Le nom de Michael Bormann est depuis longtemps associé à plusieurs notions, dont le talent et une certaine vision du Hard Rock joué mélodique, mais avec les tripes. Et pour cause, le musicien allemand a toujours défendu la cause d’une musique précieuse, élaborée, en groupe comme en solo, et son parcours individuel et collectif est sans tâche. On connaît principalement Michael comme chanteur des essentiels JADED HEART, groupe dont il fit partie pendant plus d’une décennie, de 1994 à 2004, mais aussi pour ses efforts en solo qui ont contribué à faire de ce style une orfèvrerie impeccablement huilée, et pourtant très humaine dans le fond. Mais la contribution de Michael ne s’est pas arrêtée à ces deux mentions, puisque l’homme a aussi contribué à LETTER X, CHARADE, RAIN, THE SYGNET, SILENT FORCE, et le projet SHINING LINE, ce qui achève d’en faire l’un des musiciens européens les plus prolifiques en la matière. Une réputation qui n’est donc plus à défendre, et des projets qui aujourd’hui sont surtout mis sur pied pour satisfaire une soif de musique, musique qu’il défend toujours avec la même passion, comme en témoigne le premier chapitre de cette nouvelle aventure en forme de clin d’œil. Divorcé de JADED HEART depuis plus de quinze ans pour causes de divergences musicales, l’homme ne s’est toutefois pas gêné pour tourner en Europe avec le répertoire de JADED HEART période 94/2004, et la réponse des fans a fait germer une idée pas si inconcevable que ça dans son esprit fertile. Pourquoi en effet ne pas continuer une aventure à laquelle il aurait bien pris parti encore quelques années, alors que son groupe d’origine continue de produire d’excellents disques de Heavy ? Le résultat ne s’est donc pas fait attendre, et MICHAEL BORMANN'S JADED HARD est né, avec en intitulé un subtil clin d’œil à son passé. Un double clin d’œil même appuyé par ce titre Feels Like Yesterday, qui indique que le chanteur/guitariste n’a rien oublié de ses jeunes années, et les regrette peut-être parfois…

Ce nouveau groupe est donc une jolie façon de regarder en arrière, et de se rappeler de la grandeur d’un combo qui a redéfini les limites du Hard Rock mélodique dans les années 90, une époque pourtant peu propice au partage d’harmonies veloutées. Pour ce nouveau concept en boucle bouclée, Michael a su s’entourer des bons comparses, dévoilant un line-up pointu et parfait. Outre Bormann au chant, on retrouve Chris 'Hexe' Ivo aux claviers et aux chœurs, Michael 'Maikel' Müller à la batterie, Christoph 'Baumi' Baumeister à la basse et aux chœurs et Thommy Dahlem à la guitare et aux chœurs aussi, pour un quintet rodé à l’exercice, et prêt à mettre en exergue les enseignements de son leader. Signé sur Pride & Joy, l’équivalent germain de l’italien Frontiers, Feels Like Yesterday est donc une réussite de plus à ajouter au palmarès d’un musicien unique, qui durant les années 2000 nous avait bercé de ses albums en solitaire. On retrouve d’ailleurs cette patte inimitable, et en définitive, cet album n’est rien de moins qu’un compromis entre les aspirations de Bormann en solo et les meilleurs moments de JADED HEART, soir la quintessence d’un Hard Rock mélodique tirant sur l’AOR, mais pas trop pour ne pas perdre en puissance. Et dès « Feel Like I'm Living », l’aveu est clair : Michael ne changera jamais son fusil d’épaule, et continuera de défendre le Hard bec, ongles et cordes vocales, ce qui achève d’en faire l’un des artistes les plus intègres de sa génération. Il était toutefois possible de craindre une démarque à peine cachée des meilleurs efforts de JADED HEART, mais si les points communs sont évidemment nombreux, cet album a suffisamment de personnalité pour s’illustrer sous son propre nom. Avec ses guitares en avant, ses lignes de chant toujours aussi puissantes, et ses chœurs qui en appellent à la scène Glam des années 80, Feels Like Yesterday est un sérieux appel du pied à un avant-hier toujours d’actualité, et remis au goût d’un jour nouveau, toujours sensible aux rais de mélodies qui s’échappent d’un soleil de joie de vivre musicale.

Mais il est toujours difficile de rentrer dans le détail d’une œuvre dont chaque morceau n’est qu’un maillon d’une chaîne qui nous relie à la passion. Bien sûr, chaque titre à sa raison d’être, et propose une digression différente sur un même thème, mais soyez assuré d’une chose ; chacun d’entre eux est un hit en puissance. Que le collectif se la joue tendre et voluptueux ou Heavy et hargneux, le talent est là et mis à disposition de compositions riches, mais simples d’accès. Ce côté Heavy se retrouve sur « Good Times », qui semble fêter à sa façon l’hédonisme viril des années 80 en Californie, sur « Won't Surrender », qui tutoie le meilleur du HAREM SCAREM de légende, sur « Mr. Mysterious » qui n’hésite pourtant pas à moduler avec ses faux airs de DEEP PURPLE allégé et ses mélodies de guitare tournoyantes et Folk, et un peu partout sur l’album, de façon plus éparse, mais prononcée lorsque le ton doit se durcir. Mais on le sait, le point fort de Michael a toujours été de prôner un crossover entre Hard Rock accessible et AOR séduisant, et des tubes assouplis comme « It Feels Like Yesterday » ou « Bring Me Higher Love » sont là pour nous assurer que le bonhomme n’a rien perdu de son touché et de sa magie. On sent évidemment des réminiscences très poussées de son travail passé, mais les années s’évanouissant, il est toujours rassurant de constater que des choses qu’on aime ne changeront jamais. Pas grand-chose donc à mettre de côté sur un disque qui cherche la perfection tout en restant naturel, et entre les moments d’émotion contrôlée (« We'd Still Make It »), et les soudaines bourrasques up-tempo plus connotées eighties qu’un clip de Hall & Oates (« I'm A Son Of A Gun »), le tableau nous dépeint une scène de vie courante pour un musicien qui n’a jamais failli dans sa tâche et qui n’a jamais posé le genou à terre.

Il n’y a bien sûr rien à espérer de novateur d’une telle réalisation, qui n’a d’autre but que de proposer d’excellentes chansons, à cheval entre plusieurs thèmes. Et que Michael s’amuse à singer le KISS de « I Love It Loud » et le BON JOVI mature (« Shout It All Out »), ou qu’il assume boogie le parcours de sa propre vie (« Everybody Is A Rockstar » au feeling très Rick SPRINGFIELD/SLAUGHTER), il n’en reste pas moins lui-même, avec ses passions, son passé, son présent, et cette euphorie qui se dégage d’un investissement toujours aussi profond. Il est donc possible d’envisager Feels Like Yesterday de plusieurs manières, comme le dernier album que JADED HEART n’a pas pu enregistrer avec Michael, ou comme un nouvel album solo partagé entre un passé glorieux et un aujourd’hui un peu nostalgique. Mais quelle que soit l’opinion, quel que soit l’angle d’approche, la conclusion reste la même. Nous aurons toujours une place pour Michael dans notre cœur.                     

     

Titres de l’album :

                         01. Feel Like I'm Living

                         02. It Feels Like Yesterday

                         03. Won't Surrender

                         04. Bring Me Higher Love

                         05. We'd Still Make It

                         06. Mr. Mysterious

                         07. Good Times

                         08. Just One More Step Away

                         09. Don't You Ever Leave

                         10. I'm A Son Of A Gun

                         11. Shout It All Out

                         12. Everybody Is A Rockstar

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/03/2020 à 17:44
85 %    108

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.