Ils sont quatre, viennent de Guayaquil, Equateur, et ont de la bouteille, vous pouvez me faire confiance. Il est possible de les présenter de bien des façons, en disant qu’il leur aura fallu quelques années pour se roder et devenir pleinement professionnels, ou alors préciser que le facteur obstination a provoqué la collision avec le facteur chance pour qu’ils cassent enfin la baraque en dehors de leurs frontières, mais quelle que soit l’introduction que vous choisissez, le résultat est le même. Les BLACK SUN, s’ils obtiennent la reconnaissance mondiale après laquelle ils courent depuis leurs débuts, l’auront amplement mérité.

Et c’est leur troisième album qui vous le prouvera plus que n’importe quel discours.  

Depuis 1999, les équatoriens n’ont jamais lâché un pouce de terrain, et se sont battus, au point de partager les plus grandes scènes de leur pays avec des pointures comme EDGUY. Ils partagent d’ailleurs quelques points communs avec eux, en terme d’inspiration et de lyrisme, et il est certain que leur Metal traditionnel mais convaincant séduira les plus fervents amateurs d’un Hard-Rock saignant et mélodique, dans la plus grande tradition du plus grand HELLOWEEN.

Niveau technique, il serait plus légitime de les rapprocher de STRATOVARIUS, puisque The Puppeteer a été produit conjointement par Timo Tolkki et Santtu Lehtiniemi aux fameux Sonic Pump Studios d’Helsinki. Mixé par le fidèle Mikko Karmila et masterisé par Mika Jussila aux Finnvox studios, ce troisième LP, le plus critique à négocier dans la carrière d’un groupe, se cache sous un superbe artwork signé Thomas Ewerhard, dont les pinceaux et l’imagination ont orné bien des covers et autres affiches de festivals…

Des auspices fameux donc, des atouts soigneusement mis de côté, mais niveau musique, quel est le bilan de ce marionnettiste barbu qui semble manipuler des poupées assez inquiétantes et diaboliques ? Une sorte de comptine pour Père Noël Heavy saignant ses rennes une fois sa mission acquittée ? Un Geppetto transposé de l’univers de Collodi à celui plus sombre de JUDAS PRIEST ?

La seconde option semble la plus fiable, même si les BLACK SUN se revendiquent tout autant d’HELLOWEEN, STRYPER, HAMMERFALL, IRON MAIDEN, EDGUY, AVANTASIA, ACCEPT, HELL, MASTERPLAN ou FIREWIND, que de la bande à Rob Halford. Nous avons donc affaire à un LP qui déborde de riffs d’acier, de soli enflammés, et de lyrisme vocal assumé, mais qui évite avec intelligence les pièges à loup de l’emphase dramatique, et les axcès d’un Metal trop burné qui aurait laissé sa cervelle au placard à balai. En gros, nous dégustons chand des morceaux qui ne carburent pas piano, mais qui galopent à l’image probante de cet énergique et harmonique « Vain », entonné de concert avec Henning Basse, ex METALIUM et nouveau vocaliste de FIREWIND.

Mais là n’est pas le seul featuring de The Puppeteer, qui nous propose aussi une collaboration avec la belle Netta Dahlberg, (artiste finlandaise qui a travaillé avec des membres de STRATOVARIUS, WINTERSUN ou TRACEDAWN, et qui connait aussi une belle carrière solo nationale), pour les quelques minutes d’un « Let Me Be », aussi efficace qu’un mid tempo maousse partagé par Kai HANSEN et QUEENSRYCHE. Riff bien dru, dualité vocale enragée, pour un classique du Metal échauffé qui brise la glace et nous laisse enchantés.

Heavy donc, mais pas uniquement, puisque les quatre BLACK SUN (Chemel Neme – chant, Christopher Gruenberg – guitar, Santiago Salem – basse et Nicolás Estrada - batterie) savent aussi revendiquer une variété d’ambiances assez intéressante.

Ils le démontrent d’ailleurs avec une belle conviction sur le hit médium « Wasted Love », qui se rapproche avec délice d’un Hard-Rock mélodique à la GAMMA RAY des années les plus modérées, et qui nous distille un refrain hautement fédérateur à la ALTER BRIDGE/PRETTY MAIDS.

« Mind Control » évolue peu ou prou sur le même terrain, quoique d’un pas beaucoup plus lent et harmonieux, avec une cadence de basse à la Steve Harris tout à fait surprenante. On se reprend à penser au Metal estampillé 80’s, lorsque les cavalcades épiques marquaient du sceau rougi du lyrisme les œuvres d’ACCEPT, de MAIDEN ou même MANOWAR, tout en gardant cette touche abordable de la génération précédente. D’ailleurs, « Take The Ride » enfonce encore un peu plus le clou dans un registre SRATOVARIUS/HELLOWEEN hautement performant, pour une nouvelle bordée de chœurs collégiaux et de riffs plaqués avec brio.

Mais c’est décidément le gros Heavy qui colle au perfecto des équatoriens, et lorsque l’atmosphère s’alourdit, la voix puissante de Chemel Neme fait le job à merveille.

Ainsi, le contagieux « We Are One » suggère autant un rapprochement germanique avec WARLOCK qu’une poignée de main avec Kai Hansen, alors que le tressaillant « Shattered Illusions » n’a rien oublié des enseignements nordiques de STRATOVARIUS.

Guitares à la tierce, qui brodent des motifs simples mais précis, arrangements vocaux royaux, basse qui gronde et batterie qui fronde, c’est une jolie démonstration de force classique, qui parvient toujours à nous attirer dans ses filets par l’entremise de refrains accrocheurs. Certes, certains plans semblent émerger d’un rêve éveillé partagé par toutes les influences du groupe, réunies dans un même décor, mais l’énergie que développe le quatuor finit de dissiper les derniers grincements de dents suscités par ces emprunts un peu trop évidents.

Rien de bien original somme toute, mais une marge de progression tangible depuis leur second effort, Dance of Elders, qui lui-même occultait sans peine le premier LP, Tyrant From a Foreign Land publié en 2005 et qui cherchait encore ses marques stables.

La production de Timo Tolkki et Santtu Lehtiniemi, solide et moderne ne polit pas trop les aspérités d’un Metal qui se veut encore tranchant, malgré des inclinaisons de plus en plus évidentes vers un Hard-Rock mainstream susceptible d’ouvrir des portes encore plus grandes (« Rollin’).

Mais il est évident que les BLACK SUN en ont encore sous le coude, comme le suggère « The Puppeteer » de sa dualité couplet/refrain très marquée, qui ose briser un peu le carcan d’un plan trop bien dessiné et rodé.

The Puppeteer placera sans problème ce sympathique combo sur l’orbite Heavy d’exigences de rotation mondiales, tant sa rigueur nuancée de fraicheur fait plaisir à entendre, et confirme tout le bien que l’on pensait d’eux suite à Dance of Elders. Souhaitons-leur d’arpenter les scènes du monde entier en support de grands noms, ou sous leur propre bannière, puisqu’ils le méritent vraiment. Espérons juste que nous n’aurons pas à attendre six années supplémentaires pour entendre parler d’eux.


Titres de l'album:

  1. Robert The Doll
  2. Wasted Love
  3. Let Me Be (feat. Netta Dahlberg)
  4. The Puppeteer
  5. Vain (feat. Henning Basse)
  6. We Are One
  7. Mind Control
  8. Take The Ride
  9. Shattered Illusions
  10. Rollin'

Site officiel


par mortne2001 le 08/07/2017 à 14:39
78 %    168

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Black Sun EC
@190.155.190.146
25/07/2017 à 17:59:44

Merci beaucoup pour la chronique.

Veuillez nous contacter à blacksunec@gmail.com, nous voulons vous envoyer un kit de presse spécial.

\m/ \m/ !

Ajouter un commentaire


Temple Desecration

Whirlwinds of Fathomless Chaos

Graviton

Per Erebus Ad Astra

Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah jeune impatient... mold_putrefaction est encore sur place en ce moment même.


C'est vrai qu'il donne envie ce report... ... ...
(SIC !!! !!! !!!)


Exact RBD...
Je préfère d'ailleurs de très loin SOILENT GREEN à EYEHATEGOD.
"Sewn mouth secrets" m'avait foutu une sacrée claquasse à sa sortie...


Ce n'est pas très bon non plus pour Soilent Green, après dix ans de silence.


Il donne envie ce fest en vrai... C'est bien simple tout les metalleux qui y ont été un jour, te disent que c'est le meilleur fest Metal qu'ils ont fait...


OUCH !!! !!! !!!
Quelle belle découverte bordel !!!
Merci mortne2001...
Du pur S.T. dans le texte ce truc putain !
Un million de fois mieux que NEGATIVE SELF en ce qui me concerne.

PS : "Un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque q(...)


CxFxCx!


Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)