Dipygus

Dipygus

22/01/2024

Memento Mori

La Californie si bien chantée par Julien Clerc n’est plus vraiment ce havre de soleil que les années 80 vendaient comme un gimmick de salle de bronzage. Aujourd’hui, 2024, elle ressemble à la hideuse Floride, terre de cocaïne et d’héroïne que l’on sniffe et qu’on s’injecte, avant de passer l’arme à gauche dans un squat quelconque. Ou dans un caniveau, en mode Slowly We Rot.

En parlant de Slowly We Rot, je note le glissement effectué par la terre Thrash made in Bay-Area, vers un Tampa fétide et putride, du moins, si j’en crois le troisième album de DIGYPUS, dont les doigts suppurent et restent coincés dans votre fondement. Groupe originaire de la baie de Monterey, cadre idyllique pour Rock tranquille et mélodique, DIGYPUS montre la face cachée de l’Amérique souriante et décomplexée, en allant fouiller dans les rapports médico-légaux de quoi alimenter son imaginaire déjà bien développé.

Fondé en 2013, et drivé aujourd’hui par ses deux membres d’origine, Dayan (basse/chœurs) et Sam (guitare), DIGYPUS est l’archétype même du groupe de Death passéiste qu’on adore au premier reniflement. Après deux albums célébrés dans la fange d’une soue immonde (Deathooze, 2019 et Bushmeat, 2021), le quintet renforcé de la présence de Dustin à la guitare, Bog à la batterie et la démente Clarisa au chant passe l’épreuve du troisième longue-durée avec un brio que nombre d’autres groupes confirmés pourraient leur envier.    

Distribué par les espagnols de Memento Mori, Dipygus, éponyme en aveu nous massacre les esgourdes de ses rythmiques brutales et de ses harangues cruelles. Evoluant dans un registre très influencé par les débuts de BOLT THROWER et AUTOPSY, sans rechigner à accélérer en mode SUFFOCATION, DIGYPUS fouine dans les profondeurs des marais pour exhumer le cadavre d’un Death Metal des origines, vilain, odorant et suintant, pour le plus grand plaisir des psychopathes du riff morbide.

Efficace et créatif, ce troisième album est une véritable madeleine de Prou(s)t. Avec un bagage technique conséquent, les cinq californiens parviennent à nous faire croire qu’ils ne sont que des brutes épaisses incapables de déchiffrer une partition, alors même qu’ils s’y connaissent en solfège. Mais ils ont choisi la voie la plus violente, celle qui passe entre les allées d’un vieux cimetière pour couper à travers champ et y planquer les restes d’un pauvre hère étant passé au mauvais endroit au mauvais moment.

La fantaisie d’une basse grondante et mixée upfront, la voix particulièrement atroce et gravissime de Clarisa, et l’inventivité d’une paire de guitares qui ne se contentent pas de piocher dans le songbook d’OBITUARY, font de cette nouvelle épreuve un moment de plaisir incroyable, comme si l’éphéméride n’avait pas été actualisé depuis le début des années 90.

Grouillant, rampant, gluant, Dipygus détonne dans la production actuelle, plus prompte à jouer sur les clichés qu’à se démener pour trouver de nouvelles approches. Non que DIGYPUS soit le concept le plus novateur des Etats-Unis, mais avec une imagination un peu plus large que la moyenne, et une envie de jouer autre chose qu’une  énième litanie morbide, Dipygus défonce quelques portes et fait honneur à la réputation de son label.

Les intitulés des morceaux vous donnent d’ailleurs de précieuses indications quant aux préoccupations du quintet. Nous sommes loin des images d’Epinal troquées par CARCASS, CANNIBAL CORPSE ou INCANTATION, et comme la musique se met au diapason de cette diversion, l’ensemble sent bon le compromis entre individualité et esprit de meute. Très loin des suiveurs incapables de faire la différence entre un hommage et un plagiat, DIGYPUS ose un poil d’expérimental à l’autrichienne (« The Dover Demon », parfaitement macabre et réjouissant de ses nombreuses cassures), et impose la pression d’un Death lourd et oppressant, durant onze minutes bien tassées et bien corsées (« Sacral Brain », vraiment moche et fier de l’être).

DIGYPUS passe le cap avec une facilité déconcertante. Alors que le Death old-school s’enfonce dans son propre marasme (comme son grand-frère rétro-Thrash), le quintet californien propose une alternative viable et jouissive, et surtout, un album qui sait surprendre tout en enthousiasmant. Une entreprise de salubrité non publique, qui dégouline des égouts, et qui inonde nos toilettes en déjections diverses et fluides corporels plus ou moins contagieux.

Tiens, ça pue. La Californie pue. Chacun son tour.   


           

Titres de l’album:

01. Perverse Termination (Bulb of Force)

02. AquaGenesis

03. Monrovia, LR 1990

04. Vipers at the Pony Keg

05. Огромный Кальмар (Ross Sea Trawler)

06. Bug Sounds II (Megascolides Australis)

07. The Dover Demon

08. Rat Lung-Worm

09. Sacral Brain

10. The Ochopee Skunk Ape


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/04/2024 à 17:22
80 %    125

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35