Detroit Stories

Alice Cooper

26/02/2021

Ear Music

Detroit, le nom qui fait vibrer tous les rockeurs dignes de ce nom. Une ville industrielle, aux mains de General Motors, Ford et Chrysler, une ville qui dans les années 30 avait hérité du nom de motor city, et qui connut un déclin aussi rapide et violent que son ascension. Dans les années 70, la population afro-américaine y grandit, au point de déclencher de fameuses émeutes. Mais Detroit, c’est avant tout un son, ou plutôt, plusieurs sons. Le son d’un Rock abrasif, engagé et sans concessions, d’une Funk et d’une Soul des quartiers les plus défavorisés, et un melting-pot extraordinaire qui en fit une ville aussi importante que Los Angeles, San Francisco ou Nashville. Excusez du peu, mais avec des noms à l’affiche comme ceux des STOOGES, de Ted NUGENT, MC5, Bob SEGER, GRAND FUNK RAILROAD, il y avait de quoi se tailler les muscles et parfois les veines, même si les effluves de la Motown avaient de quoi panser bien des plaies. Mais Detroit, ce fut aussi la ville d’un des artistes les plus attachants et créatifs du Rock, d’un des maîtres du Shock-Rock, d’un des adorateurs de la guillotine et des boas constrictor, ALICE COOPER. ALICE COOPER à l’époque de Detroit était encore un groupe, avant de devenir l’alter-ego parfait de son chanteur vedette, soudainement parti en solo. THE EARWIGS (« Les perce-oreilles ») en 1964, puis THE SPIDERS et THE NAZZ, avant de se rebaptiser ALICE COOPER en 1968, un début de carrière hésitant et des connexions avec Frank Zappa via les GTO, avant l’explosion des années 70 et l’accession à la starification, but logique pour un groupe concentré de talents incontestables.

A l’inverse des MC5 ou des STOOGES, ALICE COOPER ne s’inscrivait pas dans cette logique de contestation urbaine et de dénonciation d’une vie monotone et cruelle. Non, le but du groupe était justement de théâtraliser la réalité pour la rendre plus effrayante encore, mais plus cartoon. Et si depuis, le nom de Vincent Furnier et celui d’ALICE COOPER se sont mélangés au point d‘être indissociables, le parcours de l’artiste n’a pas été émaillé que de succès et de réussites. Après le succès incroyables des seventies, Alice/Vincent a/ont traversé des périodes difficiles, maculées de drogues et humides d’alcool, et ça n’est qu’au prix d’un asservissement au Dieu Billboard qu’ALICE COOPER a retrouvé le chemin des charts avec le corrompu et fardé Trash. Depuis, des disques anecdotiques, d’autres très mauvais, mais toujours la foi, et l’attachement aux racines le faisant régulièrement humer l’air de cette ville qu’il a si bien connue avant de migrer en Californie. Et plus de cinquante ans après ses débuts, Vincent retourne donc à Détroit pour en tirer des leçons, et un bilan assez exhaustif de ses années de jeunesse et de folie.

J’en étais resté pour ma part à l’excellent Paranormal, qui il y a quatre ans avait annoncé un grand retour en forme de l’homme au chapeau. Rythmique aiguisée, chant roublard, hymnes à une jeunesse qu’il n’a jamais perdue, cet album excusait des sorties de route aussi graves que l’ignoble Welcome 2 My Nightmare qui peinait à renouer avec la légende au point de la ternir de façon presque indélébile. Ce « presque » était donc justifié par la qualité de cet album, mais c’est surtout l’EP Breadcrumbs qui mit le feu aux poudres et aux oreilles. On sentait que le chanteur immortel avait envie d’un retour aux sources cette fois-ci réussi et valable, et qu’il n’avait pas l’intention de tirer le rideau avant d’avoir salué son public avec force et honneur. En lisant entre les lignes, Breadcrumbs annonçait modestement la réussite absolue qu’incarne Detroit Stories avec un panache incroyable. D’abord, en annonçant le retour au bercail de certains anciens partenaires, toujours aussi frais, et en prônant la diversité qui faisait la richesse de cette ville dans les années 60 et 70. Mais sincèrement, et aussi percutants furent ces quelques titres balancés tout sauf innocemment, rien ne laissait présager de cette explosion hédoniste incarnée par les quinze morceaux de ce nouvel album, aussi frais que certains des classiques sortis à l’âge d’or. Pour parvenir à ce résultat, Alice n’a évidemment pas travaillé seul, mais a rassemblé les troupes. En choisissant une fois de plus le wizard kid Ezrin aux consoles, le COOP a encore une fois accordé sa confiance avec pertinence, puisque Bob lui a troussé un son analogique de la trempe de ses meilleurs boulots historiques. Evidemment, Detroit Stories n’est ni Berlin de Reed, ni Welcome to my Nightmare, mais il se place en bonne échelle dans l’œuvre du monsieur loyal, pour une simple et bonne raison : sa sincérité. Plus sincères que ces quinze chansons - et malgré quelques remplissages qui auraient pu être évités - je ne vois guère que les premiers hits du groupe et même plus : les débuts lorsque le combo reprenait encore les standards des légendes du Rock des sixties.

Aux côtés du COOP et d’Ezrin, un autre invité de choc, et pas des moindres, le grand Wayne Kramer, qui a supervisé le boulot mais en a profité aussi pour prouver que sa légende de guitariste flamboyant n’était toujours pas ternie. Autour de ce trio incroyable, gravitent d’autres satellites, comme les anciens comparses d’Alice au sein du COOPER band de l’époque bénie. La guest-list du coup à des allures de who’s who du Rock des seventies, et honore Detroit de ses incarnations les plus révérencieuses et honnêtes. En renouant avec son goût du cabaret, Alice a laissé tomber les approches Metal trop évidentes et le son aseptisé des productions Hard-Rock des années 2000. Ici, pas de compression, pas de normalisation, mais des instruments qui respirent et s’expriment, comme la batterie du fantastique Johnny "Bee" Bedanjek, l’enfant prodige qui assure à ce disque une cohésion incroyable. Steve Hunter, Tommy Henriksen, Tommy Denander, Paul Randolph, Joe Bonamassa, Dennis Dunaway sont là, mais Lou Reed, MC5 et Bob Seger aussi, pas en personne mais au travers d’une chanson que le COOP a repris avec une joie féroce et un appétit insatiable. Tout commence d’ailleurs avec une reprise, ce qui en dit long sur l’amour que porte Vincent au répertoire de sa ville natale et à ses extensions new-yorkaises. En citant le VELVET dans le texte via le « Rock ‘N’ Roll », Alice dit tout le bien qu’il se souvient de ses années de reprises et d’appropriations d’un matériel externe. Et avec une appropriation pareille en entame, Detroit Stories ne pouvait être que l’évènement qu’il est.

On prend acte de trois covers sur cet album, avec outre la citation Reed, le « Sister Anne » du MC5 et le « East Side Story » de Bob SEGER. Le reste s’est partagé entre Alice, Bob, Tommy Henriksen, Dennis Dunaway, Tommy Denander et quelques autres qui ont alimenté la pompe à Juke-box avec des singles imparables et symptomatiques de l’air d’un temps que les moins de 70 ans ne peuvent pas avoir connu en direct. En tant que maître d’œuvre de ce presque chef, Alice a tenu a donné corps à toutes les tendances en vogue dans son Detroit, celui qui vénérait le Rock, agitait le Proto-Punk, secouait les cols bleus avec leurs histoires du vendredi soir, celui de la Motown et des cuivres, et nous propose l’éventail le plus complet d’une visite guidée en forme de pèlerinage incroyable et excitant.

« Go Man Go » cite les RAMONES sans fausse note, et joue gentiment le Punk avec ses chœurs de stade de foot. « Our Love Will Change The World » a des airs de hits des RITA MITSOUKO repris par les BAY CITY ROLLERS. « Social Debris » chante la décadence, mais le fait avec un amour des parias sur fond de riff de plomb. « $1000 High Heel Shoes » danse Funk pour crooner Soul et délie les guitares sur fond de tapis vocal féminin dégoulinant de Soul. « Hail Mary » allume de nouveau le brasier d’un Hard-Rock incandescent pour affoler les foules. « Drunk And In Love » provoque le fantôme du Blues le plus crasseux pour redonner un peu de vie à des rues désertées depuis longtemps. « I Hate You » renvoie tous les apprentis rockeurs à leurs chères études, et fait passer les HOLLYWOOD VAMPIRES pour une attraction de foire de seconde zone pour richards en manque de fausses sensations fortes. Loin d’un décorum de carton, cet album sent le béton, le trottoir sur lequel on déambule au hasard des rencontres, mais aussi les rêves de d’échapper d’une ville déshumanisée pour aller tenter sa chance sur les scènes des plus grands stades. Plus qu’un bon album, plus qu’un excellent album, Detroit Stories est le plus bel hommage que le COOP pouvait rendre à sa ville qui a vu passer entre ses murs certains des artistes les plus vrais de la fin du vingtième siècle.

Bien sûr, impossible de cacher que ce salut du chapeau n’arrive pas à la hauteur des classiques du groupe. Mais le but n’était pas là, il était de renouer avec un pan de jeunesse, et faire l’état des lieux des souvenirs les plus vifs dans la mémoire. Et sous cet aspect-là, il est une réussite absolue, une œuvre qu’on écoute avec le sourire aux lèvres, heureux de partager un moment d’intimité avec des musiciens et producteurs de légende. Une petite frivolité prise au sérieux qui permet de voir la réalité d’un autre œil, et de supporter un jour de plus à Routineland. Alors, si le cabaret Rock est votre truc, si vous n’avez pas peur de vous incruster dans une fête dantesque, histoire de trinquer avec les acteurs les plus mythiques de cette bonne ville de Detroit, ne vous gênez surtout pas. L’entrée est gratuite, l’ambiance de feu, et les verres bien remplis. Pas mort ALICE COOPER ? Surement pas, et plus vivant que jamais.

Shut Up And Rock!!!!           

             

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Rock ‘N’ Roll

02. Go Man Go

03. Our Love Will Change The World

04. Social Debris

05. $1000 High Heel Shoes

06. Hail Mary

07. Detroit City 2021

08. Drunk And In Love

09. Independence Dave

10. I Hate You

11. Wonderful World

12. Sister Anne

13. Hanging On By A Thread (Don’t Give Up)

14. Shut Up And Rock

15. East Side Story


Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 29/03/2021 à 15:27
85 %    176

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
03/04/2021, 07:29:19

Plus qu'agréablement surpris par cette sortie aussi.

"Plus sincères que ces quinze chansons je ne vois guère que les premiers hits du groupe et même plus"

Je plussoie.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35