Vautrons-nous je vous prie le temps d’un (long) instant dans la fange la plus bruitiste de la frange la plus extrême de l’underground US. Les labels se sentant concernés par l’horreur non-musicale la plus absolue envahissant toujours plus ma boîte aux lettres électronique, je me sens obligé à intervalles réguliers de lui proposer une place dans ces colonnes, histoire de rétablir l’équilibre entre mainstream et…autre chose. Aujourd’hui, c’est le cas éminent des bruitistes américains de CRURIFRAGIUM qui rentre en ligne de compte, et autant préciser de suite que ces lascars auraient largement eu leur place dans les étable de l’écurie Nuclear War Now tant leur musique se complait dans une effervescence malsaine et une turgescence le confinant au priapisme morbide. Et pour être tout à fait honnête, seuls les plus tarés d’entre vous risqueront de trouver leur compte en tendant leurs oreilles sur cette fausse compilation qui se propose de nous faire découvrir les deux facettes les plus abominables de ce trio aux pseudos délicatement allusifs (Purveyor of Destruction - batterie, Horned Despoiler of the First Temple - guitare/vomi et False Prophet Goatmessiah - guitare/régurgitation difficile). En substance, il est relativement difficile de définir les contours d’un Black qui se veut Death, ou d’un Death qui se veut plus Black qu’une messe noire impromptue. L’essentiel étant d’obtenir sa dose de ténèbres indispensable, et de savoir considérer comme exutoire cet assemblage de sonorités disparates qui utilisent le bruit comme moteur d’une inspiration néfaste, et qui abuse de l’amplification pour faire pencher la distorsion du côté Noise où elle risque de sombrer. Historiquement parlant, quelques précisions s’imposent, avant de s’immerger dans ce nouveau marigot de riffs putrides et de lignes vocales en gerbes de repas pas franchement apprécié.

Les CRURIFRAGIUM nous en viennent donc de Seattle, Washington, mais n’ont pas grand-chose à voir avec la vague Grunge ayant trouvé sa source aux mêmes latitudes géographiques il y a presque trente ans. Déjà compromis dans la composition d’un longue-durée publié en 2017, ce Beasts of The Temple of Satan paru l’année dernière, les américains se voient aujourd’hui honorés d’une rétrospective que d’aucuns jugeront imméritée au jugé du caractère farouchement nihiliste de leur inspiration. Car cet ignoble mais indispensable dans la forme Black Seed of Bestiality regroupe deux épisodes de la vie pleine de turpitudes d’un trio taciturne, et assemble sur le même format leur première démo éponyme de 2015, ainsi qu’un live capté au Invoking Black Death Fest, le 6 mai 2017. Nous retrouvons donc en face A les trois premiers « tubes » de la carrière des suppôts de Satan, « The Tepid Waters of Feeble Baptism / Deformed Lamb », « The Horns of Power » et « Efficience of Crucifixion (Crurifragium) », subtils empilages de Death gravissime à la MORTICIAN et de BM sans concession tel qu’il fut prôné par les BEHERIT en leur temps. Vous pouvez donc imaginer à présent le délicat subterfuge allusif du trio de Seattle, qui confond souvent vitesse et précipitation, chant exhortant et dégueulis hérétique, et qui nous oblige à fournir un effort prononcé pour distinguer les fréquences des deux guitares et celle de la basse. A peu près aussi gras qu’un plat de côtes qu’on a retiré du grill un peu trop tôt, aussi fin que du gros sel sur une plaie béante, ce Black Death/Death Black atteint donc des sommets dans l’ignominie, et se propose d’ériger le bruit en vertu cardinale, histoire de vous chatouiller les tympans d’une symphonie infâme composée en l’honneur de la débauche absolue et du non-respect intégral des codes musicaux de l’extrême. On pense aussi à une version exagérée de l’art effréné de Mories à déstabiliser les fondations artistiques modernes à grands coups de raout impénétrable et indigeste, et l’ensemble peut s’appréhender comme un bon gros majeur tendu à la face du bon goût. De l’extrême pour ceux qui n’aiment que l’extrême des extrêmes, une grosse blague même pas salace pour les autres, mais l’horreur n’ayant pas de fond, la face live nous permet de plonger un peu plus profond dans les abimes du non-sens histoire d’en humer les parfums les plus faisandés.

Car si le son de la démo ne parvient pas à vous faire fuir à grandes enjambées, alors la captation en direct de cette fameuse participation à l’un des festivals les plus obscurs du patrimoine US y parviendra sans embûche. On y retrouve une grosse partie du répertoire du groupe, et des morceaux qu’on pouvait déjà savourer avec une bonne serviette sur Beasts of The Temple of Satan. Thématiquement, pas grande variation sur la même haine, et l’approche garde ce caractère nihiliste qui anime la volonté de musiciens bien décidés à ne pas s’emmerder avec des principes de logique ou d’intelligence évolutive. Le chant, à cette occasion, prend une forme encore plus indiscernable, les riffs se perdent dans l’écho, et il est bien difficile de faire la part des choses, et surtout, la différence entre des morceaux qui se ressemblent tous. Une certaine et indéniable puissance maléfique se dégage toutefois de cette incarnation en concert, et il est possible sans passer pour un psychopathe d’y dénicher un certain charme dans ce refus de tout compromis. Mais quoiqu’il en soit, et en restant objectif, en dehors du caractère anecdotique de cette nouvelle sortie, Black Seed of Bestiality n’est rien de plus qu’une nouvelle tranche de vie de l’underground bordélique mondial, peut-être un peu plus abordable que la moyenne, mais tout aussi facultative que les autres. A moins de collectionner à tout prix chaque épisode de cette saga pour en conter la légende funeste un jour.

Bon appétit !


Titres de l'album:

  1. The Tepid Waters of Feeble Baptism / Deformed Lamb
  2. The Horns of Power
  3. Efficience of Crucifixion (Crurifragium)
  4. Stigmata Execruciation
  5. Deformed Lamb
  6. Flayed Angels / Exalted Blasphemous Trinity
  7. Slaughterers of the Flocks
  8. Consecration Through the Standard of Blood / The Horns of Power

Soundcloud album


par mortne2001 le 19/05/2018 à 18:44
65 %    200

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.