La Barbarossastrasse est une rue de Berlin. A partir de là, on peut toujours extrapoler sur l’origine de ce groupe qui adopte un patronyme très connoté, sauf que ces BARBAROSSASTRASSE là ne viennent pas d’Allemagne, mais d’Italie, et qu’ils ont vu le jour du côté de Sienne, en Toscane. Dès lors, pourquoi ce choix plutôt qu’un autre, un nom de rue italienne par exemple ? Mais le choix de leur baptême n’est pas la seule surprise que nous réservent ces musiciens qui ont en outre opté pour une pochette nous aiguillant sur la voie d’un extrême assumé, ces masques de la commedia dell’arte en forme de crâne grimaçant semblant indiquer des accointances avec le Thrash, l’Industriel ou tout autre sous-genre éminemment bruyant. Et il n’est pas incongru de voir en cet artwork un démarquage futé du Theater of Pain des MÖTLEY CRÜE, ce qui finalement reste l’indice le plus probant pour les situer…Car en effet, les italiens se rapprocheraient plus d’une version modernisée du Hard Rock des eighties, légèrement Sleaze sur les bords mais pas trop, et les chansons de Waiting In The Wings ne font que confirmer cette drôle d’impression de seconde lecture à prendre au sérieux. Au-delà des interprétations diverses, ce groupe presque sorti de nulle part ne s’est pourtant pas constitué hier, puisque sa formation remonte à l’orée des années 2000, et c’est en 2003 que la machine s’est mise en branle. Pourtant, il faudra attendre dix ans avant de pouvoir juger sur pièce des capacités de création des BARBAROSSASTRASSE, qui publièrent enfin, après une décade d’existence leur premier long en 2013, avant de connaître un nouveau hiatus de cinq ans pour nous en offrir la suite. Et n’ayant pas eu la chance d’écouter cette entame en temps et en heure, je ne saurais dire si Waiting In The Wings propose une quelconque évolution, ne pouvant me baser que sur ces dix morceaux pour jauger du potentiel du combo. Et après écoute des chansons en question, je peux résolument affirmer que ce second chapitre est pluriel, partageant son temps entre Hard-Rock léger mais solide, FM intrépide et Glam subtil, à tel point qu’on aurait sans doute pu le retrouver au catalogue des amis de Frontiers.

Les BARBAROSSASTRASSE sont donc quatre (Dario "TanzarHell" Tanzarella - chant, Riccardo "Richie" Ciabatti - guitare, Alessandro "Pozze" Pozzebon - basse et Marco "Lookdown" Guardabasso - batterie et chœurs), se prétendent « durs comme le Rock », et nous offrent donc une traduction transalpine des standards en vogue aux Etats-Unis dans les eighties, n’hésitant pas à faire jouer leurs influences pour nous délivrer un message Rock assez fort, et surtout, diversifié pour offrir un petit quelque chose à tout le monde. Ces influences sont d’ailleurs clairement indiquées sur leur page Facebook, et les traditionnels GUNS N' ROSES, AC/DC, LED ZEPPELIN, BON JOVI, AEROSMITH, KISS, MOTLEY CRUE, POISON, SCORPIONS, EUROPE, SKID ROW, IRON MAIDEN, VAN HALEN, TWISTED SISTER et Ozzy OSBOURNE de rivaliser avec les plus contemporains PEARL JAM, SMASHING PUMPKINS, FOO FIGHTERS, ou SYSTEM OF A DOWN, sans oublier les classiques RAMONES, QUEEN, BEATLES, WHO et consorts. Une tendance donc à assimiler le passé et à regarder dans le rétro musical pour se sentir à l’aise dans le présent, et si ces références ne suffisent pas forcément à cerner la démarche des BARBAROSSASTRASSE, elles représentent une base suffisamment explicite pour savoir où on va mettre nos oreilles. Et ces dernières seront tour à tour caressées, bousculées, bichonnées, par un groupe qui connaît bien son sujet, et qui tient à ce que chaque morceau soit différent du précédent, tout en gardant une ligne directrice cohérente. Nous avons donc affaire à une grosse dose de Hard-Rock qui bouffe à peu près à tous les râteliers, passant sans vergogne d’un Hard Rock trépidant et subtilement boogie à une ballade à user les briquets, sans paraître opportuniste ou trop généraliste pour inspirer les puristes.

Et sans vouloir jouer les chaperons, il est évident que les deux tutelles les plus marquantes de ce second effort sont évidemment le CRÜE, mais aussi SKID ROW, celui plus tardif de Johnny Solinger. On retrouve aussi dans les ingrédients de Waiting In The Wings des traces patentes de SLAUGHTER, de TYKETTO, mais aussi de petites touches de la scène AOR contemporaine de l’écurie Frontiers, soit la quintessence d’un Rock se voulant aussi agressif que mélodique, et sachant accepter le compromis d’un refrain fédérateur pour peu que la majorité des couplets mordent dans le lard et que les soli restent sans fard. Impossible dès lors de rejeter cet effort d’un seul bloc, puisque sa variété lui garantit l’adhésion d’une grande partie du public Hard Rock un peu nostalgique, voire beaucoup, même si les italiens font tout pour ne pas rester coincés dans une décennie trop connotée. Et c’est dans doute ce désir qui les pousse à citer quelques figures de l’Alternatif des nineties comme le JAM et les PUMPKINS, même si on sent en filigrane des preuves que la scène Punk de la fin des seventies les a marqués à vie. Et finalement ce groupe très sympathique finit par nous convaincre de la pertinence de sa démarche, lorsqu’on parvient à la fin de l’album sans avoir baillé ou skipé un ou deux morceaux un peu trop banalisés. Une production un peu défaillante dans la puissance pourra faire rechigner les plus exigeants, mais le talent de composition des italiens permet d’excuser cette approximation, ce qu’ils démontrent dès l’entame ambivalente et harmonique de « Here To Stay », que certains suédois auraient pu adopter comme intro. En découvrant ce titre, on se dit que l’affaire va vite être emballée, mais c’est sans compter sur la volonté du quatuor de ne pas nous laisser nous installer dans un confort trop rassurant, et « Backdraft » de nous secouer les puces de son riff syncopé et de sa rythmique chaloupé. Et ce sont finalement les ombres du MÖTLEY de « Kickstart My Heart » et du SKID ROW de « Sweet Little Sister » qui viennent tamiser la lumière de ce jugement un peu trop hâtif, permettant à l’énergie de se développer, et aux petons de s’agiter.

« Waiting In The Wings » associe Robin Beck et la scène AOR au parrainage des VAN HALEN via un riff symptomatique d’Eddie période grand public, tandis que « Nowhere Train » nous rappelle que le Glam et le Punk ont partagé plus d’une sauvagerie en bonne compagnie. « Hereafter » et son repos du guerrier acoustique nous ramène à l’arrière du bus des SKID ROW après un concert costaud, et en cinq morceaux, les italiens nous démontrent l’ampleur de leur savoir-faire, qui permet à chaque chanson d’avoir son identité propre. Les deux années (de 2015 à 2017) ayant été consacrées à la composition et l’élaboration de l’album n’auront donc pas été vaines, et la diversité de ce Waiting In The Wings est résolument son point fort. « On The Loose » trépide donc comme les SWEET et SLADE en tournée commune, tandis que « Praise The Storm » se place sous l’égide du Rock californien de 1988/89, pour une dernière ballade sur le Strip en bonne compagnie. Chœurs discrets mais efficaces, refrains taillés pour les radios, le travail est admirable et le rendu estimable. Rien à jeter donc sur ce deuxième longue-durée qui n’abuse pas du métrage pour s’éterniser, et qui de son début à sa fin refuse les facilités de la redite pour toujours tenter de trouver une idée qui fera avancer la machine. Des hits, des choses plus intimistes, de l’envie, de la hargne, mais aussi un certain flair pour les harmonies, et un final émotionnel et lacrymal, très inspiré du diptyque BON JOVI/CINDERELLA, pour un « It Will Take Some Time » au solo brulant et à la fièvre nostalgique. De l’excellent travail donc qu’ont accompli les BARBAROSSASTRASSE qui malgré leur nom très allemand et leurs origines italiennes sonnent très américain, même si leurs racines européennes ne sont jamais bien loin. Dommage finalement que Waiting In The Wings n’ait pas bénéficié des bons soins d’un Alessandro Del Vecchio, même si sa production un peu rêche lui permet de se démarquer.

  

Titres de l'album :

                          1. Here To Stay

                          2. Backdraft

                          3. Waiting In The Wings

                          4. Nowhere Train

                          5. Hereafter

                          6. On The Loose

                          7. Praise The Storm

                          8. Mexican Standoff

                          9. I'll Do It Again

                          10. It Will Take Some Time

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/02/2019 à 14:21
85 %    300

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)