And That Blue Will Turn to Red

Parkcrest

21/10/2019

Autoproduction

Oh je sais très bien ce que vous allez vous dire : il vient encore nous rebattre les oreilles avec un autre groupe de Thrash old-school. Et vous aurez partiellement raison, puisque le style me sied et que je ne m’en lasserai jamais. A l’exception près que les PARKCREST sont tout sauf « un autre groupe de Thrash old-school »…Ils sont résolument un groupe à part qui conçoit les choses différemment, et qui les expose avec une volonté créative. Passons aux présentations, PARKCREST nous en vient de Peñaflor, ville située dans la province de Talagante, et existe depuis 2011. En huit ans, les chiliens nous ont donc offert pas moins de trois démos, un split en compagnie des CRITICAL DEFIANCE, un autre en association avec les DERANGED, mais surtout, un premier longue-durée, Hallucinative Minds, publié en 2016 et qui faisait étalage de leurs étranges capacités. C’est donc un combo sûr de son fait qui nous en revient en 2019, toujours en autoproduction, mais avec les moyens de ses ambitions, qui sont autres que de pratiquer un Thrash de base sevré de nostalgie et de références un peu trop marquées. Pourtant, les influences du groupe sont affichées sur sa bio comme un patch sur une veste en jean, et les musiciens citent volontiers le vieux Thrash des années 80 comme guide, versant extrême, et via ses représentants véhéments, les sempiternels SEPULTURA, TESTAMENT, DARK ANGEL ou KREATOR. Et une fois est coutume, ces dites influences balisent parfaitement le terrain d’inspiration foulé, à quelques précisions près. Si les chiliens peuvent se targuer de parfois emprunter les astuces mélodiques de TESTAMENT, c’est bien du côté le plus violent qu’il faut chercher leur bona fide, et le parrainage le plus effectif reste bien celui de DARK ANGEL, ce qu’on sent dès la première accélération.

Mais non, et puisqu’il faut bien le dire, les PARKCREST ne sont pas de gros bourrins en manque de brutalité gratuite. Si leur musique est subtilement bestiale, elle est aussi méchamment précise, et peut revendiquer une technique affûtée et rodée. Le quatuor (Javier Salgado - guitare/chant, Diego Armijo - guitare, Cristoffer Pinto - basse et Nicolás Villanueva - batterie) n’est pas du genre à faire les choses comme tout le monde, et peu sont les combos de Thrash vintage avec assez de culot pour entamer leur second LP par un titre de plus de huit minutes. Et dès « Impossible To Hide », on comprend assez vite que les choses risquent d’être différentes, et osons le terme, plus « évolutives ». Car en huit minutes, les chiliens nous montrent qu’ils en ont sous le médiator et les baguettes, osant une forme très culottée de Thrash progressif, sans perdre de vue l’essentiel : la puissance, mais moins brute que la moyenne de leurs congénères. On se plaît à repenser à la fin de carrière de DARK ANGEL, et des albums comme Time Does Not Heal ou Leave Scars, et ces longs passages instrumentaux pleins de finesse individuelle et collective, ou ces accélérations brutales qui ne cachaient en rien la délicatesse inventive. Avec un son plus que correct pour du DIY, et des guitares aux saccades légèrement accentuées en studio, dignes de l’école FLAMES ou HOBBS ANGEL OF DEATH, And That Blue Will Turn to Red se présente sous un jour sombre, à l’image de cette pochette moins gauche qu’il n’y paraît, et révélatrice d’un Thrash en dualité, opposant la vélocité sans concession et la précision la plus idoine.

Beaucoup de qualités donc, qui éclatent aux oreilles assez vite, puisque les chiliens ont décidé cette fois-ci de lâcher les gaz, et de nous entraîner dans une folle sarabande de brutalité et de méchanceté, sans pour autant sombrer dans les affres du Thrashcore. Ici, tout est authentique, rien n’est mécanique, et les citations sont nombreuses, de passages plus fins et mélodieux à la HEATHEN en passant par des transitions élastiques à la DEATH ANGEL, le tout souligné d’une rigueur toute germanique. Il n’est donc pas rare qu’un simple morceau de quatre minutes se transforme en démonstration de force et de connaissance du genre, à l’image du fabuleux et foudroyant « Midnight Chasm », qui passe en revue toutes les méthodes, de la Bay Area à la Ruhr, sans oublier les enseignements sud-américains les plus bourrins. And That Blue Will Turn se dévoile donc beaucoup plus agencé et réfléchi que la plus grande partie de la production, n’hésitant pas à chiper à Alex Skolnick ses intros mélodiques, pour ensuite mettre l’emphase sur un Thrash modéré avec basse ronflante et harmonies de guitare à la DEATHROW de Deception Ignored (« Dwelling Of The Moonlights », instrumental très malin et convaincant au petit matin). Sept minutes de démonstration de savoir-faire, mais surtout d’amour pour un style qui peut supporter la moyenne, mais qui n’est jamais aussi convaincant que joué par de vrais lettrés. Certes, les passages soft et abordables ne sont pas légion sur l’album, qui préfère souvent se caler sur la ligne du parti du SEPULTURA de Schizophrenia/Beneath The Remains (« Hatred 'Till Die »), mais loin d’être un vulgaire étalage de puissance, And That Blue Will Turn est surtout un manifeste d’aisance. Les transitions sont coulées, les différences accentuées mais bien liées par la fluidité, les breaks nombreux mais jamais incongrus, et le groupe réussit le tour de force d’accumuler les idées et les prouesses sans verser dans le Techno-Thrash trop pompeux.

Ce qui n’empêche nullement l’album de se terminer sur une note de grandiloquence et d’ambition, avec l’hypnotique morceau éponyme, qui entame sa conclusion d’un Heavy rageur et agressif. Laissant les idées faire leur chemin, le groupe ne fait rien pour éviter l’accélération fatale, tout en maintenant la pression du côté des mélodies et ainsi garder une assise abordable. La basse n’en fait alors qu’à son manche, multipliant les soli, le tapping, alors même que les guitares marquent leur territoire d’interventions incendiaires. Certes, pour pleinement apprécier cet album il vous faudra passer outre la voix un peu monocorde et spéciale de Javier Salgado, mais une fois acceptée, elle agit comme une troisième ligne rythmique de ses harangues fermes. Et en l’état, ce second LP des PARKCREST est une excellente surprise dans la production old-school actuelle, et une sorte de bouée de sauvetage qui vous évitera la noyade dans des eaux boueuses et trop polluées.     

        

Titres de l’album :

                          01. Impossible To Hide

                          02. Darkest Fear

                          03. Punished In Life

                          04. Possessed By God

                          05. Midnight Chasm

                          06. Dwelling Of The Moonlights (Instrumental)

                          07. Hatred 'Till Die

                          08. Tired And Guilty

                          09. And That Blue Will Turn To Red

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/04/2020 à 17:28
85 %    846

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
13/04/2020, 17:41:32
A ma connaissance, il n'y a pas (encore ?) de support physique, tu parles de LP, t'as des infos, ça m'intéresse carrément, ça. Merci pour le papier.

Simony
membre enregistré
13/04/2020, 22:15:47
Le 10/02, le groupe postait le message suivant sur son Facebook :
"Nous venons de signer avec Awakening Records, qui sera en charge de sortir "... Et That Blue Will Tourn to Red " sur CD et cassette. Bientôt des exemplaires disponibles avec le label (plus tard avec le groupe)."
A surveiller donc auprès de ce label chinois
Facebook : https://www.facebook.com/AwakeningRecordsCN/
Bandcamp : https://awakeningrecordscn.bandcamp.com
Rien d'autre pour le moment.

Jus de cadavre
membre enregistré
13/04/2020, 22:45:49
En tout cas c'est pas mal du tout !
Merci pour la chro !

NecroKosmos
@90.32.190.94
14/04/2020, 17:53:25
Ah oui, j'adhère carrément !!!

LeMoustre
@93.4.16.166
14/04/2020, 21:08:42
Merci pour ces précisions, je note ça précieusement pour quand ça va sortir. Dans le même ordre d'idées, jetez un coup d'oreille à Drencrom (Chili) et son premier album, bien terrible, ça s'appelle Pemanent Living Death, et sorti aussi sur un label asiatique (Deathrash Armegeddon - Japon).

LeMoustre
@93.4.16.166
19/10/2020, 11:30:33

Ca y est : sorti en CD. Dispo sur Discogs

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01