Un peu de brutalité dans ce monde de tendresse, parce que vous n’alliez quand même pas croire que j’allais vous laisser en toute quiétude traverser ce long week-end sans vous abrutir les oreilles avec une dose homéopathique de Grind ? Si tel est le cas, je suis fort aise de vous contredire et de contrecarrer vos plans paisibles, puisqu’en ce samedi matin, jour de marché s’il en est, je suis allé faire le mien en Slovaquie, histoire de vous ramener un bon kilo de méchanceté sonore et de hurlements à la mort. Et soyez comblés, puisque je ne me suis pas moqué de vous en traitant du cas d’une légende locale, qui se complait depuis la fin des années 80 dans la pratique d’un Grind de tradition qui se décline aujourd’hui en mode compilation. Du moins, c’est ce que le titre du nouvel album des ABORTION laisse paraître, puisqu’il est étalé sur deux années, et qu’il en a mis une à trouver preneur et distributeur. S’apprêtant à fêter ses vingt années d’existence, ce trio de démence (Anton "Lepra" Varga - basse/chant, Libor "Bibo" Hanulay - guitares, et Miro Raučina - batterie) nous offre donc son nouveau longue-durée, qui ne vient en rien contredire leurs préceptes précédents, en se concentrant sur une forme très véhémente de brutalité underground. Disposant d’un solide bagage discographique d’une bonne trentaine d’entrées, les trois slovaques peuvent donc se reposer sur sept LP, une bonne fournée de splits, quelques compilations et autres démos, ce qui en fait donc l’un des groupes les plus productifs du pays, qui ne semble d’ailleurs pas vraiment enclin à ralentir la cadence.

Et en termes de cadence, les trois lascars en connaissent un rayon. Ayant toutefois le goût de ne jamais sombrer dans le chaos fatigant du Grind à tendance Gore ou Porn ou Cyber, les malandrins manipulent les riffs comme à la parade et privilégient une analogie de circonstance, qui place en avant une énorme basse ronflante, et un chant sourd et sombre qui enfonce encore plus des morceaux déjà bien empêtrés dans le marigot du Thrashcore à tendance Grind. Difficile toutefois de rapprocher leur barouf de références trop précises, puisqu’eux-mêmes se revendiquent d’un éventail reliant Afric SIMONE à NAKED CITY, histoire de nous compliquer la tâche et de la rendre encore plus drôle. Et c’est bien la bonne humeur qui prédomine tout au long de cet imparable All You Need Is Hate (2017-2018), qui contredit Lennon pour mieux affoler les nonnes, et qui dévaste tout sur son passage en prenant grand soin de garder une certaine complicité avec la musicalité. Très typique d’un Grind de l’est qui privilégie la sècheresse initiale à la profondeur, ce nouvel effort ne ménage pas les siens pour nous convaincre de la pertinence de sa démarche bordélique, et s’en tient à des principes de sauvagerie séculaire pour parvenir à ses fins, et nous ébouriffer de ses rythmiques éclatantes et de ses riffs percutants. Parfois aussi NASUM qu’un ASSUCK puisse l’être, parfois à la lisière d’un Thrashcore vraiment sévère, les déflagrations des slovaques atteignent donc leur but en se concentrant sur une forme très pure de sauvagerie, qu’ils gardent sous contrôle grâce à une pratique instrumentale rodée et éprouvée.

Alors, bien sûr, de temps en temps, on se fait plaisir et on adule le chaos comme on recule le frigo, mais ces accès de rage sont très souvent tempérés par des manipulations assez intelligentes des codes, menant même parfois à des appropriations plutôt incongrues (« Grand Hotel Alepo », cover de SODOM semble-t-il. Hum…On dirait bien une version très concentrée et tronquée de « Ausgebombt » plutôt, mais bon…), mais surtout à une abondance de riffs accrocheurs, un peu Crossover, mais toujours à l’heure, ce qui permet à All You Need Is Hate (2017-2018) de rester frais et de ne jamais lasser. Bien loin des ANAL CUNT et autres pourfendeurs de sérieux qui confondent private joke et boutade de qualité, les ABORTION s’essaient même à l’exercice du Hardcore blasé (« To Be Less Than Mean », épais, mais bien plombé par un chant monocorde désabusé), et si les titres ne dépassent évidemment presque jamais les deux minutes (à l’exception de celui susmentionné et du plutôt rigolo « Shit », qui laisse des traces Core au fond du trip), « Last », épilogue inévitable se permet quant à lui de refermer cette parenthèse en prenant son temps. Dans la plus pure veine des stridence NAPALMisantes et des déformations dissonantes de BRUTAL TRUTH, ce dernier morceau nous permet d’apprécier une certaine lourdeur de ton et d’industrialisation de fond, histoire de bien coller à la réalité d’un style qui aime bien refermer la porte en étirant ses mouvements. Mais au-delà de ce conformisme d’apparence, ce nouvel album du trio de Nitra joue bien avec la nitro, histoire de mériter son sale air de zappeur, sans tomber dans le respect trop figé, mais sans non plus prendre trop de libertés. Un album de Grind qui pourrait rythmer votre fin de semaine, à moins que le sempiternel barbecue chipos/merguez/ventrèche ne vous phagocyte un peu trop.           

Titres de l’album:

    1.Keep Calm Citizen

    2.Alone

    3.I´m Not You

    4.You´re Lying

    5.Tried

    6.Sausage Is For Free

    7.Everything Is Alright

    8.Kebab Nazi

    9.Poison Me

   10.Shit

   11.Grand Hotel Alepo (Sodom cover)

   12.To Be Less That Mean

   13.Syphilis Of Soul

   14.Don´t Die For the Others

   15.Time Has Changed

   16.Just War

   17.Primitive Consume Psalm

   18.Goals, Points, Drugs

   19.Metal Stars, Money Wars

    20.Last

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/06/2018 à 18:33
75 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....