Si vous avez un minimum de bon goût, vous avez surement vu ce chef d’œuvre du septième art qu’est Little Nicky. Et si vous l’avez vu, et que vous êtes perversement observateur, vous n’avez pas pu oublier cette scène improbable dans laquelle Hitler, déguisé en soubrette, se prend des ananas dans le cul de la part de Satan. Si tel est le cas, soyez heureux, car vous avez la métaphore grivoise adéquate pour appréhender ma chronique du jour, celle du premier LP des transalpins de ANAL SLAVE OF SATAN. Sobrement surnommé A.S.S. par les esprits les plus choqués, cette bande de tarés hirsutes nous vient de Saronno, ville de l’agglomération de Milan, dans laquelle se sont donc regroupés ces trois branleurs mal éduqués (Federico Savoia - chant/guitare, Marco Palieri - basse et Giuseppe Ritrovato - batterie) un funeste jour de 2016. Complètement traumatisés par le Thrash brésilien et par les rares exactions nationales des années 80 (vous avez dit BULLDOZER ?), ces trois olibrius qui se frappent la tête contre les murs et rivalisent d’audace en matière de brutalité nous offrent donc le fruit de leurs réflexions dégénérées, en vingt-quatre minutes et onze morceaux, ce qui suffit amplement à comprendre leur démarche de psychopathes urbains. D’ailleurs, leurs influences suffisent largement à savoir quel genre de traquenard vous attend, puisque nos amis du jour citent sans honte SARCOFAGO, SEPULTURA, DEATH, MUTILATOR, CRANIUM, NECRODEATH, SODOM, SLAYER, POSSESSED, SADUS et SLAUGHTER comme garde-fou, en précisant bien que certains d’entre eux ne les intéressaient que lors de leurs débuts. De la sauvagerie donc, mais surtout, une sacrée énergie, car loin de se contenter d’une simple cacophonie pour adolescents boutonneux qui ont mal vieilli, les trois italiens brodent des thèmes intéressants, et ont la décence d’y aller à fond et de ne pas faire semblant.

Dans le fond, le propos est discutable, car d’usage. La vague de Blackened Thrash nous submerge depuis assez longtemps déjà pour que nous ayons fait un stock de radeaux et de bouées, mais autant dire que les ANAL SLAVE OF SATAN ont poussé les potards à fond et embrassé le concept avec passion. Dans la forme, ce premier album est inattaquable, car parfait dans le style. En lâchant des riffs joués sur une tronçonneuse ayant tourné fou, et en assumant des rythmiques parfaitement déraisonnables (la caution Blackened Thrash leur permet de justesse d’éviter celle plus risquée du Thrashcore), et en épiçant le tout des inévitables vocaux de chat écorché par la vie dans les gouttières, Anal Slave of Satan est une démonstration de force dans l’euphorie, ou l’inverse, qui enthousiasme, bouscule, te retourne et t’encule, mais pas à sec, et avec une vaseline de qualité. Aussi brésiliens dans le style qu’ils ne sont italiens de naissance, les trois potes se font un malin plaisir de piller le répertoire des aînés de la vague 84/86, ceux-là même qu’ils nomment en les honorant, les SARCOFAGO, le SEPULTURA de Bestial Devastation, MUTILATOR, et tous les autres fondus lusophones qui avaient décidé un jour que le Thrash de METALLICA et consorts était pour les fiottes. C’est donc du brutal comme dirait feu notre ami Bernard Blier, ça mule comme une mule qui vient de se faire mettre un pétard dans le cul, et ça ne perd pas une occasion d’exploser quand le cœur ne supporte plus la tension.

Aussi bourrin qu’une sodomie impromptue pendant une lune de miel romantique, mais à la gestuelle gracile, ce LP ne prend pas de gant ni ne perd de temps en salamalecs, et rentre dans le conduit auditif comme la queue de Jeff Striker dans un anus séduisant. Car après l’intro de circonstance, c’est l’instrumental « Delta 9 » qui déboule comme à la grande époque, et qui mouline un riff ultra redondant qui rentre bien dedans. Un tempo qui en dit long sur la vitesse des burnes sur le postérieur musclé, et une ambiance à la RIGOR MORTIS, délicieuse, qui fait du bien là où ça fait mal. Virils, les ANAL SLAVE OF SATAN le sont comme leur patronyme l’indique, mais ce ne sont pas des mufles. Ils ne sont pas du genre à prendre leurs victimes pour des glands en s’essuyant le leur sur leurs cheveux, et font attention aux rideaux, tout en éjaculant des hymnes à l’ultra brutalité la plus outrancière. On retrouve cette ossature basse/batterie qui ne baisse jamais en régime et qui garantit des coups de rein soutenus, cette façon de susurrer des insultes lubriques à l’oreille d’une voix BM norvégienne bien raide, et ces soudaines glissades de guitare qui mènent à un orgasme intégral. Mais avec des intitulés aussi fleur bleue que « Virgin's Sacrifice », « A.S.S. », pas de mauvaise surprise, et inutile d’allumer les bougies et de parsemer le couloir menant à la chambre de pétales de rose. Un simple « et si on tirait un coup ? » suffit, et avec la vapeur dégagée par la chaleur de « Desolate Void Remains », votre charme fera le reste.

Tout ceci est trivial, mon verbe s’y accorde très bien, mais le plaisir retiré de l’écoute de ce premier LP est tel qu’il le confine à une chouette masturbation auriculaire. Avec un niveau technique évitant les plaies sur la rondelle, une fluidité dans l’interprétation rapprochant nos étalons de la vague Retro-Thrash la plus fameuse (WARFECT est parfois dans les parages, bien excité), et des crises de folie en accélération brutale et circulaire faisant s’entrechoquer vos fesses, Anal Slave of Satan ramone, lubrifie, humidifie, et module légèrement le coït en laissant parfois place à des décélérations suintantes, mais fameuses (« Messiah's Funeral »). Rien à jeter sur ce premier LP, entre des crises de délirium tremens qui rappellent le meilleur de la scène brésilienne (« Sadus Attack »), et d’autres qui fricotent prépuce contre prépuce avec le Thrashcore de papy (« S.S. (Speed Schizo) »), nul n’a vraiment le temps de reprendre ses esprits ni d’attraper le sopalin. ANAL SLAVE OF SATAN signe donc une entrée en matière (fécale) digne des plans les plus salaces des films de Chichi LaRue, et éclabousse la couette de son stupre bestial. Et vous pouvez même vous rasseoir après écoute sans craindre les douleurs anales.

   


Titres de l’album :

                          1.Intro

                          2.Delta 9

                          3.Desolate Void Remains

                          4.Virgin's Sacrifice

                          5.Rave the Church

                          6.A.S.S.

                          7.Messiah's Funeral

                          8.Sadus Attack          

                          9.S.S. (Speed Schizo)

                         10.Infernal Vision

                         11.Outro

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/12/2019 à 14:02
85 %    268

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'avais découvert le groupe avec cet album et grace à M6 oui oui !!! Avec la diffusion du clip de lands of tears le dimanche soir après ou avant le film coquin


Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...