Quand on joue du Thrash vintage, il n’y a que deux options. Faire comme ci, ou faire comme ça. Après, tout dépend de votre culture, de vos moyens, de votre bagage technique, ainsi de suite. Mais autant le dire immédiatement, je préfèrerai toujours un groupe qui se plante parce qu’il n’en avait pas la chance, plutôt qu’un groupe qui croit réussir parce qu’il en avait les moyens. C’est assez obscur je l’admets, mais assez révélateur de mon point de vue sur la question. Mais en substance, un combo avec une grosse prod’ et qui s’évertue à pomper les tics les plus symptomatiques de la légende, ça me gave. Et grave. Par contre, un petit groupe avec de petites possibilités studio, un enregistrement limite démo, mais une envie qui déborde, je suis client. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur en termes de qualité, mais pour un peu, et en étant légèrement complice, on s’y croirait presque. Ainsi, en écoutant le nouvel album des russes de TIRAN, je me suis vraiment cru projeté trente ans en arrière, lorsque le découvrais alors les premiers vinyles d’INCUBUS, de HOBBS ANGEL OF DEATH, ou autres FLAMES et membres de la confrérie de seconde division du Thrash mondial. Et c’était vraiment agréable, croyez-moi…En plus, les mecs n’ont même pas fait exprès de sonner comme ça, puisqu’on sent que le naturel a pris le pas sur les motivations, et que de toutes façons, ils n’auraient même pas pu faire mieux ni plus authentique s’ils l’avaient voulu…

En dehors de ça et pour situer un peu le contexte, les TIRAN viennent de Velikie Luki, et jouent ensemble depuis 2005. Ne croyez pas pour autant qu’ils se soient tourné les médiators entre les pouces depuis, puisque leur discographie est relativement touffue, et truffée de pépites en divers formats. Inutile de la reproduire ici, puisqu’elle est consultable sur leur Vk et leur page Facebook, mais notons quand même deux longue durée (Демония en 2008, toujours en russe, Reborn Chaos en 2011, en anglais), qui nous mènent à notre sujet d’étude du jour, leur dernier LP publié online par Global Thrash Attack, petit label russe très actif qui sort des compilations de gangs locaux histoire de propager la bonne parole Thrash de l’est.

Cette parole, quelle est-elle ? Lumineuse et radicale ? Précieuse et fatale ? Plutôt grésillante et létale, puisque ce troisième album de Tiran (guitare/chant), Moshna (guitare), Father (basse) et Kate (batterie) tend vers une qualité de démo à peine soignée, avec ses fréquences médium qui saturent, son chant sous-mixé, et sa rythmique qui fait la part belle à une basse grondante et une caisse claire frappante. Mais la perfection n’a jamais été l’apanage d’un style qui mise tout sur l’agressivité, et sous ce facteur-là, Apocalyptic Tales est une réussite totale, qui parvient à synthétiser l’esprit fou du Thrashcore à tendance Death des INCUBUS, la violence sourde et brutale de PROTECTOR, mais aussi l’esprit déjanté des formations allemandes à la ASSASSIN, tout en gardant ses racines russes sous le coude. Bel effort en tout cas, et résultat enthousiasmant, à défaut d’être carré. Enfin…pas tout le temps.

Les russes connaissent leur histoire et celle de la musique qu’ils apprécient, c’est certain, et font preuve d’une belle énergie, qui privilégie la vitesse à la précision, même si leurs passages Heavy, loin d’être millimétrés, apportent un peu de cohésion à l’ensemble. Mais pour être honnête, ce sont vraiment leurs crises de folie qui nous entraînent jusqu’au bout de la nuit, lorsque la batterie mitraille à tout va, et que Tiran se prend pour Paul Baloff en pleine crise de possession. Il n’est même pas incongru dans ces moments-là de voir quelques intonations BM dans leurs inflexions, certainement guidées par la voix si particulière d’un leader qui donne de son gosier pour souiller encore plus des compositions déjà bien entachées.

Les esthètes s’enfuiront à toutes jambes rejoindre le giron professionnel des WARBRINGER et autres chantres d’une nostalgie de grand studio, mais les vrais amoureux du genre, ceux qui l’aimaient un peu bancal et amateur resteront en bonne compagnie, puisque la demi-heure proposée passe très vite, à peu près autant que les hits d’une caisse claire à l’agonie qui sèche sur place de parcimonie.

Tout ça joue très vite, et sans vraiment réfléchir la plupart du temps, même si quelques constructions plus ambitieuses se taillent une route vers un mid tempo vraiment accrocheur (« Speed As Hell, Drunk As Well », difficile à supporter dans sa stridence, mais qui apporte une véritable jouissance presque Techno-Thrash dans l’urgence). D’ailleurs, les TIRAN ont le mérite d’être honnêtes, et d’abattre leurs cartes sans ouvrir la fenêtre, via une entame diabolique et atomique, qui frise l’overdose de BPM (« Apocalyptic Tales »).

Mais ils savent aussi nuancer et enfoncer, le clou bien sûr, en nous réservant quelques surprises assez gouteuses, comme ce « Enthropy », qui démarre bien Death/Thrash à la PROTECTOR avant de partir en vrille dans un groove hypnotique qui démontre d’indéniables qualités de composition. Dans ces moments plus posés, la production supporte mieux la charge, et laisse un peu d’air aux guitares qui n’ont plus besoin d’implorer pour s’imposer. Le chant doublé, mi rauque et grave, mi sale et exhorté est diablement efficace, tout comme ces soudaines envolées limite Black qui ne font qu’accentuer l’efficacité d’un break aux confins du Jazz-Thrash. Et le tout en à peine plus de trois minutes…

On croit rêver ?

Non, c’est une simple réalité.

Mais les morceaux comme celui-ci sont encerclés par des instants de débauche assumée, qui parfois singent les intitulés de dame KAT (« Metal Messiah », une fois de plus détalant comme un dératé avant de se calmer Heavy possédé), ou privilégient des inspirations multiples et des rythmiques épileptiques (« A Pilot’s Ruin », qui sonne comme une maquette d’un split entre INCUBUS et HEXX). Et finalement, ce qui frappe malgré le radicalisme de parti-pris, c’est cette variété de ton qui rend les russes atypiques, et très sympathiques.

Un album qu’il faut apprivoiser, et qui abime vos oreilles de son mixage un peu hasardeux, mais qui s’impose non sur la durée, mais sur le moment, en jouant comme il faut un Thrash tout sauf nouveau, mais débordant de brulots. Et qui en plus a la gentillesse de se terminer sur deux morceaux live, histoire de jauger le potentiel des hordes sur le sol irlandais.

Mais avec la qualité d’un bootleg mal enregistré, pas sûr qu’on y voit encore pousser des orangers.


Titres de l'album:

  1. Apocalyptic Tales
  2. Agony In Hate
  3. Crawling Pile
  4. Enthropy
  5. Metal Messiah
  6. Amnesia (I Hope So)
  7. Speed As Hell, Drunk As Well
  8. A Pilot's Ruin
  9. Used (Live In Dublin, 6-06-2016)
  10. Crawling Pile (Live In Dublin, 6-06-2016)

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/08/2017 à 14:58
74 %    292

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?