The Ruthless Divine

Niviane

30/10/2020

Pure Steel Records

Demain, nous serons confinés de nouveau, reproduisant le schéma instauré en mars dernier et nous obligeant à rester chez nous, bien calfeutrés. La faute à quelques inconscients qui ont cru pouvoir défier la maladie, la faute à un gouvernement qui autorise des centaines de personnes sur les quais du métro et dans les centres commerciaux. Alors, pour affronter cette nouvelle période d’isolation en plein automne capricieux et pluvieux, autant prendre un maximum de forces pour se la jouer guerrier qui n’a aucunement peur de rester seul dans son antre. Et quoi de plus efficace qu’une solide dose de Power Metal dans les oreilles pour emmagasiner assez de testostérone pour supporter ce cirque sans broncher ? Utilisant avec finesse la date d’Halloween pour publier son second méfait, le concept ricain NIVIANE nous propose donc une bonne heure de bande-originale d’abdos-fessiers et de soulèvement de fonte pour nous préparer à endurer ce nouveau mois isolé. Formé il y a six ans du côté de Sacramento en Californie, NIVIANE est en quelque sorte un archétype du Power Metal US qui n’a pas oublié de pencher une oreille ou deux du côté de l’Europe. Nous avions eu un large aperçu de ses capacités héroïques via son premier long paru il y a trois ans, The Druid King, mais il fallait à la bande enfoncer le clou pour devenir l’une des références du genre, chose faite avec ce solide et inoxydable The Ruthless Divine. Production profonde et virile, rythmique en avant, guitares en pleine crise d’agressivité, chant lyrique, tout est en place pour se livrer à quelques exercices physiques, et autant dire que les californiens n’ont pas hésité au moment d’enrichir leur méthode d’astuces dramatiques et de gimmicks lyriques.

Ambiance de combat, narration épique, The Ruthless Divine incarne tout ce que le Power Metal à tendance symphonique à de grandiose à proposer. Le sextet (Norman Skinner – chant, Gary Tarplee – guitare, Rick Stallkamp – basse, Mark Miner – guitare, Aaron Robitch – claviers, et Noe Luna – batterie) a donc bandé ses muscles, développé les aspects les plus reluisants et violents de sa musique, mais aussi agencé son second combat pour qu’il ne mette pas KO debout en quelques minutes. Produit par Zach Ohren (MACHINE HEAD, ALL SHALL PERISH) et flanqué d’un magnifique artwork réalisé par Dusan Markovic, The Ruthless Divine est une acmé de virilité en musique, qui sait aussi faire preuve d’une certaine sensibilité lorsque l’atmosphère le réclame. Le groupe n’a pas perdu son efficacité en route durant ses trois années de silence, et nous ressert encore bouillants ces duels de guitare rappelant le meilleur de MAIDEN, accommodé à la sauce MANOWAR, ICED EARTH et FREEDOM CALL. Plus puissant et écrasant que la plupart de ses collègues, le collectif américain se permet donc toutes les audaces en détournant les poncifs les plus éculés du Heavy à tendance symphonique, accentuant ses mélodies, renforçant ses tempi médium pour nous asséner de réguliers coups d’épée qui ne finissent pas dans l’eau. On note un panache certain au moment de composer de véritables hymnes à la foi Heavy, avec des titres qui malgré leur accumulation de plans restent dans la tête, à l’image de cet époustouflant « Fires In The Sky » qui embrase le ciel de notre passion avec ses chœurs judicieusement placés.

On note aussi que la voix extraordinaire de Norman Skinner n’a rien perdu de sa puissance dans les aigus, et de son assise dans les graves, lui qui a pu forger son expérience au sein de combos comme HELLSCREAM, IMAGIKA, SKINNER, MACHINE CALLED MAN, DIRE PERIL, TRAMONTANE, ou UTOPIAN TRAP.

Evidemment, rien de neuf sous le soleil de l’apocalypse, et les spécialistes s’amuseront à recenser les idées empruntées aux plus grands cadors du Heavy Metal des années 80 et 90, mais il y a quelque chose de magique chez NIVIANE qui permet d’oublier qu’ils n’ont absolument rien inventé de neuf. Avec des titres qui atteignent ou dépassent volontiers les cinq minutes, pas le droit à l’erreur, mais en modulant la vitesse, en allégeant les guitares ou au contraire en les alourdissant, le groupe trouve un bon équilibre entre généralisme et individualité, tombant certes dans les classiques dès son intro gigantesque (« League Of Shadows »), mais trouvant toujours la bonne recette pour accommoder ses restes et fédérer un public avide de titres homériques à l’empreinte solide (« Niviane » l’hymne fatal bien placé pour relancer la machine). Beaucoup de pertinence donc, une lucidité qui oblige à dévier un peu des sentiers battus sans trahir la philosophie d’origine, et une capacité indéniable à pondre des titres évolutifs et fascinants, à l’image du long et ambiancé « Sinking Ships » qui visiblement n’a pas oublié la suprématie de MAIDEN dans les années 80. Intro grégorienne, effets sonores discrets mais utiles, ambiance sombre et délicatement chevaleresque, pour un moment d’anthologie qui démontre s’il le fallait tout le savoir-faire d’un groupe qui a tout compris à son créneau pourtant difficile.

Inutile de nier d’un autre côté que question créativité, nous faisons du surplace, et que l’influence allemande se fait ressentir à intervalles réguliers. Mais malgré quelques facilités, des travers plutôt excusables, et une propension à en faire un peu trop parfois, The Ruthless Divine reste assez digeste, même si un peu maladroit lorsque la sensibilité cherche à se faire une place (« Forgotten Centurion », convenu et assez dispensable). Mais les fans du genre seront aux anges, ou plutôt au Walhalla, d’autant que ce second LP se termine par une tranche de violence bien sentie, avec « Like Lions », aux crocs méchamment acérés. Une bonne façon de faire le plein d’énergie avant de refermer nos portes pour la seconde fois de l’année, et surtout, la preuve que les NIVIANE sont prêts à occuper une place digne de leur rang dans ceux du Power Metal emphatique et dramatique. 

 

                                              

Titres de l’album:

01. League Of Shadows

02. Crown Of Thorns

03. Dreams Crash Down

04. The Ruthless Divine

05. Fires In The Sky

06. Fallen From Elysium

07. Forgotten Centurion

08. Niviane

09. Psychomanteum

10. Sinking Ships

11. Like Lions


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2020 à 15:28
80 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12