Anal Slave of Satan

Anal Slave Of Satan

22/06/2019

Autoproduction

Si vous avez un minimum de bon goût, vous avez surement vu ce chef d’œuvre du septième art qu’est Little Nicky. Et si vous l’avez vu, et que vous êtes perversement observateur, vous n’avez pas pu oublier cette scène improbable dans laquelle Hitler, déguisé en soubrette, se prend des ananas dans le cul de la part de Satan. Si tel est le cas, soyez heureux, car vous avez la métaphore grivoise adéquate pour appréhender ma chronique du jour, celle du premier LP des transalpins de ANAL SLAVE OF SATAN. Sobrement surnommé A.S.S. par les esprits les plus choqués, cette bande de tarés hirsutes nous vient de Saronno, ville de l’agglomération de Milan, dans laquelle se sont donc regroupés ces trois branleurs mal éduqués (Federico Savoia - chant/guitare, Marco Palieri - basse et Giuseppe Ritrovato - batterie) un funeste jour de 2016. Complètement traumatisés par le Thrash brésilien et par les rares exactions nationales des années 80 (vous avez dit BULLDOZER ?), ces trois olibrius qui se frappent la tête contre les murs et rivalisent d’audace en matière de brutalité nous offrent donc le fruit de leurs réflexions dégénérées, en vingt-quatre minutes et onze morceaux, ce qui suffit amplement à comprendre leur démarche de psychopathes urbains. D’ailleurs, leurs influences suffisent largement à savoir quel genre de traquenard vous attend, puisque nos amis du jour citent sans honte SARCOFAGO, SEPULTURA, DEATH, MUTILATOR, CRANIUM, NECRODEATH, SODOM, SLAYER, POSSESSED, SADUS et SLAUGHTER comme garde-fou, en précisant bien que certains d’entre eux ne les intéressaient que lors de leurs débuts. De la sauvagerie donc, mais surtout, une sacrée énergie, car loin de se contenter d’une simple cacophonie pour adolescents boutonneux qui ont mal vieilli, les trois italiens brodent des thèmes intéressants, et ont la décence d’y aller à fond et de ne pas faire semblant.

Dans le fond, le propos est discutable, car d’usage. La vague de Blackened Thrash nous submerge depuis assez longtemps déjà pour que nous ayons fait un stock de radeaux et de bouées, mais autant dire que les ANAL SLAVE OF SATAN ont poussé les potards à fond et embrassé le concept avec passion. Dans la forme, ce premier album est inattaquable, car parfait dans le style. En lâchant des riffs joués sur une tronçonneuse ayant tourné fou, et en assumant des rythmiques parfaitement déraisonnables (la caution Blackened Thrash leur permet de justesse d’éviter celle plus risquée du Thrashcore), et en épiçant le tout des inévitables vocaux de chat écorché par la vie dans les gouttières, Anal Slave of Satan est une démonstration de force dans l’euphorie, ou l’inverse, qui enthousiasme, bouscule, te retourne et t’encule, mais pas à sec, et avec une vaseline de qualité. Aussi brésiliens dans le style qu’ils ne sont italiens de naissance, les trois potes se font un malin plaisir de piller le répertoire des aînés de la vague 84/86, ceux-là même qu’ils nomment en les honorant, les SARCOFAGO, le SEPULTURA de Bestial Devastation, MUTILATOR, et tous les autres fondus lusophones qui avaient décidé un jour que le Thrash de METALLICA et consorts était pour les fiottes. C’est donc du brutal comme dirait feu notre ami Bernard Blier, ça mule comme une mule qui vient de se faire mettre un pétard dans le cul, et ça ne perd pas une occasion d’exploser quand le cœur ne supporte plus la tension.

Aussi bourrin qu’une sodomie impromptue pendant une lune de miel romantique, mais à la gestuelle gracile, ce LP ne prend pas de gant ni ne perd de temps en salamalecs, et rentre dans le conduit auditif comme la queue de Jeff Striker dans un anus séduisant. Car après l’intro de circonstance, c’est l’instrumental « Delta 9 » qui déboule comme à la grande époque, et qui mouline un riff ultra redondant qui rentre bien dedans. Un tempo qui en dit long sur la vitesse des burnes sur le postérieur musclé, et une ambiance à la RIGOR MORTIS, délicieuse, qui fait du bien là où ça fait mal. Virils, les ANAL SLAVE OF SATAN le sont comme leur patronyme l’indique, mais ce ne sont pas des mufles. Ils ne sont pas du genre à prendre leurs victimes pour des glands en s’essuyant le leur sur leurs cheveux, et font attention aux rideaux, tout en éjaculant des hymnes à l’ultra brutalité la plus outrancière. On retrouve cette ossature basse/batterie qui ne baisse jamais en régime et qui garantit des coups de rein soutenus, cette façon de susurrer des insultes lubriques à l’oreille d’une voix BM norvégienne bien raide, et ces soudaines glissades de guitare qui mènent à un orgasme intégral. Mais avec des intitulés aussi fleur bleue que « Virgin's Sacrifice », « A.S.S. », pas de mauvaise surprise, et inutile d’allumer les bougies et de parsemer le couloir menant à la chambre de pétales de rose. Un simple « et si on tirait un coup ? » suffit, et avec la vapeur dégagée par la chaleur de « Desolate Void Remains », votre charme fera le reste.

Tout ceci est trivial, mon verbe s’y accorde très bien, mais le plaisir retiré de l’écoute de ce premier LP est tel qu’il le confine à une chouette masturbation auriculaire. Avec un niveau technique évitant les plaies sur la rondelle, une fluidité dans l’interprétation rapprochant nos étalons de la vague Retro-Thrash la plus fameuse (WARFECT est parfois dans les parages, bien excité), et des crises de folie en accélération brutale et circulaire faisant s’entrechoquer vos fesses, Anal Slave of Satan ramone, lubrifie, humidifie, et module légèrement le coït en laissant parfois place à des décélérations suintantes, mais fameuses (« Messiah's Funeral »). Rien à jeter sur ce premier LP, entre des crises de délirium tremens qui rappellent le meilleur de la scène brésilienne (« Sadus Attack »), et d’autres qui fricotent prépuce contre prépuce avec le Thrashcore de papy (« S.S. (Speed Schizo) »), nul n’a vraiment le temps de reprendre ses esprits ni d’attraper le sopalin. ANAL SLAVE OF SATAN signe donc une entrée en matière (fécale) digne des plans les plus salaces des films de Chichi LaRue, et éclabousse la couette de son stupre bestial. Et vous pouvez même vous rasseoir après écoute sans craindre les douleurs anales.

   


Titres de l’album :

                          1.Intro

                          2.Delta 9

                          3.Desolate Void Remains

                          4.Virgin's Sacrifice

                          5.Rave the Church

                          6.A.S.S.

                          7.Messiah's Funeral

                          8.Sadus Attack          

                          9.S.S. (Speed Schizo)

                         10.Infernal Vision

                         11.Outro

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/12/2019 à 14:02
85 %    459

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34