Celebration Decay

Vicious Rumors

21/08/2020

Steamhammer Spv

Je vais être honnête avec toi lecteur, le dernier album de VICIOUS RUMORS que j’ai vraiment écouté était l’éponyme sorti en 1990 avant que le Hard Rock ne soit plongé dans un marasme l’obligeant à se remettre en question. Est-ce pour autant que je ne suis pas apte à juger de la qualité de ce nouveau-né ? Possible, mais je m’y attaque quand même, avec en tête le souvenir paradoxalement très frais d’un groupe qui m’intriguait à l’époque de sa capacité à se remettre en question tout en brouillant les frontières de genre. Car après tout, qui est vraiment VICIOUS RUMORS ? Au départ, un groupe de démonstrateurs techniques à la solde du Dieu solfège, qui en 1985 avaient sorti l’un des disques les plus bouillants des années 80, un peu comme si JUDAS PRIEST s’était payé les services de luxe de deux Yngwie Malmsteen pour le prix d’un. Avec un certain Vinnie Moore dans son casting, le combo de Santa Rosa hébergé dans l’écurie de pur-sang Shrapnel Records avait largement de quoi se faire remarquer, mais c’était sans conteste Digital Dictator sur Roadrunner qui leur avait vraiment permis de repousser les meubles et le plafond pour faire étalage de ses capacités incroyables à composer de véritables chansons à cheval entre Heavy féroce, Power véloce et Speed rosse. Mais comme on ne peut pas suivre cinquante groupes avec une fidélité absolue, il m’avait fallu faire des choix à l’orée des années 90, et alors passionné par le Thrash (comme toujours), le Grind, le Death et la Fusion, j’avais rangé cette assemblée de prodiges dans mes souvenirs de jeunesse un peu bordéliques. 2020 marque donc mes retrouvailles avec le groupe, toujours solidement mené par Geoff Thorpe (guitare/chant) et Larry Howe (batterie).

L’histoire de Celebration Decay n’est pas banale, et sa date de sortie repoussée coïncide avec une tournée triomphale fêtant les trente ans de la sortie du classique Digital Dictator. Prévue à la base pour durer une vingtaine de date, cette tournée s’est finalement étalée sur plus de cent concerts, ce qui n’a fait que modifier le calendrier de sortie, mais aussi cimenter les relations entre les musiciens sur la route. C’est donc un groupe très soudé qui nous en revient avec ce treizième LP, rond aux entournures, et solide comme un roc sur une montagne Metal. Aux côtés des deux leaders historiques, on retrouve donc la paire qui les a accompagnés dans leur célébration couronnée de succès, avec Gunnar DüGrey à la guitare (depuis 2017) et Nick Courtney au chant, mais aussi un invité de luxe, le bassiste Greg Christian (TESTAMENT, TRAUMA), qui contribue de ses lignes graves à la cohésion d’une rythmique toujours aussi pulsée et puissante. Et si par le passé, j’ai loupé le coche d’une petite dizaine d’albums (honte à moi), c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la bande en grande forme, toujours aussi agressive et puissante, lyrique et emphatique, et apte à signer des hymnes à la gloire d’un Metal tel qu’il était déjà joué il y a plus de trente ans, alors que le groupe accuse aujourd’hui quarante années d’existence avec sa formation en 1979. Outre Greg Christian, on retrouve un autre invité sur Celebration Decay en la personne de Cody Green, venu prêter deux soli aux morceaux « Long Way Home » et « Any Last Words ». Un retour en fanfare donc, quatre ans après Concussion Protocol qui avait visiblement satisfait les fans, et pour être honnête, malgré mon manque de fidélité, j’ai eu la sensation en écoutant ce treizième LP de retrouver le VICIOUS RUMORS de la fin des eighties, avec un bonheur et un plaisir non feints.

Produit et mixé entre novembre 2019 et février 2020 par Geoff Thorpe et Juan Urteaga aux Trident Studios de Pacheco, Californie, Celebration Decay a de la gueule, et offre justement le visage d’un quatuor uni, et prêt à repartir encore pour quarante ans sur les routes. J’exagère sans doute un peu, mais il est toutefois difficile de reconnaître un groupe né à l’orée des années 80 en écoutant ces onze morceaux aussi solides que l’acier, versatiles mais cohérents, et témoignages d’une vitalité incroyable, qui résulte sans aucun doute de cette longue période passée sur la route à célébrer les trente ans de ce que beaucoup considèrent comme le plus grand achèvement discographique du groupe américain. Sans déjà savoir si ce nouvel effort pourra rivaliser dans le temps avec le chef d’œuvre de 1988, on constate qu’il en a les moyens musicaux, et qu’il tient la dragée haute à d’autres LPs de groupes confirmés de la grande époque. D’autres références avec les glorieuses eighties peuvent d’ailleurs être repérées au second degré, et il est amusant de constater que la présence de Greg Christian permet au groupe de signer un morceau plus TESTAMENT que nature, avec ce très catchy et nerveux « Any Last Words », qui n’est pas non plus sans évoquer METAL CHURCH. Le petit nouveau Gunnar DüGrey, enrôlé alors qu’il n’avait que dix-huit ans se montre aujourd’hui à vingt-et-un printemps aussi à l’aise que Vinnie Moore sur le classique Soldiers of the Night, et si son jeu n’a pas les intonations baroques et speed de son illustre prédécesseur, il n’en garde pas moins un phrasé diaboliquement précis et une inspiration héroïque. De son côté, Nick Courtney prouve qu’il a les épaules des grands frontmen, et domine de son organe surpuissant et aigu les compositions, qui retrouvent la flamboyance des grands moments de bravoure du triptyque de la seconde moitié des 80’s.

Sans jamais perdre de vue la puissance d’un Metal toujours aussi puriste, le groupe se permet des inserts plus lourds, mais plus mélodiques, à l’instar de l’écrasant « Asylum Of Blood », alors que l’entame à la nitro de « Celebration Decay » rappelle pourquoi les critiques s’amusaient beaucoup à classer les américains sur l’étagère du Speed Metal. Toujours aussi agressif et en verve, VICIOUS RUMORS ne renie rien de ses racines, et semble même retrouver l’allant de sa jeunesse, malgré quelques pauses plus convenues, à chaque fois sauvées par des arrangements intelligents et des ambiances à la SANCTUARY/QUEENSRYCHE (« Long Way Home »). La dernière partie de l’album, plus embourbée dans le classicisme d’un Metal inamovible se montre moins fascinante, et laisse quelques facilités planer, mais heureusement, le quatuor retrouve son jus sur le survolté « Collision Course Disaster », qu’ANNIHILATOR aurait pu composer sur ses derniers efforts. Et sans être une véritable révolution, Celebration Decay n’en reste pas moins une fête organisée en l’honneur du Heavy Metal le plus flamboyant et franc, toujours hétéroclite dans sa recherche d’exhaustivité, et toujours coincé entre Power, Hard Rock et Metal traditionnel. Un beau retour qui vient couronner une tournée auréolée de succès, mais il serait assez étonnant que Celebration Decay bénéficie lui aussi d’une cérémonie en grandes pompes dans trente ans. Logique.                              

                                                                                

Titres de l’album:

01. Celebration Decay

02. Pulse Of The Dead

03. Arrival Of Desolation

04. Any Last Words

05. Asylum Of Blood

06. Darkness Divine

07. Long Way Home

08. Cold Blooded

09. Death Eternal

10. Collision Course Disaster

11. Masquerade Of Good Intentions


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/09/2020 à 18:12
80 %    239

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Reg

Je suis complètement passé à côté, mais il n'est jamais trop tard ! Très bon titre en tout cas ;)

30/10/2020, 09:34

Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21