Blvds of Splendor

Cherie Currie

28/04/2020

Blackheart Records

Devoir chanter à seize ans un truc comme « Cherry Bomb », ça doit aider à murir plus vite, ou à rester traumatisée à vie. Si l’on regarde le film éponyme de  Floria Sigismondi (et beaucoup ont découvert l’histoire du groupe par ce biais), on comprend vite que cette petite blonde n’avait pas l’air très à l’aise avec ses combinaisons la transformant en poupée sexuelle pour public avide de chair fraîche. J’ai toujours eu une admiration sans borne pour Kim Fowley, parce qu’au contraire de connards comme Malcolm McLaren, il avait le génie, il est était musicien, et il était vraiment barge dans sa folie, sans faire semblant. Il avait la classe des tarés qui obtiennent toujours ce qu’ils veulent. Et ce qu’il voulait en l’occurrence, c’était un groupe qui excite autant les yeux que les oreilles. D’où ces RUNAWAYS qui ont suscité bien des peines chez les mères américaines, désolées de voir leurs enfants par procuration emprunter le chemin d’un Rock n’Roll qui n’était pas de leur âge. Parce que Cherry CURRIE sur scène, ça n’était ni LITTLE EVA ni Diana ROSS, c’était une baby-doll aux moues étudiées, au phrasé élaboré, à l’attitude démesurée imposée par ce satané manageur qui en voulait plus niveau déhanchement et provocation. Bon bref, on ne va pas se refaire l’historique un peu triste des RUNAWAYS, elles ont carburé pendant quatre ans, mais c’était il y a quarante ans, et depuis, elles ont toutes suivi leur chemin même la pauvre Sandy partie en 2006 d’un cancer. Aujourd’hui, ce qui nous intéresse, c’est l’actualité de Cherry, qui en 2020 se propose de nous résumer son parcours solo de ces quelques dernières années, et comme à l’époque de son premier groupe, les choses ne sont pas faciles.

On pourrait se dire en écoutant Blvds of Splendor qu’il résulte d’un processus naturel, que sa mise sur le marché a été simple et logique, mais il n’en est rien. Lorsque Cherry a sorti son dernier solo, Reverie en 2015, Blvds of Splendor était déjà plus ou moins dans la boite et prêt à sortir. Sauf que le label du groupe désirait patienter un peu avant d’enfoncer le clou (sachant que Blackheart Records, comme vous l’aurez peut-être compris, est le label de Joan Jett et Kenny Laguna), alors même que l’album était en phase de travail depuis…2010 et la sortie du film The Runaways. En patientant, le hasard se dit qu’une petite intervention malheureuse ne pouvait pas faire de mal, et frappa de plein fouet la pauvre Cherry qui faillit mourir d’un coup de tronçonneuse qui la laissa partiellement paralysée au niveau du visage…

Encore dix mois de traumatisme, et puis une convalescence durant laquelle elle tombe sur Brie Darling, batteuse et chanteuse des légendaires FANNY, avec qui elle décide d’enregistrer The Motivator, l’année dernière. A ce point-là, on se dit que Blvds of Splendor est décidément un LP maudit, mais en 2019, il sort enfin en version vinyle très limitée, avant de connaître une seconde vie cette année en version digitale et physique. C’est donc un album qui accuse dix ans de travail auquel l’auditeur et fan aura affaire, et la moindre des attentes reste la perfection dans la composition…Avec un peu d’appréhension, me demandant de quoi l’ex-idôle sixteen était encore capable, j’ai glissé ce LP entre mes oreilles, et je dois reconnaitre une chose. Cherry comme tout le monde a vieilli, mais musicalement, elle est toujours aussi jeune, même si ses choix parfois s’adaptent à son époque, sans rien renier de son passé tumultueux et glorieux. Il y a des traces des RUNAWAYS dans ce disque, mais surtout, des preuves de la maturité musicale d’une chanteuse incroyable, qui n’a rien perdu de sa puissance et de son charme. Le timbre de sa voix est évidemment plus mature, mais il s’accorde merveilleusement bien des tonalités de Rock adolescent devenu adulte que ces quelques chansons adoptent. Composé en compagnie de Matt « G’N’R » Sorum, et produit par ce dernier, Blvds of Splendor charrie son lot de vedettes venues prêter main forte à la blonde chanteuse, et c’est ainsi qu’on retrouve dans la liste des invités Billy Corgan des SMASHING PUMPKINS, Slash et Duff McKagan de GUNS N' ROSES, mais aussi Juliette LEWIS, Brody DALLE, THE VERONICAS, soit pas mal de beau monde pour célébrer cette fête donnée en l’honneur du Rock n’Roll, celui-là même que Cherry chantait dans les années 70.

Il n’est plus question de Glam de bac à sable depuis longtemps, tout comme le Punk a remisé ses derniers oripeaux au placard, et le Rock, le vrai, joué Hard ou non occupe le centre des débats sur ce nouvel album qui connaît de fait une seconde jeunesse en 2020, agrémenté de trois inédits. Et comme pour bien marquer son allégeance au Hard Rock le plus classique et formel, dame CURRIE a voulu débuter les hostilités par un up-tempo high on energy, profitant de l’aide de Slash et Duff McKagan se déchaînant sur « Mr. X ». Mais on sait la chanteuse versatile et électrique dans ses goûts, et rien d’étonnant à tomber sur un boogie Pop-Rock comme « Roxy Roller » juste après. Le ton est vrai, mais la production moderne, avec un vrai désir de s’adapter au marché contemporain sans trahir ses racines. Là est l’atout majeur de ce qui aurait pu n’être qu’un album solo de plus, peut-être de trop, son identité qui résume tout le parcours d’une artiste attachante, et en quelque sorte inspiratrice majeure du mouvement Riot grrl qui agita les nineties. Cherry fut Rock, Punk quelque part, Glam, et mélange le tout aujourd’hui, se souvenant avec affection de la simplicité des hymnes de son ancien groupe (« You Wreck Me »), tout en embrassant le vingt-et-unième siècle d’une touche de modernité bienvenue (« Black Magic » et on intro à la APOLLO 440).

Bien épaulée, CURRIE nous offre un véritable festival de joie de jouer. Tous les morceaux de cet album sont d’importance, sonnent authentiques, et développent toujours une idée intéressante. On sent la patte de Billy Corgan sur « Blvds of Splendor », qui s’incruste même au niveau du chant, mais on retrouve la rage juvénile et le plaisir exubérant de l’adolescence sur l’enivrant « Force to be Reckoned With ». De sa voix inimitable, à mi-chemin entre Benatar et Lita Ford, Cherry ne se contente pas de cerises rouges comme le désir, mais rocke comme elle l’a toujours fait, utilisant les codes de la Pop et du Pop Punk pour développer des refrains addictifs. Rarement plus de trois minutes, à quelques exceptions près, l’essentiel, des guitares au son un peu trafiqué mais toujours râpeuses, et des instants plus lourds de conséquences, lorsque l’émotion s’installe au coin des souvenirs (« Rock & Roll Oblivion »). Ces moments-là sont précieux, parce que gorgés de feeling, comme cette sublime ballade « Shades » qui jette une ombre sur le présent. Qui est vraiment Cherry CURRIE en 2020, et quelqu’un la connaît-elle vraiment ? Nous en connaissons tous une partie, celle qu’elle a bien voulu dévoiler à travers son art, mais la femme elle, reste secrète. Blvds of Splendor en substance, est sans doute l’album le plus personnel de la chanteuse, bien plus que son premier Beauty's Only Skin Deep, paru un peu trop tôt en 1977. En bonus, nous nous voyons offrir trois inédits en bonus-tracks, ou presque, puisque Cherry se permet une autocitation via l’éternel « Queens of Noise » entonné en compagnie de Juliette LEWIS, Brody Dalle, et THE VERONICAS. Un clin d’œil au passé, un de plus, ce passé trop fameux qu’on ne peut pas oublier. Mais ce clin d’œil, loin d’être un souvenir de prison sent bon la nostalgie d’années passées tellement vite qu’elle aurait du les oublier à jamais.

Certes, pour beaucoup, Cherry CURRIE sera à jamais cette petite blonde à croquer, chanteuse des RUNAWAYS, et rien d‘autre. Blvds of Splendor prouve que quarante ans plus tard, elle est toujours là, plus vivante et rockeuse que jamais. Pas sûr qu’elle ait encore envie de fuguer à son âge.   


Titres de l’album :

                       01. Mr. X

                       02. Roxy Roller

                       03. You Wreck Me

                       04. Black Magic

                       05. Blvds of Splendor

                       06. Force to be Reckoned With

                       07. Bad and Broken

                       08. Rock & Roll Oblivion

                       09. Shades

                       10. Draggin’ the Line

                       11. Breakout

                       12. The Air That I Breathe

                       13. What Do All the People Know? (bonus track)

                       14. Gimme (bonus track)

                       15. Queens of Noise (bonus track)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/05/2020 à 14:16
80 %    1087

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


recber
@78.192.38.132
27/05/2020, 19:14:09
C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49