Black Abomination Spawn

Omegavortex

13/11/2020

Invictus Productions

Nouveau groupe qui ne l’est pas vraiment, et premier album qui couronne en fait plus de dix ans de carrière pour les allemands d’OMEGAVORTEX. Car avant de s’appeler OMEGAVORTEX, le groupe répondait au nom d’AMBEVILENCE, nom sous lequel les musiciens ont sorti une démo et un EP avant de se rebaptiser. Pourquoi ? Bonne question, mais laissons les spéculations de côté pour nous intéresser à cette première œuvre, que le label Invictus Productions loue de toutes ses lignes promotionnelles. C’est un euphémisme de dire que la maison de disques irlandaise croit à son poulain, puisque la promo sheet accompagnant cette réalisation déborde d’euphorie et de comparaisons flatteuses. Ainsi, nos amis d’outre-Rhin se voient successivement comparés à des valeurs sures comme NECROVORE, MORBID ANGEL (celui des jeunes années), INCUBUS (de Floride), POSSESSED, REPULSION, SADISTIK EXEKUTION, PROFANATICA, ou SARCOFAGO, ce qui en dit long sur la foi d’Invictus quant à cette « entame de carrière » qui n’en est pas vraiment une. Mais alors, comment séparer le vrai du faux et l’euphorie de l’objectivité la plus honnête ? En écoutant cet album, qui effectivement, est d’une qualité incroyable, proposant pourtant un mélange bien connu des amateurs d’extrême. Sans connaître vraiment l’identité de ses membres, qui se désignent eux-mêmes par des initiales (X - basse, B - batterie, P - guitare, R - guitare/chant et l’intrus Nils Kreul - batterie depuis l’année dernière), il est tout à fait possible d’apprécier cette musique que le groupe définit lui-même comme un Cosmic Horror Maelstrom, balisant ainsi la violence émanant de ses compositions. Et c’est peu dire que le barouf des allemands est digne d’un big-bang, même si Black Abomination Spawn n’est pas qu’une percussion stellaire entre des météorites à la vitesse hallucinante. Et de fait, ce premier longue-durée propose aussi des ambiances plus travaillées, et pourrait même s’appréhender comme la somme de deux parties différentes, dixit le label.

Pour obtenir le son désiré, le groupe a opté pour un « raw mix », histoire d’envoyer bouler les techniques modernes. Il a toutefois travaillé le mastering en compagnie de Patrick Engel, au Temple of Disharmony, pour obtenir un son professionnel, mais suffisamment sauvage pour ne pas dénaturer sa philosophie. Et cette philosophie se place en convergence du Black et du Death, sans forcément verser dans le prévisible sauvage d’un Black Death un peu trop convenu. En gros, Black Abomination Spawn fait beaucoup de bruit, mais ses échos sont personnels. On comprend assez vite la démarche en acceptant le chaos imposé par « Netherworld Descendant », qui rappelle les prises de contact de THANATOS, en version atomisée et amplifiée par une rage presque palpable. Monolithe sonore, ce début d’album largue les amarres et s’envole dans un trip aux confins de la brutalité, sans laisser la dextérité instrumentale au placard. Il fait dire qu’avec treize ans d’existence, les musiciens ont largement eu le temps de roder leur talent, et qu’ils atteignent aujourd’hui une maturation assez fascinante. Tout est parfaitement en place, la rythmique est remontée comme une centrale nucléaire au bord de l’accident, et la violence dont fait preuve le quintet a de quoi effrayer les plus timorés, certainement mal préparés à cette déferlante qui nous noie sur l’implacable « Cosmic Horror Maelstrom ». Le leitmotiv même du groupe trouve donc son illustration la plus parfaite, et rappelle en effet les débuts de MORBID ANGEL, lorsque les floridiens se proclamaient « groupe le plus technique et violent du monde ».

Même propension à lâcher plus de riffs que de raison, même envie de donner à chaque instrument la latitude dont il a besoin, même voix rauque et démoniaque, et pourtant le mimétisme n’est pas de mise, puisque l’identité d’OMEGAVORTEX est suffisamment affirmée pour qu’il ne se repose que sur son propre talent. On pense aussi à une version démultipliée de NOCTURNUS, mais ce magma sonore évoque bien des souvenirs passés, ramenés au présent par une habileté sans pareille. Le mixage, effectivement très basique nous permet d ‘apprécier la sauvagerie sans qu’elle ne soit compressée ou édulcorée, et la mémoire nous replonge dans les affres des nineties, avant que le son des albums ne soit normalisé. Atteignant une intensité redoutable, les allemands jouent sur du fil barbelé, et entament un voyage au long-cours, dominé par des pas de blasts géants, et par des arrangements de guitare qui ne sont pas sans rappeler la dévotion satanique du grand Trey Azagthoth. Et nous croyant embarqués dans un trip supersonique n’admettant aucune étape ni ralentissement, nous nous laissons porter par le flot de brutalité qui semble-t-il, repose sur des bases de turbine en mouvement perpétuel.  « Soul Harvest » continue le massacre, avec toujours en exergue cet affrontement entre les guitares et la basse, mais « Stellar Death » change enfin la donne, modère la vitesse de croisière, et impose une ambiance plus délétère sans éloigner le groupe de la folie qui l’anime depuis le début du métrage.

Mais en version poisseuse et lourde, le groupe n’en est pas moins convaincant, et ce changement de cap n’altère pas la sauvagerie d’ensemble. Plus proche évidemment du BM que du Death, Black Abomination Spawn souligne alors ses côtés les plus malsains, sans renoncer à placer aux endroits judicieux des accélérations en 5G qui laissent le dos complètement en vrac. Et si les plans se succèdent avec plus de variations, la brutalité générique ne cède pas d’un pouce, et les étapes se succèdent dans un ballet outrancier, nous obligeant à supporter cette pression tout en restant euphorique et persuadé de participer à une expérience sensorielle unique.

Sans payer de mine, OMEGAVORTEX côtoie donc les étoiles autrefois brillant pour MORBID ANGEL, se permet du surplace glauque (« From Obscurity »), avant de laisser les moteurs partir en vrille une dernière fois (« B.A.S. »). Treize ans pour un premier album, c’est long, mais cette attente nous a évité le coup du brouillon, puisque Black Abomination Spawn se présente sous la forme d’une copie immaculée sans aucune faute de goût.      

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Netherworld Descendant

02. Cosmic Horror Maelstrom

03. Violent Transcendence

04. Void Possessor

05. Soul Harvest

06. Stellar Death

07. Gateways

08. From Obscurity

09. B.A.S.


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2020 à 14:02
88 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16