Dans une lettre reçue cette semaine, sans expéditeur, j’ai découvert deux albums dont j’ignorais l’existence, et deux groupes qui fatalement m’étaient inconnus. Je savais que la chronique de l’un des deux m’incombait, mais j’étais surpris de découvrir le second, jusqu’à ce que mon (pas si) mystérieux (que ça) expéditeur se livre à une confidence roublarde et lâche un libidineux « Je t'ai même mis un CD affriolant ». Sans connaître le contenu de cet album, je faisais mine d’être complice de cette blague, jusqu’à ce que je découvre le line-up de KILLIN’ BAUDELAIRE. C’était donc ça qui déclenchait ce sous-entendu viril, mais une fois de plus, inutile de se fier au genre des musiciens pour s’intéresser à une musique. Balayons donc cette composante d’un revers de phrase, oui, KILLIN’ BAUDELAIRE est ce qu’on appelle un all-female-band, mais l’anecdote s’arrête là. Fondé début 2015 du côté de Milan, le groupe a mis deux ans à se stabiliser, avant de se formaliser autour d’une formation solide. Aujourd’hui, en 2020, le combo s’articule autour de Martina Cleo Ungarelli au chant, Martina Nixe Riva à la guitare et aux chœurs, Alice Lane Pandini à la basse et aux chœurs et Elisa Helly Montin à la batterie. Vertical Horizon est donc leur premier album, mais succède quand même à un EP, It Tastes Like Sugar publié en octobre 2016 sur Bagana Records. C’est donc à un quatuor ayant une expérience du studio auquel nous avons affaire, et inutile de dire que ce premier LP sonne pro aux entournures. En choisissant de ne pas trop se baser sur la complexité, mais sans sombrer dans la simplicité vulgarisatrice, nos quatre musiciennes transalpines nous offrent donc une vue sans encombre sur la scène alternative italienne, qui a méchamment compris les enseignements américains sur le sujet.

Soyons clair et net, Vertical Horizon ne révolutionnera pas le Metal, et encore moins le Rock. Cet album est d’un formalisme assez confondant, utilisant toutes les armes de séduction musicale à sa portée. En mélangeant le Nu-metal des nineties, le Metalcore light du siècle suivant, et quelques astuces de Rock alternatif, KILLIN’ BAUDELAIRE propose un mélange classique, mais efficace. Les riffs ne cherchent pas Petrucci à quatorze heures, et les structures sont toutes d’une logique imparable, avec une succession classique de couplets hargneux et de refrains joyeux. Là où le groupe se montre le plus intelligent, c’est lorsqu’il varie les humeurs et ambiances, conférant à ce premier album un parfum très personnel lui permettant de se distinguer de la masse. En effet, chaque titre à sa propre atmosphère, bien qu’on puisse tous les classer par catégorie (hymne teen, balade romantique, crise de colère Core…), et que l’influence de nombreux groupes se fait ressentir. On pense à LINKIN’ PARK évidemment, mais aussi à PAPA ROACH parfois dans les moments les plus Metal, mais lorsque le groupe s’oriente vers des choix plus Rock, il se montre plus convaincant et catchy. Ainsi, « Still Burning » et son phrasé Rap sur fond de burner Rock est un pur délice, et on regrette d’ailleurs que le groupe n’opte pas plus souvent pour le radicalisme puriste d’un Rock plus simple, et moins connoté. Ceci étant dit, les musiciennes se montrent efficaces sur tous les terrains, et entre une ouverture d’une franchise totale (« Lullaby », et son riff redondant et épuré), un aveu Classic Rock traditionnel, mais toujours appréciable (« Don’t Give a F**k » au refrain qui ne laisse planer aucun doute), et un moment de relâchement en sensibilité cristalline (« Building Ends »), l’éventail des possibilités est grand ouvert, et révélateur d’un potentiel remarquable.

Niveau individualités, on accordera pas mal de crédit à Martina Cleo Ungarelli, qui possède un timbre intéressant et séduisant, et qui est capable de moduler, de la caresse au grognement. Elle se permet de transcender une base instrumentale tout à fait classique, bien que la rythmique constituée d’Elisa Helly Montin et Alice Lane Pandini soit tout à fait capable. Aucune démonstration donc, mais une belle cohésion, et une guitariste qui tire de son instrument des riffs qu’on retient, le tout agrémenté de quelques fantaisies électroniques au niveau des arrangements. Le point de focalisation de ce genre d’album a toujours été son efficacité dans la diversité, ce qui nous permet de passer d’un hit rap/Core de la trempe de « Tearing All Your Words Down » et ses cris assez convaincants à un tube alternatif syncopé et entrainant comme « The Mongrel ». En optant pour des morceaux la plupart du temps concis et brefs, les KILLIN’ BAUDELAIRE ont fait le bon choix, leurs idées étant pour la plupart assez choc et succinctes. Certains auditeurs seront certainement un peu déstabilisés par ce parti-pris éclectique, qui laisse les morceaux dériver du Metal au Pop Rock légèrement punky (« Later / Hater »), mais c’est justement cette variété (totalement assumée d’ailleurs) qui confère à Vertical Horizon ce charme frais et légèrement naïf. Mais n’allez pas vous méprendre sur le potentiel des musiciennes, carrées, pros, et surtout capables de pondre un hit jumpy de la qualité de « Stay ». je vous accorde qu’on a déjà entendu tout ça, en mieux, en moins bien, en Europe et aux Etats-Unis, mais je persiste à dire qu’il n’est pas donné à tout le monde de couvrir autant de terrain tout en y lâchant des mines teen explosives comme « Still Burning ».

Et malgré le tracklisting qui s’étire jusqu’à treize morceaux, l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez, grâce à des modulations intelligentes (« Leader = Deceiver », l’un des meilleurs avec ses allusions R’n’B étonnantes), et des moments d’efficacité purs et durs comme du Rock sûr (« Shoot »). Un premier album en tout point remarquable, qui présente le visage d’un groupe homogène mais hétéroclite, et qui mérite plusieurs écoutes pour être apprécié à sa juste valeur.   

                                 

Titres de l’album :

                        01. Lullaby

                        02. (Ex)ecute

                        03. Don’t Give a F**k

                        04. Tearing All Your Words Down

                        05. Building Ends

                        06. The Mongrel

                        07. Later / Hater

                        08. Stay

                        09. Still Burning

                        10. Leader = Deceiver

                        11. Blind Fate

                        12. Shoot

                        13. Vertical Horizon

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/03/2020 à 17:32
78 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.