On parle de groupes plus ou moins établis, ou au contraire évoluant dans l’underground et touchant une poignée de fans, de soumissions de labels, indépendants ou non, mais depuis l’explosion des techniques d’enregistrement numériques et la démocratisation du matériel informatique, il existe aussi une caste de musiciens un peu « isolés », qui bricolent leur musique seuls dans leur coin et la distribuent sur la toile, par simple envie de partage.

Et en tout connaissance de cause, je peux affirmer que cette catégorie de pistoléros en solo est de plus en plus dense, mais qu’elle cache aussi parfois dans l’ombre des « talents » qui n’auraient sans doute pas du émerger des ténèbres.

Complaisance, niveau instrumental faible, créativité au point zéro, le net a permis à tout un chacun de pouvoir s’exprimer, et surtout, à n’importe qui de faire et chanter n’importe quoi. Mais, liberté d’expression oblige, il convient de parler de ces individualités, le plus souvent anecdotiques, parfois agréablement surprenantes.

Simon « The Slyman » Waugh fait partie de ces décalés créatifs qui composent et interprètent dans leur coin, qui pour l’occasion se situe du côté de Melbourne, Australie. Peu de choses à dire sur l’homme et l’instrumentiste, qui dispose quand même d’un Bandcamp et d’une page Myspace, mais qui reste assez discret sur son parcours.

Tout au plus apprenons-nous qu’il a déjà gravé quelques essais sur pistes numériques, qu’il propose d’ailleurs en intégralité pour la modique somme de six dollars australiens. L’homme déclare en préambule affectionner les morceaux instrumentaux, qu’il gère de A à Z, qu’il accompagne parfois de quelques lignes de chant éparses, et qui couvrent un spectre musical assez étendu, allant de l’EDM au Metal, en passant par la Dance, la Pop, and so on

Simon a déjà uploadé sur son Bandcamp des EP, des albums, et propose donc en ce mois de décembre un panorama presque exhaustif de ses dernières productions, qui sont je dois l’avouer assez surprenantes. Seize morceaux pour quasiment une heure de musique, au sens le plus large du terme, qui couvre un spectre de styles assez vaste, et osons le terme, un panel assez versatile.

Le musicien n’est pas du genre à se fixer sur un genre en particulier, et fait un peu ce qu’il veut au gré de son inspiration, ce qui confère à son projet un côté très spontané, mais aussi très hétérogène…

Si le musicien semble capable, sans en faire des tonnes, ces morceaux sont assez convenus dans le traitement, même si certains proposent quelques idées qui auraient mérité d’être creusées plus en avant, alors que d’autres n’auraient sans doute pas dû être fixées sur un support quelconque.

Mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette sortie virtuelle…

Le son global de ce No Compromise est plutôt moyen voire bon selon l’orientation des morceaux, mais cette fameuse diversité dont fait preuve Simon finit par le desservir, tant on ne sait plus sur quel pied danser ou quelle tête headbanger au bout de quelques morceaux.

On sent qu’il a enregistré toutes ses idées, sans forcément faire preuve de discernement, mais après tout, c’est son choix, sa musique, et son espace de liberté personnel.

Alors, on prend, on fait le tri, on jette des trucs, mais on ne peut que respecter l’esprit libre de cet électron naviguant à vue dans les particules musicales de son univers.

Simon ne se targue pas dans le vide de son ouverture d’esprit, et passe sans vergogne d’un instrumental d’ouverture au rythme bondissant et au riff redondant (« Crush the Head of the Snake! ») à un exercice de style électronique évanescent comme « You Want Me, Come Get Me! », tout en se lâchant parfois sur des tentatives de métissages assez étranges dans leur approche d’un Néo Metal électronique assez intrigant mais un peu bricolé sur les bords (« Pearlescent »)

De temps à autres, sa musique a clairement du mal à se situer dans un créneau bien précis, tentant le pari de l’expérimental un peu branque et ludique (« A Time Is Coming ! »), impose un Metal lourd aéré d’arrangements stellaires (« My Bad », « Seven Lampstands »), ose le Rock Ambient un peu excentré qui n’a pas forcément de limites claires (« Atonement »), sautille sur un boogie dynamité par une basse énorme qui fleure bon le Stoner made at home (« Pit Of Dreams »), et tâte même de l’EBM industriel sur sa composition la plus longue, qui développe une ambiance un peu étouffante assez sympathique (« You Want Me, Come Get Me! », ma préférée du lot je l’avoue)

No Compromise se termine même par un truc un peu bancal et bizarroïde, intimiste et grouillant qui achève de nous perdre dans son monde décalé (« Thief in the Night » qui se présente sous la forme d’un crescendo gargouillant qui n’explose finalement jamais), ce qui en soi représente la meilleure conclusion possible à cette carte de visite iconoclaste…

Evidemment, beaucoup penseront que tout ça ne méritait pas vraiment d’être proposé au public mondial, mais au-delà de la qualité intrinsèque discutable de l’entreprise, cet album ne manque pas d’un charme naïf auquel il est parfois difficile de résister.

On conseillera évidemment à Simon de faire preuve de plus de discernement et de ne conserver que son inspiration la plus pertinente, mais comment peut-on juger de la passion d’autrui sans faire preuve d’une subjectivité parfois un peu cruelle ?

Je m’y refuse et cette chronique sera donc purement informative. A vous de voir si la musique de Waugh mérite votre attention ou pas, mais ce musicien autodiscipliné représente en quelque sorte à lui seul une catégorie de l’ombre qu’il est impossible de négliger.

Quant à savoir s’il accepte ou non d’en être le porte-parole, c’est une autre problématique.


Titres de l'album:

  1. Crush the Head of the Snake!
  2. Hallowed Be
  3. Mock The Deceiver
  4. You Want Me, Come Get Me!
  5. Saved By Grace
  6. a Time Is Coming!
  7. Pit Of Dreams
  8. The Meaning
  9. Pearlescent
  10. Subtle
  11. My Bad
  12. The Journey Home
  13. Synliss
  14. Seven Lampstands
  15. Atonement
  16. Thief in the Night

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/12/2016 à 14:53
55 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !