THE LOSTS ont réussi à trouver le chemin des colonnes de Metalnews...

Rencontre avec GGV (basse) et YGC (chant)

THE LOSTS avec un S, vraiment ?

YGC: alors c'est pas une faute, on nous a déjà posé la question ou fait la remarque... Un adjectif en anglais, tu mets pas de S au pluriel mais là c'est utilisé comme un nom donc on met un S à la fin.


THE LOSTS existe depuis 2009 mais ne sort que mainetant son premier album, pourquoi tout ce temps ?

YGC: 2009 n'est pas vraiment une date officielle, je ne sais plus quand on a vraiment commencé mais il a fallu qu'on prenne un gros temps pour se construire un set et en fait on a vraiment débuté le groupe en 2010. Trois ans pour sortir un premier EP, le temps de faire un petit peu de scène, le temps de roder quelques morceaux et puis on a enchaîné pas mal de concerts après 2013 ce qui nous a amené à l'album en 2016.


Le line-up n'a pas changé de puis vos débuts, comment faites-vous ?

YGC: Je pense que ça fait partie des valeurs principales de notre groupe... Je ne me vois pas jouer avec d'autres personnes. J'espère que c'est pareil pour toi ?

GGV: Au début je me disais moi, je me vois pas jouer avec lui, et puis on s'y fait (rires)

YGC: Avec GGV, ça fait 15 ans qu'on joue ensemble dans toutes nos formations sauf une mais là c'est parce que j'étais plus sur le secteur. JCR, c'est pareil, il est arrive très très vite dans nos groupes et puis DGC ben ça fait 34 ans que je le connais, j'ai grandi avec lui, c'est mon frangin. Si l'un de nous partait ben chacun de nous irait faire autre chose, ça serait plus THE LOSTS. D'ailleurs au dernier concert GGV ne pouvait pas être présent, on a fait appel a un très bon ami qui a très bien fait le job mais c'était quand même bizarre, c'était pas pareil.

GGV: oui, ça fait bizarre de vois des vidéos de vous sans moi. The LOSTS, c'est nous, c'est tout, c'est comme ça, c'est la vie.


Vous avez une devise concernant le groupe qui dit "Pas de dieu, pas de diable pour nous guider, sous la croix sans tête nous sommes les égarès", THE LOSTS est donc un concept ?

YGC: THE LOSTS est un concept... Rien que le nom déjà: THE LOSTS, c'est les égarés et l'idée c'était de lier chacun de nos textes ensemble pour raconter une histoire, l'histoire des égarés qui en fin de compte est une satire de la société. D'une manière imagée on va pouvoir aborder l'ensemble des maux que contractent nos semblables. l'idée c'est que ces êtres qui naissent un petit peu de nulle part, dans l'abandon le plus total donc sans dieu, sans diable pour les guider mais qui développent cette soif d'humanité et qui du coup se rapprochent des civilisations humaines pour nourrir ce besoin et dans leur plus grande naïveté en se rapprochant des êtres humains, ils en développent la nature la plus profonde qui est la nature la plus noire, enfin c'est comme ça que nous on la décrypte. Sur l'EP on développait la Genèse, tout le début de l'histoire, sur l'album chaque chanson peut-être prise à part et on développe les grands thèmes, ces maux qu'on va décrire d'une chanson à l'autre.


Avec qui avez-vous travaillé pour sortir cet album ?

GGV: Pour le visuel, on atravaillé avec un artiste qui s'appelle Stan Decker qui a déjà fait ses preuves ave de grands groupes tels que MASTERPLAN, TARJA, BLACKMORE'S NIGHT, ADX... Et pour ce qui est prod' on a d'abord travaillé la batterie avec le batteur de ADRASTE (NDLR: groupe de black metal franco-belge auteur d"une démo en 2012) qui a son petit studio à lui en Belgique et toutes les pistes de batterie ont été faites avec lui. Ensuite on s'est occupéé nous mêmes de toutes les pistes de guitare et de chant et on a envoyé à Clément Decrock au Boss Hog Studio qui nous a mixé tout ça et qui a fait un super boulot aussi.

YGC: En fin de compte, en dehors des prises de batterie qui ont été faites en studio, tout le reste on l'a enregistré nous-même. C'est une autoprod' d'autant plus que l'on est pas signé sur un label... a 80-90%, c'est de la production maison.


Quelles sont vos influences musicales ?

GGV: On a chacun pour notre part des influences complètement diverses. JCR à la batteri sera beaucoup plus sur le black, moi à la basse je suis plus orienté power metal, notre guitariste est très branché guitar hero et métal mélodique et YGC au chant sera beaucoup plus sur tout ce qui est old-school

YGC: Old-school et underground... J'écoute des trucs variès mais ce que j'aime par dessus tout c'est quand il y a un son old-school. Les trucs trop modernes, j'ai du mal a accrocher.


Le côté old-school se ressent aussi dans la prod'

GGV: on a essayé oui, on voulait pas un truc trop propre, trop produit...

YGC: on voulait un truc qui sonne live et organique. C'était la demande qu'on avait faite à Clément... Quelque chose qui garde sa fluidité... Quand il nous a demandé au départ des albums de référence pour savoir comment on voulait faire sonner cet album, on avait filé du DIO, on avait filé des vieux MEGADETH...


Pour se procurer votre album, que faut-il faire ?

GGV: il faut venir nous voir en concert, sinon on peut nous contacter via notre page Facebook...

YGC: Ou sur toutes les plateformes dematerialisées pour les djeun's qui aiment les trucs pas physiques... ou encore sur notre Bandcamp.


Un dernier mot concernant le titre "My Devil's Rising (Support The Underground Version)" qui clôt l'album...

YGC: L'underground c'est très important pour nous, le fait de jouer avec des groupes locaux de faire vivre la scène locale. On a rencontré beaucoup de groupoes avec qui on est devenu potes. On avait envie que sur notre album il y est cette touche locale donc a invité des chanteurs de la région, le chanteur de HAIRCUTS THAT KILL, celui de SYTHERA et Jean-Marc de DOOMFORGE. On leur a donné un titre et l'idée c'était qu'ils l'interprètent eux-mêmes à leur sauce.

Interview réalisée en octobre dans le cadre de l'émssion de radio NECROPHAGUS.

par Sheb le 07/11/2016 à 18:30
   393

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...