The Ruthless Divine

Niviane

30/10/2020

Pure Steel Records

Demain, nous serons confinés de nouveau, reproduisant le schéma instauré en mars dernier et nous obligeant à rester chez nous, bien calfeutrés. La faute à quelques inconscients qui ont cru pouvoir défier la maladie, la faute à un gouvernement qui autorise des centaines de personnes sur les quais du métro et dans les centres commerciaux. Alors, pour affronter cette nouvelle période d’isolation en plein automne capricieux et pluvieux, autant prendre un maximum de forces pour se la jouer guerrier qui n’a aucunement peur de rester seul dans son antre. Et quoi de plus efficace qu’une solide dose de Power Metal dans les oreilles pour emmagasiner assez de testostérone pour supporter ce cirque sans broncher ? Utilisant avec finesse la date d’Halloween pour publier son second méfait, le concept ricain NIVIANE nous propose donc une bonne heure de bande-originale d’abdos-fessiers et de soulèvement de fonte pour nous préparer à endurer ce nouveau mois isolé. Formé il y a six ans du côté de Sacramento en Californie, NIVIANE est en quelque sorte un archétype du Power Metal US qui n’a pas oublié de pencher une oreille ou deux du côté de l’Europe. Nous avions eu un large aperçu de ses capacités héroïques via son premier long paru il y a trois ans, The Druid King, mais il fallait à la bande enfoncer le clou pour devenir l’une des références du genre, chose faite avec ce solide et inoxydable The Ruthless Divine. Production profonde et virile, rythmique en avant, guitares en pleine crise d’agressivité, chant lyrique, tout est en place pour se livrer à quelques exercices physiques, et autant dire que les californiens n’ont pas hésité au moment d’enrichir leur méthode d’astuces dramatiques et de gimmicks lyriques.

Ambiance de combat, narration épique, The Ruthless Divine incarne tout ce que le Power Metal à tendance symphonique à de grandiose à proposer. Le sextet (Norman Skinner – chant, Gary Tarplee – guitare, Rick Stallkamp – basse, Mark Miner – guitare, Aaron Robitch – claviers, et Noe Luna – batterie) a donc bandé ses muscles, développé les aspects les plus reluisants et violents de sa musique, mais aussi agencé son second combat pour qu’il ne mette pas KO debout en quelques minutes. Produit par Zach Ohren (MACHINE HEAD, ALL SHALL PERISH) et flanqué d’un magnifique artwork réalisé par Dusan Markovic, The Ruthless Divine est une acmé de virilité en musique, qui sait aussi faire preuve d’une certaine sensibilité lorsque l’atmosphère le réclame. Le groupe n’a pas perdu son efficacité en route durant ses trois années de silence, et nous ressert encore bouillants ces duels de guitare rappelant le meilleur de MAIDEN, accommodé à la sauce MANOWAR, ICED EARTH et FREEDOM CALL. Plus puissant et écrasant que la plupart de ses collègues, le collectif américain se permet donc toutes les audaces en détournant les poncifs les plus éculés du Heavy à tendance symphonique, accentuant ses mélodies, renforçant ses tempi médium pour nous asséner de réguliers coups d’épée qui ne finissent pas dans l’eau. On note un panache certain au moment de composer de véritables hymnes à la foi Heavy, avec des titres qui malgré leur accumulation de plans restent dans la tête, à l’image de cet époustouflant « Fires In The Sky » qui embrase le ciel de notre passion avec ses chœurs judicieusement placés.

On note aussi que la voix extraordinaire de Norman Skinner n’a rien perdu de sa puissance dans les aigus, et de son assise dans les graves, lui qui a pu forger son expérience au sein de combos comme HELLSCREAM, IMAGIKA, SKINNER, MACHINE CALLED MAN, DIRE PERIL, TRAMONTANE, ou UTOPIAN TRAP.

Evidemment, rien de neuf sous le soleil de l’apocalypse, et les spécialistes s’amuseront à recenser les idées empruntées aux plus grands cadors du Heavy Metal des années 80 et 90, mais il y a quelque chose de magique chez NIVIANE qui permet d’oublier qu’ils n’ont absolument rien inventé de neuf. Avec des titres qui atteignent ou dépassent volontiers les cinq minutes, pas le droit à l’erreur, mais en modulant la vitesse, en allégeant les guitares ou au contraire en les alourdissant, le groupe trouve un bon équilibre entre généralisme et individualité, tombant certes dans les classiques dès son intro gigantesque (« League Of Shadows »), mais trouvant toujours la bonne recette pour accommoder ses restes et fédérer un public avide de titres homériques à l’empreinte solide (« Niviane » l’hymne fatal bien placé pour relancer la machine). Beaucoup de pertinence donc, une lucidité qui oblige à dévier un peu des sentiers battus sans trahir la philosophie d’origine, et une capacité indéniable à pondre des titres évolutifs et fascinants, à l’image du long et ambiancé « Sinking Ships » qui visiblement n’a pas oublié la suprématie de MAIDEN dans les années 80. Intro grégorienne, effets sonores discrets mais utiles, ambiance sombre et délicatement chevaleresque, pour un moment d’anthologie qui démontre s’il le fallait tout le savoir-faire d’un groupe qui a tout compris à son créneau pourtant difficile.

Inutile de nier d’un autre côté que question créativité, nous faisons du surplace, et que l’influence allemande se fait ressentir à intervalles réguliers. Mais malgré quelques facilités, des travers plutôt excusables, et une propension à en faire un peu trop parfois, The Ruthless Divine reste assez digeste, même si un peu maladroit lorsque la sensibilité cherche à se faire une place (« Forgotten Centurion », convenu et assez dispensable). Mais les fans du genre seront aux anges, ou plutôt au Walhalla, d’autant que ce second LP se termine par une tranche de violence bien sentie, avec « Like Lions », aux crocs méchamment acérés. Une bonne façon de faire le plein d’énergie avant de refermer nos portes pour la seconde fois de l’année, et surtout, la preuve que les NIVIANE sont prêts à occuper une place digne de leur rang dans ceux du Power Metal emphatique et dramatique. 

 

                                              

Titres de l’album:

01. League Of Shadows

02. Crown Of Thorns

03. Dreams Crash Down

04. The Ruthless Divine

05. Fires In The Sky

06. Fallen From Elysium

07. Forgotten Centurion

08. Niviane

09. Psychomanteum

10. Sinking Ships

11. Like Lions


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2020 à 15:28
80 %    389

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16