Quand on joue du Thrash vintage, il n’y a que deux options. Faire comme ci, ou faire comme ça. Après, tout dépend de votre culture, de vos moyens, de votre bagage technique, ainsi de suite. Mais autant le dire immédiatement, je préfèrerai toujours un groupe qui se plante parce qu’il n’en avait pas la chance, plutôt qu’un groupe qui croit réussir parce qu’il en avait les moyens. C’est assez obscur je l’admets, mais assez révélateur de mon point de vue sur la question. Mais en substance, un combo avec une grosse prod’ et qui s’évertue à pomper les tics les plus symptomatiques de la légende, ça me gave. Et grave. Par contre, un petit groupe avec de petites possibilités studio, un enregistrement limite démo, mais une envie qui déborde, je suis client. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur en termes de qualité, mais pour un peu, et en étant légèrement complice, on s’y croirait presque. Ainsi, en écoutant le nouvel album des russes de TIRAN, je me suis vraiment cru projeté trente ans en arrière, lorsque le découvrais alors les premiers vinyles d’INCUBUS, de HOBBS ANGEL OF DEATH, ou autres FLAMES et membres de la confrérie de seconde division du Thrash mondial. Et c’était vraiment agréable, croyez-moi…En plus, les mecs n’ont même pas fait exprès de sonner comme ça, puisqu’on sent que le naturel a pris le pas sur les motivations, et que de toutes façons, ils n’auraient même pas pu faire mieux ni plus authentique s’ils l’avaient voulu…

En dehors de ça et pour situer un peu le contexte, les TIRAN viennent de Velikie Luki, et jouent ensemble depuis 2005. Ne croyez pas pour autant qu’ils se soient tourné les médiators entre les pouces depuis, puisque leur discographie est relativement touffue, et truffée de pépites en divers formats. Inutile de la reproduire ici, puisqu’elle est consultable sur leur Vk et leur page Facebook, mais notons quand même deux longue durée (Демония en 2008, toujours en russe, Reborn Chaos en 2011, en anglais), qui nous mènent à notre sujet d’étude du jour, leur dernier LP publié online par Global Thrash Attack, petit label russe très actif qui sort des compilations de gangs locaux histoire de propager la bonne parole Thrash de l’est.

Cette parole, quelle est-elle ? Lumineuse et radicale ? Précieuse et fatale ? Plutôt grésillante et létale, puisque ce troisième album de Tiran (guitare/chant), Moshna (guitare), Father (basse) et Kate (batterie) tend vers une qualité de démo à peine soignée, avec ses fréquences médium qui saturent, son chant sous-mixé, et sa rythmique qui fait la part belle à une basse grondante et une caisse claire frappante. Mais la perfection n’a jamais été l’apanage d’un style qui mise tout sur l’agressivité, et sous ce facteur-là, Apocalyptic Tales est une réussite totale, qui parvient à synthétiser l’esprit fou du Thrashcore à tendance Death des INCUBUS, la violence sourde et brutale de PROTECTOR, mais aussi l’esprit déjanté des formations allemandes à la ASSASSIN, tout en gardant ses racines russes sous le coude. Bel effort en tout cas, et résultat enthousiasmant, à défaut d’être carré. Enfin…pas tout le temps.

Les russes connaissent leur histoire et celle de la musique qu’ils apprécient, c’est certain, et font preuve d’une belle énergie, qui privilégie la vitesse à la précision, même si leurs passages Heavy, loin d’être millimétrés, apportent un peu de cohésion à l’ensemble. Mais pour être honnête, ce sont vraiment leurs crises de folie qui nous entraînent jusqu’au bout de la nuit, lorsque la batterie mitraille à tout va, et que Tiran se prend pour Paul Baloff en pleine crise de possession. Il n’est même pas incongru dans ces moments-là de voir quelques intonations BM dans leurs inflexions, certainement guidées par la voix si particulière d’un leader qui donne de son gosier pour souiller encore plus des compositions déjà bien entachées.

Les esthètes s’enfuiront à toutes jambes rejoindre le giron professionnel des WARBRINGER et autres chantres d’une nostalgie de grand studio, mais les vrais amoureux du genre, ceux qui l’aimaient un peu bancal et amateur resteront en bonne compagnie, puisque la demi-heure proposée passe très vite, à peu près autant que les hits d’une caisse claire à l’agonie qui sèche sur place de parcimonie.

Tout ça joue très vite, et sans vraiment réfléchir la plupart du temps, même si quelques constructions plus ambitieuses se taillent une route vers un mid tempo vraiment accrocheur (« Speed As Hell, Drunk As Well », difficile à supporter dans sa stridence, mais qui apporte une véritable jouissance presque Techno-Thrash dans l’urgence). D’ailleurs, les TIRAN ont le mérite d’être honnêtes, et d’abattre leurs cartes sans ouvrir la fenêtre, via une entame diabolique et atomique, qui frise l’overdose de BPM (« Apocalyptic Tales »).

Mais ils savent aussi nuancer et enfoncer, le clou bien sûr, en nous réservant quelques surprises assez gouteuses, comme ce « Enthropy », qui démarre bien Death/Thrash à la PROTECTOR avant de partir en vrille dans un groove hypnotique qui démontre d’indéniables qualités de composition. Dans ces moments plus posés, la production supporte mieux la charge, et laisse un peu d’air aux guitares qui n’ont plus besoin d’implorer pour s’imposer. Le chant doublé, mi rauque et grave, mi sale et exhorté est diablement efficace, tout comme ces soudaines envolées limite Black qui ne font qu’accentuer l’efficacité d’un break aux confins du Jazz-Thrash. Et le tout en à peine plus de trois minutes…

On croit rêver ?

Non, c’est une simple réalité.

Mais les morceaux comme celui-ci sont encerclés par des instants de débauche assumée, qui parfois singent les intitulés de dame KAT (« Metal Messiah », une fois de plus détalant comme un dératé avant de se calmer Heavy possédé), ou privilégient des inspirations multiples et des rythmiques épileptiques (« A Pilot’s Ruin », qui sonne comme une maquette d’un split entre INCUBUS et HEXX). Et finalement, ce qui frappe malgré le radicalisme de parti-pris, c’est cette variété de ton qui rend les russes atypiques, et très sympathiques.

Un album qu’il faut apprivoiser, et qui abime vos oreilles de son mixage un peu hasardeux, mais qui s’impose non sur la durée, mais sur le moment, en jouant comme il faut un Thrash tout sauf nouveau, mais débordant de brulots. Et qui en plus a la gentillesse de se terminer sur deux morceaux live, histoire de jauger le potentiel des hordes sur le sol irlandais.

Mais avec la qualité d’un bootleg mal enregistré, pas sûr qu’on y voit encore pousser des orangers.


Titres de l'album:

  1. Apocalyptic Tales
  2. Agony In Hate
  3. Crawling Pile
  4. Enthropy
  5. Metal Messiah
  6. Amnesia (I Hope So)
  7. Speed As Hell, Drunk As Well
  8. A Pilot's Ruin
  9. Used (Live In Dublin, 6-06-2016)
  10. Crawling Pile (Live In Dublin, 6-06-2016)

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/08/2017 à 14:58
74 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.