Si je vous parle de la scène Black grecque, vous allez irrémédiablement penser à quelques noms inévitables qui ont fait sa réputation.

Vous me parlerez de ROTTING CHRIST évidemment, la locomotive des ténèbres, VARATHRON ou NECROMANTIA pour les plus anciens, THOU ART LORD et DARKEST OATH pour la période de transition, et si vous souhaitez apporter un éclairage contemporain au débat, vous mentionnerez sans doute certains albums de RAVENCULT, de MACABRE OMEN ou d’EMPIRE OF THE MOON.

Ce fameux BM grec, sans concessions, mais qui pioche quand même dans son propre héritage culturel pour apporter une touche « exotique » à une musique qui ne l’est pas du tout, et qui se permet quelques citations folkloriques pour enrichir son art, par l’utilisation de bouzouki, de la lyre…Et qui fait constamment référence à sa propre mythologie, un peu comme ses homologues scandinaves qui n’hésitaient pas à piller les valeurs ancestrales pour affirmer leur particularisme et leur élitisme.

 

Mais j’espère en tout cas que si ce genre de conversation avait vraiment lieu IRL, quelques-uns d’entre vous feraient allusion au si étrange quintette AENAON, qui peut sans conteste être considéré comme une curiosité locale, très éloignée des considérations primales et bruitistes de ses collègues de croix inversée. AENAON, c’est une carrière débutée en 2005, et qui a trouvé son premier point d’orgue six ans plus tard via leur premier LP Cendres et Sang, et son titre en Français dans le texte. Un premier LP intrigant, qui n’avait pas convaincu tout le monde, et qui faisait suite à une poignée de démos, de EP et de splits, censés roder le groupe à son identité et à son répertoire pas encore trop décalé.

Extance, le second longue durée avait beaucoup plus intrigué les mordus d’un BM affranchi de ses codes les plus restrictifs, et avait même permis au quintette Grec de revendiquer une certaine affiliation avec l’Avant-garde du Black Metal, en multipliant les allusions hors contexte.

Aujourd’hui, ce presque même quintette (Astrous – chant, Achilleas C et Anax – guitares,  Orestis Z – saxo et Nycriz – batterie) revient nous compter quelques tranches de légende hellène par l’entremise de son troisième et crucial LP, sobrement intitulé Hypnosophy, et il n’est pas vain d’affirmer qu’ils ont encore plus affiné leur vision d’une approche progressive du BM, et toujours aussi expérimentale dans le fond et la forme.

Difficile de les rapprocher d’autres entités aussi bravaches, mais dans un élan de vulgarisation, ce troisième LP peut éventuellement se targuer d’une ressemblance lointaine avec les travaux d’autres ensembles/artistes comme IHSAHN, ENSLAVED pour ce côté mélodies Pagan prononcées, mais aussi DODHEIMSGARD bien évidemment, la référence en la matière, sans oublier des Japonais de SIGH pour cette propension à tordre l’axe central BM pour lui faire épouser des formes instrumentales libres. Première chose à remarquer pour les néophytes, l’utilisation intensive d’un saxo dans un contexte rude et âpre, qui loin de ne servir que de gimmick étrange, apporte une couleur prononcée qui tranche avec l’obscurantisme ambiant. Ce même saxo répand à intervalles réguliers ses effluves cuivrées, et apporte une indéniable plus-value à des morceaux déjà très riches et évolutifs, comme le démontre n’importe quelle piste de ce Hypnosophy, qui fonctionne en effet comme une philosophie de l’hypnose musicale.

Les différences entre Extance et Hypnosophy sont surtout palpables au niveau de l’affirmation du caractère outrancier de la formation grecque, qui a mis à profit ces deux années de latence pour peaufiner les aspects les plus mélodiques et mystiques de sa musique. La trame narrative n’a pas vraiment changé, puisque nous retrouvons ces longues progressions étranges et biscornues, mais hautement harmonieuses dans la dualité agression/séduction

Le groupe n’a pas renoncé à proposer de longues suites qui trouvent leur épiphanie dans la clôture « Phronesis – Psychomagic » et son long quart d’heure d’expérimentation de toute limite, mais ces mêmes progressions se veulent plus riches et paradoxalement plus concises et compactes, malgré leur timing libre.

En écoutant certains passages relativement obscurs, impossible de ne pas penser au VIRUS de Carl-Michael Eide, pour cette approche déviante d’un BM d’avant-garde qui finalement se détache de plus en plus de ses racines. Celles des AENAON sont évidemment locales, bien que leur musique garde une forte emprunte scandinave dans cette apparente froideur de ton de composition, et c’est sans doute pour ça que les rares parallèles dressés le sont avec des formations du grand Nord. Mais ne soyez pas dupes, Hypnosophy n’a pas besoin de tuteurs pour pousser en vous, et ses pistes sont si riches et complexes qu’il vous faudra des semaines d’écoute pour en saisir toutes les subtilités.

Un seul morceau sous la barre fatidique des cinq minutes, et de longues divagations instrumentales qui savent pourtant très bien où elles souhaitent vous mener, à l’image de l’introductif « Oneirodynia », qui débute les hostilités d’un torrent de blasts ravageurs, dont la brutalité est appuyée par le chant si particulier et fluctuant d’Astrous. Et puis soudain, le saxo rentre en jeu pour diluer ses nappes de cuivres dans le climat d’ultraviolence ambiant, comme pour créer une strate de sons positifs flottant dans une atmosphère oppressante. Presque Folk Black par instants, mais surtout incroyablement mélodique dans la disharmonie, tout l’art des Grecs est étalé dans ce premier morceau, qui unit dans une noce étrange les effluves flashy des glorieuses eighties (ce fameux saxo si symptomatique de cette décennie et utilisé ici comme tel), et les dérives expérimentales et brutales d’un vingt-et-unième siècle qui assume l’avant-garde comme seule alternative à l’immobilisme d’un BM qui s’est un peu trop abreuvé à sa propre source tarie.

Difficile pour certains d’assimiler ces lignes de chant doubles et triples, qui chevrotent un peu, mais je dois avouer que c’est justement cette fragilité vocale confrontée à une diabolique assurance instrumentale qui rend pour moi AENAON si uniqueEn une seule tranche,  le groupe juxtapose une effarante violence à des moments de quiétude presque zen, avant qu’un solo typiquement Heavy Metal ne vienne interrompre le ballet réglé avec précision.

 

Chaque morceau, indépendant des autres, mais relié par une thématique commune apporte son lot de surprises, à l’instar du médian « Earth Womb »…Mid tempo subtil, souligné de chœurs mélodiques et typiquement HM, qui se rassemblent pour célébrer un refrain hautement mélodique et catchy, avant une reprise tonitruante qui permet au saxo une fois de plus de se mettre en avant. Blasts, chant d’outre-tombe, break singeant le FLOYD et SAMAEL, pour une danse dans les bras de l’occulte qui se termine dans le minimalisme d’un break malsain et pourtant séduisant…

Et comme le quintette n’est pas avare de fausses pistes, il se lâche sur un surprenant de passéisme « Tunnel », qui se veut point de jonction entre les premiers HELLHAMMER et le SIGH le moins complaisant sans sa recherche de sonorités inédites. Solo de sax débridé et presque free, tempo martelé d’une double grosse caisse impitoyable, pour un hit improbable qu’on imagine très bien repris de fait en chœur live.

Impossible de ne pas faire une ultime allusion à la longue procession finale qui prend son temps pour imposer sa direction, et qui se veut terriblement mélodique et presque nostalgique. Guitare en écho qui semble pleurer au loin, pour une première moitié en intimisme harmonique qui finit par libérer ses frustrations lors d’une ruée véloce maîtrisée, qui cette fois ci, fait la part belle aux claviers. Chant BM, doublé de nappes vocales éthérées et plaintives à la Tom Warrior/OPETH, pour un titre qui malgré sa longueur fait partie des plus stables du lot.

Comment synthétiser une telle tentative qui échappe à toute rationalisation restrictive ? Enumérer ses composantes ? Parler une fois de plus de ce saxo si intelligemment utilisé pour devenir un acteur à part entière, sans pour autant se calquer sur l’usage qu’en font les SHINING ? Evoquer un mélange entre VIRUS, SAMAEL, DODHEIMSGARD et même ARCTURUS pour situer sur la carte de la liberté artistique un quintette qui de toute façon y a sa place sur une île perdue quelque part entre la mythologie et la réalité ?

Ou tout simplement et prosaïquement dire qu’AENAON, de curiosité piquante est passé référence absolue d’un BM décomplexé et troublant, en seulement quelques albums et quelques années ?

Mais écoutez Hypnosophy, et laissez-vous emporter par cette liberté que certains qualifieront d’avant-garde par facilité. Je préfère y voir une pièce de musique libre, aussi mélodique qu’elle n’est brutale, aussi onirique qu’elle n’est concrète.

 Musique concrète et onirique ? La formule me plaît. Comme cet album.


Titres de l'album:

  1. Oneirodynia
  2. Fire Walk With Me
  3. Earth Tomb
  4. Void
  5. Tunnel
  6. Thus Ocean Swells
  7. Phronesis - Psychomagic

Site officiel


par mortne2001 le 27/11/2016 à 17:25
95 %    596

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.