Une belle musicienne à l’allure diaphane, blonde et nordique, qui se répand en effluves Post Black, Blackgaze, Doom, Post Rock, immédiatement, des images sonores vous viennent en tête. Et un nom certainement aussi. Pourtant, ne vous hâtez pas en conclusions, puisque MYRKUR n’a rien à voir avec cette chronique, même si les analogies de surface sont nombreuses. Car SYLVAINE, elle, vient de Norvège, non du Danemark, et ne se pose pas de questions de marketing et de hype, préférant se concentrer sur sa musique sans avoir à construire un monde de gimmicks autour pour le rendre plus fascinant. Non que je pointe du doigt les défauts d’une artiste que j’adore, mais autant admettre que les points communs entre Amalie Bruun et SYLVAINE sont aussi nombreux que leurs dissemblances, ce que leur parcours tend à prouver d’année en année. Et c’est donc la troisième fois que je croise le chemin de la belle norvégienne, qui m’avait envouté à l’occasion de son premier long Silent Chamber, Noisy Heart, et persuadé de ses idées à travers son second chapitre Wishful. La voici donc de retour pour franchir l’étape délicate du troisième tome, sans doute le virage le plus difficile à négocier, qui doit transcender et proposer des pistes différentes, ou bien asseoir une réputation viable à jamais. Et en jouant la franchise, disons qu’Atoms Aligned, Coming Undone joue la sécurité à outrance, puisqu’il ne fait que prolonger les travaux déjà entrepris sans chercher à forcer la chance ou le talent. Mais sans sonner comme un succédané malhabile et emballé dans un splendide artwork, il est certain que ce nouvel effort de la princesse du nord semble s’évertuer à faire fonctionner des principes déjà éprouvés, sans forcément tenter des expériences alternatives, tout en conservant un niveau de qualité que bien des artistes pourraient lui envier.

Poésie en dualité noirceur/lumière, Atoms Aligned, Coming Undone fait plus que suivre les traces laissées dans la neige par Wishful. Il emboîte les mêmes pas, au point de conserver la même fiche technique au détail près. Une fois encore distribué par Season of Mist, il a aussi été enregistré aux Drudenhaus Studio, avec la même équipe et Benoît Roux au mix. On retrouve aussi en tant que musiciens additionnels Stephen Shepard et Stéphane "Neige" Paut (ALCEST), ce qui ne fait que confirmer les liens de parenté très étroits entre les deux LP, et sans prétendre se baser sur des éléments concrets pour jauger du potentiel d’un album, la tentation de l’aborder sans penser être surpris était grande. Mais il est certain que ce troisième volet des aventures gelées de SYLVAINE ne surprend pas, puisqu’il égale en termes de variété et d’intensité tout ce que la norvégienne a pu proposer jusqu’à lors, se voyant même parfois obligé d’emprunter des directions déjà explorées par le passé. Et une fois encore, outre le talent individuel de la musicienne, on reconnaît la filiation indirecte et internationale avec ALCEST, puisque les deux projets semblent partager des points de vue sur un Post Black riche et lyrique, sans forcément se refiler les partitions entre deux rendez-vous. La stylistique est donc d’importance, et respectueuse des croyances plurielles de cette instrumentiste/compositrice/interprète, et nous offre un voyage dans les légendes et autres déviances de style, un peu comme une lecture transversale d’un Metal extrême affranchi de toute contrainte et libre d’explorer les symphonies, les itérations, les harmonies, les digressions, sans avoir de compte à rendre.

Le son est toujours là, ample et riche, très concentré sur des guitares qui n’ont pas oublié les enseignements des pionniers BM des années 90, la voix versatile aussi, capable de happer dans ses filets tel une sirène de l’au-delà, puis de dévorer l’âme de ses incantations graves et hurlées, et l’assise instrumentale est toujours aussi solide et fluide, garantissant à cet album l’homogénéité dans l’hétérogénéité dont il a besoin. Et si la trame générique est toujours aussi poreuse et perméable à des influences diverses, le résultat global est d’une cohérence indéniable, et d’un parfum mystique de quête nocturne en forêt norvégienne. On sent que SYLVAINE refuse toujours autant de se laisser enfermer dans un schéma bien établi, préférant louvoyer au gré de ses envies, au point parfois de sonner comme l’unisson divine entre des références mutines, associant des influences contraires comme THE GATHERING et BURZUM au sein d’une même structure (« Abeyance ») pour mieux refuser à l’auditeur le confort d’une linéarité introspective. En choisissant d’expliquer harmoniquement et avec pertinence tous ses partis-pris de composition, la musicienne prouve que le Post-Black et le Blackgaze ne sont pas que des caprices de musiciens en mal de reconnaissance ou d’âme errantes sur le chemin de la rédemption, et ses moments de pause sont toujours d’une beauté formelle un peu floue (on sent la violence sous-jacente en filigrane même dans les moments les plus apaisés), mais parfaitement validés par des mélodies amères et fragiles (« Worlds Collide », presque Chamber-Pop dans le fond, mais terriblement Post dans la forme). Et comme d’habitude, SYLVAINE n’a pas cherché la facilité, puisque les deux premiers morceaux de son troisième album sont aussi les plus longs, ce que prouvent en entame « Atoms Aligned, Coming Undone » et « Mørklagt ». Presque vingt minutes à eux deux, c’est culotté mais le risque s’avère payant, puisqu’ils contiennent suffisamment de plans pour satisfaire la discographie entière d’un groupe aux ambitions moindres, et entre des arrangements vocaux surannés et spectraux et des parties instrumentales inspirées et diversifiées, l’amorce prend, l’étincelle allume la mèche, et l’attention est enflammée.

Bien évidemment, les détracteurs argueront du fait qu’Atoms Aligned, Coming Undone ne propose rien de fondamentalement novateur au regard des deux premiers albums de la belle, et leur avis ne sera pas complètement ignoré. Si la splendeur en contradiction grâce/laideur est toujours aussi présente, les éléments servant à la mettre en exergue ne diffèrent pas vraiment des théories passées, et le résultat, bien que qualitativement au-dessus de tout soupçon déçoit un peu de sa timidité. On aurait peut-être aimé que l’artiste ose un peu plus, quitte à abandonner sa zone de confort pour s’aventurer plus en avant dans un monde ou dans l’autre, un peu à l’image de MYRKUR avec Mareridt qui n’avait pas hésité à ranger ses oripeaux BM au placard des souvenirs. Mais après tout, chacun fait face à ses propres choix du moment qu’il les assume, et un morceau aussi parfait que « Severance », et l’un des plus contrasté du lot permet de faire abstraction de toutes ces petites déceptions ne gâchant en rien le plaisir ressenti. En misant sur une alternance permanente de douceur et de noirceur, SYLVAINE confirme qu’elle est bien reine en son pays, et qu’elle est toujours capable de trouver un équilibre parfait entre velléités nihilistes et fulgurances optimistes, même si le final « L'Appel du Vide » en vertige des sens semble vouloir imposer la paix d’harmonies épurées en arrangements luxuriants. Et si certaines parties de guitare paraissent user de poncifs Blackgaze au point de nous ramener au centre du débat sur la pertinence du genre, et même si une partie au moins de l’ensemble des titres joue sur le velours d’une expérience chèrement acquise, le temps de tourner le dos à la norvégienne n’est pas encore venu, puisqu’elle nous embarque une fois encore dans un univers très personnel. Un univers de feu et de glace, d’hiver sombres et de nuits d’été enchanteresses, et une musique en catharsis d’un esprit qui peine à trouver jour après jour une raison de lutter.   


Titres de l'album :

                          1. Atoms Aligned, Coming Undone

                          2. Mørklagt

                          3. Abeyance 

                          4. Worlds Collide

                          5. Severance

                          6. L'Appel du Vide

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/12/2018 à 17:41
85 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....