. CobraKill

03. Amber Eyes


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/09/2021 à 18:10
78 %    59

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01