Tro

Lamashtu

18/12/2020

Autoproduction

J’avais le choix ce matin. Le choix entre un groupe de Power Metal suédois et un groupe de Metal Symphonique suédois. Et j’ai fait le choix le moins raisonnable qui soit en optant pour le Symphonique, genre que j’abhorre par-dessus tout. Mais comme il faut bien expérimenter de temps en temps, je me suis dit qu’affronter une de mes Némésis ne pouvait pas me faire de mal. Et j’ignore si les Dieux ont approuvé ma décision, mais je dois reconnaitre qu’entre le formalisme Power des premiers et l’audace des seconds, l’hésitation n’était pas de mise. Car malgré leur insistance à définir leur musique par des adjectifs pompeux et rattachés au bestiaire insupportable du Metal Symphonique, les suédois de LAMASHTU sont tout sauf un septet classique aux clichés enracinés dans l’opéra de pacotille. D’ailleurs leur musique n’a pas grand-chose à voir avec les références les plus douloureuses du genre, les NIGHTWISH, LEAVE’S EYES, DELAIN, WITHIN TEMPTATION et autres tragédiens de Prisunic avec leurs colliers en stuc et leurs harmonies vocales à faire vomir les BEACH BOYS. Dans les faits, la philosophie de LAMASHTU se rapprocherait même d’un Doom progressif très emphatique, mais échappant une fois encore à tous les pièges semés sur le chemin du genre, cette lourdeur comme excuse, ce monolithisme en échappatoire. Et ce troisième album divisé en sept tomes vient prouver à point nommé que les suédois ne font décidément rien comme les autres.

Les sept musiciens du groupe se présentent comme autant de divinités, et c’est ainsi que nous retrouvons au line-up Lamashtu (celle qui extermine) au chant, Azura (celui qui donne) à la guitare et au chant, Paimon (celui qui sait) à la batterie, Pazuzu (celui qui déclenche le chaos) aux claviers, Asmodeus (celui qui provoque la confusion) à la guitare, Avarshina (celui qui rayonne) au chant, et Kyria (deux divinités confondues) au chant. Une façon de placer son art sous une égide assez traditionnelle et formelle, mais qui permet toutes les dérives créatives, et qui agrémente le récit d’une patine mythique. Les costumes sont travaillés, l’image est prépondérante, mais la musique suit, ce qui permet de ne pas simplement assister à un barnum coloré dénué de toute substance. Et si ce décorum vous rebute, faites-en abstraction au moment d’écouter le troisième album de la bande, sobrement baptisé Tro (trois), qui en moins de cinquante minutes vous emporte dans un voyage lancinant aux mélodies étirées et aux lignes de chant presque Folk, toutes d’ailleurs interprétée dans une langue natale. Ajoutez à ça des arrangements étranges, nous enfonçant dans les limbes de la création, des guitares en prétexte qui tissent un canevas en arrière-plan, une rythmique lourde et processionnelle, et vous obtenez un mélange étrange entre Doom moderne et Symphonique personnel, ce qui rend ce troisième chapitre encore plus fascinant et envoutant.

Comme les vampires, il faut laisser les LAMASHTU entrer dans votre monde pour que leurs pouvoirs soient efficaces. Il fait accepter leur vision des choses, aimer un minimum les ingrédients employés pour ne pas craquer face à la longueur des morceaux joués. Mais comme une musique sortant de nulle part pour annoncer une nouvelle ère, Tro agit à plusieurs niveaux, et ne s’appréhende pas comme une œuvre lambda. Financé grâce à des plateformes participatives, cette nouvelle épitre fait la part belle aux humeurs, aux différentes nuances monochromes, et synthétise parfois tous les courants modernes d’un Metal décomplexé et affranchi de toute contrainte. Ainsi, « ITU I - Som ett Djur », multiplie les cassures et les breaks, avance à son rythme, impose le chant comme seul mode d’expression viable, et laisse planer au lointain des couche vocales évanescentes, telles de sirènes nous attirant vers les récifs. Il est dangereux donc de se laisser aller aux harmonies de LAMASHTU, qui sait nous entrainer du côté obscur de son monde, mais il est très plaisant de découvrir une musique riche et pleine qui évite tous les poncifs en vogue depuis trop longtemps. Mais ce qui plaît le plus dans cette audace est cette manière d’avoir placé dès la première partie de l’album les morceaux les plus longs et pleins, avec près de dix-sept minutes pour deux qui ne forment pas un diptyque évident.

En suivant la logique de l’album, on prend acte des trois parties qui divisent ce troisième album, et la symétrie est donc parfaite. Ce qui ne veut absolument pas dire que chaque division de cette double trilogie soit mené par une atmosphère spéciale, puisque « ITU II - Som ett Avskräde » s’éloigne de la lancinance pour se rapprocher d’un Metal plus classique, empreint d’OPETH des premières années, le côté Death Metal en moins évidemment. Certains auront du mal à accrocher au chant principal, trop stable et sans doute un peu rugueux (le suédois n’étant pas la langue la plus fluide d’Europe), mais Lamashtu a le mérite de nous épargner les sempiternelles complaintes larmoyantes des Castafiore inquiètes de savoir leurs bijoux à la vue de tous. Les soli sont épars et classiques, la mise en place sobre, mais il émane quelque chose de magique de ces chansons qui sont autant d’histoires racontées aux croyants.  

Ne jouant pas la longueur en tant que telle, les suédois parviennent toujours à dévier de leur trajectoire sans changer de cap et trahir leur plan de navigation. Ainsi, « TRO I - För Evigt » reste intimiste et fragile, mais ose la délicatesse de l’acoustique sans perdre en force d’impact. Il est d’ailleurs assez objectif d’affirmer que le groupe se montre plus convaincant et à l’aise lorsqu’il s’éloigne des postures Metal pour se plonger dans les légendes de la Folk nordique (« TRO II - Ett Vingslag », et son intro vraiment prenante), la production et le mixage étouffant les guitares et les castrant. Ceci dit, au vu du classicisme des riffs employés, on ne regrette pas vraiment ce parti-pris de chant très en avant, même si on regrette que le travail sur les voix principales n’ait pas été plus fouillé.

Mais loin des artifices qu’on peut reprocher aux groupes les plus englués dans une mythologie de pacotille, LAMASHTU joue simplement et honnêtement sa carte, trouvant un juste milieu entre la musique médiévale suédoise et un Metal générique, mais à l’écoute de Tro, on ne peut que déplorer que le septet n’ait pas osé aller jusqu’au bout, en nous offrant un album totalement dénué de distorsion et de clichés métalliques un peu trop tièdes.                                  

   

Titres de l’album:

01. EN I - Allting Återkommer

02. EN II - Förening/Vi är en

03. ITU I - Som ett Djur

04. ITU II - Som ett Avskräde

05. TRO I - För Evigt

06. TRO II - Ett Vingslag

07. TRO III - Skapar Tårar


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/06/2022 à 18:09
78 %    32

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44