D’ordinaire, lorsque je reçois un CD directement de Russie, je sais dans quoi je m’embarque. Revival Thrash, Hardcore, Powerviolence, Grind, Black, voire Fastcore ou musique expérimentale, les options sont multiples, mais presque toujours agressives et brutales.

Presque.

En ouvrant mon courrier ce matin, et en y découvrant le premier longue durée des TORNADO KID, un simple coup d’œil à la superbe pochette m’a immédiatement et faussement aiguillé vers la cinquantième sortie Thrash de l’année, avant que je ne colle le CD dans le lecteur. Quelle ne fut pas ma surprise de ne pas tomber sur une batterie de cuisine de riffs saccadés et de vocaux vociférés. Car les TORNADO KID sont à peu près aussi éloignés du Thrash que Vladimir de la gaudriole de fin de banquet, et pratiquent plutôt un genre de Crossover assez ludique et euphorique entre un Hard-Rock burné, un Southern Rock dessaoulé, et un Alternatif moderne un brin décomplexé.

Inutile donc d’espérer admirer les rue de Saint-Pétersbourg du gras et gros plein les oreilles, puisqu’aussi bruyants soient ces cinq-là, ils gardent une prise concrète avec la mélodie et l’énergie, sans viser les sommets d’ultraviolence usuellement gravis.

Et l’un dans l’autre, ça n’est pas plus mal.

Formé en 2013 par cinq vieux amis (Dima the Dog – chant, Nicky Kash et Ivan Magadan – guitares, Euegene – basse et Ross Pazhar – batterie), TORNADO KID se veut image sonore de son nom de baptême, et se décrit volontiers comme une tempête venue de Saint-Pétersbourg, ce que Hateful 10 confirme avec une belle assurance. Si la courte bio du groupe les conseille aux fans avisés des WILSON, MAYLENE AND THE SONS OF DISASTER ou MONSTER TRUCK, la réalité des faits est un peu plus complexe que ça, et surtout, le rendu beaucoup plus diversifié, puisque ces truands des décibels vont parfois très loin dans le mélange des genres.

Inutile donc d’attendre une énième resucée MOTORHEADienne peu ou tout à fait assumée, ou à un délire bourbonné qui rabâche le même riff jusqu’à la nuit tombée. Ces mecs-là sont de sales gosses qui n’ont de respect pour rien et pour personne, et qu’on imagine fort bien déambuler dans la rue le soir en alpaguant les passants pour leur taxer une clope ou un peu de grisant.

Mais l’image est séduisante, et la musique captivante. Haute en énergie, elle ne s’embarrasse pas de principes de finesse, mais sait en faire preuve à l’occasion, et surtout, privilégie le métissage à l’obstination embuée. Certes, l’emphase est mise sur le tonitruant, le bruyant et l’exubérant, mais l’énergie dont font preuve ces pistoleros Rock’n’Core est salement impressionnante, et aussi rauque que Rock. Un trip ultime qui mise sur la sueur qui dégouline et pas forcément les nuances techniques, quoique l’instrument à la main, ces russes ne sont pas forcément gauches.

Tout à tour Stoner, Punk, Hardcore, Blues ou Grungy, Hateful 10 se veut condensé de gentille vilénie, pour peu que cette antinomie ait un sens aujourd’hui. D’ailleurs, les bougres ne traînent pas en route et nous assomment d’entrée d’un « Whiskey Beer Anthem » qui en effet, sent bon le malt et le houblon. Riff énorme et gluant qui colle aux dents, chant enflammé qui va chercher au fond de la salle les apeurés, et rythmique pilonnée, le cocktail est relevé, et la fête commencée sans entrée.

Mais dès « Silver Or Lead » et son folklore east meets west, on pige très vite que la party va être intelligemment animée et placée sous le signe de la diversité. Tempo qui cavale sur un riff piqué à une balalaïka perdue dans le midwest, et farandole à lacets et veste en daim frangée, pour une jolie explosion Pop/Punk/Countrycore, c’est une énorme surprise et un gigantesque défouloir qui nous fait valdinguer la perruque de gauche à droite sans compter les pellicules tombées.

A-t-on le temps de reprendre un peu notre souffle ?

Que nenni, et surtout pas avec un truc du calibre punky de « Killer Song » qui affiche ses intentions comme un blason. De la colère bien sûr, pour un trip dans les alentours, à la recherche du Glam Rock perdu, qui suinte encore de son lipstick une fois l’aube venue. On pense à une version des BACKYARD BABIES à la nitroglycérine, avec ce surplus de hargne de l’est, qui marque le Punk Sleaze de son fer rouge.

Epatant, enivrant, mais surtout, entraînant. Une recette fatale pour une défonce maximale, qui en plus ne colle pas la migraine.

Dis-moi chérie, on baise ce soir ?

Oui, mais vite fait, durement fait. On fricote et tricote nos corps façon « Rough and Tumble », en thrashant les draps pour les froisser à plat, d’un riff gigantesque qui nous mène à l’orgasme collégial de chœurs qui encouragent le va-et-vient.

On commence à avoir le frein qui démange, mais tout ça nous arrange, le temps de calmer le jeu avant d’aller secouer son pneu à la « Whorehouse », histoire de voir si la belle Olga est toujours aussi agile de ses doigts. La belle nous astique d’une basse qui glisse, avant d’accélérer le mouvement par manque de temps. Ses collègues nous encouragent, et hurlent Rock dru pour accouplement impromptu.

Mais tout ça donne faim, faim de Blues malmené, et on se repaît alors de groove burné, pour un « Hungry » qui tire sur la corde de mi pas encore épuisée.

Et soudain, sans prévenir, le gang pointe le bout de ses guns pour avouer une psychopathie un peu effrayante, via un « The Many Faces Of Psychopath » qui une fois encore mutile le Rock d’un Thrash féroce, sans oublier de mélodiser ses refrains pour séduire une victime sur le chemin.

Une fois la pauvre demoiselle capturée, on lui compte fleurette avant de la déflorer, d’un vieux « Old World Blues », lorsqu’on pendait haut et court les traîtres qui avaient le malheur de se faire choper.

Et ce sont justement les loups de la meute « The Wolves » qui viennent la sauver de son destin funeste, d’un pas preste, et d’un Hard Rock punky. Ne reste plus au cow-boy solitaire qu’à prendre sa retraite, avec le sentiment du devoir accompli, en entonnant un « Retired Cowboy » au mid tempo costaud, et au Rock surgonflé que nos BLACKRAIN pourraient envier.

Sous son artwork signé Max Kobzev et sa production briquée par Konstantin Zaslonov, Hateful 10 est un western de l’est incarné gun au poing par des magnificent five, qui sans louer leurs services aux plus offrant, ne sont pas très regardants sur la probité du contrat qu’on leur fait signer.

Un western qui dégaine son Hard-Rock à la face d’un Punk qui tape le duel, et dont l’échange de balles est mélodique, mais cruel. Une façon torride de délocaliser Saint-Pétersbourg du côté du Texas, en laissant les chevaux près de Los Angeles.


Titres de l'album:

  1. Whiskey Beer Anthem
  2. Silver Or Lead
  3. Killer Song
  4. Roush And Tumble
  5. Whorehouse
  6. Hunger
  7. The Many Faces of Psychopath
  8. Old World Blues
  9. The Wolves
  10. Retired Cowboy

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/08/2017 à 14:49
90 %    277

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)