Il y a quelques années (un paquet même), les SACRED REICH nous proposaient d’aller surfer au Nicaragua, ce qui pouvait paraître assez étrange au demeurant. Mais les américains possédaient-ils des informations par anticipation à ce moment-là ? Avaient-ils déjà connaissance d’un quatuor local qui allait secouer l’underground local sur ses fondations ? Personne n’en avait la moindre idée à l’époque, et finalement, il aura fallu attendre un peu plus d’une dizaine d’années pour en avoir la réponse.

Et celle-ci s’est présentée sous la forme d’un quatuor formé en 2002, du côté de Managua, qui n’a pas attendu longtemps pour nous livrer ses vues sur l’adaptation locale d’un Thrash assez étrange et diffus, aux confins d’un progressif ne sacrifiant pas l’efficacité à la précision.

Les SCHIZOID se permettent même aujourd’hui de nous proposer leur quatrième longue durée, toujours sans le soutien d’une structure, LP qui tient salement la route sans glisser sur une vague nostalgique quelconque.

Leur bio n’est pas des plus évidentes à trouver, à tel point que je n’ai pu glaner que quelques renseignements au hasard du Bandcamp et de la page Facebook du groupe.

Formé autour d’Alejandro Bolaños (guitare), Federico Peña (chant), Romel Rivera (basse) et Fellow Spook (batterie), SCHIZOID est un combo éminemment sympathique qui propose une musique plus complexe qu’il n’y parait, et qui pourrait s’apparenter à un Crossover assez intelligent, noyant le poisson Thrash mélodique dans un océan de Hardcore assez vivace.

Au vu du nombre de morceaux et du timing d’Evil Incarnate, on pourrait penser aux amis de MUNICIPAL WASTE et autres défenseurs d’une certaine fronde Thrashcore ludique et sympathique, et pourtant, le Thrash des nicaraguayens se veut massif et percutant, et beaucoup plus proche d’un NUCLEAR ASSAULT, d’un EXCEL ou surtout d’un FORBIDDEN, comparaison accentuée par les intonations très Russ Anderson de Federico Peña, dont le timbre rauque assez aigu nous ramène à l’époque de Forbidden Evil.

Musicalement, l’affaire est carrée, et basée sur un principe simple de Thrash féroce nuancée d’une approche assez technique, mais pas démonstrative. Après deux albums à proprement parler (Asylum en 2005 et Liver en 2013, soit un joli hiatus de huit ans), les SCHIZOID nous ont offert en 2017 une version instrumentale de Liver, ainsi qu’un EP acoustique et instrumental lui aussi, ABCh, avant de revenir sous des horizons beaucoup plus électriques, histoire de se ressourcer aux bases.

Et ça fonctionne, même si certaines pistes font preuve d’une linéarité assez prononcée. Mais cette critique mineure ne doit pas occulter la puissance ravageuse dont fait preuve le quatuor, et qui dynamise des titres faussement simples qui multiplient les riffs associés à des contretemps diaboliques, nous faisant rebondir sur des charbons ardents à la moindre occasion.

Disposant d’une production très honnête pour un LP bricolé en presque DIY (enregistrement aux studios Mosaico Audio Visual, production par Victor Marin / Jacobo Martinez, mix et mastering par Jacobo Martinez), Evil Incarnate nous permet donc de découvrir un pan de la scène extrême du Nicaragua, qui n’est pas la plus connue de l’underground d’Amérique centrale.

Cette découverte passe par une déviation des standards Thrash en vogue aux USA il y a une bonne vingtaine d’années, et se matérialise au travers de morceaux très courts fourmillant d’idées et de plans, qui s’ils s’abreuvent parfois à leur propre source, restent toujours percutants, et parfois, salement accrocheurs et multiples. Ainsi, « Tyrant » fait figure de véritable démonstration de force instrumentale (pas étonnant dès lors que le groupe affectionne ce format privé de chant), et accumule les parties sans risquer l’overdose, en misant à chaque fois sur le thème qui fait mouche, et nous impressionne autant qu’il nous percute de plein fouet.

Inévitablement, la rythmique turbine en arrière-plan, et reste inventive tout du long. Le son réservé à la paire basse/batterie est d’ailleurs très profond mais claquant, un peu comme une osmose entre la percussion du Thrash et la frappe sèche du Hardcore, sans tomber dans les clichés du Crossover trop éculé.

Pour être fidèle dans la description, Evil Incarnate est à l’image de sa pochette abstraite signée Alejandro Bolaños Davis, toile intitulée « l’âme », qui reflète assez bien son contenu, et qui pourtant garde une part importante de mystère. D’ailleurs, le premier morceau et intro « Conviction » ne dévoile pas grand-chose de la suite à venir, et préfère laisser des guitares volubiles distiller leurs harmonies complémentaires, tout en lâchant quelques saccades assez symptomatiques.

De même « Emperor » laisse encore un peu planer le doute d’un Heavy Metal mélodique, avant de rentrer de plein fouet dans les débats d’un Speed/Thrash féroce et superbement violent, porté par la paire Romel Rivera/ Fellow Spook qui empilent les contretemps et les breaks, pour propulser le chant de Fererico vers les paradis Thrash US.

« Phantom » ne change pas vraiment la donne, mais la confirme, et nous étourdit encore plus d’un ballet circulaire ininterrompu entre une guitare intenable et une basse dont la bride est tenue lâche. En prenant le parti de ne dépasser les trois minutes qu’une une seule occurrence, les SCHIZOID gardent la pression, et ne la lâchent qu’en partie sur le final « Lake », qui se montre pourtant encore plus opaque que tout ce qui l’a précédé. Les harmonies sont de plus en plus prononcées, et le tempo quasiment inexistant ne sert que d’accompagnement, pour une jolie vignette onirique qui nous emporte ailleurs.

Une ou deux transitions qui tombent pile et qui permettent de soigner l’ambiance (« Patriarch »), quelques thèmes rudes bien catchy qui rappellent même la vague Techno-Thrash américaine des années 80/90 (« Opposer », qui pourtant pourrait s’incruster dans le répertoire des AGNOSTIC FRONT), et une poignée de trouvailles unissant le chant à l’instrumental pour une compression qui vous laisse sur le flanc (« Harvest »), et le bilan se dessine largement positif, représentant une sacrée surprise pour un groupe qu’on a vu surgir de nulle part pour imposer sa patte.

Alors oui, vous pouvez surfer au Nicaragua, mais il y a beaucoup mieux à faire. Ecouter les groupes locaux par exemple qui vous montreront quelques figures libres avant de vous exploser la tête de leur Thrash incisif et mûr.

Et pas besoin de farter Evil Incarnate pour qu’il glisse mieux. Il est déjà préparé pour ça.


Titres de l'album:

  1. Conviction
  2. Emperor
  3. Phantom
  4. Harvest
  5. Spiritual
  6. Patriarch
  7. Opposer
  8. Scavenger
  9. Tyrant
  10. Treachery
  11. Lake

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/07/2017 à 13:59
75 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)