Un peu de brutalité dans ce monde de tendresse, parce que vous n’alliez quand même pas croire que j’allais vous laisser en toute quiétude traverser ce long week-end sans vous abrutir les oreilles avec une dose homéopathique de Grind ? Si tel est le cas, je suis fort aise de vous contredire et de contrecarrer vos plans paisibles, puisqu’en ce samedi matin, jour de marché s’il en est, je suis allé faire le mien en Slovaquie, histoire de vous ramener un bon kilo de méchanceté sonore et de hurlements à la mort. Et soyez comblés, puisque je ne me suis pas moqué de vous en traitant du cas d’une légende locale, qui se complait depuis la fin des années 80 dans la pratique d’un Grind de tradition qui se décline aujourd’hui en mode compilation. Du moins, c’est ce que le titre du nouvel album des ABORTION laisse paraître, puisqu’il est étalé sur deux années, et qu’il en a mis une à trouver preneur et distributeur. S’apprêtant à fêter ses vingt années d’existence, ce trio de démence (Anton "Lepra" Varga - basse/chant, Libor "Bibo" Hanulay - guitares, et Miro Raučina - batterie) nous offre donc son nouveau longue-durée, qui ne vient en rien contredire leurs préceptes précédents, en se concentrant sur une forme très véhémente de brutalité underground. Disposant d’un solide bagage discographique d’une bonne trentaine d’entrées, les trois slovaques peuvent donc se reposer sur sept LP, une bonne fournée de splits, quelques compilations et autres démos, ce qui en fait donc l’un des groupes les plus productifs du pays, qui ne semble d’ailleurs pas vraiment enclin à ralentir la cadence.

Et en termes de cadence, les trois lascars en connaissent un rayon. Ayant toutefois le goût de ne jamais sombrer dans le chaos fatigant du Grind à tendance Gore ou Porn ou Cyber, les malandrins manipulent les riffs comme à la parade et privilégient une analogie de circonstance, qui place en avant une énorme basse ronflante, et un chant sourd et sombre qui enfonce encore plus des morceaux déjà bien empêtrés dans le marigot du Thrashcore à tendance Grind. Difficile toutefois de rapprocher leur barouf de références trop précises, puisqu’eux-mêmes se revendiquent d’un éventail reliant Afric SIMONE à NAKED CITY, histoire de nous compliquer la tâche et de la rendre encore plus drôle. Et c’est bien la bonne humeur qui prédomine tout au long de cet imparable All You Need Is Hate (2017-2018), qui contredit Lennon pour mieux affoler les nonnes, et qui dévaste tout sur son passage en prenant grand soin de garder une certaine complicité avec la musicalité. Très typique d’un Grind de l’est qui privilégie la sècheresse initiale à la profondeur, ce nouvel effort ne ménage pas les siens pour nous convaincre de la pertinence de sa démarche bordélique, et s’en tient à des principes de sauvagerie séculaire pour parvenir à ses fins, et nous ébouriffer de ses rythmiques éclatantes et de ses riffs percutants. Parfois aussi NASUM qu’un ASSUCK puisse l’être, parfois à la lisière d’un Thrashcore vraiment sévère, les déflagrations des slovaques atteignent donc leur but en se concentrant sur une forme très pure de sauvagerie, qu’ils gardent sous contrôle grâce à une pratique instrumentale rodée et éprouvée.

Alors, bien sûr, de temps en temps, on se fait plaisir et on adule le chaos comme on recule le frigo, mais ces accès de rage sont très souvent tempérés par des manipulations assez intelligentes des codes, menant même parfois à des appropriations plutôt incongrues (« Grand Hotel Alepo », cover de SODOM semble-t-il. Hum…On dirait bien une version très concentrée et tronquée de « Ausgebombt » plutôt, mais bon…), mais surtout à une abondance de riffs accrocheurs, un peu Crossover, mais toujours à l’heure, ce qui permet à All You Need Is Hate (2017-2018) de rester frais et de ne jamais lasser. Bien loin des ANAL CUNT et autres pourfendeurs de sérieux qui confondent private joke et boutade de qualité, les ABORTION s’essaient même à l’exercice du Hardcore blasé (« To Be Less Than Mean », épais, mais bien plombé par un chant monocorde désabusé), et si les titres ne dépassent évidemment presque jamais les deux minutes (à l’exception de celui susmentionné et du plutôt rigolo « Shit », qui laisse des traces Core au fond du trip), « Last », épilogue inévitable se permet quant à lui de refermer cette parenthèse en prenant son temps. Dans la plus pure veine des stridence NAPALMisantes et des déformations dissonantes de BRUTAL TRUTH, ce dernier morceau nous permet d’apprécier une certaine lourdeur de ton et d’industrialisation de fond, histoire de bien coller à la réalité d’un style qui aime bien refermer la porte en étirant ses mouvements. Mais au-delà de ce conformisme d’apparence, ce nouvel album du trio de Nitra joue bien avec la nitro, histoire de mériter son sale air de zappeur, sans tomber dans le respect trop figé, mais sans non plus prendre trop de libertés. Un album de Grind qui pourrait rythmer votre fin de semaine, à moins que le sempiternel barbecue chipos/merguez/ventrèche ne vous phagocyte un peu trop.           

Titres de l’album:

    1.Keep Calm Citizen

    2.Alone

    3.I´m Not You

    4.You´re Lying

    5.Tried

    6.Sausage Is For Free

    7.Everything Is Alright

    8.Kebab Nazi

    9.Poison Me

   10.Shit

   11.Grand Hotel Alepo (Sodom cover)

   12.To Be Less That Mean

   13.Syphilis Of Soul

   14.Don´t Die For the Others

   15.Time Has Changed

   16.Just War

   17.Primitive Consume Psalm

   18.Goals, Points, Drugs

   19.Metal Stars, Money Wars

    20.Last

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/06/2018 à 18:33
75 %    178

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.