Ils sont quatre, viennent de Guayaquil, Equateur, et ont de la bouteille, vous pouvez me faire confiance. Il est possible de les présenter de bien des façons, en disant qu’il leur aura fallu quelques années pour se roder et devenir pleinement professionnels, ou alors préciser que le facteur obstination a provoqué la collision avec le facteur chance pour qu’ils cassent enfin la baraque en dehors de leurs frontières, mais quelle que soit l’introduction que vous choisissez, le résultat est le même. Les BLACK SUN, s’ils obtiennent la reconnaissance mondiale après laquelle ils courent depuis leurs débuts, l’auront amplement mérité.

Et c’est leur troisième album qui vous le prouvera plus que n’importe quel discours.  

Depuis 1999, les équatoriens n’ont jamais lâché un pouce de terrain, et se sont battus, au point de partager les plus grandes scènes de leur pays avec des pointures comme EDGUY. Ils partagent d’ailleurs quelques points communs avec eux, en terme d’inspiration et de lyrisme, et il est certain que leur Metal traditionnel mais convaincant séduira les plus fervents amateurs d’un Hard-Rock saignant et mélodique, dans la plus grande tradition du plus grand HELLOWEEN.

Niveau technique, il serait plus légitime de les rapprocher de STRATOVARIUS, puisque The Puppeteer a été produit conjointement par Timo Tolkki et Santtu Lehtiniemi aux fameux Sonic Pump Studios d’Helsinki. Mixé par le fidèle Mikko Karmila et masterisé par Mika Jussila aux Finnvox studios, ce troisième LP, le plus critique à négocier dans la carrière d’un groupe, se cache sous un superbe artwork signé Thomas Ewerhard, dont les pinceaux et l’imagination ont orné bien des covers et autres affiches de festivals…

Des auspices fameux donc, des atouts soigneusement mis de côté, mais niveau musique, quel est le bilan de ce marionnettiste barbu qui semble manipuler des poupées assez inquiétantes et diaboliques ? Une sorte de comptine pour Père Noël Heavy saignant ses rennes une fois sa mission acquittée ? Un Geppetto transposé de l’univers de Collodi à celui plus sombre de JUDAS PRIEST ?

La seconde option semble la plus fiable, même si les BLACK SUN se revendiquent tout autant d’HELLOWEEN, STRYPER, HAMMERFALL, IRON MAIDEN, EDGUY, AVANTASIA, ACCEPT, HELL, MASTERPLAN ou FIREWIND, que de la bande à Rob Halford. Nous avons donc affaire à un LP qui déborde de riffs d’acier, de soli enflammés, et de lyrisme vocal assumé, mais qui évite avec intelligence les pièges à loup de l’emphase dramatique, et les axcès d’un Metal trop burné qui aurait laissé sa cervelle au placard à balai. En gros, nous dégustons chand des morceaux qui ne carburent pas piano, mais qui galopent à l’image probante de cet énergique et harmonique « Vain », entonné de concert avec Henning Basse, ex METALIUM et nouveau vocaliste de FIREWIND.

Mais là n’est pas le seul featuring de The Puppeteer, qui nous propose aussi une collaboration avec la belle Netta Dahlberg, (artiste finlandaise qui a travaillé avec des membres de STRATOVARIUS, WINTERSUN ou TRACEDAWN, et qui connait aussi une belle carrière solo nationale), pour les quelques minutes d’un « Let Me Be », aussi efficace qu’un mid tempo maousse partagé par Kai HANSEN et QUEENSRYCHE. Riff bien dru, dualité vocale enragée, pour un classique du Metal échauffé qui brise la glace et nous laisse enchantés.

Heavy donc, mais pas uniquement, puisque les quatre BLACK SUN (Chemel Neme – chant, Christopher Gruenberg – guitar, Santiago Salem – basse et Nicolás Estrada - batterie) savent aussi revendiquer une variété d’ambiances assez intéressante.

Ils le démontrent d’ailleurs avec une belle conviction sur le hit médium « Wasted Love », qui se rapproche avec délice d’un Hard-Rock mélodique à la GAMMA RAY des années les plus modérées, et qui nous distille un refrain hautement fédérateur à la ALTER BRIDGE/PRETTY MAIDS.

« Mind Control » évolue peu ou prou sur le même terrain, quoique d’un pas beaucoup plus lent et harmonieux, avec une cadence de basse à la Steve Harris tout à fait surprenante. On se reprend à penser au Metal estampillé 80’s, lorsque les cavalcades épiques marquaient du sceau rougi du lyrisme les œuvres d’ACCEPT, de MAIDEN ou même MANOWAR, tout en gardant cette touche abordable de la génération précédente. D’ailleurs, « Take The Ride » enfonce encore un peu plus le clou dans un registre SRATOVARIUS/HELLOWEEN hautement performant, pour une nouvelle bordée de chœurs collégiaux et de riffs plaqués avec brio.

Mais c’est décidément le gros Heavy qui colle au perfecto des équatoriens, et lorsque l’atmosphère s’alourdit, la voix puissante de Chemel Neme fait le job à merveille.

Ainsi, le contagieux « We Are One » suggère autant un rapprochement germanique avec WARLOCK qu’une poignée de main avec Kai Hansen, alors que le tressaillant « Shattered Illusions » n’a rien oublié des enseignements nordiques de STRATOVARIUS.

Guitares à la tierce, qui brodent des motifs simples mais précis, arrangements vocaux royaux, basse qui gronde et batterie qui fronde, c’est une jolie démonstration de force classique, qui parvient toujours à nous attirer dans ses filets par l’entremise de refrains accrocheurs. Certes, certains plans semblent émerger d’un rêve éveillé partagé par toutes les influences du groupe, réunies dans un même décor, mais l’énergie que développe le quatuor finit de dissiper les derniers grincements de dents suscités par ces emprunts un peu trop évidents.

Rien de bien original somme toute, mais une marge de progression tangible depuis leur second effort, Dance of Elders, qui lui-même occultait sans peine le premier LP, Tyrant From a Foreign Land publié en 2005 et qui cherchait encore ses marques stables.

La production de Timo Tolkki et Santtu Lehtiniemi, solide et moderne ne polit pas trop les aspérités d’un Metal qui se veut encore tranchant, malgré des inclinaisons de plus en plus évidentes vers un Hard-Rock mainstream susceptible d’ouvrir des portes encore plus grandes (« Rollin’).

Mais il est évident que les BLACK SUN en ont encore sous le coude, comme le suggère « The Puppeteer » de sa dualité couplet/refrain très marquée, qui ose briser un peu le carcan d’un plan trop bien dessiné et rodé.

The Puppeteer placera sans problème ce sympathique combo sur l’orbite Heavy d’exigences de rotation mondiales, tant sa rigueur nuancée de fraicheur fait plaisir à entendre, et confirme tout le bien que l’on pensait d’eux suite à Dance of Elders. Souhaitons-leur d’arpenter les scènes du monde entier en support de grands noms, ou sous leur propre bannière, puisqu’ils le méritent vraiment. Espérons juste que nous n’aurons pas à attendre six années supplémentaires pour entendre parler d’eux.


Titres de l'album:

  1. Robert The Doll
  2. Wasted Love
  3. Let Me Be (feat. Netta Dahlberg)
  4. The Puppeteer
  5. Vain (feat. Henning Basse)
  6. We Are One
  7. Mind Control
  8. Take The Ride
  9. Shattered Illusions
  10. Rollin'

Site officiel


par mortne2001 le 08/07/2017 à 14:39
78 %    295

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Black Sun EC
@190.155.190.146
25/07/2017 à 17:59:44

Merci beaucoup pour la chronique.

Veuillez nous contacter à blacksunec@gmail.com, nous voulons vous envoyer un kit de presse spécial.

\m/ \m/ !

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)