Si je vous parle de la scène Black grecque, vous allez irrémédiablement penser à quelques noms inévitables qui ont fait sa réputation.

Vous me parlerez de ROTTING CHRIST évidemment, la locomotive des ténèbres, VARATHRON ou NECROMANTIA pour les plus anciens, THOU ART LORD et DARKEST OATH pour la période de transition, et si vous souhaitez apporter un éclairage contemporain au débat, vous mentionnerez sans doute certains albums de RAVENCULT, de MACABRE OMEN ou d’EMPIRE OF THE MOON.

Ce fameux BM grec, sans concessions, mais qui pioche quand même dans son propre héritage culturel pour apporter une touche « exotique » à une musique qui ne l’est pas du tout, et qui se permet quelques citations folkloriques pour enrichir son art, par l’utilisation de bouzouki, de la lyre…Et qui fait constamment référence à sa propre mythologie, un peu comme ses homologues scandinaves qui n’hésitaient pas à piller les valeurs ancestrales pour affirmer leur particularisme et leur élitisme.

 

Mais j’espère en tout cas que si ce genre de conversation avait vraiment lieu IRL, quelques-uns d’entre vous feraient allusion au si étrange quintette AENAON, qui peut sans conteste être considéré comme une curiosité locale, très éloignée des considérations primales et bruitistes de ses collègues de croix inversée. AENAON, c’est une carrière débutée en 2005, et qui a trouvé son premier point d’orgue six ans plus tard via leur premier LP Cendres et Sang, et son titre en Français dans le texte. Un premier LP intrigant, qui n’avait pas convaincu tout le monde, et qui faisait suite à une poignée de démos, de EP et de splits, censés roder le groupe à son identité et à son répertoire pas encore trop décalé.

Extance, le second longue durée avait beaucoup plus intrigué les mordus d’un BM affranchi de ses codes les plus restrictifs, et avait même permis au quintette Grec de revendiquer une certaine affiliation avec l’Avant-garde du Black Metal, en multipliant les allusions hors contexte.

Aujourd’hui, ce presque même quintette (Astrous – chant, Achilleas C et Anax – guitares,  Orestis Z – saxo et Nycriz – batterie) revient nous compter quelques tranches de légende hellène par l’entremise de son troisième et crucial LP, sobrement intitulé Hypnosophy, et il n’est pas vain d’affirmer qu’ils ont encore plus affiné leur vision d’une approche progressive du BM, et toujours aussi expérimentale dans le fond et la forme.

Difficile de les rapprocher d’autres entités aussi bravaches, mais dans un élan de vulgarisation, ce troisième LP peut éventuellement se targuer d’une ressemblance lointaine avec les travaux d’autres ensembles/artistes comme IHSAHN, ENSLAVED pour ce côté mélodies Pagan prononcées, mais aussi DODHEIMSGARD bien évidemment, la référence en la matière, sans oublier des Japonais de SIGH pour cette propension à tordre l’axe central BM pour lui faire épouser des formes instrumentales libres. Première chose à remarquer pour les néophytes, l’utilisation intensive d’un saxo dans un contexte rude et âpre, qui loin de ne servir que de gimmick étrange, apporte une couleur prononcée qui tranche avec l’obscurantisme ambiant. Ce même saxo répand à intervalles réguliers ses effluves cuivrées, et apporte une indéniable plus-value à des morceaux déjà très riches et évolutifs, comme le démontre n’importe quelle piste de ce Hypnosophy, qui fonctionne en effet comme une philosophie de l’hypnose musicale.

Les différences entre Extance et Hypnosophy sont surtout palpables au niveau de l’affirmation du caractère outrancier de la formation grecque, qui a mis à profit ces deux années de latence pour peaufiner les aspects les plus mélodiques et mystiques de sa musique. La trame narrative n’a pas vraiment changé, puisque nous retrouvons ces longues progressions étranges et biscornues, mais hautement harmonieuses dans la dualité agression/séduction

Le groupe n’a pas renoncé à proposer de longues suites qui trouvent leur épiphanie dans la clôture « Phronesis – Psychomagic » et son long quart d’heure d’expérimentation de toute limite, mais ces mêmes progressions se veulent plus riches et paradoxalement plus concises et compactes, malgré leur timing libre.

En écoutant certains passages relativement obscurs, impossible de ne pas penser au VIRUS de Carl-Michael Eide, pour cette approche déviante d’un BM d’avant-garde qui finalement se détache de plus en plus de ses racines. Celles des AENAON sont évidemment locales, bien que leur musique garde une forte emprunte scandinave dans cette apparente froideur de ton de composition, et c’est sans doute pour ça que les rares parallèles dressés le sont avec des formations du grand Nord. Mais ne soyez pas dupes, Hypnosophy n’a pas besoin de tuteurs pour pousser en vous, et ses pistes sont si riches et complexes qu’il vous faudra des semaines d’écoute pour en saisir toutes les subtilités.

Un seul morceau sous la barre fatidique des cinq minutes, et de longues divagations instrumentales qui savent pourtant très bien où elles souhaitent vous mener, à l’image de l’introductif « Oneirodynia », qui débute les hostilités d’un torrent de blasts ravageurs, dont la brutalité est appuyée par le chant si particulier et fluctuant d’Astrous. Et puis soudain, le saxo rentre en jeu pour diluer ses nappes de cuivres dans le climat d’ultraviolence ambiant, comme pour créer une strate de sons positifs flottant dans une atmosphère oppressante. Presque Folk Black par instants, mais surtout incroyablement mélodique dans la disharmonie, tout l’art des Grecs est étalé dans ce premier morceau, qui unit dans une noce étrange les effluves flashy des glorieuses eighties (ce fameux saxo si symptomatique de cette décennie et utilisé ici comme tel), et les dérives expérimentales et brutales d’un vingt-et-unième siècle qui assume l’avant-garde comme seule alternative à l’immobilisme d’un BM qui s’est un peu trop abreuvé à sa propre source tarie.

Difficile pour certains d’assimiler ces lignes de chant doubles et triples, qui chevrotent un peu, mais je dois avouer que c’est justement cette fragilité vocale confrontée à une diabolique assurance instrumentale qui rend pour moi AENAON si uniqueEn une seule tranche,  le groupe juxtapose une effarante violence à des moments de quiétude presque zen, avant qu’un solo typiquement Heavy Metal ne vienne interrompre le ballet réglé avec précision.

 

Chaque morceau, indépendant des autres, mais relié par une thématique commune apporte son lot de surprises, à l’instar du médian « Earth Womb »…Mid tempo subtil, souligné de chœurs mélodiques et typiquement HM, qui se rassemblent pour célébrer un refrain hautement mélodique et catchy, avant une reprise tonitruante qui permet au saxo une fois de plus de se mettre en avant. Blasts, chant d’outre-tombe, break singeant le FLOYD et SAMAEL, pour une danse dans les bras de l’occulte qui se termine dans le minimalisme d’un break malsain et pourtant séduisant…

Et comme le quintette n’est pas avare de fausses pistes, il se lâche sur un surprenant de passéisme « Tunnel », qui se veut point de jonction entre les premiers HELLHAMMER et le SIGH le moins complaisant sans sa recherche de sonorités inédites. Solo de sax débridé et presque free, tempo martelé d’une double grosse caisse impitoyable, pour un hit improbable qu’on imagine très bien repris de fait en chœur live.

Impossible de ne pas faire une ultime allusion à la longue procession finale qui prend son temps pour imposer sa direction, et qui se veut terriblement mélodique et presque nostalgique. Guitare en écho qui semble pleurer au loin, pour une première moitié en intimisme harmonique qui finit par libérer ses frustrations lors d’une ruée véloce maîtrisée, qui cette fois ci, fait la part belle aux claviers. Chant BM, doublé de nappes vocales éthérées et plaintives à la Tom Warrior/OPETH, pour un titre qui malgré sa longueur fait partie des plus stables du lot.

Comment synthétiser une telle tentative qui échappe à toute rationalisation restrictive ? Enumérer ses composantes ? Parler une fois de plus de ce saxo si intelligemment utilisé pour devenir un acteur à part entière, sans pour autant se calquer sur l’usage qu’en font les SHINING ? Evoquer un mélange entre VIRUS, SAMAEL, DODHEIMSGARD et même ARCTURUS pour situer sur la carte de la liberté artistique un quintette qui de toute façon y a sa place sur une île perdue quelque part entre la mythologie et la réalité ?

Ou tout simplement et prosaïquement dire qu’AENAON, de curiosité piquante est passé référence absolue d’un BM décomplexé et troublant, en seulement quelques albums et quelques années ?

Mais écoutez Hypnosophy, et laissez-vous emporter par cette liberté que certains qualifieront d’avant-garde par facilité. Je préfère y voir une pièce de musique libre, aussi mélodique qu’elle n’est brutale, aussi onirique qu’elle n’est concrète.

 Musique concrète et onirique ? La formule me plaît. Comme cet album.


Titres de l'album:

  1. Oneirodynia
  2. Fire Walk With Me
  3. Earth Tomb
  4. Void
  5. Tunnel
  6. Thus Ocean Swells
  7. Phronesis - Psychomagic

Site officiel


par mortne2001 le 27/11/2016 à 17:25
95 %    627

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever