Interstellar Movement

Avalanche

14/06/2019

Wooaaargh

L’heure est au mélange, l’époque est à la mixité, les temps sont au métissage. Une sorte de flou entoure les définitions, les genres doivent laisser la place aux identités multiples, et la société semble enfin évoluer avec ses propres éléments. La musique n’échappe pas non plus à cette règle, et les groupes se revendiquant d’un style précis se font de plus en plus rares. A l’encontre, les musiciens bravant les étiquettes et conchiant le statisme sont de plus en plus nombreux, foulant du pied la linéarité pour s’imposer dans divers créneaux, jouant la pluralité comme d’autres des certitudes. C’est ainsi qu’il devient de plus en plus ardu d’apposer un sceau quelconque sur un album, a moins de l’avoir coulé dans un alliage, ce que le premier LP des autrichiens d’AVALANCHE confirme de son optique multiple. Quintet originaire de Vienne, Autriche (Alex, Tugi, Michael, Stefan, Thomas), AVALANCHE prône une sorte d’entente cordiale entre la lourdeur du Sludge (elle-même héritée du Doom), le relâchement du Stoner et la puissance du Hardcore, pour nous délivrer un message de violence larvée, assez étonnant dans le fond, mais relativement convaincant dans la forme. Se réclamant d’une filiation directe avec les ancêtres de BLACK SABBATH, mais admettant l’importance de la seconde génération des SLEEP, tout en s’accordant une passion raisonnable pour les HIGH ON FIRE, ces cinq autrichiens se jouent donc des prévisions, et combinent l’approche du NOLA transposé en Europe à la rage d’un Hardcore très Heavy qui permet à leurs morceaux d’atteindre un degré de brutalité relativement conséquent. Et avec à peine une demi-heure au compteur, ce très sci-fi Interstellar Movement donne dans la complétude assez intrigante, spécialement lorsqu’on se rend compte que son déroulé est plus ou moins scindé en deux mouvements.

Entre les références déjà nommées, d’autres qui viendront à l’esprit des connaisseurs (le CEREBRAL FIX de Tower of Spite par exemple, et pas seulement à cause du chant), Interstellar Movement est une entrée en matière chaperonnée qui laisse pourtant à croire que les nouveau-nés ont déjà une solide identité. Des riffs sabbathiens, des mélodies un peu amères, des lignes vocales traînantes, mais aussi un sens de l’immédiateté qui se nie lui-même en fin de parcours pour laisser place à des ambitions plus progressives, tel est le menu des neuf morceaux de cette entame de carrière. Avec un son gras, épais, qui évoque même parfois le parfum Death N’Roll de la scène suédoise, des velléités Hardcore très prononcées dans le rendu, et une énergie un peu pataude tenant du Desert Rock épaissi façon Sludge, nous tenons une réalisation solide, quoique encore un peu gauche et linéaire. Il est évident que les morceaux sont reliés entre eux par des idées communes, et on comprend assez vite les limites d’un chant plus scandé que mélodique, et de guitares qui tricotent les mêmes motifs, mais aussi celles de breaks lourds qui interviennent avec un peu trop de régularité. Toutefois, avant de se concentrer sur les défauts d’un début qui finalement, admet de lui-même le chemin qui le sépare encore de l’originalité et de la perfection subjective, concentrons-nous sur les qualités qui ne manquent pas.

Des guitares principalement, à la distorsion bien appuyée, aux motifs graves mais joués déliés, et surtout, à cette recherche de démarquage, assez évident dès l’intro « Frequencies Below Zero » qui joue les deux minutes et vingt-quatre secondes d’instrumental géré comme un véritable morceau. On sent le groove qui ne quittera plus nos semelles, la complicité des mélodies qui comblent les vides, et « Drake Equation » de débouler après que le terrain fut correctement préparé pour introduire les textes et les obsessions. La méthode est simple, et la même d’un morceau à l’autre, une rythmique très percussive, qui n’hésite jamais à taquiner les toms, des plans qui prennent leur temps pour s’imposer, quelques cassures qui dynamisent l’ensemble, et le ton est donné. De là, émerge une sorte de groove hypnotique, au ras du sol, qui espère atteindre les étoiles, mais qui nous cloue au sol de ses beats pesants et de ses licks prenants. Le groupe n’hésitant jamais à accélérer un peu les débats pour se fixer sur un mid temporaire (« Jupiter Odyssey »), pas de craintes à avoir sur un monolithisme un peu trop Doom pour fédérer, les deux guitares n’étant jamais avares de thèmes euphoriques et bien boogie sur les bords. On pourrait à la rigueur concevoir le concept global comme une façon très street de jouer un Sludge plus léger que d’ordinaire, avec une propension à se laisser aller parfois à des dérives progressives héritées des groupes les plus lysergiques des 70’s (HAWKWIND en tête de liste, avec un poil de MASTODON par-dessus).

Et si la première moitié de l’album fait preuve d’une cohésion le confinant au mimétisme, les derniers morceaux indiquent que les possibilités sont ouvertes. Riffs plus thrashy sur les bords, allusions en vitesse à la mouvance D-beat du nord, approche moins rigide, et accointances Hardcore plus soulignées. Certains titres se montrent d’ailleurs étonnamment légers, « 3C273 » et sa couleur presque Thrash Rock sur son intro (avant de sombrer de nouveau dans la lancinance à la SLEEP), et le diptyque final, plus conséquent, emballe les débats pour se mettre à la colle avec un Sludge/D-beat puissant, mais toujours virevoltant (« Voyagers' Fault »), sans oublier de nous coller au sol avec les répétitions si chères au NEUROSIS le plus traumatique. Quelques arrangements de fond suggérant des escapades dans l’hyperespace pour rester dans le ton, une durée très raisonnable, et une multitude d’éléments qui une fois combinés, nous offrent un Crossover intelligemment élaboré, mais encore un peu trop timoré. AVALANCHE, un groupe bien dans son époque, encore un peu tendre pour faire couler la neige des montagnes, mais qui a le potentiel pour en gravir une de taille raisonnable, pour peu que le final d’Interstellar Movement soit plus représentatif des méthodes d’ascension que son début.           

 

Titres de l’album :

                          1.Frequencies Below Zero

                          2.Drake Equation

                          3.Jupiter Odyssey

                          4.Exosphere

                          5.Interstellar Movement

                          6.Missing Signal

                          7.3C273

                          8.Voyagers' Fault

                          9.The Path Of Fire Continues

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/07/2022 à 18:26
75 %    572

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08