Hiding from the World

Communic

20/11/2020

Afm Records

Il est certain que l’époque n’est pas à la gaieté ou l’espoir, mais je dois admettre qu’Oddleif Stensland est allé puiser au fond de son désespoir de quoi alimenter la machine à lucidité qu’est ce sixième album de COMMUNIC. Inspiré par la situation catastrophique dans laquelle se trouve notre planète aujourd’hui, Hiding from the World donne effectivement envie de jouer les ermites et de se trouver une cabane au fin fond des bois norvégiens pour finir ses pauvres jours. D’un autre côté, le trio respecte la ligne de conduite tracée depuis ses débuts, et propose une nouvelle fois une œuvre qui va demander des mois de dissection aux fans pour être appréciée pleinement. Clairement à part sur la scène Progressive - et même la scène Progressive nordique, l’une des plus étranges et libres - COMMUNIC a toujours eu de faux airs de secret enfoui qu’on se transmet de génération en génération depuis 2003. Car même après cinq albums studio ayant tous obtenu le succès critique qu’ils méritaient, le groupe a encore beaucoup de choses à dire, et de la beauté à mettre en musique. Seulement trois ans après le déjà presque parfait Where Echoes Gather, Oddleif revient avec sa guitare et sa voix, toujours accompagné par Erik Mortensen à la basse et Tor Atle Andersen à la batterie (le même line-up depuis dix-sept ans, la performance se salue), pour nous offrir une heure pleine de musique extraordinaire, en convergence des styles, pour développer des arguments tenant autant du Power Metal que du Heavy progressif, le tout sous couvert d’une puissance phénoménale et d’une science exacte des harmonies. Et il est toujours aussi complexe de situer le groupe par rapport à ses contemporains, même si quelques sites se risquent à citer des noms, ceux de NEVERMORE, SANCTUARY, FATES WARNING, MANTICORA, PAGAN’S MIND, CONCEPTION ou THRESHOLD, ce qui n’aiguille pas forcément sur la bonne piste. Et pour cause, cette piste est unique, et ce sixième effort le confirme de ses pas de géant.

COMMUNIC se définit lui-même sur son site officiel comme un trio de Power Thrash progressif, ce qui laisse le champ libre à bon nombre d’interprétations et de possibilités. Mais en écoutant un morceau aussi sensible et fin que « Hiding From The World », comment ne pas se persuader que le groupe pourrait être le fils caché de SANCTUARY et OPETH, élevé en Norvège et bercé au son du folklore local ?  En neuf minutes et quelques secondes, ce morceau prouve s’il en était encore besoin que les originaires de Kristiansand sont les maîtres en leur propre terrain, que personne n’ose fouler de peur de souffrir défavorablement de la comparaison. L’album, léché mais sauvage, bénéficie d’une production à la hauteur de ses ambitions, rendant la guitare si énorme que la basse doit gronder pour se faire entendre, alors même que les lignes de chant gardent cette fragilité typiquement nordique, spécialement sur les passages en son clair, d’une pureté incroyable. Mais la beauté se cache aussi dans la violence la plus avouée, et l’ouverture « Plunder Of Thoughts » ne lésine pas sur les watts pour nous mettre au parfum dès ses premières mesures. Avec un tempo à la MEGADETH des jours de pluie, COMMUNIC se laisse aller à son goût pour le Power Metal très corsé à l’américaine, lâche même quelques blasts surprenants au passage, tandis que le timbre lyrique de Stensland créé un décalage avec l’instrumental, pour souligner encore plus la singularité du crossover. Power Metal progressif symphonique et lyrique ?  COMMUNIC se dispense très bien d’étiquettes de ce genre, et se contente de composer la musique la plus accrocheuse possible sans renoncer à ses prétentions techniques. Et c’est en tendant l’oreille sur la précision des riffs et le millimétré de la batterie qu’on se rend compte que ces trois-là font partie du haut du panier, tout en essayant de dissimuler leur dextérité sous une épaisse couche de puissance.

Et avec un seul segment sous la barre des sept minutes (si l’on met de côté l’intermède « Soon To Be »), Hiding from the World se montre aussi difficile d’approche que ses prédécesseurs, impliquant de nombreuses écoutes pour en saisir tous les détails. Tout y passe, les arpèges dramatiques et les ambiances éthérées, les climats confinés par le froid hivernal, les harmonies héritées du Folk norvégien, et un titre aussi sublime que « My Temple Of Pride » résume à merveille les intentions du trio. Avec son entame découpée dans les cordes calmes d’une guitare apaisée, sa reprise soudaine utilisant très intelligemment les courts silences, sa partie de double grosse caisse répétée à la demi-croche près, cette chanson est une merveille de sensibilité, démontrant que le groupe n’est pas qu’une machine à embrayage automatique. Capable de rappeler le meilleur OPETH tout en lui damant le pion de ses trouvailles toujours surprenantes, COMMUNIC a depuis longtemps trouvé son identité, entre Thrash vraiment accrocheur et Metal progressif de haute volée, et lorsque les trois musiciens décident de faire chauffer les turbines, le résultat ne se fait pas attendre et nous enflamme les pavillons, avec en exergue le terrassant « Face In The Crowd », sans aucun doute le faux hit d’un album qui conchie la facilité.

Alors que la plupart des groupes évoluant dans le créneau choisissent de s’en remettre à des automatismes flagrants et des recettes éculées depuis l’invention de la sauce au beurre blanc, les trois norvégiens continuent d’explorer tous les recoins du Metal, ne laissant aucun ingrédient sur la table, tout en obtenant un rendu incroyable de flair. Et lorsque l’auditeur finit par tomber sur le long et évolutif « Born Without A Heart », il est déjà conquis depuis longtemps, mais continue de lui-même à s’enfoncer dans l’admiration et le respect. On sait pourtant à quel point l’exercice du titre épique est complexe, mais une fois encore, COMMUNIC joue la magie de son dosage, et suit un fil conducteur logique. Ces mélodies qui prédominent, ce chant qui rappelle le passé et qui pleure sur l’avenir, cette guitare volubile, et ces soudaines crises de colère toutes justifiées transforment Hiding from the World en mausolée d’un monde en perdition, dans lequel les hommes viennent encore prier. Et si « Forgotten » vient conclure l’album, n’y voyez aucun hasard. Oddleif Stensland souligne une fois encore de ses litanies le futur peu enviable qui nous attend, et le fait que l’humanité ne sera bientôt plus qu’un ancien souvenir. Certes, COMMUNIC ne prend pas de risques au regard de ses performances passées, mais son art état un risque en lui-même sur la scène actuelle, on ne peut guère lui reprocher de continuer à faire ce qu’il fait à la perfection. Et avec ce sixième album, la perfection est justement atteinte, ce qui risque de demander des efforts incroyables à l’avenir. Si tant est que cet avenir existe vraiment.                       

                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Plunder Of Thoughts

02. Hiding From The World

03. My Temple Of Pride

04. Face In The Crowd

05. Born Without A Heart

06. Scavengers Await

07. Soon To Be

08. Forgotten


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/01/2021 à 14:43
90 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12