J’aurais bien aimé voir la tête des mecs quand ils ont entendu JESUS LIZARD, UNSANE, ou CONVERGE pour la première fois. Ils ont dû faire une grimace du style, « Ouais, on se doutait que ça allait arriver, mais on ne pensait pas forcément à ça… »

Mais que devait-il arriver au juste ? Qu’un jour, un groupe repousse les limites, non en se disant qu’ils en étaient capables, mais en ne disant pas que c’était impossible. En faisant tout ça le plus naturellement possible, sans se poser de question inutile, et en attrapant leurs instruments, pour voir ce qui allait sortir de leurs tripes. Et le boucan fut disons-le…assourdissant, mais cathartique. Depuis, les jalons sont posés, les références assimilées, et le bilan, accepté. Rien n’est plus comme avant, mais tout est encore à faire demain. Et ce tout là, viendra peut-être des Etats-Unis, encore, ou alors, de Londres.

Après tout, ne sont-ce pas ces putain d’anglais qui ont tout inventé, ou presque ? Du moins, le croient-ils, et pas mal de monde leur emboîte la pensée. Du Punk, il ne reste que quelques souvenirs sur carte postale fanée, mais celle reçue aujourd’hui de la perfide Albion est encore plus sale et mal écrite que les précédentes. Et son contenu fait mal à lire. L’écriture est chaotique, et pourtant assurée, et le propos est véhément, venimeux, hargneux, mais sincère au demeurant. L’expéditeur ? Une bande de malades qui au départ pensaient s’amuser dans un side-project devenu leur only one. Des membres de GHOST OF A THOUSAND, ASTROHENGE, ECONO, NITKOWSKI, qui une fois réunis, ont pris conscience de leur potentiel maladif de destruction, et qui ont décidé de rester dans le même giron.

Celui de la violence brute, qui reconnaissons-le, est le seul à même de vous protéger de la VRAIE réalité. Celle qui nous épuise de minute en année…

YARDS depuis leurs deux premiers EP’s, en ont parcouru pas mal. A pied, en bus, à dos de guitare, qui une fois encore, rugissent et ruminent leur mal-être comme des lames de rasoir qui nous lacèrent les chairs, les tympans, et le cœur. Ils ont peaufiné leur approche pour la rendre encore moins inoxydable, et sujette aux accès d’humeur. Alors, ne le cachons pas, ce serait d’une hypocrisie sans nom, oui leur son est délibérément influencé par celui de Ballou & friends, le son de You Fail Me, qui avait traumatisé plus d’un Punk pas encore à l’aise avec la bousculade intégrale. On y retrouve la même vision chaotique et perturbée de rythmiques en coups de boutoir, de riffs tendus et maladifs qui vous soupèsent l’âme pour mieux la brader, et ce chant, exhorté des poumons qui cherchent un peu d’air vicié, de celui qu’on respire à Londres un petit matin glauque d’hiver. Glauque, Excitation Thresholds l’est, sans contestation possible. Il est difficile d’approche, difficile d’accroche, et passe du fish n’chips à l’âne dans se demander si le couteau est assez aiguisé. C’est le genre de premier album qui taille dans le destin une réputation qu’on traîne après ça comme un boulet de canon/condamné, et qui vous oblige à chaque fois à aller plus loin, en jouant plus fort, et en composant des hymnes de mort. Je pense que les YARDS vont d’ailleurs se mordre les moignons d’avoir signé un pamphlet aussi définitif du premier coup, parce que maintenant, on va les attendre au tournant. Et dans les milieux Core interlopes de la capitale anglaise, quand les hooligans du décibel en veulent à votre intégrité, les couloirs deviennent dangereux et à éviter.

Comme une peste qui gonfle les amygdales.

Enregistré par Wayne Adams aux Bear Bites Horse Studios, pendant deux semaines au creux de l’hiver, Excitation Thresholds rassemble les fans de CONVERGE autour du cadavre de CANDIRIA, pendant que la messe est dite par les PIGS qui s’enflamment de tant de brutalité. C’est une odyssée en souffrance majeure, qui parfois joint la dissonance aux pleurs, comme si l’inéluctable avait pu être évité (« Bail Recommendation », le placebo que les UNSANE ne trouveront plus dans leur placard…). C’est une accumulation de blessures en forme de constat majeur de la scène Core contemporaine, qui n’en peut plus d’aller chercher dans le passé de quoi regretter son avenir. Doté d’un son gigantesque qui amaigrit des guitares déjà pas bien épaisses pour injecter leur graisse dans une basse à la distorsion LIZARDienne, il pousse les murs pour se faire de la place, mais manque quand même d’oxygène, et termine son parcours hors d’haleine, conscient d’avoir poussé sa résistance un peu trop loin. C’est principalement un disque qui ne répond qu’à une seule exigence, celle de tout donner comme si demain n’allait jamais exister, et qui donc, se rapproche de l’heure de gloire la plus totale de CONVERGE, alors même que ces derniers s’apprêtent à délivrer leur dernier méfait. Mais il faut aller au-delà de cette comparaison un peu réductrice pour embraser la phénoménale puissance résignée d’un premier disque qui aurait pu se vouloir conclusif d’une carrière maladive. Il faut voir au-delà du chaos d’un duo basse/batterie qui livre un combat sans merci, il faut savoir entendre plus loin que les riffs en barbelés qui protègent le champ d’une intrusion. Il faut savoir.

Savoir que des groupes capables de conclure un LP par sept minutes et quarante-deux secondes de « The Shadow Stealer », n’a décidément pas les mêmes moyens que la moyenne.

Parce qu’entamer un parcours en course folle, et le terminer en mixant la pesanteur catatonique d’un MASTODON et les itérations stridentes d’un UNSANE, ça n’est pas donné à tout le monde. Et sans faire les malins en affirmant avoir donné naissance à un hybride Proto Doom-Sickcore, les londoniens n’assument rien, et se contentent de jouer ce qu’ils ont toujours joué, en le faisant mieux que jamais, et en soignant leur sortie comme ils ont soigné leur entrée.

Une sortie presque NEUROSIS en stade terminal, pour une entrée en CONVERGE en plein délire mental. En à peine plus d’une minute, « Future Tyrants » blaste le champ d’action, et impose la rage comme réaction. Basse huge, chant démiurge, et hymne à tous les frappés pour une brutalité éhontée. « Capes Of Flesh », en sniper, pour ramasser tous ceux ayant réussi à en réchapper, sur un tapis de violence sourde, grave et pourtant lumineuse quelque part, comme un gène du mal isolé au mental.

Portions de BREACH pour une strangulation médium qui serre le cou de l’homme n’ayant pas vu le coup venir (« Knowable & Whole »), et synthèse générique pour traitement spécifique, qui ose enfin briser le moule et tenter la séduction fatale en burner à la Jane Doe (« The Attic », ce grenier ou personne ne veut aller sous peine de ne jamais en revenir entier, malgré des arpèges tentés).

La vie est une chienne, mais on en n’en a qu’une ? Peut-être, mais est-ce pour autant que l’on doit la passer à faire semblant de sourire ?

Excitation Thresholds est plus qu’un premier album, plus qu’une excitation d’avoir repoussé les limites. C’est un statut définitif, un plasma Hardcore pour hémophiles d’accords en exil, et de hurlements difficiles. Peut-être même le seul postulat de l’année, en étant honnête et lucide. Et le vrai signal de départ d’un parcours qui va se terminer en crash. Pas celui de Darby, déjà mort et honni, mais celui d’une Londres qui n’en peut plus de ne pas pouvoir être suivie.

Ville de haine. Ville de colère. Et fière de ses YARDS comme des abrutis d’américains regardant un ballon ovale s’envoler pour rien.


Titres de l'album:

  1. Future Tyrants
  2. Capes Of Flesh
  3. Knowable & Whole
  4. War Tourist
  5. Everything You Love Reduced To Rubble
  6. The Attic
  7. BL - 755
  8. Moon Choker
  9. Bail Recommendation
  10. The Shadow Stealer

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/09/2017 à 17:59
95 %    285

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes