Il y en a comme ça qui peuvent faire tout ce qu’ils veulent, mais rien à faire. Ils essaient de refaire le coup, ils tentent de se racheter une conduite, de s’adapter à l’air du temps, mais toute tentative est vaine. Car à chaque fois, le public s’en revient dans le giron rassurant de leur heure de gloire, arguant du fameux « Mais à part « ______________ » (remplir le vide entre les guillemets), ils n’ont rien fait d’autre, si ? ».

Dans le meilleur des cas, ce « __________________ » se remplit avec le nom d’un album phare, mais dans le pire, il se contente d’être comblé par le titre d’un morceau. Ou deux à la rigueur. Et dans le cas très précis de QUIET RIOT, ce fameux « ______________ » se voir toujours noirci à grands coups de « Cum on Feel the Noize » ou « Mama, We’re All Crazy Now ». Je ne parle évidemment pas là du musicologue amplifié lettré qui admettra l’importance du groupe sur un LP comme Metal Health, ou qui reconnaîtra la qualité intrinsèque d’un Quiet Riot III ou d’un Quiet Riot tout court, et qui finira par trouver un semblant de consensus sur le côté anecdotique mais plaisant d’un Rehab. Je parle du grand public, qui s’accroche à ses tubes du passé comme à ses certitudes du présent, et qui de toutes façons, bouclera toujours ses analyses sommaires d’un « Mais à part « ______________ » (remplir le vide entre les guillemets), ils n’ont rien fait d’autre, si ? ». Admettons le postulat, et avançons. QUIET RIOT, pour beaucoup de hard-rockeurs, reste quand même le groupe d’un album mythique, défonçant le Billboard en 1983, ou d’un autre côté, le tremplin qui permit au magique et regretté Randy Rhoads de se faire un nom et de se faire remarquer par Ozzy. En dehors de ça, pas grand-chose, et pourtant, la carrière du groupe mérite qu’on s’y attarde. Si pour beaucoup encore une fois, le nom du groupe restera éternellement associé à celui de son chanteur/grande gueule Kevin DuBrow, d’autres sauront que le grand Paul Shortino y a associé son talent, et que depuis deux ans, James Durbin fait ce qu’il peut pour faire oublier Jizzy Pearl, qui lui-même essayait d’assurer la transition post comeback. Alors, aujourd’hui, que signifie le nom de QUIET RIOT pour le public Rock et Metal ? Pas grand-chose il faut bien l’avouer, même si les efforts des musiciens impliqués est à souligner.

Frankie Banali, seul membre à avoir joué sur tous les enregistrements du groupe s’accroche, continue, aux côtés de son compagnon de route Chuck Wright. Ils constituent tous les deux la légendaire section rythmique du quatuor et surtout, le garant de son héritage et de sa crédibilité. Alors à l’annonce d’un nouvel album (le quatorzième) à paraître sur Frontiers, tout le monde se demandait si Hollywood Cowboys allait mériter son titre, et surtout, s’il allait offrir quelque chose de différent de Road Rage, sorti il y a deux ans. Certes, le Far-West est bien enterré dans le passé, les musiciens de cette trempe savent depuis longtemps qu’ils ne trouveront plus d’or ni de platine en sortant des disques pareils, la Californie n’est plus l’Eldorado d’un Hard-Rock chatoyant et chamarré, mais peu importe. La foi est toujours là, et la qualité aussi. Car il est toujours aussi difficile de critiquer un album de QR sans souligner cette fameuse qualité d’interprétation qui caractérise les instrumentistes qui en ont derrière eux, et qui savent exactement ce que leur public attend. Mais comme tout le monde le sait, donner aux fans ce qu’ils attendent ne suffit plus depuis longtemps à faire un bon album (depuis les BEATLES probablement, ce qui ne remonte pas à la semaine dernière), et si Hollywood Cowboys confirme que les américains ont toujours des choses à dire, il confirme aussi que le discours n’est pas toujours des plus fascinants, ni des plus variés. Pourtant, Banali, producteur de l’œuvre, argue d’une ouverture plus grande de ce nouveau chapitre de la saga, ce qui n’est pas flagrant à son écoute. Et après plusieurs heures passées à tenter d’en percer les mystères d’innovation, la conclusion est flagrante. Si Hollywood Cowboys est le travail le plus hétéroclite et diversifié de la bande à Frankie, alors le toujours fringuant cogneur à la mémoire courte.

Je l’avoue, et avec un peu de tristesse, je me suis souvent ennuyé à l’écoute de ce LP. D’une, justement à cause d’un fait en totale contradiction avec les assertions de l’un de ses auteurs. Hollywood Cowboys est d’une linéarité flagrante dans le fond et la forme, alignant des morceaux de Hard Rock traditionnel, qui certes ne s’accrochent pas forcément à la nostalgie, mais qui restent difficiles à dater. A mettre en cause, la production, sèche, sans réel relief, qui place la batterie et le chant méchamment en avant au détriment de la noble guitare, souvent en retrait. C’est profondément marquant sur le hit d’intro « Don't Call It Love » qui semble avoir relégué les cordes à l’arrière-plan le plus caché, et qui souffre d’un manque de dynamique étonnant. Dommage pour Alex Grossi, enterré dans le mix, et qui fait pourtant ce qu’il peut pour faire rugir son instrument, en vain. Ensuite, et j’ai beau me faire violence pour accepter son timbre nasillard et ses inflexions lyriques, la voix de James Durbin, qui semble à chaque respiration vouloir rappeler quelle American Idol il fut, et qui finit par nous fatiguer de ses envolées opératiques qui cherchent à intégrer du CRIMSON GLORY dans du MÖTLEY CRÜE. Ensuite, et pas des moindres reproches, une uniformité créative qui semble se contenter du minimum syndical et de la copie parfois pure et simple du ZEP, déguisée en hommage à la scène californienne des années 80. Certains morceaux, plus agités que la moyenne pâtissent d’un manque évident d’investissement, et ratent le coche, comme « In The Blood » qui aurait pu être un tube si le riff ne s’ingéniait pas à faire du Page du pauvre et à le répéter ad nauseam. Mais à vrai dire, et à rares exceptions près, aucune des chansons de ce nouvel album ne s’illustre vraiment. Soit le son, soit le chant, soit la paresse d’innovation plombent l’ensemble, et mis à part le sinueux et légèrement planant « Heartbreak City », « Insanity » et son intro sympathique débouchant sur du VAN HALEN de b-side, ou à la rigueur « Wild Horses » et son tempo sautillant sur fond de parfum Glam, rien ne vient vraiment nous faire trépigner, nous émouvoir ou nous bousculer.

Sans être un mauvais disque, Hollywood Cowboys est donc loin d’être une réussite, et les mauvaises langues pourront donc s’en retourner nous les briser sur le vieux refrain du « Mais à part « ______________ » (remplir le vide entre les guillemets), ils n’ont rien fait d’autre, si ? ». Et cette fois-ci, ils n’auront pas vraiment tort.        

                           

Titres de l’album :

                        01. Don't Call It Love

                        02. In The Blood

                        03. Heartbreak City

                        04. The Devil That You Know

                        05. Change Or Die

                        06. Roll On

                        07. Insanity

                        08. Hellbender

                        09. Wild Horses

                        10. Holding On

                        11. Last Outcast

                       12. Arrows And Angels

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/02/2020 à 18:40
50 %    91

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.


Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !


Ce n'est pas en Suède mais en Norvège! ^^


Et The Gathering, non?


Même si nous attendons tous impatiemment de reprendre une vie de concerts normale le plus vite possible, la sortie du confinement risque d'être progressive, plus lente que la manière par où nous y sommes arrivés, et avec peut-être même des retours ponctuels en arrière de quelques jours.


Il reste une faible possibilité pour que ce ne soit pas lui et on va attendre les conclusions de l'enquête... Si le déroulement des faits est conforme aux apparences, c'est une épouvantable histoire qui va effectivement retomber sur l'image du Metal, au moins en France. J'ai quand même une pens(...)


TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.


Matt Pokora et plein de machin on reporté leur concert en juin.

Nîmes avec Deep purple et Nightwish maintenu en juin.

Pourquoi le hellfest peut pas ? Dommage.

Je pense que c'est a cause des groupes étrangé et qu'il y a beaucoup d'étranger soit.


"Mortel désolé pour la faute


Cette album est mortelle je l écoute tout le temps en ce moment et très bonne chronique sur l'album


Purée les dernières phrases de l'article : adieu professionnalisme, bonjour sensationnalisme... °_°


@Jus de Cadavre : complètement d'accord avec toi (même si me fait putain de chier) et la lecture de l'article en question ne fait que confirmer cela. RIP Hellfest 2020...


Ce n'est pas encore l'annulation officielle mais c'est tout comme...
https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786


Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !