Sect of Vile Divinities

Incantation

21/08/2021

Relapse Records

J’ai failli récemment m’atteler à la chronique du dernier SINISTER, et j’ai finalement jeté l’éponge. Je me suis dit, « a quoi bon donner mon opinion sur un groupe qui propose la même chose depuis ses débuts, et qui de toutes façons remportera l’adhésion de ses fans sans déclencher de changement d’opinion chez ses détracteurs ? ». La question est légitime, et se posait déjà à l’époque, lorsque les RAMONES, MOTORHEAD, CANNIBAL CORPSE, MASTER, AC/DC ou quelques autres icônes incontournables se fendaient d’inédits. En effet, quel est l’intérêt pour un chroniqueur de revenir une fois encore sur l’importance des pionniers, tout en admettant leur statisme depuis des années et leur envie de prolonger une méthode qu’ils ont eux-mêmes mise en place ? Dire que les nouvelles chansons sont comme les anciennes et qu’elles ne valent pas les classiques ? Dire que depuis longtemps, plus personne n’attend la moindre prise de risque de leur part ? Dénigrer leur immobilisme sous couvert de jeunisme ou de groupes plus fondamentaux leur ayant emboîté le pas ? En effet, la roue des interrogations personnelles tourne, comme l’horloge, et on finit par laisser la nouveauté dans sa boîte, de peur de ne rien avoir à dire. La même problématique s’est posée à propos du dernier INCANTATION, qui sont encore deux crans de légende au-dessus de SINISTER, et qui sortent leur douzième album en 2020. INCANTATION, les dépositaires du secret glauquissime du Death à tendance Doom poussé à tous ses extrêmes, et qui depuis le cryptique et massif Onward to Golgotha sont les garants d’une musique sourde, inquiétante, lourde et stressante. Alors, un nouvel album des américains est pour les fans une épiphanie évidemment, puisqu’on sait depuis longtemps que seul INCANTATION sait vraiment faire du INCANTATION. Et justement, sur ce Sect of Vile Divinities, INCANTATION continue de faire du INCANTATION, sans se poser de question, et sans changer quoi que ce soit à son optique barbare et en grand écart.

Par respect pour la foi de John McEntee, seul membre originel à la barre depuis les débuts du groupe fin 80, nul ne peut dire du mal de sa créature, d’autant qu’elle n’a jamais vraiment déçu. Elle a pu chagriner par son manque chronique d’audace, mais jamais par la qualité de sa musique. Et une fois encore, McEntee a composé des morceaux comme lui seul sait le faire, en choisissant une fois encore de se rendre aux deux frontières de l’extrême, frappant la porte de la lourdeur absolue et enjambant la clôture de la vitesse bien sale. Encore une fois produit par l’infatigable Dan Swanö, Sect of Vile Divinities possède un son bien nostalgique et sec comme un coup de trique, mais parfaitement adapté aux changements d’humeur du groupe. Avec des graves profonds mais qui ne broutent pas l’herbe des guitares, un chant méchamment en avant, et un rappel des techniques en vogue au début des années 90, le travail du gourou des consoles est une fois de plus remarquable, et permet à l’entame monstrueuse « Ritual Impurity (Seven Of The Sky Is One) » de nous rentrer dans le lard sans prendre de gants. Mais INCANTATION n’a jamais été le genre de groupe à perdre son temps en politesses inutiles et en salamalecs redondants, préférant commencer directement le massacre par l’épisode de la machette, et à ce titre, ce premier morceau est un modèle du genre, suivi par…onze autres modèles du genre. Je le répète une fois de plus, ce nouvelle album n’offre rien que Dirges of Elysium ou Profane Nexus n’offraient déjà, le mois d’août n’est pas le mois de décembre et on n’est pas à Noël, et Sect of Vile Divinities ressemble comme deux gouttes de sang à ses grands frères, n’égalant évidemment pas la méchanceté de son plus vieil aîné, ni celle de ses cadets, mais il reste une fournée tout à fait honnête de vilénie, comme en témoigne des gestes glauques et lourds comme « Ignis Fatuus », ou des aplatissements en règle comme « Entrails Of The Hag Queen », qui démontrent que les américains n’ont pas perdu leur souplesse de grand écart entre Brutal Death vraiment véloce et Doom Death vraiment atroce.

Rien d’inédit donc, si ce n’est l’accueil d’un nouveau guitariste, Luke Shively (de DISMEMBERMENT), et toujours en premier et second lieutenants Kyle Severn à la batterie et Chuck Sherwood à la basse, pour une valse sans hésitation sur les terres d’un Death Metal de tradition qui ne cache aucunement sa fascination pour le formalisme en vogue dans les années 90. D’un niveau équivalent aux deux ou trois derniers efforts du groupe, et le second pour le retour chez Relapse, Sect of Vile Divinities va bien sûr allécher les fans et peut-être en fidéliser une poignée d’autres, ceux qui tomberont au hasard de la violence sur « Black Fathom’s Fire », ou sur le monstre de lourdeur « Unborn Ambrosia » qui démontre en six minutes pourquoi INCANTATION est toujours aussi indispensable à la scène Death, au même titre que ses homologues de l’époque. Il n’y a pas à tortiller des boyaux, SUFFOCATION, INCANTATION, IMMOLATION sont des noms en on qui depuis le départ sont les leaders d’un mouvement né il y a trente ans, et les seuls à avoir la légitimité d’en perpétrer l’esprit sans avoir recours à des techniques old-school d’imitation. D’ailleurs, personne n’est capable d’imiter le quatuor de Johnstown, qui depuis plus de trente ans propose la même soupe à base de restes humains, parfois mangée glacée, parfois servie bouillante, mais toujours aussi délicieuse et préparée avec la même haine de la modération.

Pochette superbe, production ne l’étant pas moins, pléthore de morceaux qui soulignent un désir de générosité envers la fanbase, ce douzième LP se rangera facilement aux côtés des autres sur l’étagère de la passion et de la fidélité, et c’est pour ça et pour ci que finalement, il est toujours utile de chroniquer les disques d’un groupe comme INCANTATION. Un groupe qui sait rester fixé sur ses propres objectifs, et qui sait toujours ce que ses fans attendent de lui, sans risquer de perdre leur confiance en s’égarant sur les chemins hasardeux de l’expérimentation. Après tout, lorsqu’on a inventé un sous-genre, autant l’exploiter jusqu’au bout au risque de passer pour un indécrottable rétrograde. Mais on aime les rétrogrades ici. Surtout quand ils ont ce talent inné pour nous traîner dans la boue de la lie de l’humanité.  

                                                                                                

Titres de l’album:

01. Ritual Impurity (Seven Of The Sky Is One)

02. Propitiation

03. Entrails Of The Hag Queen

04. Guardians From The Primeval

05. Black Fathom’s Fire

06. Ignis Fatuus

07. Chant Of Formless Dread

08. Shadow-Blade Masters Of Tempest And Maelstrom

09. Scribes Of The Stygian

10. Unborn Ambrosia

11. Fury’s Manifesto

12. Siege Hive


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/09/2020 à 14:49
80 %    457

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@86.253.243.153
20/09/2020, 17:40:19

C est clair du Incantation pur jus mais punaise que c est bon .J adore la pochette de kantor.


Humungus
membre enregistré
21/09/2020, 13:35:47

Imparable !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52