Toil

Oberst

26/04/2024

Indie Recordings

Nous avons réalisé - assez tard il faut le dire - que Toil traitait de la dépression

Quand un groupe norvégien sort ce genre de constat, spécialement en l’intégrant dans un laïus promotionnel, on s’attend généralement à un concept BM ou en tout cas lié à l’underground sombre. Funeral Doom, DSBM, et autres digressions réjouissantes, mais certainement pas à un pamphlet Hardcore en bonne et due forme d’un Crossover intense et parfois proche d’un Rock alternatif tendu.

Les norvégiens ne faisant rien comme tout le monde, OBERST est tout sauf ça. Mais aussi bien plus. Fondé il y a de cela quelques années, et déjà responsable d’un premier long en 2020 (Paradise, à découvrir), ce quatuor dépenaillé et hirsute se complait dans un entre-deux ou entre-trois qui lui sied à merveille. Le sentiment d’écouter un inédit de BREACH ou de REFUSED repris à la sauce Post-Black est l’un des effets primaires de cette musique incroyable, entre violence ouverte et mélodies prononcées. Il est toujours agréable de tomber sur des artistes qui ne se contentent pas du tout-venant, et qui trient avant d’aller à la déchetterie.

Les OBERST, avant de tout envoyer valdinguer dans les containers ont gardé les métaux lourds, les accents Core, et les harmonies vicieuses d’une contre-culture nordique avide d’originalité.

Evidemment distribué par la fierté nationale Indie Recordings, Toil est une énorme surprise, au moins aussi énorme que le son de sa basse. Une surprise que le groupe explique finalement mieux que personne, en une seule phrase, bien sentie :

Tout ça va sembler un peu direct, mais nous nous sommes arrangés pour rendre les choses plus complexes.

Complexe, ce deuxième album l’est. De par ses structures, de par ses textures, ses strates, ses arrangements, ses lignes de guitare assassines, et son chant éructé comme aux grandes heures du NYHC. Comme un glaviot Punk reçu en pleine face par un mastodonte progressif des seventies, Toil se veut aussi rebelle que propre de ses convictions, et nous heurte de plein fouet comme un slogan de manif bien aiguisé. « Chroma » précise les positions, et nous hante de sa guitare claire et de son soudain emballement rythmique. Comme si un obscur one-man-band BM décidait de sonner plus Pop et Hardcore que ses contemporains. La sensation est évidemment très bizarre, le goût doux-amer, mais l’ivresse est sans risques. Alors buvez, à grandes goulées, même si vous ignorez la méthode de fabrication du breuvage.

   

Il y a bien plus étrange que ce premier titre sur ce disque. Il  y a par exemple « Lifeline », bref mais noyé dans les effets et qui fonctionne telle une décharge électrique sous la douche. Il  y a aussi « Invisible Hands » qui mouline sévère, et qui ramène le poisson sur la rive sans déjouer du moulinet. Mais l’originalité, aussi présente soit-elle, ne prend jamais le pas sur l’efficacité et la cohérence. Les quatre norvégiens (Tarjei Kristoffersen – chant/guitare, Dennis Estensen – guitare, Joakim Karlsen – basse et Johan Fredrik Bolli – batterie) ont rudement bien joué leur coup pendable en superposant des motifs classiques à des traitements par rayons expérimentaux. On se dit même de temps à autres que les zigues ont inventé le Black-Pop alternatif, mais on garde finalement les formules choc qui ne témoignent pas du potentiel d’un disque gigantesque.

Les plus radicaux des amateurs de Punk nordique reconnaitront leur tribu lorsque « Taxed and Brittle » leur explosera dans les oreilles. Impossible de ne pas penser à REFUSED, celui du grand comeback et qui a repris ses anciennes manières en les rendant plus abordables. Cet ascétisme Rock, cette rudesse de ton, cette sècheresse de son, les points communs sont nombreux, mais les deux groupes se différencient par leur utilisation de patterns improbables dans le cas de nos amis du jour.

Décalant la réalité rythmique d’un cran pour sonner Funk, syncopé à la NIRVANA, lourd à la MELVINS, ou électro-choqué à la BREACH, OBERST nous propose des harmonies symptomatiques du Post-Hardcore et une gestuelle plus rigide à la Hardcore moderne. Le choix pourra paraître surprenant de prime abord, mais la richesse des chansons palliera au manque de direction claire qui aurait permis de classer le projet sur les étagères.

Mais les OBERST n’ont rien à foutre sur une étagère.

A moins de vouloir y ranger un album qui mérite d’être mis en avant, dans une crise d’incompréhension aigue.

Et lorsque Toil se termine par son title-track, tribal et intimiste, le rêve continue comme le son continue de sortir d’enceintes d’une précision et d’une pureté incomparables.

Alors, ne vous faites pas trop de cheveux pour essayer de savoir à qui vous allez recommander cet album improbable et pourtant évident. Evident, parce que collant de près à la réalité d’une pathologie mentale qui vous isole du monde, et vous fait le voir comme un endroit dangereux et monstrueux. Un endroit où se cachent les créatures les plus nuisibles et les menaces les moins visibles. Un monde de paranoïa, de défiance, de méfiance et de déviances.  

    

Et puis soudain, un rai de lumière, et tout paraît clair. La dépression, c’est aussi ça, cette incapacité à s’extirper d’une prison mentale. Une prison aux portes ouvertes, mais que l’on ne parvient pas à pousser. Une isolation volontaire qu’on ne peut pas expliquer.

Comme OBERST. Une réalité alternative à prendre comme telle.

  


Titres de l’album:

01. Chroma

02. Repugnaissance

03. A Breath and a Sigh

04. Lifeline

05. Invisible Hands

06. Mules on a Mountain

07. The Bends

08. Bad Run

09. Taxed and Brittle

10. Toil


Site officiel

Facebook officiel

par mortne2001 le 27/04/2024 à 17:33
88 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35