Lovekillers feat Tony Harnell

Lovekillers

06/12/2019

Frontiers Records

On n’oublie pas une voix comme ça. Celle de sa mère qui vous console après un cauchemar, celle de votre père qui tonitrue un « c’est pas Versailles ici » (oui, je suis un boomer) entre deux réprimandes, celle de votre prof de maths qui vous congratule ironiquement pour votre énième sale note de l’année, ou celle de votre première petite amie qui vous susurre un maladroit « je t’aime » à l’oreille. Ce sont des souvenirs marquants, des exemples génériques et frappants, mais il y en a d’autres. Car les voix dont on se rappelle ne sont pas toutes familières à ce point. Je suis certain par exemple que bon nombre de femmes n’ont jamais pu noyer dans leur mémoire défaillante les râles de Robert Plant sur « Whole Lotta Love », tout comme d’autres frissonnent encore de ramener à la surface les gémissements romantiques d’Elvis sur « Are you Lonesome Tonight ». Et puis les intonations de Tim Buckley, les envolées surréalistes de Kate Bush…Bref, vous avez compris le principe, et je me permettrai de l’appliquer à ma propre expérience. Si les hurlements de Tom Araya, les démonstrations de puissance de Bruce Dickinson, les errances opératiques de Geoff Tate ont formé mon oreille de fan, il y a une voix parmi des milliers qui m’a toujours hérissé le poil, dans le bon sens, et ça n’est pas forcément la plus évidente à deviner. Mais lorsque je me souviens de morceaux comme « Tonight I’m Falling, « End of the Line », « Desperate Night » ou « Intuition », immédiatement, la crinière de lion de Tony Harnell me brûle les mirettes, et ses exploits vocaux me flattent les tympans. Car si dans les clips de T.N.T le pénétrant chanteur américain laissait ses mèches frisottées flirter avec la caméra d’un peu trop près, il accomplissait des merveilles en studio et en live, et sa voix a toujours fait de lui l’un des plus grands vocalistes du Hard Rock mélodique européen des années 80. Sauf que depuis, T.N.T s’est rangé dans le coffre des jolies histoires anciennes, que l’homme a lancé d’autres aventures (STARBREAKER et WESTWORLD), et qu’aujourd’hui, il tente le coup en presque solo, avec un nouveau premier album qui fait la part belle à son talent, ET à la nostalgie.

Avouons-le franchement entre fans, T.N.T n’a jamais réussi à postériori à nous offrir des albums de la trempe de Knights Of The New Thunder, Tell no Tales ou Intuition. Et si Tony par la suite a toujours réussi à nous enchanter de son timbre unique, les compositions qu’il essayait de défendre n’étaient pas non plus à la hauteur de la légende, du moins, pas souvent. Aujourd’hui, les choses changent, la vie continue, et si son partenariat avec Ronnie LeTekro semble être arrivé à son terme définitif, Tony n’en a pas pour autant renoncer à travailler en duo, puisqu’il se retrouve aujourd’hui flanqué d’un des lieutenants mélodiques les plus capés de l’histoire, le producteur maison de Frontiers, Alessandro Del Vecchio. Bien décidé à retrouver la grandeur harmonique qu’il avait connu il y a trente ans, le chanteur américain a donc cherché au plus profond de lui-même les qualités nécessaires à l’élaboration d’un album rétro digne de ce nom, surfant sur la vague actuelle, et nous offre donc le premier chapitre de sa nouvelle histoire, LOVEKILLERS, qui malgré son nom collectif cache une œuvre écrite à quatre mains, celle résultant de l’union entre un producteur multi-instrumentiste de talent et un chanteur au potentiel inégalé et inégalable. Alors, vouloir étant une chose et pouvoir en étant une autre, qu’en est-il de ce Lovekillers feat Tony Harnell qui nous laisse espérer de grandes choses sur le papier ? En étant totalement franc et objectif, ce premier LP n’a pas l’aura magique des meilleures œuvres de T.N.T, n’est pas non plus un démarcage total et se pose plutôt en synthèse globale de tout ce qu’Harnell a pu proposer tout au long de sa longue carrière, s’inscrivant dans une tendance prônée par la maison de disques italienne qui n’est jamais à court de munitions rétro pour occuper le terrain.

Lovekillers feat Tony Harnell n’est donc pas le nouveau Tell no Tales, mais se pose quand même en excellent album de Hard Rock mélodique. Tony se plaît à d’ailleurs à le décrire comme « totalement différent de tous ses projets antérieurs, avec une approche plus légère, plus américaine et un feeling très mélodique. ». Et si la première partie de l’assertion semble légèrement exagérée, puisque ces onze nouveaux morceaux portent indéniablement la patte de leur auteur, la seconde est absolument vraie, puisqu’on sent dans les mélodies et la production un réel désir de retrouver la Californie des années 85/88. Produit évidemment par Del Vecchio, dont le CV a maintenant des allures de bottin papier de Rome, cet album est une mine de chansons faussement légères, mais réellement profondes d’un point de vue émotionnel. On y sent le regard d’un artiste sur son passé, sur son parcours, mais aussi l’envie d’aller de l’avant et de ne pas se contenter de ce qui a déjà été accompli. Si la voix de l’artiste est intacte, toujours aussi pure et puissante, les compositions troussées par le tandem ont la force des histoires d’amour qui durent dans le temps, mais la légèreté des sentiments instantanés. Evidemment, les envolées techniques et suraiguës d’il y a quelques décennies ont laissé la place à une maturité vocale que l’on sent palpable sur « Bring Me Back », mais les facilités mélodiques qui nous noyaient souvent dans la mélasse ont aussi disparu, pour laisser place à des guitares tranchantes, mais souples. Et l’ouverture en aveu de « Alive Again » fait plaisir à entendre, comme si Tony avec cette nouvelle liberté acquise retrouvait des instincts naturels, plus en phase avec sa personnalité d’artiste. Avec une équipe soudée autour de lui (outre Del Vecchio à la basse et au synthé, on retrouve au line-up Gianluca Ferro à la guitare et Edo Sala à la batterie), Harnell se laisse donc aller, accorde sa confiance à Alessandro qui a parfaitement saisi la direction à suivre, et si les réminiscences de T.N.T sont nombreuses, elles ressemblent parfois à des clins d’œil très poussés.

Ainsi, impossible de ne pas voir des airs de famille entre le riff de « Intuition » et celui de « Hurricane », bâtis sur le même moule. Mais il est inutile de se livrer à l’exercice fastidieux du track-by-track pour cerner les contours de cet album, entièrement dédié à un Hard Rock mélodique de première qualité. Toujours aussi brillant lorsqu’il s’agit de combiner la puissance et l’émotion, le chanteur nous enivre de tendresse virile avec des hits comme « Ball and Chain » ou « Who Can We Run To », emprunts de ce lyrisme tragique que cette voix met tellement bien en valeur. Chacun trouvera de quoi rassasier son appétit de nostalgie, plus particulièrement lorsque la guitare singe les tics rythmiques de celle de Ronnie (« Now Or Never »), ou lorsque l’atmosphère devient plus intime et les lignes vocales enflammées (« Heavily Broken »). En puisant dans l’héritage national, Tony Harnell se fait plaisir, et revient plus convaincant que jamais, avec un postulat en forme de constat. Celui de son apport considérable à la popularisation d’un style en équilibre, qu’on réécoute toujours avec passion, et vers lequel on revient avec raison. Et cette voix unique de continuer de résonner dans nos cœurs, nous rappelant des sensations que l’on a pu éprouver un beau jour des années 80. Et si Lovekillers feat Tony Harnell n’est pas Versailles, il n’en reste pas moins un beau diner aux chandelles romantique à souhait.    

                                  

Titres de l’album :

                        01. Alive Again

                        02. Hurricane

                        03. Ball And Chain

                        04. Who Can We Run To

                        05. Higher Again

                        06. Across The Oceans

                        07. Bring Me Back

                        08. Now Or Never

                        09. Heavily Broken

                       10. No More Love

                       11. Set Me Free

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/12/2019 à 18:26
80 %    655

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02