On parle de groupes plus ou moins établis, ou au contraire évoluant dans l’underground et touchant une poignée de fans, de soumissions de labels, indépendants ou non, mais depuis l’explosion des techniques d’enregistrement numériques et la démocratisation du matériel informatique, il existe aussi une caste de musiciens un peu « isolés », qui bricolent leur musique seuls dans leur coin et la distribuent sur la toile, par simple envie de partage.

Et en tout connaissance de cause, je peux affirmer que cette catégorie de pistoléros en solo est de plus en plus dense, mais qu’elle cache aussi parfois dans l’ombre des « talents » qui n’auraient sans doute pas du émerger des ténèbres.

Complaisance, niveau instrumental faible, créativité au point zéro, le net a permis à tout un chacun de pouvoir s’exprimer, et surtout, à n’importe qui de faire et chanter n’importe quoi. Mais, liberté d’expression oblige, il convient de parler de ces individualités, le plus souvent anecdotiques, parfois agréablement surprenantes.

Simon « The Slyman » Waugh fait partie de ces décalés créatifs qui composent et interprètent dans leur coin, qui pour l’occasion se situe du côté de Melbourne, Australie. Peu de choses à dire sur l’homme et l’instrumentiste, qui dispose quand même d’un Bandcamp et d’une page Myspace, mais qui reste assez discret sur son parcours.

Tout au plus apprenons-nous qu’il a déjà gravé quelques essais sur pistes numériques, qu’il propose d’ailleurs en intégralité pour la modique somme de six dollars australiens. L’homme déclare en préambule affectionner les morceaux instrumentaux, qu’il gère de A à Z, qu’il accompagne parfois de quelques lignes de chant éparses, et qui couvrent un spectre musical assez étendu, allant de l’EDM au Metal, en passant par la Dance, la Pop, and so on

Simon a déjà uploadé sur son Bandcamp des EP, des albums, et propose donc en ce mois de décembre un panorama presque exhaustif de ses dernières productions, qui sont je dois l’avouer assez surprenantes. Seize morceaux pour quasiment une heure de musique, au sens le plus large du terme, qui couvre un spectre de styles assez vaste, et osons le terme, un panel assez versatile.

Le musicien n’est pas du genre à se fixer sur un genre en particulier, et fait un peu ce qu’il veut au gré de son inspiration, ce qui confère à son projet un côté très spontané, mais aussi très hétérogène…

Si le musicien semble capable, sans en faire des tonnes, ces morceaux sont assez convenus dans le traitement, même si certains proposent quelques idées qui auraient mérité d’être creusées plus en avant, alors que d’autres n’auraient sans doute pas dû être fixées sur un support quelconque.

Mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette sortie virtuelle…

Le son global de ce No Compromise est plutôt moyen voire bon selon l’orientation des morceaux, mais cette fameuse diversité dont fait preuve Simon finit par le desservir, tant on ne sait plus sur quel pied danser ou quelle tête headbanger au bout de quelques morceaux.

On sent qu’il a enregistré toutes ses idées, sans forcément faire preuve de discernement, mais après tout, c’est son choix, sa musique, et son espace de liberté personnel.

Alors, on prend, on fait le tri, on jette des trucs, mais on ne peut que respecter l’esprit libre de cet électron naviguant à vue dans les particules musicales de son univers.

Simon ne se targue pas dans le vide de son ouverture d’esprit, et passe sans vergogne d’un instrumental d’ouverture au rythme bondissant et au riff redondant (« Crush the Head of the Snake! ») à un exercice de style électronique évanescent comme « You Want Me, Come Get Me! », tout en se lâchant parfois sur des tentatives de métissages assez étranges dans leur approche d’un Néo Metal électronique assez intrigant mais un peu bricolé sur les bords (« Pearlescent »)

De temps à autres, sa musique a clairement du mal à se situer dans un créneau bien précis, tentant le pari de l’expérimental un peu branque et ludique (« A Time Is Coming ! »), impose un Metal lourd aéré d’arrangements stellaires (« My Bad », « Seven Lampstands »), ose le Rock Ambient un peu excentré qui n’a pas forcément de limites claires (« Atonement »), sautille sur un boogie dynamité par une basse énorme qui fleure bon le Stoner made at home (« Pit Of Dreams »), et tâte même de l’EBM industriel sur sa composition la plus longue, qui développe une ambiance un peu étouffante assez sympathique (« You Want Me, Come Get Me! », ma préférée du lot je l’avoue)

No Compromise se termine même par un truc un peu bancal et bizarroïde, intimiste et grouillant qui achève de nous perdre dans son monde décalé (« Thief in the Night » qui se présente sous la forme d’un crescendo gargouillant qui n’explose finalement jamais), ce qui en soi représente la meilleure conclusion possible à cette carte de visite iconoclaste…

Evidemment, beaucoup penseront que tout ça ne méritait pas vraiment d’être proposé au public mondial, mais au-delà de la qualité intrinsèque discutable de l’entreprise, cet album ne manque pas d’un charme naïf auquel il est parfois difficile de résister.

On conseillera évidemment à Simon de faire preuve de plus de discernement et de ne conserver que son inspiration la plus pertinente, mais comment peut-on juger de la passion d’autrui sans faire preuve d’une subjectivité parfois un peu cruelle ?

Je m’y refuse et cette chronique sera donc purement informative. A vous de voir si la musique de Waugh mérite votre attention ou pas, mais ce musicien autodiscipliné représente en quelque sorte à lui seul une catégorie de l’ombre qu’il est impossible de négliger.

Quant à savoir s’il accepte ou non d’en être le porte-parole, c’est une autre problématique.


Titres de l'album:

  1. Crush the Head of the Snake!
  2. Hallowed Be
  3. Mock The Deceiver
  4. You Want Me, Come Get Me!
  5. Saved By Grace
  6. a Time Is Coming!
  7. Pit Of Dreams
  8. The Meaning
  9. Pearlescent
  10. Subtle
  11. My Bad
  12. The Journey Home
  13. Synliss
  14. Seven Lampstands
  15. Atonement
  16. Thief in the Night

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/12/2016 à 14:53
55 %    366

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tempête

Pyro[Cb]

Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

+ Father Befouled + Encoffination

03/05 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Super interview, qui transpire la sincérité et l'authenticité ! Leur album tourne en boucle chez moi,, en plus. Je ne sais pas ce que ça donne en live, mais pressé de les y découvrir !


Je fais un bus depuis l’alsace Pour aschaffenburg ? Miam !


Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...