Vautrons-nous je vous prie le temps d’un (long) instant dans la fange la plus bruitiste de la frange la plus extrême de l’underground US. Les labels se sentant concernés par l’horreur non-musicale la plus absolue envahissant toujours plus ma boîte aux lettres électronique, je me sens obligé à intervalles réguliers de lui proposer une place dans ces colonnes, histoire de rétablir l’équilibre entre mainstream et…autre chose. Aujourd’hui, c’est le cas éminent des bruitistes américains de CRURIFRAGIUM qui rentre en ligne de compte, et autant préciser de suite que ces lascars auraient largement eu leur place dans les étable de l’écurie Nuclear War Now tant leur musique se complait dans une effervescence malsaine et une turgescence le confinant au priapisme morbide. Et pour être tout à fait honnête, seuls les plus tarés d’entre vous risqueront de trouver leur compte en tendant leurs oreilles sur cette fausse compilation qui se propose de nous faire découvrir les deux facettes les plus abominables de ce trio aux pseudos délicatement allusifs (Purveyor of Destruction - batterie, Horned Despoiler of the First Temple - guitare/vomi et False Prophet Goatmessiah - guitare/régurgitation difficile). En substance, il est relativement difficile de définir les contours d’un Black qui se veut Death, ou d’un Death qui se veut plus Black qu’une messe noire impromptue. L’essentiel étant d’obtenir sa dose de ténèbres indispensable, et de savoir considérer comme exutoire cet assemblage de sonorités disparates qui utilisent le bruit comme moteur d’une inspiration néfaste, et qui abuse de l’amplification pour faire pencher la distorsion du côté Noise où elle risque de sombrer. Historiquement parlant, quelques précisions s’imposent, avant de s’immerger dans ce nouveau marigot de riffs putrides et de lignes vocales en gerbes de repas pas franchement apprécié.

Les CRURIFRAGIUM nous en viennent donc de Seattle, Washington, mais n’ont pas grand-chose à voir avec la vague Grunge ayant trouvé sa source aux mêmes latitudes géographiques il y a presque trente ans. Déjà compromis dans la composition d’un longue-durée publié en 2017, ce Beasts of The Temple of Satan paru l’année dernière, les américains se voient aujourd’hui honorés d’une rétrospective que d’aucuns jugeront imméritée au jugé du caractère farouchement nihiliste de leur inspiration. Car cet ignoble mais indispensable dans la forme Black Seed of Bestiality regroupe deux épisodes de la vie pleine de turpitudes d’un trio taciturne, et assemble sur le même format leur première démo éponyme de 2015, ainsi qu’un live capté au Invoking Black Death Fest, le 6 mai 2017. Nous retrouvons donc en face A les trois premiers « tubes » de la carrière des suppôts de Satan, « The Tepid Waters of Feeble Baptism / Deformed Lamb », « The Horns of Power » et « Efficience of Crucifixion (Crurifragium) », subtils empilages de Death gravissime à la MORTICIAN et de BM sans concession tel qu’il fut prôné par les BEHERIT en leur temps. Vous pouvez donc imaginer à présent le délicat subterfuge allusif du trio de Seattle, qui confond souvent vitesse et précipitation, chant exhortant et dégueulis hérétique, et qui nous oblige à fournir un effort prononcé pour distinguer les fréquences des deux guitares et celle de la basse. A peu près aussi gras qu’un plat de côtes qu’on a retiré du grill un peu trop tôt, aussi fin que du gros sel sur une plaie béante, ce Black Death/Death Black atteint donc des sommets dans l’ignominie, et se propose d’ériger le bruit en vertu cardinale, histoire de vous chatouiller les tympans d’une symphonie infâme composée en l’honneur de la débauche absolue et du non-respect intégral des codes musicaux de l’extrême. On pense aussi à une version exagérée de l’art effréné de Mories à déstabiliser les fondations artistiques modernes à grands coups de raout impénétrable et indigeste, et l’ensemble peut s’appréhender comme un bon gros majeur tendu à la face du bon goût. De l’extrême pour ceux qui n’aiment que l’extrême des extrêmes, une grosse blague même pas salace pour les autres, mais l’horreur n’ayant pas de fond, la face live nous permet de plonger un peu plus profond dans les abimes du non-sens histoire d’en humer les parfums les plus faisandés.

Car si le son de la démo ne parvient pas à vous faire fuir à grandes enjambées, alors la captation en direct de cette fameuse participation à l’un des festivals les plus obscurs du patrimoine US y parviendra sans embûche. On y retrouve une grosse partie du répertoire du groupe, et des morceaux qu’on pouvait déjà savourer avec une bonne serviette sur Beasts of The Temple of Satan. Thématiquement, pas grande variation sur la même haine, et l’approche garde ce caractère nihiliste qui anime la volonté de musiciens bien décidés à ne pas s’emmerder avec des principes de logique ou d’intelligence évolutive. Le chant, à cette occasion, prend une forme encore plus indiscernable, les riffs se perdent dans l’écho, et il est bien difficile de faire la part des choses, et surtout, la différence entre des morceaux qui se ressemblent tous. Une certaine et indéniable puissance maléfique se dégage toutefois de cette incarnation en concert, et il est possible sans passer pour un psychopathe d’y dénicher un certain charme dans ce refus de tout compromis. Mais quoiqu’il en soit, et en restant objectif, en dehors du caractère anecdotique de cette nouvelle sortie, Black Seed of Bestiality n’est rien de plus qu’une nouvelle tranche de vie de l’underground bordélique mondial, peut-être un peu plus abordable que la moyenne, mais tout aussi facultative que les autres. A moins de collectionner à tout prix chaque épisode de cette saga pour en conter la légende funeste un jour.

Bon appétit !


Titres de l'album:

  1. The Tepid Waters of Feeble Baptism / Deformed Lamb
  2. The Horns of Power
  3. Efficience of Crucifixion (Crurifragium)
  4. Stigmata Execruciation
  5. Deformed Lamb
  6. Flayed Angels / Exalted Blasphemous Trinity
  7. Slaughterers of the Flocks
  8. Consecration Through the Standard of Blood / The Horns of Power

Soundcloud album


par mortne2001 le 19/05/2018 à 18:44
65 %    276

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...


Un groupe énorme qui a marqué mon adolescence.

Contrairement à Humungus, je ne pense pas que Slayer reviendra. Araya a voulu lâcher l'affaire à plusieurs reprises. Si ça se faisait, ça risquerait bien d'être sans lui.

Et il a bien raison. Faut savoir s'arrêter à t(...)


Pareil. Un groupe sans qui le metal au sens large ne serait pas le même aujourd'hui. Un héritage considérable et un palanquée d'albums et de shows d'une intensité rare. Un moment de vie qui s'en va, pour de nombreux fans pour sûr.