The Final Kill

Collision

17/04/2020

Hammerheart Records

Mazette cette pochette, mazette. Palsambleu, diantre, fichtre ! Comment coulez-vous qu’un chroniqueur résiste à un graphisme et des couleurs pareilles, lui dont le quotidien est si morne depuis le début d’un déconfinement qui n’a rien changé à sa pauvre vie. Oui, parfois, les raisons de s’atteler à la tâche sont plutôt subjectives et futiles, mais ce vilain-pas-beau en couverture tenant fermement un crâne pas plus frais que lui sur fond de tons rosés et violacés m’a suffi à prendre mon clavier pour vous narrer les dernières aventures des tarés Grind hollandais de COLLISION. Bon, je l’admets, la pochette n’a pas été la seule raison à ma soudaine envie, puisque je connais les zigues depuis un bon moment. Et si d’aventure, le mot « dernières » ne vous avait pas choqué dans la phrase précédente, sachez qu’il a été employé à dessein. En effet, The Final Kill porte bien son nom de faire-part de décès, puisque le groupe a décidé de jeter l’éponge, comme l’indique l’épitaphe leur servant de photo de couverture sur Facebook. 2000-2020, vingt ans de carrière pour l’un des groupes les plus extrêmes des Pays-Bas, et une dernière poussée de fièvre que les musiciens ont voulu concentrée, mais active. Quelle drôle d’idée de mettre un point final à sa carrière par le biais d’un EP économique, alors même que leur dernier longue-durée, Satanic Surgery accuse déjà quatre ans d’existence. Nous aurions préféré un départ en grandes pompes, avec un full-lenght fier et teigneux, mais estimons-nous déjà heureux que les pingouins nous disent au-revoir. C’est donc avec de la tristesse dans mon petit cœur que je rédige cette nécronique d’actualité, vous entretenant des sept petits morceaux constituant cette ultime symphonie à la débauche sonique.

Le format musical des COLLISION a toujours été complexe, et à la croisée des chemins. Pas mal de Grind, beaucoup même, une grosse pincée de Thrash, un poil de Hardcore, pour une démence musicale évoquant les NAPALM, NAUSEA, WEHRMACHT, THE KILL, et pas mal d’autres frappés ne concevant la violence que sous son jour le plus paillard et débauché. Et encore une fois, la dernière, les originaires de Horst/Lottum nous bourrent le crâne de blasts, de riffs velus et trapus, d’accélérations énormes en mode 5G, et de hurlements en binôme. Produit à merveille, propre, carré et taré, ce dernier témoignage de la démence instrumentale vaut largement le coup d’œil et d’oreille. Il reprend les anciennes méthodes en y ajoutant une bonne dose d’euphorie, mais aussi de lucidité, par l’entremise d’une guitare qui a décidé de jeter ses dernières forces dans la bataille. Ce format court dispose donc des riffs les plus démoniaques de Luc van Rens (qui évolue aussi au sein des miraculeux GRIDLOCK), qui s’est méchamment lâché pour laisser une impression globale de trop-plein qui nous laisse sur le flanc. De son côté, le duo de grogneurs Wouter Wagemans/Björn Lemmen en rajoute encore plus dans le créneau « c’est moi qui braillera le plus fort », tandis que Job van de Graaf multiplie les figures de styles, les fills affolés, les blasts déchaînés, s’incarnant comme la boite à rythmes humaine la plus fiable du marché. Face à cette débauche d’énergie sans freins, on regrette la brièveté de l’affaire, et on déplore le manque de générosité d’un groupe qui aurait pu nous saluer un peu plus longuement.  

Sept morceaux, dont une bonne moitié dépassant les deux minutes, c’est chiche, mais au moment de se les enfiler, on comprend vite que leur aspect roboratif compense le manque d’entrées. Avec des attaques soniques de la trempe de « Shell Shock Suicide », le groupe joue sur du velours de barbelé, s’entiche du Thrash pour mieux nous décapiter Grind, et lâche la vapeur près du quai de gare pour bien enfumer la tronche des nostalgiques. « Sweet Vermin » en intro situe immédiatement les débats sur le terrain de l’hystérie, avec cette ambiance cartoon/Grind sérieuse, mais ludique. Véritable festival de folie musicale, The Final Kill est un ultime baroud d’horreur, avec la machette à la main, le sang gorgé de substances hallucinogènes pour transformer le massacre en trip intégral. S’il est peut-être un peu réducteur d’affirmer que cet EP fait partie des meilleures réalisations du combo, il se place néanmoins dans le haut du panier de leur démence générale, et offre une sortie la tête haute aux hollandais qui n’ont jamais toléré la demi-mesure. « Frozen In Terror » prouve d’ailleurs au passage toute l’importance du groupe sur la scène Grind du vingt-et-unième siècle, tandis que « Savage Executioner » en épilogue referme les portes avec enthousiasme, et avec une alternance flash de plans Thrash et d’embardées Grind totalement incontrôlables. Dommage que la joie d’assister à une telle fête soit un peu gâchée par cette mauvaise nouvelle, mais en guise de conclusion, je ne saurais que trop vous remercier les mecs pour ces deux décennies de folie, en espérant que l’avenir vous réserve le meilleur des sorts. Vous le méritez amplement bande d’enfoirés !      

        

Titres de l’album :

                     01. Sweet Vermin

                     02. Intense Infestation

                     03. Shattered Glass and Severed Heads

                     04. Engine of Extermination

                     05. Shell Shock Suicide

                     06. Frozen In Terror

                     07. Savage Executioner

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/12/2020 à 17:21
82 %    150

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17