Our Glass House

Unruly Child

04/12/2020

Frontiers Records

Un an à peine après Big Blue World, UNRULY CHILD revient sur le devant de la scène, évidemment soutenu par Frontiers pour nous présenter son nouvel album Our Glass House, toujours drivé par le trio de tête Marcie Free (chant), Bruce Gowdy (guitare, chœurs) et Guy Allison (claviers). Cette fois-ci, le trio légendaire s’est entouré du gourou de la basse fretless Tony Franklin, et du batteur Jay Schellen, pour retrouver ce son d’origine qui avait frappé de plein fouet les amateurs de Hard-Rock mélodique sur le séminal Unruly Child, accusant déjà vingt-huit ans d’existence. S’il est toujours très difficile de retourner dans le temps pour essayer de s’injecter son propre sang de jeunesse, le trois musiciens ont au moins le mérite d’essayer depuis leurs retrouvailles en 2010, mais chaque album - aussi bon soit-il - ne fait que nous rappeler que ce fameux premier effort reste un cas isolé dans la production du groupe, et un one-shot aussi génial que difficile à reproduire. On le sait, avant sa réunion dans les années 2000, le combo à souvent changé de line-up, et ce manque de stabilité a empêché le concept de trouver un équilibre stable au travers des années. Mais depuis 2010 et l’enregistrement de Worlds Collide, les choses se sont réglées d’elles-mêmes, et chaque nouvelle sortie a ravi les amateurs de Rock mélodique et de Classic Rock. Le seul problème étant toujours le même, à savoir qu’UNRULY CHILD a beau publier des albums impeccables dans la forme, le fond manque cruellement de passion, et pis encore, de ces hit singles que l’on est en droit d’attendre de musiciens de cet acabit.

Our Glass House ne fait pas exception à la règle, à quelques détails près, comme d’habitude. Si l’instrumental est toujours aussi léché, si les partitions individuelles sont jouées à la demi-croche près, le manque de passion qui émane de ce nouvel album frappe de plein fouet. On apprécie évidemment les parties de chant toujours aussi immaculées de Marcie, on aime par-dessus tout la basse roulante et fluide de Tony, le magicien des graves, on craque pour ces chœurs radiophoniques toujours bien placés, mais on cherche désespérément un point d’accroche qui pourrait nous lier à ces chansons qui passent, mais ne laissent qu’un souvenir fugace dans la mémoire et le cœur. Certains morceaux sortent du lot, bien sûr, comme le très laidback « Talked You Out Of Loving Me » qui nous replonge dans les plus belles années de l’Americana, ou le plutôt tendu et percussif « Poison Ivy », qui pendant six minutes nous renvoie aux plus belles lettres écrites par le groupe. Il est toujours difficile de reprocher quoi que ce soit à un groupe irréprochable, ce qu’UNRULY CHILD est sans conteste. La production, dense et touffue, écrase un peu l’espace et ne permet pas toujours à la guitare de respirer correctement, à tel point qu’on la pense en apnée la plupart du temps, spécialement lorsqu’elle est en son clair. Pourtant, les syncopes sont là, le répertoire est varié pour fédérer, mais le tout sonne hermétique, comme un disque enregistré en pilotage automatique en se basant sur les capacités de musiciens rodés depuis la nuit des temps.

Comprenez bien que je ne m’amuserai pas à comparer le professionnalisme d’Our Glass House à la fraicheur d’Unruly Child, surtout après trois décennies passées à peaufiner le répertoire ou à élaborer des sorties de route en compagnie de Glenn Hughes (DEEP PURPLE), Bobby Kimball (TOTO), DOOBIE BROTHERS, BOZ SCAGGS, AIR SUPPLY, ou les THE MOODY BLUES. Lorsqu’on atteint un tel niveau de maturité, il est impossible de se replonger dans le reflet de sa jeunesse, et seule l’expérience parle, à défaut d’un enthousiasme qu’on espère quand même intact. Mais en écoutant ce nouvel album, on se pose clairement la question : à quel public s’adresse aujourd’hui la musique d’UNRULY CHILD ? Pas aux fans de Hard-Rock qui déploreront le côté Classic Rock de l’affaire. Pas aux fans de Classic Rock non plus qui trouveront l’album un peu rigide et osons le terme, fouillis. Les amateurs de Rock dur et mélodique pourront y trouver leur compte, en tombant sur un burner de la trempe de « Say What You Want », qui maintient la tension et ne ménage ni les effets ni les arrangements. Mais avec une heure de musique remplie à ras bord, avec deux morceaux en relecture donnés façon bonus, des pistes jouant avec le chrono (« Our Glass House »), le trio a pris de gros risques, et surtout celui de voir l’auditeur lâcher l’affaire en route, assommé par cette confusion et ce flot incessant d’informations.

Lu en diagonale, ma chronique pourra sembler meurtrière, mais là n’est pas son but. Habitué des crossovers les moins probables, j’ai aimé cet album, et même chanté certains de ses refrains, tapé du pied en rythme (« Everyone Loves You When You’re Dead »), mais le timing excessif de certaines pistes qui recyclent des idées en boucle, ce chant qu’on devine plus qu’on ne ressent, cette façon de glacer le tout avec un son trop épais, tout sonne comme si la démonstration avait été privilégiée à l’émotion, et finalement, on ressort de cette heure passée avec les UNRULY CHILD plus sonné qu’autre chose. Pourtant, les appels du pied aux eighties sont toujours savoureux (« Underwater »), la douceur est traitée façon smooth et légèrement bluesy sur les bords (« Catch Up To Yesterday »), l’énergie ne se dément pas même si elle s’adoucit en cours de route (« Freedom Is A Fight »), l’up tempo est traité avec tout le sérieux qu’il implique (« The Wooden Monster » à la rythmique inventive et ludique), mais…rien ne frappe directement au centre, comme un clinic donné comme à la parade dans un centre quelconque pour démontrer le niveau mais pas le prouver concrètement en collectif.

En définitive, comme témoignage de son époque qui louche méchamment vers le passé, Our Glass House est absolument parfait. Il fonctionne peu ou prou comme une galerie des glaces qui renvoie un reflet déformé, agrandi, faussé, de celui qui se présente devant lui, et le groupe ici adopte le même fonctionnement. On le retrouve tel qu’on l’a aimé, tel qu’on la redécouvert il y a quelques années, tel qu’il sonnait en l’absence de ses membres fondateurs, et pourtant, l’image sonore dérange. Comme si quelque chose brouillait la vue. Alors, à chacun son avis, et je comprendrai tout à fait que vous puissiez adorer cet album. Mais je ne peux m’empêcher de n’y voir qu’un exercice de style, et plus une passion viscérale.

 

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Poison Ivy

02. Say What You Want

03. Our Glass House

04. Everyone Loves You When You’re Dead

05. Talked You Out Of Loving Me

06. Underwater

07. Catch Up To Yesterday

08. Freedom Is A Fight

09. The Wooden Monster

10. Here To Stay

11. To Be Your Everything 2020

12. Let’s Talk About Love 2020


Facebook officiel


par mortne2001 le 20/12/2020 à 17:25
75 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

D'accord avec Buck Dancer sur ce titre.Le précédent extrait était bien plus savoureux.A voir la totalité de l'oeuvre donc...Par contre, le clip est chiadé.

26/02/2021, 08:38

Buck Dancer

De savoir que Rutan fait désormais partie du groupe éveil ma curiosité pour l'album, mais le morceau s'écoute et s'oublie une fois terminé. Certainement un résumé de ce que sera l'album a mes oreilles. 

25/02/2021, 15:58

Moshimosher

Intéressant, intéressant...

25/02/2021, 13:59

Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30

Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56

Arioch91

Ca dépote ! Mais ça, je le dis souvent, j'écoute l'album et souvent, je finis par dire : next !Donc je vais pas m'emballer et écouter l'album plus en détails avant de me prononcer.

25/02/2021, 08:52

Humungus

Ah là oui !C'est effectivement très cliché dans le genre (ce qui reste quasi obligatoire d'ailleurs dans le style), mais effectivement, c'est largement au dessus de la moyenne pour ce qui est de la "clarté" de l'ensemble.Tr&e(...)

25/02/2021, 08:14

Humungus

Mouuuais...Au vu de vos avis dithyrambiques, je me suis donc penché sur ce bazar que je ne connaissais pas du tout :Je n'y ai absolument rien trouvé de ce que vous a fait frissonner les gars.Cela m'a fait penser à du Deathcore.J'avai(...)

25/02/2021, 08:10

Jefflonger

Très sympa à regarder cette vidéo, merci. De mon côté j'ai vu plusieurs fois le groupe en concert sans posséder les albums. L'erreur est réparée  et je les écoute maintenant régulièrement sauf sign of the d(...)

24/02/2021, 17:41

POMAH

C'est pas mal du tout. Cela manque un poil d'agressivité, mais y'a du bon la dedans.Cela me rappel Betray my secrets - Shamanic dreams. 

24/02/2021, 17:15

Gargan

Vraiment hâte d'écouter, en espérant un mix entre nostalgie et des riffs de qualité de l'époque plus récente.

24/02/2021, 13:02

RBD

En voilà qui ont mangé du Slayer quand ils étaient petits. On dirait du The Haunted.

24/02/2021, 12:10

Gargan

Vidéo sympa, bien que j'ai du mal avec le rythme et la lecture de notes. ça viendra.Scène découverte sur le tard, avec comme favoris le contamination rises de No return et le sublime dementia des Louds, symposium d'Agressor et signs of the decline vena(...)

23/02/2021, 18:42

Buck Dancer

Une petite mise en bouche avant la sortie d'un EP de nouvelles compos.... dans 4 ou 5 ans ? 

23/02/2021, 13:41

Arioch91

Massacra, un pote de bahut achetait des CD par palettes entières tous les mois.Il m'en passait quelques uns. J'en copiais certains sur K7 mais j'avais trop d'un coup. Aussi le premier Massacra fut vite passé aux oubliettes, comme malheureusement plein d&a(...)

23/02/2021, 09:17

Humungus

Je ne connais pas le groupe mais il est toujours triste que des fans de BLACK FLAG et de Suze se sépare...

23/02/2021, 09:10

Humungus

AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!! !!! !!!J'en rêvais !!! Ils l'ont fait !!!En souhaitant effectivement que la légende perdure putain !

23/02/2021, 08:58

POMAH

Si c,est aussi bon qu'Iron Man, achat direct.

23/02/2021, 08:50

Solo Necrozis

Hâte d'entendre ça... Iron Man, c'était quelque chose.

23/02/2021, 08:06

Bones

Exact, encore du Thrash vendu au mètre. Maîtrise, codes bien présents... mais la magie n'opère pas non plus chez moi.

23/02/2021, 07:47