The Inhabitable Dark

Obscene

12/06/2020

Blood Harvest

Depuis plus de trente ans, il serait légitime de se dire : le Death Metal, j’en ai marre. Après tout, le genre a pratiquement tout dit sur ses dix premières années, passant du cri primal de Scream Bloody Gore aux agitations techniques d’Individual Thought Patterns. Nous avons eu les GORGUTS, SUFFOCATION, le Gore, le Death/Grind, le Death avant-gardiste, le Blackened Death, CANNIBAL CORPSE, MORTICIAN, alors, à quoi bon continuer au risque de se répéter ? La réponse est évidente : marcher dans le purin la tête remplie d’idées noires, une nuit de novembre alors que tous vos amis sont en famille, c’est à peu près aussi jouissif que de déambuler dans les allées d’un cimetière en essayant d’imaginer la vie passée des trépassés. Regardez pour la énième fois Hellraiser ou Re-animator avec en bande son OBITUARY ou CARCASS, c’est aussi jubilatoire que de se repaître des cris de votre petite sœur qui pose ses oreilles par inadvertance sur le premier MORBID ANGEL en découvrant votre collection de revues porno. Parce que tout ça c’est viscéral, c’est primal, c’est instinctif, ça répond à des besoins élémentaires d’une vie tordue qui n’a que peu d’exutoires à notre époque. Alors, en partant de ce postulat, célébrons la sortie du premier album d’OBSCENE, qui n’en est pas que de nom. OBSCENE vient d’Indianapolis, a déjà sorti un EP en 2017, Sermon to the Snake, et se vautre dans la fange Death de plein pied, la langue pendante et les instincts barbares. D’ailleurs, quel meilleur aveu d’allégeance que « Without Honor and Humanity » qui sans aucun luxe d’intro rentre dans le lard comme les dents d’un affamé ? A l’image de sa pochette, ce quatuor avec foi mais sans loi vénère le Death tel qu’on le pratique depuis les origines, sauvage, barbare, sans retenue, avec un passage en revue de toutes les possibilités brutales.

Signé par les connaisseurs suédois de Blood Harvest, ce combo de quatre musiciens acharnés (Roy Hayes - basse, Brandon Howe - batterie, Mike Morgan - guitare et Kyle Shaw - chant), déjà rompus à l’exercice de la pratique de groupe (BLACK GOAT OF THE WOODS, TUNGUSKA, KVLTHAMMER, BODDICKER, CHINASKI, SUMMON THE DESTROYER, ACHERON, LYSURA, VENALITY, VULTURCH, PRIMORDIUM, VIRES, CHRIST BEHEADED, BLOOD CHASM, BODDICKER) n’hésitent pas à citer leurs influences (EDGE OF SANITY, ASPHYX, BOLT THROWER, GRAVE, DISMEMBER, IMMOLATION, AUTOPSY, MORBID ANGEL, DEMIGOD, DEATH, CIANIDE, MORGOTH, NECROPHAGIA, BENEDICTION, MASTER, POSSESSED) pour baliser leur champ d’inspiration. Et pour une fois, les noms cités ne le sont pas par hasard ou par simple respect, puisque The Inhabitable Dark résume assez bien leurs qualités intrinsèques. Entendons-nous bien sur le côté formel de l’opération, qui ne s’écarte jamais vraiment des sentiers battus. On retrouve ces riffs tronçonnés typiques de l’école américaine, cette lourdeur oppressante plus anglaise, cette atmosphère déliquescente caractéristique de la Floride légendaire, et cette rythmique polyvalente qui posait les jalons brutaux sur le parcours de DEATH, MORBID ANGEL et SUFFOCATION. Mais l’album dégage une telle énergie nauséabonde qu’on se prend facilement au jeu, tentant d’anticiper les plans pour reconstituer un puzzle historique.  

          

Il faut dire que le groupe ne lésine pas. Même si l’album n’accuse qu’une petite demi-heure et que les morceaux dépassent rarement les quatre minutes, les idées s’accumulent, les plans s’entrechoquent, et le ballet de violence est suffisamment outrancier pour ne pas lasser une seconde. Et ce qui contribue à faire de ce premier album une œuvre tout à fait recommandable est le chant très particulier de Kyle Shaw, qui semble exilé de sa Norvège natale et toujours persuadé de faire partie d’un combo purement Black Metal. Ses cris aigus donnent un change intéressant aux grognements sourds habituels, et confèrent à la musique une aura diabolique et maléfique assez rare dans le créneau. Lorsque le tempo accélère, l’impression est saisissante, mais lorsque le Heavy se voit pilonné par tous les marteaux et enclumes, sa voix transcende encore plus l’horreur ambiante, comme en témoigne l’écrasant « All Innocence Burns Here ». Morceaux simples et courts, immédiateté de l’efficacité, mais pas de manque d’ambition pour autant. Le title-track posé en épilogue justifie à lui seul de ses six minutes l’intérêt de l’affaire, et rappelle le malaise ressenti à l’écoute du premier OBITUARY, lorsque la Floride s’émerveillait de sa propre décadence urbaine. D’un autre côté, « They Delight in Extinction », lapidaire en diable, nous entraîne sur les traces des premières embardées, avec un petit côté BOLT THROWER boosté d’une énergie suédoise pas désagréable du tout. Montrant qu’ils ont assimilé tous les aspects du Death traditionnel, les OBSCENE font preuve de grossièreté, mais une grossièreté plus fine qu’il n’y paraît. Avec un niveau technique tout à fait respectable, des prestations individuelles raisonnables et une osmose générale sincère, quelques trouvailles personnelles (le riff malin de « Black Hole of Calcutta »), The Inhabitable Dark est un voyage aux confins des ténèbres de toutes époques confondueset une visite guidée des douves d’un château-fort gardé depuis des décennies avec une jalousie féroce.

Alors, non, tant que des albums de cette trempe sortiront, personne n’en aura marre du Death Metal. Bien au contraire, car nul style n’a encore mieux réussi à retranscrire l’odeur de la mort de notre vivant.

                                      

Titres de l’album :

                        01. Without Honor and Humanity

                        02. Bless the Giver of Oblivion

                        03. All Innocence Burns Here

                        04. They Delight in Extinction

                        05. Black Hole of Calcutta

                        06. Isolated Dumping Grounds

                        07. This Is He Who Kills

                        08. The Inhabitable Dark

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/01/2021 à 17:17
80 %    131

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12