Cursed Existence

Wargore

12/06/2020

Autoproduction

Aujourd’hui, c’est la fête des pères. Oui, je sais, le temps que cette chronique soit publiée nous aurons déjà oublié Noël et la Saint Sylvestre, mais je tenais à le signaler. Non que je veuille présenter à mon père la chronique du jour, étant relativement certain que le Death old-school n’est pas sa tasse de viandox préférée. Mais si j’avais été père aujourd’hui, j’aurais aimé que mes enfants me réveillent au doux son de ce premier album des brésiliens de WARGORE, ce qui aurait définitivement prouvé qu’ils avaient bon goût. Nonobstant cet aparté nostalgique (et totalement virtuel), je suis assez content de vous introduire à la dernière nouveauté lusophone en vogue, qui reprend peu ou prou quelques ingrédients bien connus des recettes de l’extrême. Fondé en 2016 à Cascavel, ce quintet brutal a d’abord accepté la case EP en nous révélant Between Evil and Death il y a trois ans, avant d’accepter de franchir le pas complexe du premier longue-durée, qui prend ici la forme de neuf titres pour une sobriété exemplaire. Aucune précision d’influences pour ces sud-américains brutaux, sauf celle d’un Death nostalgique, ce que l’on ressent dès l’entame franche et bestiale de « Cursing the Existence ». Contrairement à ce que leur nom semble indiquer, les WARGORE ne se vautrent pas dans le Brutal Death ou le Death Gore nauséeux, mais bien dans un Metal de la mort classique et factuel, unissant les scènes anglaise et brésilienne dans un même élan de puissance. Produit proprement, Cursed Existence semble se rappeler des premières exactions des allemands de MORGOTH mais aussi des lamentations cruelles de BENEDICTION, sans oublier leur propre patrimoine de Black Death occulte, que l’on sent en filigrane en tendant bien l’oreille.

Tout comme le Thrash vintage, le Death old-school est de ces appropriations qui ne laissent que peu de marge de manœuvre. En écoutant ce premier effort, le fan reconnaîtra immédiatement les premières années du style, lorsqu’il cherchait encore à se démarquer de son ascendant Thrash. Il n’est ainsi par incongru de penser à THANATOS, renforcé d’une vilénie sourde à la AUTOPSY en écoutant « Feeding the Dead », et si aucune surprise fondamentale ne vient agrémenter le déroulé, aucune déconvenue majeure n’est à déplorer. Le groupe se contente de rentrer dans le vif, alignant les sempiternels riffs concentriques et circulaires, et s’en remettant à une rythmique solide pour ne pas vaciller. Le quintet (Otavio Augusto        - basse, Gustavo Prates – guitar, Antonio Fagundes – guitare, Jamil Miranda – chant, et Gustavo Milani – batterie), qui compte en ses rangs des membres de ZOMBIE CREW, affiche donc une santé optimale et une fascination absolue pour le Death des origines, avant qu’il ne soit contaminé par les virus gore, technique ou progressif. Ici, tout est réduit à l’état brut, sans fioritures, et si parfois les morceaux semblent manquer de personnalité, quelques accélérations bien senties et le chant sourd de Jamil Miranda, mixé légèrement en arrière-plan confèrent à l’œuvre une patine mystique et occulte assez appréciable. De là, tout le monde aura saisi le caractère conventionnel d’une sortie qui ne cherche pas à se faire remarquer par son culot, mais plutôt par son respect des règles. Le tout s’ingurgite assez facilement grâce à des morceaux convaincants comme « Cotard Delusion », mais il est certain d’un autre côté que la linéarité de l’approche pourra vite lasser les plus exigeants.

Similarité des riffs, conformisme des rythmiques, classicisme des thèmes, Cursed Existence est un exercice de style réussi dans la forme mais décevant dans le fond. On aurait aimé que le groupe se détache un peu de ses influences pour proposer un produit certes casher, mais plus goûtu. Prévisible du début à la fin, ce premier effort malgré sa durée raisonnable finit par être méchamment redondant, malgré des changements de rythme fréquents et des breaks plus fins. Il faut dire que malgré deux guitaristes présents, les riffs se ressemblent tous, adoptant la technique du plané/piqué, et l’atmosphère générale manque de ce parfum de déliquescence des grands classiques. Le choix des tempi n’est pas des plus heureux non plus, la régularité des cassures entraînant un effet hypnotique pas vraiment captivant, et les chansons déroulent leur violence sans vraiment se montrer effectives. Les plans les plus probants restent ceux bénéficiant d’une cadence conséquente, et parvenu à « Endless Grief », la patience complaisante laisse la place à un ennui assez prononcé. Pourtant, le quintet ne manque pas de qualités, personnelles évidemment, mais les compositions sont souvent des prétextes à des alignements d’idées convenues, qui se répètent avec régularité, et l’effet de bestialité recherché tombe un peu à l’eau à la longue. Le groupe n’a plus alors qu’à ramer pour maintenir notre attention, en essayant d’insuffler un peu d’intensité (« Raped »), mais on aurait aimé un chant moins systématique, et doublé pour intensifier les interventions, et surtout, plus de riffs purement Thrash comme sur cet épilogue assez malin (qui laisse enfin la basse rouler un peu). Mais excusons ces erreurs qui sont assez normales sur un premier LP, totalement autoproduit, et encourageons les brésiliens de WARGORE à poursuive leurs efforts pour un second album plus personnel et moins passe-partout.      

Titres de l'album :

01. Cursing the Existence

02. Visions of Pain

03. Like a Fetus

04. Feeding the Dead

05. Cotard Delusion

06. Cocaine

07. Coexisting Gears

08. Endless Grief

09. Raped


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/07/2022 à 14:40
70 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49