Le Thrash suédois est ce qu’il est, et dans les années 80, si les noms d’AGONY, de DAMIEN, d’ICE AGE, de KAZJUROL, ou d’HEXENHAUS peinaient à cacher la partie immergée de l’iceberg BATHORY (qui lui aussi, n’en déplaise à la majorité bruyante en jouait, malgré la croyance collective l’affiliant avec bêtise au Black Metal), il avait le mérite d’exister et de tenter de s’imposer, malgré la domination incontestable des américains et des allemands, qui avaient conjointement inventé et popularisé le style. Depuis, les choses ont évolué, et la situation s’est presque inversée, tant ce petit pays représente un réservoir quasi inépuisable de formations s’adonnant aux joies du riff syncopé et de la rythmique enlevée. On le sait, les scandinaves ne sont jamais aussi à l’aise que dans l’art de la nostalgie, qu’ils expriment plus volontiers sous un axe Hard N’Heavy, mais la mainmise opérée sur le terrain Death dans les années 90 leur a permis de maîtriser la violence pour mieux la restituer sous un jour plus nuancé, laissant une poignée de groupes de nos jours rattraper le retard accumulé pendant toutes ces années. Il est inutile de chercher à recenser tous les acteurs locaux actuels, mais on pourrait ajouter à cette liste virtuelle le nom des DEFIATORY, qui s’ils auraient largement eu leur place au sein du triumvirat USA/Allemagne/Amérique du Sud il y a trente ans, se sentent tellement bien dans leur époque que cette transposition n’a pas forcément lieu d’être. Non, ces musiciens là, tout en assumant l’héritage encombrant d’une décennie qui a tout écrit et traduit, proposent leur idée très personnelle d’un Thrash faussement passéiste, mais concrètement actuel, et nous exposent leurs vues sur une seconde réalisation longue-durée, qui prend subtilement ses distances avec la première.

Fondé en 2015 par le guitariste Ronnie Björnström après son départ d’AEON, DEFIATORY, qui n’était alors qu’un concept fut vite complété par l’arrivée du vocaliste Martin Runnzell, avant d’adopter la forme d’un quintette, qui aujourd’hui abrite la section rythmique en duo de Patrik Wall (basse) et Jon Skäre (batterie), et les talents de soliste de Ludvig Johansson. Et deux ans après l’introductif Extinct, le groupe revient donc sur le devant de la scène histoire d’expulser un regain d’énergie via ce terrassant Hades Rising, aux cinquante minutes presque bien tapées. Qu’attendre donc d’un second LP qui se veut translation du génie initial de la Bay Area dans les plaines suédoises ? Une solide dose de Thrash intelligent, qui affirme son allégeance au style tout en lui offrant un lifting mélodique prononcé, dans la grande tradition locale, sans qu’il ne perde son efficacité en route. On retrouve donc tout ce qui avait fait d’Extinct un album sous haute surveillance, ce chant grave et incantatoire, aux accents rauques mais délicatement dramatiques, ces chœurs guerriers, et ces accointances avec le Death national des nineties, sans que la balance ne penche du mauvais côté. Ici, point d’excès, mais beaucoup de finesse dans l’exécution, sans tomber dans les travers de la sophistication à outrance. Halte là, nous sommes ici pour headbanguer, et le message est bien passé, de morceau en morceau, même si parfois, la redondance s’invite au banquet. Avec une moyenne de quatre minutes et des poussières par titre, et plus d’une dizaine de ces derniers, les suédois n’ont pas misé sur l’économie, ce qui joue de temps à autres en leur défaveur, spécialement lorsque le terrain s’alourdit et gêne les mouvements les plus lestes (« Bane Of Creation » riff moshisant sympathique, mais chœurs fédérateurs à l’allemande qui alourdissent un peu la digestion).

Ce qui n’empêche nullement certaine saillies Heavy de faire le ménage en grand et de nous offrir quelques démonstrations en dualité grandiloquence/quintessence, comme le démontre le monstrueusement puissant « All That Remains », qui suggère une union pas si contre nature que ça entre la précision d’un ANNIHILATOR et l’emphase d’un ARCH ENEMY. Mais c’est dans ses déplacements les plus lestes que Hades Rising se montre le plus convaincant, et l’ouverture « In Hell » de nous y traîner sans hésiter, en développant une belle attaque sonique en règle, saccadée à outrance et au refrain digne de la sidérurgie germaine la plus huilée. Une entrée en matière tonitruante qui place les débats sur le plan de la violence, sans jamais exagérer ou jouer les timorés, mais en trouvant au contraire un très bon compromis entre vitesse et adresse, dans la plus grande tradition Bay Area du genre. « Dance of The Dead » confirme, et accentue un peu plus le volume, tout en s’autorisant un mid tempo particulièrement probant, mais en acceptant la nuance et l’ambivalence des tempi, nous pulvérisant d’une grosse caisse au son dantesque et de voix s’entremêlant avec férocité. On sent que le background du groupe provient d’horizons différents, tant le patchwork sent la diversité, mais le but n’en reste pas moins le même, se rapprocher des valeurs les plus sures du thème, via un « King In Yellow » presque progressif, et symptomatique de la transition entre les premières et secondes vagues californiennes, lorsque les combos ne rechignaient plus à tremper leur vilénie dans un Heavy plus dru. Il est certes possible de trouver ça un brin classique et trop formel, mais l’efficience du propos n’efface pas la brutalité habilement teintée de finesse, lorsque les plans se succèdent pour offrir des développements aussi féroces qu’agencés (« Stronger Than God »). Et quelques crises de rage moins contrôlées nous permettent même de laisser notre chevelure s’envoler (« Death Takes Us All », au parfum SLAYER « God Hates Us All » quand même très prononcé), ce qui fait culminer le tout à des hauteurs assez élevées.

Sans chercher à bousculer l’ordre établi, les DEFIATORY sont en constante recherche d’un équilibre parfait (« Morningstar », un peu CREMATORY dans le fond, mais résolument Thrash dans la forme), au point que l’on peut regretter qu’ils ne se lâchent pas plus et deviennent moins sages. C’est évidemment cette modération symptomatique qui incarne le talon d’Achille de l’entreprise, qui parfois, s’apparente plus à une forme plus débridée d’un Heavy acéré qu’à une incarnation Thrash déchaînée, même si quelques passages méchamment violents sauvent le navire de la dérive (« Metatron »). Mais difficile de faire la fine bouche face à un produit aussi millimétré, qui capte l’air du temps pour lui faire humer celui du passé, sans forcément rester trop lié à des performances de légende. Le bilan est donc largement positif, même si on peut espérer qu’à l’avenir les suédois sauront moins prédire que maudire, et oseront enfin franchir quelques limites pour catapulter leur Thrash hors de portée.


Titres de l'album:

  1. In Hell
  2. Dance Of The Dead
  3. King In Yellow
  4. Stronger Than God
  5. Death Takes Us All
  6. Morningstar
  7. Down To His Kingdom Below
  8. Metatron
  9. Bane Of Creation
  10. All That Remains
  11. Hades Rising

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/05/2018 à 13:53
75 %    207

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.