Quand on joue du Thrash vintage, il n’y a que deux options. Faire comme ci, ou faire comme ça. Après, tout dépend de votre culture, de vos moyens, de votre bagage technique, ainsi de suite. Mais autant le dire immédiatement, je préfèrerai toujours un groupe qui se plante parce qu’il n’en avait pas la chance, plutôt qu’un groupe qui croit réussir parce qu’il en avait les moyens. C’est assez obscur je l’admets, mais assez révélateur de mon point de vue sur la question. Mais en substance, un combo avec une grosse prod’ et qui s’évertue à pomper les tics les plus symptomatiques de la légende, ça me gave. Et grave. Par contre, un petit groupe avec de petites possibilités studio, un enregistrement limite démo, mais une envie qui déborde, je suis client. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur en termes de qualité, mais pour un peu, et en étant légèrement complice, on s’y croirait presque. Ainsi, en écoutant le nouvel album des russes de TIRAN, je me suis vraiment cru projeté trente ans en arrière, lorsque le découvrais alors les premiers vinyles d’INCUBUS, de HOBBS ANGEL OF DEATH, ou autres FLAMES et membres de la confrérie de seconde division du Thrash mondial. Et c’était vraiment agréable, croyez-moi…En plus, les mecs n’ont même pas fait exprès de sonner comme ça, puisqu’on sent que le naturel a pris le pas sur les motivations, et que de toutes façons, ils n’auraient même pas pu faire mieux ni plus authentique s’ils l’avaient voulu…

En dehors de ça et pour situer un peu le contexte, les TIRAN viennent de Velikie Luki, et jouent ensemble depuis 2005. Ne croyez pas pour autant qu’ils se soient tourné les médiators entre les pouces depuis, puisque leur discographie est relativement touffue, et truffée de pépites en divers formats. Inutile de la reproduire ici, puisqu’elle est consultable sur leur Vk et leur page Facebook, mais notons quand même deux longue durée (Демония en 2008, toujours en russe, Reborn Chaos en 2011, en anglais), qui nous mènent à notre sujet d’étude du jour, leur dernier LP publié online par Global Thrash Attack, petit label russe très actif qui sort des compilations de gangs locaux histoire de propager la bonne parole Thrash de l’est.

Cette parole, quelle est-elle ? Lumineuse et radicale ? Précieuse et fatale ? Plutôt grésillante et létale, puisque ce troisième album de Tiran (guitare/chant), Moshna (guitare), Father (basse) et Kate (batterie) tend vers une qualité de démo à peine soignée, avec ses fréquences médium qui saturent, son chant sous-mixé, et sa rythmique qui fait la part belle à une basse grondante et une caisse claire frappante. Mais la perfection n’a jamais été l’apanage d’un style qui mise tout sur l’agressivité, et sous ce facteur-là, Apocalyptic Tales est une réussite totale, qui parvient à synthétiser l’esprit fou du Thrashcore à tendance Death des INCUBUS, la violence sourde et brutale de PROTECTOR, mais aussi l’esprit déjanté des formations allemandes à la ASSASSIN, tout en gardant ses racines russes sous le coude. Bel effort en tout cas, et résultat enthousiasmant, à défaut d’être carré. Enfin…pas tout le temps.

Les russes connaissent leur histoire et celle de la musique qu’ils apprécient, c’est certain, et font preuve d’une belle énergie, qui privilégie la vitesse à la précision, même si leurs passages Heavy, loin d’être millimétrés, apportent un peu de cohésion à l’ensemble. Mais pour être honnête, ce sont vraiment leurs crises de folie qui nous entraînent jusqu’au bout de la nuit, lorsque la batterie mitraille à tout va, et que Tiran se prend pour Paul Baloff en pleine crise de possession. Il n’est même pas incongru dans ces moments-là de voir quelques intonations BM dans leurs inflexions, certainement guidées par la voix si particulière d’un leader qui donne de son gosier pour souiller encore plus des compositions déjà bien entachées.

Les esthètes s’enfuiront à toutes jambes rejoindre le giron professionnel des WARBRINGER et autres chantres d’une nostalgie de grand studio, mais les vrais amoureux du genre, ceux qui l’aimaient un peu bancal et amateur resteront en bonne compagnie, puisque la demi-heure proposée passe très vite, à peu près autant que les hits d’une caisse claire à l’agonie qui sèche sur place de parcimonie.

Tout ça joue très vite, et sans vraiment réfléchir la plupart du temps, même si quelques constructions plus ambitieuses se taillent une route vers un mid tempo vraiment accrocheur (« Speed As Hell, Drunk As Well », difficile à supporter dans sa stridence, mais qui apporte une véritable jouissance presque Techno-Thrash dans l’urgence). D’ailleurs, les TIRAN ont le mérite d’être honnêtes, et d’abattre leurs cartes sans ouvrir la fenêtre, via une entame diabolique et atomique, qui frise l’overdose de BPM (« Apocalyptic Tales »).

Mais ils savent aussi nuancer et enfoncer, le clou bien sûr, en nous réservant quelques surprises assez gouteuses, comme ce « Enthropy », qui démarre bien Death/Thrash à la PROTECTOR avant de partir en vrille dans un groove hypnotique qui démontre d’indéniables qualités de composition. Dans ces moments plus posés, la production supporte mieux la charge, et laisse un peu d’air aux guitares qui n’ont plus besoin d’implorer pour s’imposer. Le chant doublé, mi rauque et grave, mi sale et exhorté est diablement efficace, tout comme ces soudaines envolées limite Black qui ne font qu’accentuer l’efficacité d’un break aux confins du Jazz-Thrash. Et le tout en à peine plus de trois minutes…

On croit rêver ?

Non, c’est une simple réalité.

Mais les morceaux comme celui-ci sont encerclés par des instants de débauche assumée, qui parfois singent les intitulés de dame KAT (« Metal Messiah », une fois de plus détalant comme un dératé avant de se calmer Heavy possédé), ou privilégient des inspirations multiples et des rythmiques épileptiques (« A Pilot’s Ruin », qui sonne comme une maquette d’un split entre INCUBUS et HEXX). Et finalement, ce qui frappe malgré le radicalisme de parti-pris, c’est cette variété de ton qui rend les russes atypiques, et très sympathiques.

Un album qu’il faut apprivoiser, et qui abime vos oreilles de son mixage un peu hasardeux, mais qui s’impose non sur la durée, mais sur le moment, en jouant comme il faut un Thrash tout sauf nouveau, mais débordant de brulots. Et qui en plus a la gentillesse de se terminer sur deux morceaux live, histoire de jauger le potentiel des hordes sur le sol irlandais.

Mais avec la qualité d’un bootleg mal enregistré, pas sûr qu’on y voit encore pousser des orangers.


Titres de l'album:

  1. Apocalyptic Tales
  2. Agony In Hate
  3. Crawling Pile
  4. Enthropy
  5. Metal Messiah
  6. Amnesia (I Hope So)
  7. Speed As Hell, Drunk As Well
  8. A Pilot's Ruin
  9. Used (Live In Dublin, 6-06-2016)
  10. Crawling Pile (Live In Dublin, 6-06-2016)

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/08/2017 à 14:58
74 %    347

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)