L’homme ou la machine ? Depuis l’essor technologique du 20ème siècle, la révolution industrielle, la question se pose, et reste d’importance. D’abord, sous un angle social et professionnel, les avancées technologiques ayant la plupart du temps été faites au détriment de la main d’œuvre humaine. Ensuite, sous un angle d’avenir entièrement confié aux processeurs d’ordinateurs, susceptibles de prendre le pouvoir à tout moment. L’art a souvent abordé cette problématique, de façon ludique mais lucide dans Les Temps modernes avec Chaplin, et plus récemment avec les œuvres de James Cameron ou les réflexions portées par Matrix, Ex-Machina, sans oublier la littérature d’Orwell. Il est donc normal que les musiciens s’y soient souvent penchés aussi, des FEAR FACTORY au « Man Against Machine » des WILD DOGS, j’en oublie des centaines évidemment, mais là n’est pas vraiment le propos. Il se situe aujourd’hui au niveau de la nouveauté offerte par un groupe qui n’est pas né d’hier, et qui a justement fait partie de cette génération devant faire face à une nouvelle technologie musicale basée sur les logiciels et autres boîtes à rythmes dans les années 80. Car le projet WRETCH, bien que publiant son quatrième album, a vu le jour en 1984, l’année funeste de la prédiction du roman éponyme, du côté de Cleveland. Et dire que ces américains ont su faire preuve d’abnégation et d’obstination est d’une lénifiante évidence, puisqu’il leur fallut patienter jusqu’en 2006 pour enfin sortir leur premier longue-durée, très justement intitulé Reborn. C’est donc plus de vingt ans après leurs débuts que les désormais californiens ont pu exprimer leurs vues musicales de façon professionnelle, et autant dire que depuis, ils n’ont pas lâché le morceau, au point que leur seconde partie de carrière est de loin leur plus prolifique. Pensez donc, pas moins de trois albums depuis 2014, et Warriors qui avait entériné leur comeback, suivi trois ans plus tard d’un The Hunt qui ne déméritait pas, et qui terminait d’asseoir leur réputation de vieux briscards d’un Heavy Metal pur comme l’acier, et prêt à défier la robotique de son énergie analogique.

Aujourd’hui, le quintet (Juan Ricardo - chant, Nick Giannakos & Michael Stephenson - guitares, Tim Frederick - basse et Jeff Curinton - batterie) nous propose donc d’affronter nos peurs ancestrales via un Power Metal toujours aussi puissant et acéré, et rien que la présence d’une cover de nos chers et légendaires JUDAS PRIEST vous suffira à comprendre à quel genre de musiciens vous aurez affaire. Sachant en sus que la dite reprise à tendance à gonfler les burnes du morceau en question et à le transformer en boucherie Power/Thrash de première catégorie, les questions s’envoleront encore plus vite et vous saurez immédiatement que les WRETCH ne sont pas revenus sur le devant de la scène pour faire de la figuration. En termes plus simples et accessibles à tous, WRETCH est une sorte de machine à broyer les mélodies par une rythmique puissante, sans les détruire mais en les coulant en plomb pour mieux couvrir des riffs limpides comme l’acier trempé. Toujours fidèles à une recette qu’ils ont mise au point dans les années 80, les américains ne ralentissant pas le rythme, se posant pile à la jonction du Heavy, du Thrash et du Power Metal, pour un spectacle en pyrotechnie majeure, n’abusant pas de gimmicks tape-à-l’œil pour se faire remarquer. Non, ce qui les distingue de la masse, ce sont leurs capacités individuelles mises au service d’un collectif soudé, qui sait faire la différence entre astuces et réelles accroches, et chacun des neufs morceaux (le dernier est acoustique) est un hymne au Metal le plus franc et bouillonnant, ce qui donne à ce quatrième LP des allures d’achèvement complet et de revanche définitive sur le destin. Etant peu enclin à me montrer clément envers les groupes les plus insipides d’un genre que je n’affectionne pas particulièrement, mon avis se veut donc d’une objectivité totale, et si la tendance globale nous ramène du côté de la Finlande des années 90 (STRATOVARIUS) ou l’Allemagne des années 80 (HELLOWEEN), la touche de classe et de précision typiquement américaine fait la différence, et le background de plusieurs décennies du combo leur permet de se distancier de la masse.

Et finalement, Man or Machine incarne quasiment la perfection d’une approche qui ne supporte plus la médiocrité ou la banalité depuis longtemps. Et outre cette reprise impeccable du « Steeler » de JUDAS, le reste du répertoire prouve qu’il n’a pas grand-chose à envier aux plus grands légendes. Nous en sommes d’ailleurs convaincus assez rapidement, dès l’intro en title-track qui déboule sans crier gare dans la plus droite lignée des hymnes proto-Speed des nineties, profitant d’un tempo presque Thrash pour imposer ses mélodies épiques. Le chant de Juan Ricardo, dans la lignée des plus purs élancements de Michael Kiske catapulte des titres aux structures formelles dans une dimension de lyrisme étincelant, et en un seul morceau, les WRETCH nous rassurent quant à leur envie et leurs capacités à se maintenir à flot d’une nouvelle génération qui ne fait preuve d’aucune pitié. En restant classiques, mais en poussant les parties au maximum de leur puissance, les cinq musiciens balaient tout sur leur passage, partageant les tâches entre couplets qui fâchent, soli qui s’envolent et refrains qui décollent, et l’apogée de cette optique est atteinte dès le tonitruant et musclé « Destroyer Of Worlds », le genre de calotte que les WILD DOGS et le PRIEST auraient pu produire à l’issue d’une tournée commune. Evidemment, la recette est connue depuis longtemps, mais elle fonctionne ici à plein régime grâce à une implication totale, à des chœurs incroyablement efficaces, et à un volume sonore encore accentué par une production efficiente. Un son global ample, qui permet de tutoyer les cimes de la violence, mais aussi d’atterrir dans les plaines de la nuance, lorsque l’intensité baisse d’un cran (« Requiem Aeternam », formel, mais aussi brillant qu’un soleil post-apocalyptique).

Tornade qui souffle tout sur son passage, ce quatrième album est un festival de maestria, qui se permet même un triptyque de clôture ébouriffant de certitudes. « The Inquisitor Trilogy» a en effet de quoi ridiculiser bien des formations plus portées sur les clichés, car ici, ces mêmes clichés sont transformés en actes héroïques de riffs qui lacèrent les chairs et d’intonations vocales de l’enfer, pour un passage en revue de tout ce que le style compte de plus pompier et fier. Sans chercher l’épure, et loin de là, les WRETCH signent un manifeste d’amour, une déclaration d’allégeance au Power Metal le plus fier, et nous emportent dans leurs aventures sans nous avoir à l’usure. Un modèle du genre qui risque fort de servir de nouveau mètre-étalon, et qui va donner des sueurs froides aux machines qui trouveront en face d’elles des chevaliers prêts à sacrifier leurs vies pour sauver l’analogie.

   

Titres de l'album :

                        1. Man Or Machine

                        2. Destroyer Of Worlds

                        3. Schwarzenberg

                        4. Steeler

                        5. Strike Force One

                        6. Requiem Aeternam

                        7. The Inquisitor Trilogy Part I: Castle Black

                        8. The Inquisitor Trilogy Part II: The Inquisitor

                        9. The Inquisitor Trilogy Part III: Fire, Water, Salt and Earth

                        10. Man Or Machine (Acoustic)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/07/2019 à 16:48
88 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.