Oui c’est vrai qu’à force d’entendre parler de Deathcore, de Technical Death, de briser mes illusions vintage sur l’écho de batterie triggées et de « performances » toujours plus alambiquées, j’en avais perdu la foi en mon Death sacré.

N’y avait-il donc plus personne pour se faire souvenir d’une époque où la vilénie et l’agressivité putride n’étaient que les manifestations naturelles de musiciens ne pouvant compter que sur leur imagination pour nous faire descendre aux Hadès de l'underground fielleux ?

Je commençais sérieusement à en douter, et je tournais le dos à l’essence même du mal, alors même que le Black semblait renaître de ses cendres perpétuellement tel un phœnix macabre aux ailes brulées…

Ce que je veux dire par là ?

Rien de bien important, juste que des groupes de la vague initiale née à Tampa, Floride ou Stockholm, Suède, me manquaient terriblement parfois…

Mais heureusement, certains n’ont ni la mémoire courte ni l’hommage salement déguisé. Des artistes qui se souviennent qu’un énorme riff froid et minimaliste peut suffire à créer une ambiance, et qu’une rythmique concassée des propres mains et pieds d’un batteur ne nécessite aucun traitement pour sonner puissamment. Honnissons donc la post production des Pro-tools et autres matériels/logiciels de studio pour célébrer le retour d’un des acteurs majeurs de la scène Death mineure internationale, les Américains de RUDE, qui viennent de donner une fois de plus tout son sens à leur patronyme en nous proposant leur second album, Remnants…et ses trois petits points qui en disent plus long qu’ils ne le voudraient…

RUDE, c’est une entité formée en 2008 en forme de marque de respect et d’allégeance aux racines même du mal musical, CELTIC FROST, BATHORY et autres défricheurs de brutalité primitive, qui a depuis évolué en culte du Metal de la mort le plus sauvage et primal, tel qu’on pouvait le pratiquer sur les côtes floridiennes ou suédoises à la fin des eighties.

Et après quelques années d’ajustement, les originaires de Berkeley/Oakland/San Francisco et donc Californiens pas vraiment radieux jusqu’au bout des ongles rongés, ont fini par accoucher d’une première démo, Haunted sortie en 2013, qui finalement les mena jusqu’à l’enregistrement d’un premier long il y a trois ans, le bien nommé Soul Recall.

Et à l’écoute de ce second LP, il est évident que le quatuor (Yusef Wallace – guitare/chant, Jason Gluck – basse/chant, David Rodriguez – guitare et Mike Perata – batterie) à les souvenirs bien ancrés dans cette époque fabuleuse ou la mort restait encore à illustrer avec fidélité en musique glaciale…

Dès lors, pas de complication majeure, ni de problème d’inspiration. Remnants, comme son prédécesseur Soul Recall pioche dans le même répertoire des éternels PESTILENCE, AUTOPSY, MORBID ANGEL, ENTOMBED et autres GRAVE.

Les Californiens ont été jusqu’à débaucher le trait du vénéré Dan Seagrave, celui-là même qui illustrait de son imagination graphique les pochettes de SUFFOCATION, DISMEMBER, MALEVOLENT CREATION, soit cette première/seconde génération de groupes capitalisant sur l’héritage laissé par les DEATH et OBITUARY de l’histoire…

D’ailleurs, pour comprendre ce qui vous attend tout au long de ces neuf morceaux qui pourraient ne former qu’une symphonie unique, il vous suffit de regarder ce merveilleux graphisme qui vous en dira plus long que n’importe quel discours.

Car la musique est à la hauteur de la plume sombre de l’artiste, et répète des recettes déjà éprouvées et réappropriées depuis longtemps. Des riffs circulaires malsains et glauques, un chant raclé qui traîne son spleen de cimetière le long des allées de stèles rythmiques alternant lourdeur oppressante et accélérations foudroyantes.

Tout commence d’ailleurs dans la violence la plus avouée, avec en entame un «Torrent To The Past », qui outre son clin d’œil au passé, lance une charge héroïque digne du « Maze of Torment » de MORBID ANGEL, avec son déluge de blasts menant sur une suite compacte à la double grosse caisse intacte.

Musiciens dévoués, les membres de RUDE  n’ont d’autre objectif que de passer en revue toutes les figures imposées du style qu’ils affectionnent, et parviennent sans mal à faire la jonction entre la crudité batave de PESTILENCE, et l’efficacité occulte de la bande à David Vincent. Tout ici respire l’osmose déliquescente entre Consuming Impulse et Altars Of Madness, avec une petite touche du séminal Severed Survival des AUTOPSY pour ce cachet d’embaumeur professionnel qui connaît son travail d’évidage par cœur.

C’est lourd et massif, rapide et incisif, mais surtout, joué avec une passion sans borne et des connaissances énormes sur la question, qui finalement, a apporté sa réponse il y a longtemps.

Alors des progressions d’accords cliniquement maladives, au chant un peu étouffé dans le mix, en passant par un jeu de rythmiques évolutives, jusqu’au soli que Trey aurait pu signer de sa main guidée par Mozart, tout ici respire les marais de la mort tels qu’ils ont été décrits il y a presque trente ans par Chuck, Donald, et Trey A.

Pas de tour de passe-passe de petits malins, juste l’essentiel d’un Death Metal de tradition, doté d’une production large mais qui aurait pu sortir des consoles des Sunlight ou du Morrisound, une incarnation bluffante de vérité, et un alignement de chansons simples, qui certes se ressemblent toutes, mais qui de « House Of Dust » à Sanctuary » en passant par « Remnants » ne ratent pas une seule citation dans le texte.

Signalons un intermède mélodique annonciateur d’une fin torride (« ReBoot »), et un épilogue qui martèle une dernière fois son leitmotiv de façon insistante, en osant cette fois jouer sur la lourdeur ambivalente d’une piste qui en ouvre peut-être d’autres de ses dissonances (« Children Of Atom »).

Mais, ne vous creusez pas trop les neurones, tout est là, à votre disposition. C’est certes très respectueux et révérencieux, mais dans une époque comme la nôtre où le Death est régulièrement maltraité et défiguré pour devenir brutalité stérile, il est bon de constater que certains n’ont pas oublié.

Pas oublié que pour mourir, une entité doit d’abord avoir été vivante et non animée par des machines perfectionnées.

 Et RUDE avec Remnants nous prouve que le Death fatal de papa a encore de beaux enterrements devant lui.


Titres de l'album:

  1. Torrent to the Past
  2. House of Dust
  3. Blood Sucker
  4. Interpretations of the Ultimate Finality
  5. Remnants
  6. Fracturing the Gates of Truth
  7. Sanctuary
  8. ReBoot
  9. Children of Atom

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/02/2017 à 16:37
75 %    519

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.


Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !


Ce n'est pas en Suède mais en Norvège! ^^


Et The Gathering, non?


Même si nous attendons tous impatiemment de reprendre une vie de concerts normale le plus vite possible, la sortie du confinement risque d'être progressive, plus lente que la manière par où nous y sommes arrivés, et avec peut-être même des retours ponctuels en arrière de quelques jours.


Il reste une faible possibilité pour que ce ne soit pas lui et on va attendre les conclusions de l'enquête... Si le déroulement des faits est conforme aux apparences, c'est une épouvantable histoire qui va effectivement retomber sur l'image du Metal, au moins en France. J'ai quand même une pens(...)


TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.


Matt Pokora et plein de machin on reporté leur concert en juin.

Nîmes avec Deep purple et Nightwish maintenu en juin.

Pourquoi le hellfest peut pas ? Dommage.

Je pense que c'est a cause des groupes étrangé et qu'il y a beaucoup d'étranger soit.


"Mortel désolé pour la faute


Cette album est mortelle je l écoute tout le temps en ce moment et très bonne chronique sur l'album


Purée les dernières phrases de l'article : adieu professionnalisme, bonjour sensationnalisme... °_°


@Jus de Cadavre : complètement d'accord avec toi (même si me fait putain de chier) et la lecture de l'article en question ne fait que confirmer cela. RIP Hellfest 2020...


Ce n'est pas encore l'annulation officielle mais c'est tout comme...
https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786


Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !


Wow ! c'est massif, j'adore. Merci pour cette découverte !
Achat indispensable.


Sordide...
Bon je pense qu'on peut affirmer sans trop prendre de risque que sa carrière d'illustrateur vient de prendre une belle bastos dans les orteils. :-D

En tout cas, RIP papa Fournier
(et pas celui d'Hibernatus, hein !)