Empyrean

Jd Miller

10/05/2024

Mighty Music

Quand on arrive en retard, il y a deux écoles de conduite. La première, la plus prisée, consiste à faire ses plus plates excuses en invoquant une raison (valable) ou une autre (moins valable), et faire profil bas pendant quelques minutes. La seconde, à l’opposée, est de jouer les sans-gêne impoli en entrant sans s’essuyer les pieds ni offrir de fleurs à la maîtresse de maison, avant de s’affaler dans le canapé et réclamer un alcool quelconque. J’avoue avoir parfois tenté la deuxième approche, la trouvant d’une classe folle et d’une morgue aussi insolente que la taille de mon foie.  

Et sans vouloir trop m’avancer, je pense que les suédois de JD MILLER sont faits du même bois.

Après tout, se pointer après cinq ans d’absence la mine haute et le regard fier et défiant, n’est pas chose donnée à tout le monde. Il faut avoir du culot, mais aussi l’assurance des plus frondeurs. 2019, back in time, la Suède fêtait alors la sortie d’Afterglow, chroniqué en ces colonnes, et célébrait la créativité d’un combo qui n’hésitait pas à se proclamer the heaviest AOR act of the world. Une formule qui en vaut dix autres, et qui convenait parfaitement au répertoire du quatuor, capable en live de faire la nique à n’importe quelle tête d’affiche. Avant d’en devenir une lui-même.

2024, cinq ans ont passé, et après quelques singles, JD MILLER remet enfin le couvert, sans donner d’explications quant à son long silence. Ce qui est tout à fait logique à posteriori, puisque la meilleure excuse reste cet album fantastique, à la pochette chamarrée et au propos bigarré. Un quatrième tome, disponible en mai, pour occuper le terrain AOR de nouveau, en lâchant des refrains anthémiques et des couplets féériques.

Empyrean scelle aussi les retrouvailles avec le guitariste Tommy Timonen (ex-STATE OF DRAMA), revenu au bercail pour faire la paire avec Jonny Trobro (HYDRA, FIND ME, ex-FIRST SIGNAL), désormais bassiste à temps plein. Evidemment, Peter Halldén garde le micro fermement tenu en main, et la batterie reste l’affaire d’Emil Eriksson, en sus de la guitare et des claviers. Une formation renouvelée donc, pour un recyclage habile des formules d’antan, à savoir des harmonies soutenues par des riffs très métalliques, le tout emballé Electro-Metal pour sonner plus moderne.

La formule est donc d’usage et éprouvée, à la manière d’un JESUS ON ECSTASY plus bronzé et souriant, et le tracklisting de ce nouveau chapitre se montre impeccable de bout en bout, avec une succession de morceaux efficaces, dansants, entraînants, mélodiques et mordants. Le brio du groupe n’a donc pas pâli de ces cinq années passées dans l’ombre, et les titres sentent bon le soleil suédois, celui qui s’aimerait californien. Le pays a donc de quoi être fier de ses enfants, une fois encore, puisque le quatuor signe un retour en force qui annonce une campagne live atomique.

L’équation est donc toujours aussi limpide, et sans inconnue. Des claviers proéminents qui se montrent aussi puissants que les guitares, une emphase mise sur le côté cinématographique de la musique, une production énorme, pour un résultat qui parfois s’apparente au DREAM THEATER d’Awake, les ambitions techniques en moins (« Awake (We Are the Machines) »). Entre envies populaires et esthétique alternative, Empyrean pousse les expérimentations d’Afterglow encore plus loin, perfectionnant une optique qui se réclamait déjà d’une acuité phénoménale.

Les suédois n’ont donc pas commis de faux pas, et même si les compositions se montrent somme toute assez prévisibles, eu égard au style pratiqué, l’efficacité compense l’absence d’audace, qui toutefois se manifeste sur quelques plans tirant sur le Progressif Pomp des années 80.

A la limite du Power AOR, entre un Heavy mélodique et un Metal moderne et décomplexé, Empyrean essaie de nuancer les ambiances, et de moduler sa différence. Si le potentiel commercial de l’œuvre saute aux oreilles en quelques secondes (« Empyrean » qui va évidemment tout arracher en ouverture des concerts à venir), l’aspect artistique n’en est pas pour autant mis de côté, puisque ce mélange de Hard-Rock actuel et de Metal intemporel est parfaitement dosé, entre agressivité, souplesse, volupté harmonique et fausse douceur.

Maîtres de leur domaine, les JD MILLER sont désormais assis sur le toit de leur propre monde, et regardent l’univers avec des yeux de conquérant. Frisant la perfection en plusieurs occasions, notamment sur le très nerveux et intelligent « Call the Police », qui donnerait presque envie de faire ami-ami avec les uniformes, ce quatrième album est donc impeccable, saturé juste ce qu’il faut, et susceptible d’amadouer un nouveau public amateur de sensations fortes, mais pas trop.

Et en choisissant de boucler le dossier par un « Alive » évolutif et envoutant, le quatuor convainc, persuade sans forcer, et regagne son trône un peu trop longtemps laissé vacant. Avec une guitare à la Gilmour, claire comme un ciel d’azur, et un riff très astucieux, ce dernier morceau laisse un sentiment de travail accompli, et renforce cette idée de Crossover géant, quelque part entre la scène Néo-Progressive de la fin des nineties, et les exploits suédois du siècle suivant.

JD MILLER peut donc se permettre d’entrer sans frapper. Ils ont la force, les arguments, les mélodies et les sentiments, et méritent donc d’être excusés sans autre forme de procès. Qui tournerait à leur avantage de toute façon.

   


Titres de l’album:

01. Prelude of the Empyrean

02. Empyrean

03. Inside the Night

04. Out of Control

05. I’ll Never Give Up

06. Awake (We Are the Machines)

07. One in a Million

08. Call the Police

09. Enemy

10. Alive


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/05/2024 à 17:40
85 %    56

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35