« Most stoner bands want to make you feel fuzzy and warm with their groovy hippie doom riffs, but we always seek to do the opposite, and with this record we really feel closer to achieving our ultimate goal: making marijuana a threat again! »

C’est le groupe lui-même qui l’affirme, et finalement, cette assertion est aussi vraie qu’elle est fausse. Vraie, parce qu’entre les paluches des CONNOISSEUR, la ganja se révèle arme fatale qui détruit vos neurones petit à petit, et vous plonge dans un état de ressentiment assez profond.

Mais à l’égard de qui, de quoi ?

De la société ? Des régimes ? De votre voisin dont le chien vient chier dans votre jardin ? Le facteur qui picole au lieu de vous filer votre courrier ?

Le dealer du coin ? Non, pas lui, puisque les mecs font pousser leur propre truc…

Donc, vrai, la marie-jeanne, en hybride d’Oakland, ça fait un peu peur au crâne et mal aux yeux. Par contre, affirmer que tout ça relève du Stoner, c’est du franc foutage de gueule. Je suis certain d’ailleurs que quand ces trois olibrius ont affirmé un truc pareil, ils avaient un sourire narquois au bord des lèvres (d’où sortait d’ailleurs une fumée bizarre…).

Parce que définitivement non, le Stoner, c’est un truc de désert, une sorte de transposition des obsessions bizarres de Gram Parker dans un contexte Death Valley des nineties, et avec Over the Edge, on en est quand même assez loin…Trop bourrin les gars, trop gras, trop violent…Bon mais finalement, c’est vraiment intéressant de se montrer pointilleux ou pas ?

Oui, parce que leur musique là, ils la balancent avec des certitudes effrontées plein la musette, déjà débordante de weed bien appétissante…

Les CONNOISSEUR, trio Californien (Dan – guitare, Carlos – chant et Lyle – batterie) nous a déjà fait le coup du prosélytisme violent à l’occasion d’un premier bong longue durée partagé il y a quelques années, Stoner Justice. La pipe à eau était d’ailleurs sévèrement trafiquée et incrustait des volutes de fumée dans vos oreilles, histoire de vous rendre la réalité plus…sympathique.

Depuis, ils ont fait tourner et tourné comme des ânes, et nous reviennent aujourd’hui avec un second trip, pas plus complaisant que le premier, voire même plus massif encore.

Enregistré par Greg Wilkinson aux Earhammer Studios (IRON LUNG, BRAINOIL), et mixé par Dan Randall aux Mammoth Studios (SPAZZ, GHOUL), Over the Edge franchit effectivement la barrière des styles encore une fois, et adapte un énorme Sludge bien stoned à un contexte purement Core, Crust évidemment, mais aussi légèrement Powerviolence sur les bords, histoire de mettre le paquet sur les effets secondaires qui vous font plonger du toit dans la piscine.

Quatorze morceaux qui ne font pas dans le détail, qui sonnent huge, so huge, et qui se ressemblent pas mal, comme si on devait planer puis s’écraser soudain sur le parquet.

Ça cogne fort, Carlos chante comme un gros défoncé qui tente tant bien que mal de garder ses arguments compacts, mais les titres des morceaux eux-mêmes ne laissent « planer » aucun doute, encore une fois.

« Maximum Hashism », « Boulevard Of Broken Bongs », « I’d Rather Be Smoking Weed », « Free The Weed », le message est toujours aussi clair, et la musique toujours aussi sombre et bourbeuse, un peu NOLA qui se tape la causette et la fixette avec les NAILS, les SLUDGEHAMMER, histoire de densifier un peu la fumée.

Mais la façon de procéder n’a pas trop changé en soi. Un maximum de trucs courts (« Free The Weed » et ses trois secondes en sont un peu le paroxysme, mais on ne va quand même pas fumer le filtre), d’énormes riffs qui se coltinent une rythmique Crust, ou Sludge, ou, oui, puisqu’il faut bien le reconnaître, un peu Stoner sur les bords quand le propos devient plus léger, ce qui est quand même assez rare.

Le mélange est toujours fait maison et garantit des effets puissants et immédiats, vous rendant parfois même un peu Post Black sur les bords (« Plague Mask », les dents qui transpirent et le malin qui vous pique vos slips), mais vous autorisant à conserver un minimum d’énergie pour pouvoir participer à la fête sans finir taillé comme des confettis.

Pas grand-chose à dire de plus que tout ce qui a déjà été raconté, transposé et déformé à l’occasion de leur premier album, puisque les trois refourgueurs n’ont pas modifié leur business outre mesure. Ils nous assurent encore que tout ça est à usage personnel, mais je les soupçonne de faire un peu de prosélytisme histoire de rallier deux ou trois foncedés à leur équipe, et de « The Stoning », qui démarre comme un gros hit de DISCHARGE revu et corrigé choufeur de coin de rue, jusqu’au final « Cashed Out » et son Drone/Ambient/Doom un peu louche et embrumé qui voit tous les lascars s’affaler dans les canapés, l’histoire est connue, mais pas vraiment du genre stable et structurée.

Les coups de colère lucide sont légion et viennent interrompre de longues périodes de plane vraiment intense (« Boulevard Of Broken Bongs », qui se souvient avec mélodie de l’époque ou la came était de meilleure qualité), mais c’est comme ça, et quand c’est allumé, il faut le fumer (« It’s Lit », Ultracore qui prend les devants et ne laisse pas les boulettes Grind enflammer la vieille moquette), et d’ailleurs, à force de tirer comme un malade sur le stick, vous risquez d’entrevoir la vérité (« The Truth », sorte de Chaotic Core qui s’ébaubit de tout comprendre à la vie).

Analyse d’urine Crust’n’Roll à la ENTOMBED finement délavé et high on emotion (« The Doctor », et il ne plaisante pas), délire ibère avec accent approximatif mais Sludgecore massif (« Mala Yierba », oui la drogue c’est mal, surtout lorsqu’elle est trafiquée conjointement par les BRUJERIA et BLEED THE PIGS), enfin, tout ce qui transforme une banale soirée en voyage aux confins de l’humanité, avec un mégot qui pend du nez….

« If you are straight edge, this record will hopefully make you question your life choices. If you smoke pot, this record will make you feel sexy and intelligent, which we know you already are »

Je me sens déjà sexy et intelligent et pourtant, je ne fume pas d’herbe qui fait Sludger. Mais j’avoue qu’après écoute de cet Over the Edge je me suis senti plus puissant et plus assuré.

Alors oui, votre came les mecs, c’est de la bonne. Vendue en cassette en plus ?

Bonne idée pour la planquer et la réserver aux connaisseurs…


Titres de l'album:

  1. The Stoning
  2. All Day Every Day
  3. Maximum Hashism
  4. Boulevard Of Broken Bongs
  5. Weeding Out The Weak
  6. It's Lit
  7. Live To Smoke
  8. I'd Rather Be Smoking Weed
  9. The Answer
  10. Mala Yierba
  11. Free The Weed
  12. The Doctor
  13. Plague Mask
  14. Cashed Out

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/05/2017 à 17:11
75 %    302

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
02/05/2017 à 02:03:33
Excellent. On est pas loin d'un Entombed en effet ;)

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !