Quelqu’un a dit prolifique ? C’est le bon terme, et qui correspond parfaitement au groupe dont je m’apprête à parler, et dont je vous ai déjà entretenu à l’occasion de la sortie de son premier LP. Les HAUNT reviennent donc une fois encore, toujours épaulés par le label national Shadow Kingdom, pour entretenir la fréquence cyclique de leurs sorties. Après un premier EP publié en 2017, qui posait les jalons, Burst Into Flame, leur premier long m’avait suffisamment enthousiasmé pour m’encourager à prendre mon clavier, et alors que le second long de la troupe est déjà dispo en version digitale, ce second EP publié en début d’année se voit gratifié d’une édition physique. On s’y perd un peu au niveau des dates, mais l’essentiel est de savoir que le quatuor occupe toujours le terrain et n’est pas disposé à se faire oublier. Petit rappel niveau bio, HAUNT fut à l’origine un projet solo mené par Trevor William Church, membre du collectif Doom BEASTMAKER, qui depuis est devenu un groupe à part entière, comme le démontre cette discographie de plus en plus riche. Quatre titres à se mettre entre les oreilles donc, si vous n’avez pas déjà apprécié If Icarus Could Fly in extenso, et une mise en bouche qui préparait mars en janvier. Je reviendrai bien sûr plus en profondeur sur le contenu de ce second LP, mais pour le moment, sachons nous contenter d’une savoureuse entrée, qui en à peine plus d’un quart d’heure annonce la couleur, un peu délavée, légèrement passée, mais toujours aussi chatoyante aux yeux des amateurs de Hard-Rock vintage du début des années 80, voire de la fin des années 70.

L’inspiration n’a pas changé depuis 2018, et les quatre musiciens (outre Trevor au chant et à la guitare, on retrouve Daniel "Wolfy" Wilson à la batterie, Taylor Hollman le petit nouveau à la basse, et John William Tucker, le compère de Trevor à la seconde guitare) n’ont pas dévié d’un iota de leur ligne de conduite. Toujours aussi passionné de Hard pur et dur, mais assez moelleux pour rassasier les fondus de mélodies, HAUNT lâche donc quatre nouveaux hymnes à la nostalgie, toujours aussi obsédés par la NWOBHM et le Hard subtilement sudiste, dans une union logique et légitime entre BLACK SABBATH, THIN LIZZY, BLUE OYSTER CULT et 38 SPECIALS, orientation que j’avais déjà dévoilée il y a un an. Mosaic Vision n’offre donc que peu de surprises, désagréables en tout cas à l’auditeur potentiel, se cachant derrière une production un peu étouffée pour mieux suggérer ce voyage dans le passé, que les plus anciens reconnaîtront comme un hommage à peine déguisé à la seconde génération de rockeurs amplifiés. Ce qu’on note sur ce nouvel EP, c’est une légère déviation vers les premiers efforts d’Ozzy en solo, Bark at The Moon et Blizzard of Ozz, ce que « Triumph » fait plus que démontrer. La voix de Trevor emprunte de plus en plus les accents un peu voilés du maître des ténèbres, alors même que les guitares n’en peuvent plus de rivaliser dans un style NWOBHM aux tierces ludiques et mutines (« Callouses », qui aurait pu être composé par Steve Harris et joué par la paire Murray/Smith pour le sieur Osbourne), ce qui nous permet d’apprécier une logique dans la continuité, qui toutefois évite la redite trop évidente et les clichés trop appuyés.

 

Pas grand-chose donc de vraiment frappant à noter, mis à part une qualité qui ne se dément pas, et que le deuxième LP ne fera que confirmer. On sent que le groupe a trouvé son rythme de croisière, et loin d’être un simple caprice ou un side-project un peu trop bavard, HAUNT entérine sa philosophie, et continue son bonhomme de chemin sans se poser de question inutile. Toujours aussi précis et pertinents, les instrumentistes servent à merveille les compositions de Church, sans en rajouter, mais en plaquant toujours le bon motif au bon moment. Débordant d’énergie, ces quatre titres offrent un prolongement digne à Burst Into Flame, et prouvent que la confiance accordée au leader n’était pas usurpée. Et même si le rythme est parfois un peu trop médium, même si on aurait parfois envie que le tout décolle ou au contraire nous plaque au sol, la légèreté de l’ensemble fait passer la pilule, et on se prend après plusieurs écoute à siffloter ces motifs qui tournent en boucle dans la tête, un peu comme si l’on était capable d’anticiper les idées. Reste que « Mosaic Vision » est le genre de tube calibré qu’Ozzy aurait pu nous proposer entre 82 et 83, avec une touche typiquement anglaise de THIN LIZZY et consorts, et que le déhanché de « In Show Of Flames » rappelle étrangement le groove de la paire Castillo/Phil Soussan, avec une démonstration aux guitares digne des accouplements légendaires de Brian Robertson et Scott Gorham. Un apéritif frais donc, et il est évident qu’il vous revient de célébrer l’arrivée d’If Icarus Could Fly sur le marché sans faire l’impasse sur cette sortie à la volée. Un EP qui hantera vos nuits comme vos jours, vous ramenant à l’époque bénie où la musique n’était pas encore affaire de marketing.    


Titres de l'album :

                           1. Triumph

                           2. Mosaic Vision

                           3. In Show Of Flames

                           4. Callouses

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/05/2019 à 14:58
82 %    81

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.